Années 160 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

IVe siècle av. J.-C. | IIIe siècle av. J.-C. | IIe siècle av. J.-C. | Ier siècle av. J.-C. | Ier siècle

../.. | Années 180 av. J.-C. | Années 170 av. J.-C. | Années 160 av. J.-C. | Années 150 av. J.-C. | Années 140 av. J.-C. | ../..

169 av. J.-C. | 168 av. J.-C. | 167 av. J.-C. | 166 av. J.-C. | 165 av. J.-C. | 164 av. J.-C. | 163 av. J.-C. | 162 av. J.-C. | 161 av. J.-C. | 160 av. J.-C.


Événements[modifier | modifier le code]

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions et découvertes[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

Fragment de manuscrit sur soie découvert à Mawangdui.
  • 169 av. J.-C. : T. Sempronius Gracchus fait construire la basilique Sempronia à Rome.
  • 166-160 av. J.-C. : activité de Térence, poète comique à Rome (né à Carthage v. 194 av. J.-C., mort en 159 av. J.-C.). Jeune esclave africain, il est recueilli et affranchi par le sénateur Terentius Lucanus qui lui fait donner une éducation libérale. Profondément pénétré de culture grecque, il donne six comédies jouées entre 166 et 160 av. J.-C. : L’Andrienne, La belle-mère, Le Bourreau de lui-même, L’Eunuque, Le Phormion et Les Adelphes. Ses œuvres répudient les procédés comiques traditionnels chez les latins (calembours, plaisanterie grossières, caricature) pour une peinture de la société et un comique retenu qui ne plaît pas au public romain. Seuls les lettrés apprécient ce théâtre qui marque la fin de la comédie latine.
  • 168 av. J.-C. : Polybe, historien grec né v. 202 av. J.-C. à Mégalopolis est pris en otage après Pydna et passe seize ans à Rome où il se lie avec Scipion Émilien, ce qui lui permet de rencontrer les hommes politiques et d’avoir accès aux archives. Il voyage en Italie, en Espagne et en Gaule, accompagne son protecteur dans ses campagnes contre Carthage et Numance. Dans ses Histoires il raconte comment Rome a conquis le monde de 220 av. J.-C. à 146 av. J.-C.. Il tente la première approche théorique de l’État romain.


  • Chine : tombe no 1 de Mawangdui, dans le royaume de Changsha, découverte de 1972 à 1974. Chambre funéraire de bois, recouverte de 16 m de terre pilée, scellée de charbon de bois et d’argile blanche, ce qui a permis la conservation de l’intérieur, y compris le corps de la défunte, l’épouse du marquis de Dai, Premier ministre du royaume, morte entre 168 et 145 av. J.-C.. Elle est enveloppée de 20 épaisseurs de tissus, fixés par neuf ceintures et placée dans quatre cercueil emboîtés, entourés de compartiments pour le mobilier funéraire : provisions, herbes médicinales, vêtements, tissus de soie, instruments de musique (cithare, orgue à 22 tuyaux, cornemuses), 162 figurines de bois, maquettes funéraires, laques (coffrets de toilette tripodes, vases, cuillères, louches, coupes et gobelets, cruches, plateaux, éventails). Elle contient les plus anciennes versions intégrales connues du Dao De Jing.
  • Rédaction du Livre de Daniel entre 167 et 164 av. J.-C. et du Livre de Judith, sans doute pendant la persécution d’Antiochos IV Épiphane.
  • Fondation de la bibliothèque de Pergame sous le règne d'Eumène II.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Adu Boahen, Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l'Afrique, vol. 2, UNESCO, (ISBN 9789232017086, présentation en ligne)
  2. Paul Faure, Marie-Jeanne Gaignerot, Guide grec antique, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011817662, présentation en ligne)