Armand de Polignac (1771-1847)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armand de Polignac.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Polignac.
Armand XXIV de Polignac
Fonctions
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Député de la Haute-Loire à la Chambre
Élection
Législature Ire législature
Coalition Ultraroyaliste
Membre de la Chambre des pairs
Monarque Louis XVIII de France
Charles X de France
Prédécesseur Jules de Polignac (1746-1817)
(À titre héréditaire)
Biographie
Nom de naissance Armand Jules Marie Héraclius de Polignac
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Royaume de France Royaume de France
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Saint-Germain-en-Laye
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Ultraroyaliste
Père Jules de Polignac (1746-1817)
Mère Gabrielle de Polastron
Conjoint Idalie Jeanne Lina von Neukirchen
Profession Maréchal de camp
Liste des députés de la Haute-Loire

Armand XXIV Jules Marie Héraclius, 2e duc de Polignac ( - Paris - Saint-Germain-en-Laye), seigneur de Claye, est un militaire et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné d'Armand XXIII Jules François (1745-1817), 1er duc de Polignac () et de Gabrielle de Polastron, Armand-Jules-Marie-Héraclius suivit la carrière militaire, et épousa, le à Carpanedo (auj. Albignasego), Idalie Jeanne Lina de Neukirchen de Nyvenheim (1775-1862)[1], riche hollandaise de Batavia (Indes néerlandaises), dont il n'eut pas d'enfants.

Émigré sous la Révolution française[modifier | modifier le code]

La Révolution française les ayant ruinés, M. de Polignac émigra avec les siens en Russie et fut très favorablement accueilli par Catherine qui leur distribua, des domaines en Ukraine, domaines que vint encore agrandir la libéralité des empereurs Paul Ier et Alexandre.

En 1802, la duchesse se rendit à Paris pour recouvrer les débris de sa fortune. M. de Polignac avait rejoint le comte d'Artois à Londres en 1800, et avait été compris dans les restrictions de l'acte d'amnistie relatif aux émigrés.

Prisonnier d'État sous l'Empire[modifier | modifier le code]

Grâce accordée par Sa Majesté Imperiale Napoléon Bonaparte à Madame Polignac pour M.r Armand Polignac son mari.

Il débarqua, bientôt secrètement en France, accompagné de son frère Jules, et tous deux furent compromis dans la conjuration de Pichegru et de Cadoudal. Leur procès instruit, Armand de Polignac fut condamné à mort le  ; mais sa femme se jeta aux pieds de Bonaparte qui commua la peine en une détention jusqu'à la paix, suivie de la déportation. Le duc fut enfermé avec son frère d'abord au château de Ham, puis à la prison du Temple, ensuite à Vincennes, où le gouvernement le retint au-delà du temps prescrit, comme prisonnier d'État.

En 1810 seulement il obtint, à l'occasion du mariage de Marie-Louise, d'être transféré, avec son frère, dans une maison de santé, où ils eurent des relations avec le général Malet. Ayant pu s'évader à la faveur de l'invasion des armées alliées (), ils rejoignirent le comte d'Artois à Vesoul. Celui-ci le fit fondé de pouvoir avec le Comte de Semallé. Le 31 mars suivant, avec son frère, ils pénétrèrent dans Paris, où ils arborèrent le drapeau blanc.

Armand de Polignac aurait été chevalier de la Foi[2].

Restauration française[modifier | modifier le code]

Armand de Polignac fut nommé maréchal de camp par Louis XVIII, puis élu[3], le , député du grand collège de la Haute-Loire, il appartint à la majorité de la Chambre introuvable.

Admis, le , à prendre séance à la Chambre des pairs, par droit héréditaire, en remplacement de son père décédé, le duc de Polignac fut choisi par le comte d'Artois pour un de ses aides de camp et son premier écuyer. Il conserva les mêmes fonctions auprès de ce prince devenu Charles X de France, fut fait, en 1825, chevalier des ordres du roi, siégea à la Chambre haute jusqu'à la révolution de Juillet 1830, et refusa de prêter serment à Louis-Philippe Ier.

Mort à le à Saint-Germain-en-Laye, il fut inhumé au cimetière de Picpus[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès aux AD 75 en ligne, Paris 8, V4E 888, vue 14/31, acte 1363
  2. a et b « Armand de Polignac », sur roglo.eu (consulté le 17 juillet 2011)
  3. Par 90 voix (138 votants, 216 inscrits).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]