Battle for Wesnoth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Battle for Wesnoth
La Bataille pour Wesnoth
image

Concepteur David White[1]

Début du projet 2003
Licence GNU GPL
Version 1.10.7 ()
Genre Stratégie au tour par tour
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Multiplate-forme
Média en téléchargement
Contrôle Clavier, souris

Battle for Wesnoth (La Bataille pour Wesnoth) est un jeu vidéo de stratégie au tour par tour[2]. C'est un jeu libre sous licence GNU GPL, disponible pour plusieurs plates-formes dont GNU/Linux, Windows, AmigaOS, Mac OS X et iOS.

L'action se déroule dans un monde médiéval fantastique dont l'histoire est contée au cours des différentes campagnes du jeu.

Le jeu comporte des campagnes solos et un mode multijoueurs via Internet ou en local.

Si les anciennes versions ont dans le principe un gameplay similaire à celui de la version 1.10, les récents développements ont porté sur l'amélioration de l'interface, des graphismes plus soignés et l'inclusion d'un plus grand nombre de campagnes, ainsi que quelques changements au niveau des caractéristiques des unités.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne un héros qui peut, depuis son donjon, recruter des troupes contre un montant en or. Cet or peut être obtenu en contrôlant des villages, et s'ajoute à celui conservé à la fin des scénarios précédents. D'un scénario au suivant, il est possible de rappeler les combattants précédemment recrutés. Ces rappels permettent, de ré-engager avantageusement des unités expérimentées qui avaient progressé en combattant et en tuant des adversaires (système d'expérience).

Des troupes différentes et variées s'offrent au joueur selon la race que l'on joue (humain, elfe, nain, orc, mort-vivant)[3]. Pour emporter la victoire, le joueur a à prendre en compte les forces et faiblesses de ses unités selon le moment de la journée, le terrain, l'unité ennemi ainsi que les traits de l'unité (fort, rapide, robuste, etc.). Le jeu mise sur des règles plutôt simples, accessibles, tout en laissant une grande liberté de choix stratégique et tactique.

L'univers de Wesnoth[modifier | modifier le code]

Liche dans Wesnoth, contribution d'un utilisateur, intégrée au jeu.

Les développeurs du jeu ont inventé un univers fictif où vivent les personnages du jeu[4] et les différentes campagnes racontent son histoire. L'essor de Wesnoth relate la lutte du peuple d'Haldric contre les Wesfolk et les morts-vivants, puis leur migration de l'Île verte au Grand Continent et l'établissement du royaume de Wesnoth. La plupart des autres campagnes se situent à l'époque du royaume de Wesnoth et racontent souvent ses guerres contre ses voisins. Sous les Soleils Brûlants en revanche se passe des siècles, peut-être des millénaires après l'apogée et le déclin de Wesnoth et conte l'établissement d'un nouveau pays par les elfes, après qu'ils ont survécu aux dangers naturels et surnaturels de leur monde, puis vaincu leurs propres démons.

Le mot Wesnoth au début du développement du jeu n'avait pas de sens particulier, c'était un mot qui sonnait bien comme nom d'univers fantastique. Plus tard, une étymologie lui fut trouvée, il viendrait de la juxtaposition West et North, du fait que les habitants du pays de Wesnoth seraient venus du nord et de l'ouest; le terme de Wesnorth ayant été déformé en Wesnoth par la suite.

Comme tout univers fantastique, Wesnoth possède ses propres monstres, telles les fourmis géantes, proies préférées des araignées géantes. On peut aussi trouver des yétis, des dragons de feu ou même des serpents de mer.

Campagnes[modifier | modifier le code]

Capture d'écran de Battle for Wesnoth dans sa version 1.6

Les campagnes officielles disponibles sont, dans la version 1.10.0[5] :

  • L'Héritier du trône, où le joueur incarne le jeune Konrad, décidé à reconquérir son trône usurpé par la reine Asheviere. Épaulé par Delfador le Sage, puis par Kalenz, un haut seigneur elfe. Son périple sera long et lui permettra de fonder bien des alliances.
  • L'Histoire des deux frères, une campagne courte (idéale pour les débutants) où le joueur incarne Arne, un chevalier venu aider son frère Bjarne à débarrasser la région d'un mage maléfique. Bjarne se fait enlever, et Arne se lance à sa recherche.
  • Une incursion orc, campagne de niveau débutant où des elfes chassent les envahisseurs de leur territoire
  • La Garde Sud, où le joueur incarne Deoran, un jeune chevalier envoyé par le roi pour prendre le commandement de la Garde Sud du royaume. Très vite, Deoran se retrouve à croiser le fer avec des bandits ayant des pouvoirs étranges.
  • Liberté, l'histoire de paysans humains qui se révoltent contre la reine Asheviere et deviennent des hors-la-loi
  • La légende de Wesmere, dans ce scénario, le joueur incarne le seigneur elfe Kalenz lors de la deuxième invasion orque du Grand Continent.
  • L'Invasion orientale, où le joueur incarne Gweddry, un sergent humain, sous le coup d'une invasion de morts vivants. De très nombreux choix sont possibles qui conduisent à des fins bien différentes.
  • Le Marteau de Thursagan, campagne des nains de Knalga qui partent en quête du marteau de Thursagan, le plus grand des graveurs de runes, qui confectionna le sceptre de feu.
  • Descente dans les ténèbres conte l'histoire d'un apprenti magicien qui a sombré dans la nécromancie.
  • Le sceptre de Feu raconte comment le roi Haldric II commanda le sceptre de feu aux Nains, et quels événements arrivèrent avant qu'il ne soit forgé. On joue avec la faction des Nains.
  • Le fils de l'Œil Noir, le chef orque Kapoue combat les humains qui convoitent ses territoires.
  • L'Essor de Wesnoth, où le joueur incarne le prince Haldric, en butte avec une armée de créatures chaotiques. Il sera obligé de fuir son royaume dévasté par les orcs et de livrer de nombreuses batailles, alors qu'approche l'hiver.
  • La renaissance du Nord où l'on incarne Tallinn, un esclave humain menant une révolte contre les seigneurs orques
  • Sous les soleils brûlants, où le joueur incarne un elfe chargé de guider son peuple hors du désert, à la recherche d'une nouvelle terre. Cette campagne redéfinit des éléments du jeu (ex: le cycle jour-nuit est différent) et ses scénarios sont pleins de rebondissements et de situations inédites.
  • Les Mémoires de Delfador, qui raconte la jeunesse du magicien, est incluse depuis la version 1.8.
  • Mortes-eaux qui raconte la lutte d'ondins contre les morts-vivants, incluse depuis la 1.10.

De plus, de nombreuses campagnes sont conçues par la communauté grâce à l'éditeur de scénario et à des scripts WML (langage de définition des scénarios du jeu) et sont disponibles au téléchargement.

La version 1.10 introduit aussi une campagne principale jouable en multijoueur : La légende de Wesmere (adaptation de la campagne solo).

Factions[modifier | modifier le code]

Différentes unités par races ou factions. 1 : Humains (loyalistes, magiciens, hors-la-loi) ; 2 : Morts-vivants (sorciers, zombis, squelettes) ; 3 : Elfes (woses, elfes) ; 4 : Nordiques (trolls, orcs, goblins) ; 5 : Nains ; 6 : Drakes ; 7 : Sauriens ; 8 : Nagas ; 9 : Ondins ; 10 : Ogres.

Pour le jeu multijoueur, par défaut, il y a dans la version 1.10 six factions différentes à choisir dans le jeu[3] :

  1. Loyalistes : représente l'espèce humaine dans le jeu. Ils portent de lourdes armures, utilisent toutes sortes d'armes, et un peu de magie. Ils sont avant tout adaptés aux combats à découvert (en plaine, sur les routes) ou lors de la défense de châteaux ;
  2. Morts-vivants : il s'agit des fantômes, squelettes et autres créatures de la nuit, menées par des sorciers et autres nécromanciens ; ces créatures sont difficiles à détruire par des armes conventionnelles mais ne résistent pas à la magie ;
  3. Rebelles : ce sont pour la plupart des unités elfes qui se déplacent aisément dans les bois. Certaines de leurs unités peuvent se rendre invisibles dans les forêts et prendre en embuscade les unités adverses, il y a aussi parmi eux des magiciens humains ;
  4. Nordiques : ce sont les orcs, trolls et autres gobelins, qui misent avant tout sur la force brute au corps à corps et sur leur nombre. Ce sont des unités adaptées à un style de jeu offensif ;
  5. Alliance Knalgane : il s'agit d'une alliance entre des nains, robustes combattants à l'aise en montagne et dans les cavernes, et des brigands qui préfèrent la nuit au jour et des attaques surprises aux combats à la régulière ;
  6. Drakes, ou Dracans : ce sont créatures apparentées à des dragons, alliés des sauriens, lézards géants hantant les marécages. Les Drakes peuvent passer outre le terrain en volant, mais sont faibles face à la magie et aux attaques utilisant le froid. Les sauriens sont rapides et résistants au froid, mais en revanche ils sont chétifs et n'aiment pas la chaleur.

Il existe aussi des races secondaires qu'on retrouve dans certaines de ces factions :

  • les ondins, peuple marin d'humanoïdes, allié aux loyalistes et aux rebelles ;
  • les nagas, créatures marines reptiliennes semblables aux ondins et proches des orcs ;
  • les woses, arbres vivants alliés des rebelles ressemblant aux Ents du monde de J. R. R. Tolkien ;
  • les ogres, géants stupides parfois enrôlés dans les armées humaines ;

Chacune des factions propose une liste d'unités à enrôler. Dans les campagnes en solo, les listes d'unités sont le plus souvent des variantes d'une des factions offertes au jeu multijoueur. Battle for Wesnoth étant un jeu très extensible où on peut définir ses propres unités et factions, cette liste ne couvre que les ères (jeux de factions) incluses dans le paquetage de base.

Développement[modifier | modifier le code]

Dessin d'une Sylphe dans l'univers de Wesnoth, créé par Kathrin Polikeit.

L'équipe de développement est assez nombreuse et a inclus (et inclut encore aujourd'hui) quelques grands noms de la communauté du logiciel libre, comme Eric S. Raymond (fondateur de l'Open Source Initiative)[6] ou Rusty Russell (programmeur du noyau Linux)[7]. Les versions de Battle for Wesnoth sont numérotées à la manière de celles du noyau Linux : les branches de développement ont un numéro de version secondaire impair, les branches stables un numéro pair.

De 2008 à 2012, le projet a bénéficié chaque année du programme Google Summer of Code[8]. Comme le graphisme est un élément important du développement des jeux, deux étudiants ont été recrutés pour un emploi d'été en 2009 dans le cadre du Wesnoth Summer Art Scholarship, pour travailler à plein temps sur les graphismes du jeu; leur rémunération était assurée par des dons de la communauté[9]. Un étudiant ayant participé aux GSoC 2010 et 2011 est aussi à l'origine du développement d'une version améliorée du système de planification (le Whiteboard)[10].

En plus du développement du jeu en lui-même (appelé Mainline), il est possible aux utilisateurs de créer des extensions (des "User Made Content") en utilisant un langage à balise, le Wesnoth Markup Language[11], inspiré du XML et qui évolue au gré des versions de Wesnoth. Ces extensions peuvent être des cartes (mission solo ou multijoueur), des ères (ensemble de factions destinées à être jouées ensemble et censées être équilibrées) ou des campagnes (ensembles de scénarios reliés entre eux ; elles peuvent être solo ou multijoueur). Il existe un serveur destiné au partage de ces extensions entre joueurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wesnoth, Liste des contributeurs à Battle for Wesnoth
  2. Manuel utilisateur de la version 1.10 de Wesnoth
  3. a et b Section Créatures du manuel utilisateur
  4. Voir l'(en) Histoire et la (en) Géographie de Wesnoth
  5. (en) Liste des campagnes officielles
  6. Developer entry for Eric S. Raymond
  7. Developer entry for Rusty Russell
  8. Annonces des acceptations au Google Summer of Code : 2012, 2011, 2010, 2009 et 2008.
  9. http://wiki.wesnoth.org/Wesnoth_Summer_Art_Scholarship
  10. http://wiki.wesnoth.org/SummerOfCodeIdeas#Tommy_Schmitz_-_Whiteboard_Improvements
  11. (en) Documentation du Wesnoth Markup Language

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :