Anne Van der Linden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne Van der Linden
Image dans Infobox.
Autoportrait.
Naissance
Nationalité
Activité
Formation

Anne Van der Linden, née le [1] à Bromley en Grande-Bretagne (Angleterre), est une peintre et dessinatrice française. Elle vit et travaille à Saint-Denis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Femme moderne (2011).

En 1982, Anne Van der Linden entre aux Beaux-Arts de Paris, qu'elle quitte au bout d'un an et demi. En 1992, elle obtient une licence d'arts plastiques à l'université Paris-VIII[2].

En 1995, elle publie son premier ouvrage, Heavy Meat, chez Jean-Pierre Faur éditeur. À partir de la même année, elle commence à régulièrement exposer à Paris et en province.

En 2008, elle est la cofondatrice, avec Olivier Allemane, de la revue Freak Wave qui mélange textes et images.

Elle travaille par ailleurs fréquemment avec Jean-Louis Costes, avec qui elle cofonde, en 1983, la revue La Vache bigarrée et, en 1994, la plateforme d'éditions et de diffusion d'œuvres undergrounds, « Eretic art ». Elle réalise des décors pour les spectacles musicaux de celui-ci et joue dans certains de ses films. Elle publie avec lui Systèmes sexuels et Amour m'a tué (éd. Chacal puant, 1995 et 1996) ainsi que Pot pourri, un recueil de chansons illustrées, chez Le Dernier Cri, en 2007. Elle illustre également la couverture de son roman Viva la merda ! (Éditions Hermaphrodite, 2003).

Peintre et dessinatrice, Anne Van der Linden est également illustratrice pour la presse (L'Humanité, VST, entre autres) et pour des éditions de littérature. Elle a notamment collaboré avec les poètes June Shenfield (Tais-toi et bande, CBO éditions, 1997), Jérôme Bertin (Histoire d'os, Voix éditions, 2009) et Nina Zivancevic (Sous le signe de Cyber-Cybèle, L'Harmattan, 2009).

Le travail d'Anne Van der Linden est largement publié dans l'édition alternative[3]. Sa démarche artistique, les éditeurs où elle publie, les revues dans lesquelles paraissent ses œuvres (Hey!) la rattachent aux courants du pop art et de l'art singulier.

Commentaire[modifier | modifier le code]

« Les dessins et les peintures d’Anne Van der Linden reviennent à une facture descriptive, pour révéler les entrailles grouillantes d’un monde en état d’horreur. […] Son univers est trop scélérat pour se laisser apprivoiser[4]. »

— Christophe Bier et Xavier-Gilles Néret

Publications[modifier | modifier le code]

Publications personnelles[modifier | modifier le code]

Jeune homme aux chiens (2010).
  • Heavy meat, J.P. Faur éditeur, 1995
  • Bovary's boys, éd. CBO, 1999
  • Bise d'Anne, éd. CBO, 2000
  • La Caverne sentimentale, United Dead Artists, 2000
  • Satan m'habite, éd. Ragage, 2005
  • Dessins, anthologie 1994-2007, éd. de L'Usine, 2007
  • Zombie plage, eaux-fortes, éd. Ah Pook, 2008
  • L'Imagier du diable, éd. Ragage, 2008
  • Bêtes à bon Dieu, United Dead Artists, 2011
  • Chéri je t'aime, éd. Atelier de Bibliophilie Populaire, 2011
  • Tsantsas, Ah Pook éditions, 2012
  • Carte sérigraphiée, éd. Alain Buyse / La Belle Époque, 2012
  • Instabilité hormonale, éd. La Belle époque, 2014
  • Dessins bâtards, éd. Méconium, 2014
  • Couik !, éd. Perav Prod, 2014
  • Carnage intime, éd. United Dead Artists, 2014
  • Économie domestique, Alain Beaulet éditeur, 2015
  • Amour vache, peinture et dessins (2015-2020), texte de Christophe Bier et Xavier-Gilles Néret, éd. Eretic-Art[5], 2020

Illustrations et collaborations[modifier | modifier le code]

  • Systèmes sexuels, éd. Monotrash, 1995
  • Amour m'a tué, éd. Chacal puant, 1996
  • Livrées aux chiens, éd. CBO, 1996
  • Tais-toi et bande, éd. CBO, 1997
  • Le Rationnement de l'air, L'Art pénultième éditions, 1998
  • Je veux être ton singe, éd. CBO, 1999
  • Le Poil, Les 4 mers éditions, 1999
  • La Dame blanche, éd. Allemane, 2001
  • K - ort (OR) Tu (R) &, éd. Trame ouest, 2002
  • Ton cul pue, éd. Allemane, 2003
  • Trouble fête, éd. La Boîte à gants, 2007
  • Pot-pourri, Le Dernier Cri, 2007
  • Freak Wave, no 1, collectif, éd. Orbis Pictus Club, 2008
  • Fragment du carnage, Voix éditions, 2008
  • Sous le signe de Cyber-Cybèle, L'Harmattan, 2009
  • Histoire d'os, Voix éditions, 2009
  • Freak Wave, no 2, collectif, éd. du Zarpataedo, 2011
  • Freak Wave, no 3, collectif, éd. Bruit Blanc, 2012
  • L'Angoisse, no 1, collectif, 2012
  • Cadavre exquis, Ah Pook éditions, 2012
  • Le Livre à disparaître, no 0, collectif, 2013
  • Freak Wave, no 4, collectif, éd. Bruit Blanc, 2013
  • Grand Père, éd. Eretic, 2014
  • Ecce Homo, éd. La Belle époque, 2014
  • Testament de Christophe Manon, d’après François Villon, nouvelle édition[6] revue par l’auteur avec un cd - lecture de l’auteur, musique de Thierry Müller, coédition avec BISOU[7], éd. Dernier Télégramme, 2020

Expositions récentes (sélection)[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2020 : « Le bon genre », galerie Frédéric Roulette, Paris
  • 2019 : « Les petits métiers », galerie E2, Bruxelles
  • 2018 :
    • « Stronger fire », Novo Doba Festival, Belgrade
    • « Zoo », galerie Corinne Bonnet, Paris
  • 2015 :
    • « Économie domestique », librairie-galerie Le Monte-en-l'air[8], Paris
    • Librairie Publico, Paris
  • 2014 : Galerie Une poussière dans l'œil, Villeneuve-d'Ascq
  • 2012 :
    • Galerie Les Singuliers, Paris
    • « Outsider Art Fair », New York
  • 2011 :
    • Galerie Le Monte en l'air, Paris
    • Galerie Les Singuliers, Paris
  • 2010 : Galerie Une poussière dans l'œil, Villeneuve-d'Ascq
  • 2009 :
    • Le bal des ardents, Lyon
    • Librairie Publico, Paris
  • 2007 : Le Dernier Cri, Marseille
  • 2006 : Galerie Les Singuliers, Paris

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2020 :
    • « Ogres et croquemitaines », musée des arts naïfs et de l'art singulier, Laval
    • « Mondo DC », musée international des arts modestes, Sète
    • « Les crocs électriques », galerie Arts Factory, Paris
  • 2019 : « Sous bocks », galerie Arts Factory, Paris
  • 2018 :
    • « Principes Actifs / Principes Créatifs », galerie Art-cade, Marseille
    • « Mondo DC », Friche de la Belle de Mai, Marseille
    • « Tropical », L'isolée, espace d'art contemporain, Villeneuve-d'Ascq
    • Galeria Romana, Bucarest
    • Résidence à Conacul Otetelisanu, Roumanie
    • Salon du dessin érotique « Salo VI », Paris
  • 2017 :
    • « Riot girls : les filles cachées de Clovis Trouille », galerie Arts Factory, Paris
    • Salon du dessin érotique « Salo V », galerie Épisodique, Paris
  • 2016 :
    • « Sade », galerie La Danseuse, Roubaix — galerie Sterput, Bruxelles
    • « La télé est bien regardée », Centre européen de poésie, Avignon
    • « Summer camp », galerie Le 18 bis, Paris
    • « Gonzine », galerie E. Carré, Bruxelles
    • « Salo IV »[Note 1], galerie 24Beaubourg, Paris
    • « Freak wave », Point Éphémère, Paris
  • 2015 :
    • « Au-delà, atlas des visionnaires », galerie Corinne Bonnet, Paris
    • Anne Van der Linden et Placid, galerie 5UN7, Bordeaux
  • 2014 : « Jambes en l'air », avec Jean Attali, Ivry-sur-Seine
  • 2013 :
    • « Au-delà de mes rêves », H2M espace d'art contemporain, Bourg-en-Bresse
    • « Konfrontation », musée Den Frie Udstilling, Copenhagen
    • « Promesses ? », Le Carré, Lille
    • « L'étrange peuple de Freak Wave », Musée de l'érotisme, Paris
  • 2012 :
    • « Small is beautiful », Le cabinet d'amateur, Paris
    • « United dead artists », Arts Factory-Lavigne Bastille, Paris
    • « Tant qu'il y aura des femmes… », Le Cabinet d'amateur[9], Paris
  • 2011 :
  • 2010 :
  • 2009-2010 : « Voyous, voyants, voyeurs, autour de Clovis Trouille », musée d'art et d'histoire Louis Senlecq, L'Isle Adam
  • 2009 :
  • 2008 : Galerie Les Singuliers, Paris

Filmographie[modifier | modifier le code]

Anne Van der Linden a écrit plusieurs courts métrages expérimentaux, dont Intestins fragiles (2000), Le Repassage et La Citerne (1999)[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avec Frédéric Arditi, Anya Belyat-Giunta, Marion Bataillard, Edmond Baudoin, Tamina Beausoleil, Nicolas Bernière, Alison Bignon, Corine Borgnet, Anne Brenner, Michel Castaignet, Collectif Dessins Partagés, Julie Dalmon, Claudie Dadu, Odonchimeg Davaadorj, Ayako David Kawauchi, Gaël Davrinche, Léo Dorfner, Aurélie Dubois, Cornelia Eichhorn, Carole Forges, Madeleine Froment, Aphrodite Fur, Paul-Armand Gette, Camille Goujon, Orsten Groom, Cristine Guinamand, Josef Hofer, Cécile Hug, Cécilia Jauniau, Chloé Julien, Katia Kameneva, Marine Karbowski, Marcus Kreiss, Raphaëlle Lavaud-Bonnard, Cendres Lavy, Frédéric Léglise, Thomas Lévy-Lasne, Claire Loupiac, Eric Madeleine, Laurette Massant, Myriam Mechita, Marc Molk, Camille Moravia, Hélène Mougin, Emilie Moutsis, Maël Nozahic, Julie Navarro, Barbara Navi, Demetra L. Nikolopoulou, Simon Pasieka, Marilena Pelosi, Julie Perin, Eric Pougeau, Marianne Pradier, Vincent Prieur (dessins d’enfants), Jennifer May Reiland, Romuald&Pj, Florence Reymond, Elizabeth Saint-Jalmes, Karine Salmieri, Cheyenne Schiavone, Alice Sfintesco, Chloé Silbano, Alberto Sorbelli, Nathalie Tacheau, Olivier Turpin, Anne Van der Linden, Jojo Wang, Brankica Zilovic.
    Exposition de Vincent Corpet sur les dessins préparatoires de Sade–Corpet.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Anne Van der Linden, eretic-art.com, consulté le 22 février 2012.
  2. (fr) Biographie d'Anne Van der Linden, heavyshop.free.fr, consulté le 1er mars 2012.
  3. (fr) Biographie, annevanderlinden.net, consulté le 22 février 2012.
  4. Christophe Bier et Xavier-Gilles Néret, Amour vache, Eretic-Art, .
  5. Site de l'éditeur, eretic-art.com.
  6. Voir « Écrire avec Sade et Villon », France Culture, La compagnie des poètes par Manou Farine, le .
  7. Voir sur bisou-records.com.
  8. Voir sur le site de la librairie.
  9. Site de la galerie.
  10. Voir la partie « Films » du site, consulté le 7 juillet 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]