Aller au contenu

Attigny (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Attigny
Attigny (Vosges)
L'église de la Nativité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes des Vosges côté Sud Ouest
Maire
Mandat
François Joly
2020-2026
Code postal 88260
Code commune 88016
Démographie
Gentilé Attigniens, Attigniennes
Population
municipale
201 hab. (2021 en diminution de 15,55 % par rapport à 2015)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 56″ nord, 6° 02′ 11″ est
Altitude 285 m
Min. 247 m
Max. 343 m
Superficie 16,08 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Darney
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Attigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Attigny
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
Attigny
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Attigny

Attigny est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Attigny se trouve dans la vallée de la Saône, premier village en aval de Darney.

Le village d'Attigny est limitrophe des communes de Darney, Hennezel, Claudon, Monthureux-sur-Saône, Bleurville, Nonville et Belmont-lès-Darney.

Les villes voisines sont Darney, Claudon, Belmont-lès-Darney, Bonvillet, Nonville.

La grande ville la plus proche de Attigny est Épinal et se trouve à 32,99 kilomètres au nord à vol d'oiseau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone sismique 2 : faible[1],[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant de la Saône au sein du bassin Rhône-Méditerranée-Corse. Elle est drainée par la Saône, l'Ourche, le ruisseau de Belmont, le ruisseau de la Voivre, le ruisseau des Essarts et le ruisseau Noires Gouttes[Carte 1].

La Saône prend sa source à Vioménil au pied du Ménamont, au sud des monts Faucilles à 405 m d'altitude. Elle conflue avec le Rhône à Lyon, à l'altitude de 163 mètres après avoir traversé le val de Saône[3].

L'Ourche, d'une longueur totale de 13,3 km, prend sa source dans la commune de Gruey-lès-Surance et se jette dans la Saône à Claudon, après avoir traversé quatre communes[4].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Attigny.

Les étangs du Parpari et de la chesnaye complètent le réseau hydrographique.

La commune dispose par ailleurs d'un plan de prévention du risque inondation (PPRI)[5].

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Nappe des Grès du Trias Inférieur ». Ce document de planification, dont le territoire comprend le périmètre de la zone de répartition des eaux[Note 1] de la nappe des Grès du trias inférieur (GTI), d'une superficie de 1 497 km2, est en cours d'élaboration. L’objectif poursuivi est de stabiliser les niveaux piézométriques de la nappe des GTI et atteindre l'équilibre entre les prélèvements et la capacité de recharge de la nappe. Il doit être cohérent avec les objectifs de qualité définis dans les SDAGE Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le conseil départemental des Vosges[6].

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique altéré et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 992 mm, avec 12,5 jours de précipitations en janvier et 9,6 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lignéville », sur la commune de Lignéville à 13 km à vol d'oiseau[9], est de 10,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 856,3 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,7 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17,5 °C, atteinte le [Note 2],[10],[11].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[12]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[13].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche d'Attigny se trouve à Vittel (16,87 kilomètres), Contrexéville (16,76 kilomètres).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Attigny est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[14]. Elle est située hors unité urbaine[15] et hors attraction des villes[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (66,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (35 %), forêts (33 %), terres arables (20,9 %), zones agricoles hétérogènes (9 %), zones urbanisées (2,1 %)[18]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attines (XIIe siècle) ; Attigneii (1227 ); Atignei (1239) ; Autigney (1256 ); Autignei, Autigné (1260) ; Auptigné (1272) ; Autygné (1272 ); Autigneix (1315 ); Atignei (1316) ; Autygnei (1317) ; Atteneix (1325) ; Authigney (1337) ; Aithegny (1496) ; Atigney, Autigney (1535) ; Ategney, Ategny (1549) ; Attigney (1554) ; Attigny (1554) ; Aulthigney devant Darney (1562) ; Autigny près la Tour (1565) ; Attigny lez Darney (1566) ; Attegny (1570) ; Ategney (1574) ; Attegney (1599) ; Aultigny (1628) ; Autegny (1656).

La commune porte le nom d'un propriétaire gallo-romain nommé Attinius.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence romaine est attestée par des vestiges d'habitations, des tuiles, des monnaies.

Attigny relevait en 1711 de la seigneurie des Bassompierre et du chapitre de Remiremont.

Le 4 Décembre 1793, Nicolas Magnien demande d'enlever tout mobilier et signe religieux de l'église et de la fermer. Les objets sont ensuite apportés à Darney.

Le 27 juillet 1848, Victor Noir - de son vrai nom Yvan Salmon -, voit le jour dans la commune. Journaliste, il deviendra tristement célèbre pour avoir été assassiné à Paris le 10 janvier 1870 par le cousin de l'Empereur Napoléon III, Pierre-Napoléon Bonaparte. Son meurtre, survenu à un moment où le Second Empire est déjà plus que chancelant, suscite auprès de la population une vaste vague d'indignation et de contestation envers le pouvoir impérial. Il repose aujourd'hui au Cimetière du Père-Lachaise à Paris, et son gisant, réalisé par le sculpteur français Jules Dalou grandeur nature, est l'objet encore de nos jours de certaines passions...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
François Joly DVD Retraité

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[19] :

  • total des produits de fonctionnement : 182 000 , soit 707  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 130 000 , soit 506  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 94 000 , soit 365  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 73 000 , soit 282  par habitant.
  • endettement : 224 000 , soit 873  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 25,58 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,39 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 24,05 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 21,58 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 18 833 [20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Communauté de communes "du Pays de Saône et les 258 habitants du village de Attigny vivent sur une superficie totale de 16 km2 avec une densité de 16 habitants par km2 et à une moyenne d’altitude de 260 m.

Depuis le dernier recensement de 1999 à 2008, la population est passée de 275 à 258 et a légèrement diminué de -6,18%.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2021, la commune comptait 201 habitants[Note 3], en diminution de 15,55 % par rapport à 2015 (Vosges : −3,05 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
662682716761800918941898778
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
786808740689810578513518505
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
503412380320312356365361332
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2020
307305280278262258259238203
2021 - - - - - - - -
201--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le village d'Attigny avait conservé au XIXe siècle le sobriquet d'Attigny-les-Moqueurs, et l'on nommait Cras d'Attigny, quelques coteaux qui furent sans doute autrefois couverts de vignobles[26].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument Victor Noir : stèle en grès des Vosges réalisée par le sculpteur Jean-Louis Rollin, de Bleurville (fin XXe siècle)
  • Pont du XVIIe siècle ;
  • Château datant du milieu XVIIIe siècle, construit par Gabriel de Bourgogne (?), sur la route de Darney, au milieu d'un domaine clos de murs. Le château lui-même est une grosse maison bourgeoise du XVIIIe siècle de plan carré et avec un toit mansardé. Il est plus récent que son entourage de murs percés de canonnières. Il n'y eut jamais de seigneur haut-justicier résidant au village, la terre appartenant au prieuré de Relanges. En revanche, des petits nobles issus du verre ou des armes y bâtirent des demeures : Gabriel de Bourgogne est sans doute responsable de la construction du château, d'autant que Stanislas avait érigé en sa faveur un fief à Attigny.
  • Église de la Nativité du XVIe siècle, qui a remplacé un édifice plus ancien dont il ne reste que les chapiteaux à feuilles d'eau du début du XIIIe siècle ; chœur entièrement remanié en 1852 ; Vierge à l'Enfant du début du XVe ; chapelle Claude Brisot, ancien ermitage, reconstruit au XIXe siècle par Pierre de Finance d'Attigny ; statue de Notre-Dame-de-Pitié du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une zone de répartition des eaux est une zone comprenant les bassins, sous-bassins, fractions de sous-bassins hydrographiques et systèmes aquifères définis dans le décret du 29 avril 1994, où sont constatées une insuffisance, autre qu'exceptionnelle des ressources par rapport aux besoins.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique d'Attigny » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ).
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche synthétique
  2. Didacticiel de la règlementation parasismique
  3. Sandre, « la Saône »
  4. Sandre, « l'Ourche »
  5. Communes riveraines de la Saône Amont dans les Vosges
  6. « SAGE Nappe des Grès du Trias Inférieur », sur gesteau.fr (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  9. « Orthodromie entre Attigny et Lignéville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Lignéville », sur la commune de Lignéville - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Lignéville », sur la commune de Lignéville - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  13. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  14. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  15. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  19. Les comptes de la commune
  20. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  25. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Miel de sapin des Vosges »
  26. Le département des Vosges : statistique historique et administrative, Nancy, 1847