Orsten Groom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Orsten Groom
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nom de naissance
Simon Leibovitz-Grzeszczak
Nationalité
Activité
Artiste, peintre, musicien, cinéaste
Site web

Orsten Groom est un artiste peintre contemporain français né en 1982.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simon Leibovitz-Grzeszczak[1] (de son véritable nom) est né en 1982[2] en Guyane d’une famille juive polono-lituanienne.

Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2009[2], il décide dès lors de signer par Orsten Groom sa production, qui à partir de la peinture s’étend à la musique, la sculpture, au film et la poésie cubiste — qu’il désigne sous le terme de Glues (du blues en plus collant).

En 2011, il intègre Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains[2] où il réalise le film Bobok, moyen métrage burlesque et macabre qui narre les aventures d’un cadavre de vampire dépourvu de mâchoire et muni d’une langue turgescente, dans une rivière en temps de guerre[3]. Après quoi, il reprend les pinceaux, fonde le groupe Dégueulasse avec l’artiste plasticienne colombienne Laura Huertas Millan.

Il est remarqué par le cinéaste canadien Guy Maddin, qui l'engage comme sculpteur-décorateur pour son projet Séances au Centre Pompidou et son film La Chambre interdite[4].

Il poursuit la réalisation de films ainsi que du cycle vidéo[5] Les Ballets russes avec Elodie Tamayo.

Il mène ainsi depuis 2013 une carrière d’artiste centrée sur la peinture, indépendant et autogéré, et signe plusieurs expositions[6].

En 2015, il est lauréat du prix de peinture Antoine Marin[7] et primé[8] en 2016 par l’Académie des beaux-arts.

En 2017, le critique et écrivain Paul Ardenne est commissaire de l’exposition parisienne Odradek[6].

Il cosigne avec le traducteur et poète André Markowicz le recueil Orbe[9] pour lequel il réalise un cycle de cinq tableaux.

Il crée en 2019 le Bureau Orsten Groom avec V V V, qui poursuit de garantir l’indépendance et l’autogestion de ses divers projets (expositions, éditions, musique, films). La Maison Marin crée et commercialise le Rose Groom.

En , l’écrivain, commissaire d’exposition et critique d'art Olivier Kaeppelin est commissaire de l’exposition parisienne « Pompeii Masturbator »[10] — à l’occasion de laquelle sa première monographie est éditée (accompagnée de textes de Olivier Kaeppelin, Paul Ardenne, l’écrivain Boris Wolowiec et du sculpteur Elisabeth Schubert).

En , le centre d’art contemporain À Cent Mètres du Centre du Monde (ACMCM) lui offre sa première exposition rétrospective « Exopulitaï »[11].

Démarche[modifier | modifier le code]

L’artiste allemand Jonathan Meese a déclaré à propos du travail d'Orsten Groom :

« Orsten Groom vient des grottes et du Moyen Âge et garde l’histoire vivace dans l’art actuel. Il vient du futur[12]. »

Son esthétique a pu être qualifiée de grotesque, carnavalesque voire macabre et kabbalistique, et entretient à ce propos une forte filiation avec ses origines judéo-slaves et la tradition picturale nordique.

Travaillée par l’Histoire et la mémoire sur le mode de l'emprise épileptique, sa peinture s’instruit comme une vaste récapitulation hermético-apocalyptique de l’histoire de l’art par ses archétypes archaïques et mythologiques.

Orsten Groom se définit lui-même comme « enquêteur, hareng rouge et soubrette au service de l’autorité naturelle de l’Art » — qu’il considère comme flot des origines et puissance extra-humaine « du monde entier contre tout le monde »[13].

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Double Peine[14], Jean Louis Costes et Orsten Groom, galerie Lazer Quest, Paris
  • Feldgrau[15], galerie Crous, Paris
  • 2016 : Kriegelkrakel[16], galerie Crous, Paris
  • Rencontre-Conference[17], musée d’art moderne, Troyes
  • Martus Lupus, Phantom Project Contemporary[17], Troyes
  • 2017 : Larvae Smort Reign[18], galerie Andersen & Associés, Luxembourg
  • Orbe[19], Orsten Groom et André Markowicz, Résidence Concordia, Paris
  • Odradek[6], 24Beaubourg, Paris, commissariat Paul Ardenne
  • 2019 : Pompeii Masturbator[20], commissariat Olivier Kaeppelin, Espace Oppidum, Paris
  • 2020 : Exopulitaï [21]/ The Trickster Meltdown, centre d'art À Cent Mètres Du Centre Du Monde, Perpignan

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

Prix de peinture[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Prix de peinture Antoine Marin[27]
  • 2016 : Prix de peinture de l'Académie des beaux-arts[28]
  • 2019 : Prix L'art est vivant, fonds de dotation à l'occasion de l'exposition « Pompeii Masturbator »[29]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Ballets russes[30] (Orsten Groom et Élodie Tamayo, programme vidéo 2012-2017
  • Parch[31], 2013, 40 min
  • Tupinamba, 2012, 15 min
  • Head Tremor In Dog[32], 2012, 30 min
  • Mode of carryng the mix[33], 2011
  • Lord of Herring[34], 2011, 7 min
  • Bobok[35], 2011, 45 min Prix du jury[36] du festival Côté court de Pantin 2011.
  • Smarkacz[37], 2008, 11 min

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ready Art », sur readyart.fr (consulté le 30 octobre 2019).
  2. a b et c Véronique Godé, « Orsten Groom, Autopsie de l'Alien », sur artshebdomedias.com/, site d'information dédié à l'Art_contemporain, (consulté le 11 novembre 2019).
  3. Prix exceptionnel du jury au festival Côté court de Pantin en 2011.
  4. « Guy Maddin - Débordements », sur debordements.fr (consulté le 10 novembre 2019).
  5. « Collectif Jeune Cinéma », sur cjcinema.org (consulté le 10 novembre 2019).
  6. a b et c « [EN DIRECT] Orsten Groom, ODRADEK, Espace 24Beaubourg - pointcontemporain » (consulté le 1er novembre 2019).
  7. « Prix Antoine Marin 2015 - Marin Beaux Arts », sur marinbeauxarts.com (consulté le 30 octobre 2019).
  8. Institut de France, Académie des Beaux Arts, « Palmarès Académie des Beaux Arts, séance solennelle 2016 », (consulté le 4 décembre 2019).
  9. fabienribery, « ORBE, ou les hybridations carnavalesques d’André Markowicz-Orsten Groom », sur Le blog de Fabien Ribery, (consulté le 10 novembre 2019).
  10. « Orsten Groom : Pompeii Masturbator », sur Connaissance des Arts (consulté le 1er novembre 2019).
  11. Laurélia Torno, « Orsten Groom : EXOPULITAÏ - Ceux qui vivent à l’extérieur des portes », sur artsixMic, (consulté le 1er novembre 2019).
  12. « About », sur orstengroom (consulté le 20 août 2020).
  13. « Textes », sur orstengroom (consulté le 20 août 2020).
  14. « FUN THUGS #1 Jean-Louis Costes & Orsten Groom + Le Wonder », sur Radio Campus Paris, (consulté le 1er novembre 2019).
  15. « Orsten Groom // FELDGRAU | Le Service Culturel du Crous de Paris », sur culture-crous.paris (consulté le 1er novembre 2019).
  16. « orsten-groom-tentor-kriegelkrakel - pointcontemporain » (consulté le 1er novembre 2019).
  17. a et b Jean-Paul 2, « Orsten Groom, Martus Lupus », sur lelitteraire.com (consulté le 1er novembre 2019).
  18. La galerie d’art contemporain Andersen & Associés, « LARVAE SMORT REIGN » (consulté le 4 décembre 2019).
  19. « Orsten Groom - Autopsie de l’alien », sur ArtsHebdoMédias, (consulté le 1er novembre 2019).
  20. (en-US) « Olivier Kaeppelin présente POMPEII MASTURBATOR de Orsten Groom », sur Eventbrite (consulté le 1er novembre 2019).
  21. « Centre d'art contemporain à cent mètres du centre du monde - ACentMetresduCentreduMonde », sur acentmetresducentredumonde.com (consulté le 1er novembre 2019).
  22. « Journal L'Est Éclair abonné », sur Journal L'Est Éclair abonné (consulté le 1er novembre 2019).
  23. « Clouzot et les arts plastiques - Topographie de l'Art », sur topographiedelart.fr (consulté le 1er novembre 2019).
  24. « KALEIDOSCOPE », sur La Galerie de La Forest Divonne, (consulté le 4 décembre 2019).
  25. « TU SAIS CE QU'ELLE TE DIT... MA CONCIERGE ?! », sur muba-tourcoing.fr (consulté le 1er novembre 2019).
  26. « Aux sources des années 80 : Eighties & Echoes », sur doc.macval.fr (consulté le 1er novembre 2019).
  27. « Prix Antoine Marin 2015 - Marin Beaux Arts », sur marinbeauxarts.com (consulté le 1er novembre 2019).
  28. Institut de France - Académie des Beaux-Arts, « Séance solennelle 2016 - palmarès des Prix et Concours », (consulté le 4 décembre 2019).
  29. Voir sur pointcontemporain.com.
  30. « Côté Court / Fiche film », sur cotecourt.org (consulté le 1er novembre 2019).
  31. « Parch (2014) », sur unifrance.org (consulté le 1er novembre 2019).
  32. « Documents film Head Tremor In Dog », sur orstengroom.fr (consulté le 4 décembre 2019).
  33. « Mode of Carrying the mix - Bismarck / Śledztwo / Grau Kluster - Film #2 », sur orstengroom.fr (consulté le 4 décembre 2019).
  34. « Lord of Herring - Bismarck / Śledztwo / Grau Kluster - Film #1 », sur orstengroom.fr (consulté le 4 décembre 2019).
  35. « Festival côté court », sur cotecourt.org, (consulté le 4 décembre 2019).
  36. « Palmarès », sur cotecourt.org (consulté le 1er novembre 2019).
  37. « Smarckacz », sur orstengroom.fr (consulté le 4 décembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]