Liste des quais de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article dresse une liste des quais de Lyon, en France. Il recoupe les odonymes comportant la mention du type de voirie « quai » et les autres voies longeant les cours d'eau du Rhône et de la Saône. Ces quais constituent une part importante des voies de Lyon :

Les noms en italiques sont ceux de quais disparus, absorbés par le quai sous le nom duquel ils sont listés ; ou les noms de berges-promenades modernes qui longent certains quais.

Rhône[modifier | modifier le code]

Rive droite[modifier | modifier le code]

En rive droite du Rhône, les quais de Lyon sont précédés par ceux de la commune de Caluire-et-Cuire : le quai de Bellevue dès le débouché du tunnel de Bellevue, jumelé dans sa partie amont avec le quai Charles-Sénard jusqu'à la place Bellevue, puis dans sa partie aval avec le cours Aristide-Briand jusqu'à la limite intercommunale entre Lyon et Caluire-et-Cuire. Après la confluence avec la Saône (en rive droite), ils sont prolongés sur la commune de La Mulatière par le quai Pierre-Sémard doublé de la voie métropolitaine M7, ancienne autoroute A7 avant son déclassement. Les voies suivant la rive droite du Rhône ne portent pas le nom de « quai » avant le quai de la Navigation puis le quai Georges-Lévy à Givors à environ 20 kilomètres au sud de Lyon.

Rive gauche[modifier | modifier le code]

Saône[modifier | modifier le code]

Les quais de Lyon succèdent aux quais de la commune de Collonges-au-Mont-d'Or, d'amont en aval, au quai d'Illhaeusern, honorant la commune jumelée d'Illhaeusern, et au quai de la Jonchère. Ils précèdent, en aval du quai des Étroits, le quai Jean-Jacques-Rousseau, sur la commune de La Mulatière.

Rive droite[modifier | modifier le code]

Rive gauche[modifier | modifier le code]

Les quais de Lyon, en rive gauche de la Saône, succèdent au quai situé sur la commune de Caluire-et-Cuire, le quai Clemenceau.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Maynard, Histoires, légendes et anecdotes à propos des rues de Lyon : avec indication de ce qu'on peut y remarquer en les parcourant, Lyon, Jean Honoré, coll. « Classiques lyonnais » (no 2), (1re éd. 1922)
  • Jacques Rossiaud, La rivière et le fleuve, Lyon, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 151 p. (ISBN 978-2-84-147-313-7)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Maynard 1980, p. 171.
  2. Maynard 1980, p. 281.
  3. a et b Maynard 1980, p. 192.
  4. a et b « Antoine Gailleton », sur archives municipales de Lyon (consulté le 16 mars 2020)
  5. a b c et d Maynard 1980, p. 85.
  6. a b et c Rossiaud 2013, p. 107.
  7. Rossiaud 2013, p. 110.
  8. Maynard 1980, p. 96.
  9. Louis Maynard l'orthographie quai Fillion sans trancher sur l'origine du nom entre le peintre Antoine Fillion (1814-?) ou le sculpteur Edmond-Laurent Fillion (1845-1892)
  10. a b et c Maynard 1980, p. 60.
  11. a b et c Rossiaud 2013, p. 106.
  12. a et b Maynard 1980, p. 52.
  13. Maynard 1980, p. 146.
  14. Maynard 1980, p. 310.
  15. a et b Maynard 1980, p. 246.
  16. a et b Maynard 1980, p. 289.