Musée de l'érotisme (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée de l'Érotisme
Musee-de-l'erotisme.jpg
Vue l'entrée du bâtiment.
Informations générales
Nom local
Musée de l'érotismeVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Ouverture
Fermeture
Site web
Collections
Collections
art populaire, art sacré, art contemporain, histoire
Nombre d'objets
2 000
Localisation
Pays
Commune
Adresse
72, boulevard de Clichy, 75018 Paris
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 18 arrondissement de Paris
voir sur la carte du 18 arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le musée de l'Érotisme était un musée privé parisien consacré à l'art érotique (peinture, sculpture, objets…).

Inauguré en par Alain Plumey et Joseph Khalifa[1] au cœur de Pigalle dans le 18e arrondissement de Paris, au 72, boulevard de Clichy, le musée a fermé ses portes au public le et l'ensemble de la collection a été vendue aux enchères[2].

Collections[modifier | modifier le code]

Sur les sept étages, le musée regroupait des expositions permanentes sur :

  • l'art populaire centré sur la sexualité dans son aspect récréatif ;
  • l'art sacré de la préhistoire à nos jours, consacré à la sexualité, la fécondité et la fertilité ;
  • l'art contemporain (photographies, dessins, peintures…) ;
  • l'histoire des maisons closes de la fin du XIXe siècle à l’année 1946, date de la fermeture de ces établissements en France.

Il exposait des pièces d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie.

Le musée abritat aussi des expositions temporaires d'artistes internationaux, d'une durée de six à sept mois, notamment sur le Japon, Alexandre Dupouy, Christian Peter, Peter van Straaten, Barbe, Christophe Bier, Stéphane Blanquet, Jacques Brissot, Jean-Pierre Ceytaire, Jacques Charrier, Nicole Claveloux, Jean Demélier, Freak Wave, Charlie Hebdo, Placid et Muzo, Alex Varenne[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le musée des plaisirs intimes », L'Express, .
  2. « Musée de l'Érotisme : la vente aux enchères atteint 450 000 euros » sur culturebox.francetvinfo.fr (en ligne).
  3. musee-erotisme : dossiers de Presse, artistes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elena Scappaticci, « À Paris, le musée de l'érotisme vend ses bijoux de famille », Le Figaro, (en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]