Myriam Mechita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une peintre image illustrant français
image illustrant l’art contemporain image illustrant la céramique
Cet article est une ébauche concernant une peintre française, l’art contemporain et la céramique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Myriam Mechita
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Activité

Myriam Mechita, née le , est une artiste française qui vit et travaille à Berlin et Paris. Elle enseigne le dessin à l'école des beaux-arts de Caen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) aux Beaux-Arts de Strasbourg, elle est diplômée en 2000 du CFPI (Centre de formation des plasticiens intervenants). En 2003, elle obtient l'agrégation d’arts plastiques à l’université Marc-Bloch de Strasbourg.

Travail artistique[modifier | modifier le code]

Pour la série intitulée « La décapitation de Saint-Côme », pour laquelle des saints décapités sont « brodés à la paillette », Myriam Méchita emprunte littéralement à Fra Angelico son Martyre des saints Cosme et Damien. Elle a six ans, explique-t-elle, lorsqu’elle voit pour la première fois une reproduction – le plus banalement qui soit, en illustration d’un calendrier – et la découverte de cette image tragique la bouleverse, l’effraie et l’intrigue. Ce moment est fondateur de sa position d’artiste :

« chaque fois je revenais à cette image et l’épée restait définitivement levée au-dessus de la tête du condamné ; j’ai eu la conscience fulgurante que l’art avait le pouvoir d’arrêter le temps, de figer éternellement un moment. C’est ce que j’ai choisi de faire aussi, être artiste. »

De même, dans son exposition au Parvis, l’un des dessins exposés évoque le meurtre d’Elizabeth Short en 1947 à Los Angeles. Le soir du vernissage, une performance accompagne son installationu. Une femme nue, Chloé Mons, reste allongée sur un « lit » (plutôt un échafaudage, presque un échafaud), le visage recouvert par ses longs cheveux blonds.

Avec Absolut agony (2010), Myriam Méchita revient, sur la proximité troublante entre l’extase et l’agonie :

« Une série de dessins représentant des femmes au moment du coït, bouche ouverte, aspirant ou soufflant, comme un chant perdu où le son n’a plus de direction. De cette bouche ouverte sort le juste son de l’amour, inaudible, en arrêt. »

Dans Sans langage, ni rue (2007), l’espace d’exposition fonctionne comme un rébus, une mise en espace énigmatique et codée. Ainsi des tatouages (un navire de flibustiers) tour à tour sur la peau, les objets et les murs. Ainsi des faïences colorées, conçues comme des dessins en volume et réalisées avec les céramistes de Sèvres, mais aussi des crânes de résine translucide, qui sont autant de variations de vanités qui créent un monde surréel d’objets monstrueux, d’hybrides, de chimères. Myriam Méchita explore ici les déformations, les excroissances, les mutations :

« Un ensemble de sculptures qui se répondent : des paysages en dehors de toute logique d’échelle et de représentation, quatre faïences émaillées, réparties, ouvrent sur des paysages où la boue côtoie les diamants. Un buste sans tête accueille comme ornement des boules de couleurs qui percent la peau, des bûches prises dans la boue absorbent la lumière et se transforment en une seule ombre, intense et profonde. »

« La vie, la mort, la souffrance, le plaisir sont des notions ambivalentes qui se heurtent dans mon travail, comme dans le quotidien. […] mes réalisations sont toujours contradictoires. Il y a des perles et des paillettes certes, mais il y a aussi des dessins réalisés à la perceuse et d'autres créations très brutes. Ce qui m'intéresse, c'est la tension entre l'apparence des choses et ce qui est caché au premier regard. J'oscille en permanence entre la sophistication et la radicalité. J'essaye de comprendre comment rassembler ces extrêmes. »

C’est ce dont rendent également compte des dessins rouges sur fond de coulures noires. Ces dernières, au même titre que les flaques de latex saupoudré de paillettes multicolores, ou encore les chevreuils amputés et décapités, sont des motifs récurrents, fonctionnant dans la différence et la répétition.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2013.« La chambre 14 » Performance dans le cadre du Musée de l'invisible. Palais de Tokyo ENFIN. Livre d'Artiste Myriam Mechita - Virginia Woolf. Edition URDLA the flesh and blood of life. URDLA. Villeurbanne. Je suis le phénix ou l'amour en collier. Galerie Eva Hober. Paris Les naufrages invisibles. Fondation Jean-Marc et Claudine Salomon. Annecy.
  • 2012 la fourmi, le vison et le buffle ou voir les morceaux manquant. Nosbaum et Reding Luxembourg
  • 2011L'infini en plus. Galerie de Sèvres. Paris My Name is Nobody. Musée National de la Céramique. Sèvres Galery Fons Welters. Amsterdam.  « Playstation » Space
  • 2010 Lettre à l’inconnu. Le Parvis. Tarbes - Galerie La Manufacture de Sèvres. Paris Bloomberg Space. London
  • 2009 Les semblants à découverts ou i’m an animal without fear. Micro-onde. Centre d’art de Vélizy
  • 2008 Fonds régional d'art contemporain de Basse-Normandie Galerie Nosbaum et Reding. Luxembourg Gag Gallery. Adélaïde. Australie
  • 2006 La Galerie, Centre d´art contemporain, Noisy-le-Sec Centre d’art du Lac-Saint-Jean, Québec Formica blues 2 et le soulagement des fils, exposition avec Richard Fauguet, Galerie de l'École régionale des Beaux-Arts de Rouen, Rouen Désirer la flamme avant le brasier, Galerie Eric Dupont, Paris
  • 2005 L'œuvre levée ou la mesure du sens, Musée des Beaux-Arts de Gray La mesure du sens ou l'exécution calibrée, Nosbaum & Reding - Art contemporain, Luxembourg La suprématie du savoir ou l'œuvre révélée, Open Space, Art Cologne, Cologne Les décisions définitives ou la suprématie du savoir, Centre d’art de Saint-Cyprien La superforme ou le retour de la langue, Galerie Éric Dupont, Paris Festival plein les sens, hommage à John Cage, Mulhouse

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

  • 2014. Motopoetique. Musée d'art Moderne et Contemporain. Lyon Astralis. Espace Louis Vuitton. Paris
  • 2013. Extravaganza. Galerie Phantom Projects Contemporary. Marigny-le-Châtel The End is the beginning. The Wand. Berlin Les Glaces. film projeté lors d'une soirée performance au Musée de la Chasse. Paris Au de la du miroir. Centre d'art du Parvis. Tarbes Body and Souls.. MAD. New York Sleep Disorder VII. Berlin Sleep Disorder VI. Paris Sculptrices. Villa Datris. Fondation pour la sculpture contemporaine Anima. Centre d'art d'Istres In a sentimental mood. Galerie des Galeries. Paris « les chants de l'amour ». Le musée invisible. Palais de Tokyo. Paris
  • 2012 Natures inanimées. Urdla. Lyon Workshop. Triangle Art Association. New York Galerie Eva Hober. Paris
  • 2011 Mortel !. Frac Basse Normandie. Curatée par Mathieu Mercier Nuits Blanches. Octave Cowbell .Metz Apparitions . Frac Midi-Pyrennées. Toulouse A corps perdu. Frac Bourgogne Open. Triangle Studio. New York Elle était une fois. Maison des Arts Georges Pompidou. Gourdon Habiter . Frac Midi-Pyrénées, la grotte du Mas-d’Azil Collision Cross Section. GoggleWorks Center for the Arts. Reading. USA 2010 Offrez l’art de demain-récolte
  • 2010. URDLA. Lyon Circuits Céramique. Musée National de la Céramique. Sèvres Ten Years Hunting. Parker’s Box. New York L'infâme des XXX ans. URDLA. Chambéry Rêves et révolvers. Les voûtes. Paris Sur le fil. Musée de L’objet, Blois Sur le fil. Musée des Arts et Traditions. Sètes Collection. Musée Saarland Saarebruck Collection. Frac Midi Pyrennées, les Abattoirs. Toulouse. Collection du Musée de Strasbourg.
  • 2009 Memento Mori. Frac Haute-Normandie. A nous deux. Frac Basse-Normandie . + si affinités. Fiac. Bongoût. Berlin Familly Jewels. Villa Merkel. Esslingen Sur le fil. Folie Wazemmes. Lille Collection. Frac Midi Pyrennées, les Abattoirs. Toulouse. Collection du Musée de Strasbourg.
  • 2008 Bunny show, KumuKumu Gallery New York

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Myriam Mechita: catalogue de l'exposition à La Galerie, Centre d’art contemporain, Noisy-le-Sec, 2006/2007
  • Myriam Mechita : édition Résidences croisées Alsace – France. Frac Alsace 2007
  • Myriam Mechita : Flux’s, compte rendu de la résidence à la maison des arts Georges-Pompidou
  • Armpit of the mole : recueil de dessins de différents artistes, édition Fundation 30 km, Barcelone, 2005
  • Myriam Mechita, fac-simile d’un carnet de dessins, Edition La Chaufferie, 2005
  • Les Décisions définitives ou la suprématie du savoir, catalogue de l’exposition au centre d’art de Saint-Cyprien, 2005
  • L'œuvre levée ou la mesure du sens, catalogue de l'exposition au musée des beaux-arts de Gray, Frac Franche-comté, 2005
  • APSV-La Villette. Édition d'une carte postale

Autorité[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]