Aller au contenu

Pont Pasteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont Pasteur
Pont Pasteur vu depuis le Sud
Pont Pasteur vu depuis le Sud
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Commune Lyon
Coordonnées géographiques 45° 44′ 00″ N, 4° 49′ 14″ E
Fonction
Franchit Rhône
Fonction routier
Caractéristiques techniques
Longueur 225 m
Concepteur Mogaray
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pont Pasteur
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Pont Pasteur
Géolocalisation sur la carte : Lyon
(Voir situation sur carte : Lyon)
Pont Pasteur
Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Pont Pasteur

Le pont Pasteur est un pont franchissant le Rhône à Lyon.

Un premier ouvrage provisoire, la passerelle de l’Exposition, est construit pour l’exposition universelle à Gerland en 1914.

Cette passerelle prend ensuite le nom de pont des Abattoirs (la halle Tony-Garnier). Elle est emportée par une crue en [1]. Un nouveau pont à trois arches métalliques est construit pour le remplacer. Il est baptisé pont Pasteur par le conseil municipal dans sa délibération du et il est finalement inauguré le . Long de 225 mètres, il est doté de trottoirs très larges (5,25 mètres pour une chaussée de 11 mètres).

Le pont est totalement détruit par les Allemands le . Le pont actuel est alors construit par l’ingénieur Mogaray. Inauguré en 1952, cet ouvrage est constitué de trois arches, chacune comprenant trois arcs en béton armé, de portées 64 – 70 – 64 mètres ; il est prolongé sur les rives par des fausses culées. Il est plus large que l’ancien (plus de 18 mètres), les trottoirs étant cependant ramenés à une largeur de 3,32 mètres.

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Jean Pelletier, Ponts et quais de Lyon, Éd. lyonnaises d'art et d'histoire, (ISBN 978-2-84147-115-7), p. 78-80.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Ponts de Lyon » (voir la liste des auteurs).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Pelletier 2002, p. 78-80.