Pont Gallieni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont Gallieni
Le pont Gallieni vu depuis la gare Lyon-Perrache
Le pont Gallieni vu depuis la gare Lyon-Perrache
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Commune Lyon
Coordonnées géographiques 45° 44′ 54″ N, 4° 49′ 55″ E
Fonction
Franchit Rhône

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Pont Gallieni

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Pont Gallieni

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont Gallieni

Le pont Gallieni est un pont traversant le Rhône dans le 2e arrondissement de Lyon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Destruction du pont Gallieni en 1944.

Un projet, esquissé dès 1830, prévoit la construction d'un axe est-ouest, constitué de chaque côté de l'actuel cours de Verdun d'un pont sur la Saône (actuel pont Kitchener-Marchand) et de deux ponts sur le Rhône de part et d'autre de l'île Béchevelin[réf. nécessaire]. Ces franchissements, construits par la compagnie Seguin et qui en prennent le nom[réf. nécessaire], furent terminés en 1847[1] et ouverts au public en 1849. Le pont est prolongé vers l'est par l'avenue des Ponts (actuel avenue Berthelot)[2]. Il est racheté par la ville le 15 août 1865[1].

Le nouveau pont sur le Rhône est un pont suspendu[1]. Le pont principal sur le Rhône est constitué de deux piles pyramidales supportant une travée centrale de 60,40 m de long et 7,4 m de large relayée par deux travées latérales de respectivement 39 et 67 m[1]. Il prit le nom de pont Napoléon, puis pont Séguin (1849), pont du Rhône (1852) et enfin pont du Midi vers 1871. Cette même année, la lône Béchevelin est comblée[réf. nécessaire].

Le pont principal montre très rapidement des signes de délabrement et décision est prise de le reconstruire le 3 mai 1887[1]. Il est détruit en juin 1889 et une passerelle en charpente est provisoirement érigée établie à 30 m en amont[1]. Les ingénieurs Claude Clavenad et Ernest Fabrègue conçoivent le pont et Louis-Charles Boileau dessine la décoration[1]. Le nouveau pont du Midi est inauguré le 13 juillet 1891[1]. Comme les ponts Morand et Lafayette construits à la même époque, ce nouveau pont est constitué de trois arches métalliques[1]. Il est large de 20 m et long de 209 m[1]. Il est rebaptisé en l'honneur de Joseph Simon Gallieni le 17 juillet 1916[réf. nécessaire]. Il est touché par les bombardements alliés en et l'arche de la rive gauche est dynamitée par les Allemands en septembre de la même année lors de leur retraite[1]. Restauré, le pont est rouvert à la circulation en [1].

Le pont est finalement démoli en 1962 pour être remplacé par un pont en acier plus large (28,5 m), mais moins long (204,8 m), inauguré le [1]. Sur la rive gauche, une trémie permet de raccorder le pont avec les quais et avec l'échangeur de Perrache (autoroute A6)[1]. Depuis 2001, le nombre de voies réservées à la circulation automobile a été réduit afin de faire passer les deux lignes de tramway T1-T2[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n Pont Galliéni, anciennement pont du Midi www.culture.gouv.fr., inventaire topographique.
  2. Maurice Vanario, Rues de Lyon à travers les siècles, ELAH, Lyon, 2002.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :