Équipe cycliste EPM-UNE-Área Metropolitana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EPM-UNE-Área Metropolitana
{{#if:
Image illustrative de l'article Équipe cycliste EPM-UNE-Área Metropolitana
L'équipe lors de la présentation du Tour de Colombie 2013.
Informations
Code UCI EPM
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Création 1999
Discipline(s) Route
Statut Équipe continentale
Marque de cycles Trek
Manager sportif Raúl Mesa[1]
Directeur sportif Gabriel Jaime Mesa
Ancien(s) nom(s)
1999-2005
2006
2007
2008
2009
2010-2013
2014-
05 Orbitel
Orbitel-EPM
UNE-Orbitel
UNE
UNE-EPM
EPM-UNE
EPM-UNE-Área Metropolitana

L'équipe cycliste EPM-UNE-Área Metropolitana est une équipe cycliste colombienne, créée en 1999 et ayant le statut d'équipe continentale entre 2010 et 2013. Elle ne se ré-affilie pas à l'UCI en 2014 et redémarre au plus haut niveau du cyclisme national colombien. La formation est sponsorisée par l'entreprise Empresas Públicas de Medellín (EPM), et depuis cette année-là par l'Aire Métropolitaine de Medellín. En 2015, la formation redevient une équipe continentale.

Histoire de l'équipe[modifier | modifier le code]

En février 1998 est créée la société de télécommunications Orbitel. Celle-ci est détenue à 50 % par les Empresas Públicas de Medellín (EPM)[2]. En 1999, Orbitel décide de mieux se faire connaître du grand public, en sponsorisant une équipe cycliste. La formation prend le nom de 05 Orbitel, en accolant le numéro d'indicatif au nom de la société. C'est Raúl Mesa qui en est le directeur sportif avec son gendre Carlos Mario Jaramillo comme adjoint.

La première année, l'équipe remporte notamment le Clásico RCN avec Jairo Hernández et quatre étapes du Tour de Colombie. Toutefois, elle n'est pas affiliée à l'UCI.

En 2000, l'équipe rafle les deux courses les plus importantes du calendrier cycliste colombien. Elle remporte le Tour de Colombie avec Héctor Iván Palacio et le Clásico RCN par l'intermédiaire de Juan Diego Ramírez.

En 2001, la formation est affiliée à l'UCI. Elle est inscrite en troisième division et à l'issue de la saison, elle remporte le classement général final de la catégorie[3]. Cette année-là, Jairo Hernández gagne le contre-la-montre des championnats panaméricains de cyclisme tandis que Juan Diego Ramírez s'offre la course en ligne et le Clásico RCN[4].

En 2002, 05 Orbitel redevient amateur (ou plus exactement, reste professionnel mais ne s'affilie pas à l'UCI).

En 2003, la formation fait de nouveau partie des équipes UCI, elle est inscrite en seconde division.

En juin 2006, les EPM rachètent les parts des coactionnaires d'Orbitel pour devenir le propriétaire à 100 % de cette société[5]. L'organigramme de l'équipe ne change pas, Mesa et Jaramillo étant toujours les directeurs sportifs du groupe sportif. Seul le nom du sponsor change, il devient EPM - Orbitel.

En août 2006, pour mieux affronter l'arrivée de la concurrence, EPM choisit d'isoler les activités du secteur des télécommunications au sein d'une société (EPM Telecomunicaciones) qui s'y consacre exclusivement sous la marque commerciale UNE. L'entreprise continue son sponsoring mais tout naturellement, au début de la saison 2007, le nom de la formation change pour UNE-Orbitel. Elle prend le statut d'équipe continentale et fait signer Santiago Botero[6], inquiété dans l'affaire Puerto. Celui-ci, et ce pour la première fois, remporte son Tour national.

L'équipe redevient amateur pour deux ans. Le nom d'Orbitel disparaît et Carlos Mario Jaramillo quitte la formation pour devenir le directeur sportif d'Indeportes Antioquia.

En 2010, on note l'inversion des noms des sponsors pour devenir l'équipe cycliste EPM-UNE. Mais surtout Mesa et ses coureurs accèdent de nouveau au statut d'équipe continentale[7]. Ils finiront troisième du classement de l'UCI America Tour 2010, avec notamment des victoires au classement général final de la Volta Ciclística Internacional de Gravataí et du Tour de Santa Catarina.

Une saison 2011 exceptionnelle[modifier | modifier le code]

L'équipe cycliste EPM-UNE garde le statut d'équipe continentale pour 2011. Après un passage remarqué et remarquable en Espagne, elle remporte l'UCI America Tour 2011, au bout de la saison. Son meilleur coureur, Juan Pablo Suárez finit quant à lui cinquième.

Tour du Guatemala et début de saison[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, l'équipe est au départ du 50e Clásico RCN, avec l'intention de garder le titre, obtenu l'année précédente par Mauricio Ortega. Mais dès la deuxième étape, un fort virus lui ôte toute possibilité de le conserver[8]. Rafael Infantino termine cinquième et Juan Pablo Suárez remporte la neuvième étape. Le dernier week-end du Clásico RCN, une autre partie de l'effectif domine, sans partage, la Clásica de Envigado. Elle gagne les trois étapes et le général par l'intermédiaire d'Ortega[9], rétabli.

Le même mois, la formation dispute sa première épreuve de l'UCI America Tour 2011, le Tour du Guatemala. La 51e édition de cette course est totalement dominée par les EPM-UNE, avec quatre victoires d'étapes et le classement général final pour Giovanni Báez. L'équipe prend le maillot de leader (pour ne plus le quitter) au soir de la seconde étape, par l'intermédiaire du vainqueur du jour, Juan Pablo Suárez[10]. Vainqueur également de la 3e étape[11], celui-ci se maintient en tête du classement général, jusqu'à la 7e étape, un contre-la-montre en côte de 14 kilomètres, où son compatriote et coéquipier, Giovanni Báez, en remportant l'étape, lui prend son maillot de leader[12]. Lors de la 8e étape, Suárez récupère la première place[13] que Báez lui subtilise le lendemain dans une échappée solitaire. Cette initiative (déposséder un coéquipier) n'est pas sans provoquer un certain malaise dans l'équipe[14]. Mais trois jours plus tard, Giovanni Báez remporte l'épreuve, devant deux coéquipiers Suárez et Francisco Colorado. Suárez s'impose au classement par points et les EPM-UNE, au classement par équipes[15].

En novembre, les EPM - UNE écrasent la Clásica Marinilla en remportant toutes les étapes et le classement général par Jorge Humberto Martínez[16]. Stíber Ortiz, en terminant légèrement détaché la course en ligne, remporte le Clásico El Colombiano, dépossédant pour une seconde l'ancien leader Weimar Roldán[17]. Puis quelques jours plus tard, l'équipe se retrouve au Panama et domine la Vuelta a Chiriquí. Les membres de la délégation s'imposent lors de cinq étapes. Freddy Piamonte s'adjuge le classement général devant quatre de ses coéquipiers. Il s'impose comme le meilleur grimpeur tandis que sa formation repart avec le titre de meilleure équipe[18].

En Colombie, l'année cycliste 2011 commence, en février, par un critérium, organisé par la ligue d'Antioquia, à Medellín, Jaime Castañeda le remporte au sprint[19]. À la fin du mois, la formation colombienne participe à une épreuve de l'UCI America Tour 2011 en République dominicaine, la Vuelta a la Independencia Nacional. Elle y remporte trois étapes par l'intermédiaire de Rafael Infantino[20] et de Jaime Castañeda, ce dernier gagnant les deux dernières étapes de la course[21]. En outre, Castañeda s'adjuge le classement par points de la compétition[22]. Par contre, avec cinq coureurs dans les 20 premiers au classement général individuel et un seul dans les 10 (Freddy Piamonte 7e)[23], les EPM-UNE sont largement dominés par la sélection vénézuélienne qui place trois coureurs dans les quatre premiers et tient en Tomás Gil, le vainqueur de l'épreuve. Les Colombiens terminent également seconds du classement par équipes derrière ces mêmes Vénézuéliens[23].

En ce début de saison, l'équipe dispute également plusieurs courses du calendrier national (épreuves non-UCI). Elle gagne, par exemple, la Clásica Rionegro, par l'intermédiaire de Walter Pedraza, la Vuelta al Valle del Cauca, grâce à Mauricio Ortega ou bien encore la Clásica Nacional Ciudad de Anapoima, avec Juan Pablo Suárez (victoires assorties de succès d'étape)[24]. Mais elle doit subir la loi d'Óscar Sevilla et de sa formation, lors de la première édition de la Clásica Internacional del Café (malgré la victoire de Juan Pablo Suárez, dans la dernière étape)[25].

Voyage en Espagne[modifier | modifier le code]

Début avril 2011, l'équipe débarque en Europe, pour disputer six épreuves, toutes en Espagne[26]. L'effectif comprend huit coureurs qui disputent leur première course sur le sol ibérique, le 10 avril, à l'occasion de la Klasika Primavera. Les résultats y sont peu spectaculaires avec un seul homme, Giovanni Báez, dans la bonne échappée[27] mais distancé à l'arrivée de 50 secondes et finalement 17e[28].

La seconde épreuve disputée est le Tour de Castille-et-León. Elle est marquée par le grave accident d'Iván Parra, lors de la 3e étape. Celui-ci est relevé avec une commotion cérébrale sans gravité, une fracture de la clavicule et un pneumothorax[29]. Au classement général de l'épreuve, Juan Pablo Suárez termine à une remarquable sixième place à 47 secondes du vainqueur, Xavier Tondo[30]. Suárez profite de ses qualités de grimpeur pour terminer dans le premier peloton, la troisième étape qui se termine en altitude[31] et bénéficie de ses capacités de rouleur pour terminer septième de la quatrième étape, un contre-la-montre[32]. La formation termine troisième du classement par équipes[30], derrière la Rabobank et l'autre équipe colombienne Colombia es pasión, seconde.

Pendant ce temps, d'autres coureurs de la formation sont alignés en Équateur, pour disputer la Clásica Panavial de Tulcán. Stíber Ortíz remporte la première étape, en solitaire[33] et se maintient en tête du classement général, jusqu'au contre-la-montre de la cinquième étape. L'Équatorien Jorge Montenegro le remporte[34] et avec, le classement général final, le lendemain. Ortíz se classe deuxième et Javier González, troisième. González s'adjuge, également, la dernière étape et le classement de la montagne[35]. Tandis que le jeune Edward Beltrán remporte la quatrième étape, devant Ortíz[36].

Le 23 avril, la formation en Espagne participe au GP Llodio, avec Stiber Ortiz et Francisco Colorado, fraîchement arrivés, pour remplacer Iván Parra et Mauricio Ortega, blessés[37]. De toutes les initiatives, la formation colombienne participe activement à la course, avec les deux nouveaux arrivants lancés dans des échappés. Elle a encore deux coureurs (Ortiz et Suárez) dans le groupe de vingt qui se dispute la victoire finale. Et là encore, Suárez est le meilleur, en terminant cinquième[38].

Le lendemain, il fait encore mieux puisqu'il monte sur le podium du Tour de La Rioja, en terminant second, juste devant Giovanni Báez, troisième[39]. Báez s'échappe dans la dernière ascension, à 10 km de l'arrivée. Seuls Imanol Erviti et Suárez le rejoignent dans la descente. Ils résistent au retour du peloton, défendant leur maigre avantage. Puis ils attaquent, à tour de rôle, Erviti mais ne peuvent contrer leur adversaire pour la victoire[40]. Walter Pedraza, lui s'adjuge le classement du meilleur grimpeur[41].

Suite aux bons résultats obtenus depuis le début de leur périple espagnol et du relief particulièrement accidenté de l'épreuve, l'équipe colombienne arrive en position de favorite au départ de la Vuelta a Asturias[42], avec notamment Juan Pablo Suárez[43]. La première étape est marquée par le numéro de Rafael Infantino qui s'échappe dans la dernière montée et qui n'est repris qu'à 4 kilomètres de l'arrivée[44]. Dans le premier secteur de la seconde étape, c'est au tour de Stiber Ortíz de s'illustrer en restant leader virtuel, une bonne partie de l'étape[45]. Lors de la troisième étape, étape-reine de l'épreuve avec une arrivée au sommet, ils sont encore cinq dont Suárez à pouvoir se disputer la victoire à la flamme rouge. Suárez se classe 5e et se replace 6e au classement général provisoire[46]. La Subida al Naranco clôt cette édition sur des résultats mitigés, au vu du nouveau statut de l'équipe, elle place deux coureurs dans les 10 premiers. Báez finit 9e alors que Suárez rétrograde à la 7e place[47]. Elle remporte, aussi, le classement du meilleur grimpeur avec Infantino[48] et termine seconde du classement par équipes[49].

L'équipe dispute le week-end du 7 et 8 mai, sa dernière compétition en Espagne. La Vuelta a la Comunidad de Madrid est un triptyque avec une étape en ligne, un contre-la-montre, le premier jour et une arrivée en côte, le second jour. Cette ultime étape est remportée par Giovanni Báez, tandis que Walter Pedraza gagne le classement du meilleur grimpeur[50]. Le premier au classement général final est Báez qui finit à la 7e place[51].

Pour une équipe continentale ne quittant jamais l'Amérique latine, le bilan de la tournée ibérique est globalement positif : Une victoire d'étape (Báez au Tour de Madrid), deux podiums (Suárez et Báez au Tour de La Rioja), trois classements du meilleur grimpeur et une attaque de tous les instants. Seul bémol, des résultats au Tour des Asturies en deçà des espérances. Les résultats des coureurs lors des six épreuves disputées en Espagne rapportent à l'équipe 179 points au classement de l'UCI Europe Tour 2011[52].

Tour de Colombie et fin de saison[modifier | modifier le code]

La formation reprend la compétition sur une épreuve du calendrier national, la Vuelta a Antioquia, qui se déroule du 25 au 29 mai. Le retour en Colombie est difficile puisqu'elle termine cette course de préparation au Tour de Colombie 2011, sans grand résultat (un seul coureur dans les dix premiers du classement général final[53] et pas de victoires d'étapes).

Raúl Mesa, fort de ses 41 participations et ses 12 titres en tant que directeur sportif, emmène l'équipe cycliste EPM-UNE affronter ses rivales lors du 61e Tour de Colombie (seule course de l'UCI America Tour 2011 dans ce pays). C'est la treizième participation à la Vuelta de la formation. À sa tête, il y a Giovanni Báez, vainqueur du Tour 2008 et Juan Pablo Suárez a son avantage lors des courses espagnoles du mois d'avril. Néanmoins, Iván Parra sera absent, insuffisamment remis de sa chute lors du Tour de Castille-et-León, tout comme Mauricio Ortega, vainqueur du Clásico RCN 2009[54]. Le but de l'équipe est de remporter le titre[55]. Même si, Báez espère monter sur le podium[56]. Il réussit son objectif personnel puisqu'il termine deuxième mais échoue dans la réalisation de l'objectif des EPM-UNE, à savoir la victoire finale[57]. Walter Pedraza remporte la 1re étape[58] et malgré un contre-la-montre par équipes pénalisant[59], il se trouve à une seconde du leader à la veille du contre-la-montre final, Báez lui étant à 23 secondes[60]. Dans celui-ci, ce dernier se rapproche à deux secondes de la victoire alors que Pedraza s'écroule et termine finalement à la 7e place[57]. Il peut, toutefois, se consoler avec les classements du meilleur grimpeur et de la régularité qu'il remporte, tandis que la formation termine deuxième du classement par équipes[57].

En juillet, l'équipe truste les victoires dans des courses du calendrier national, avec, par exemple, Stiber Ortíz qui remporte le classement général de la Clásica Ciudad de Girardot et de la Clásica Marinilla[61], ou bien, avec Giovanni Báez qui gagne la Clásica Carmen del Viboral[24]. Ces victoires sont assorties de plusieurs succès d'étapes[24]. La formation se rend, également, au Brésil pour participer au Tour de Rio. L'équipe fait figure de favorite face à onze équipes brésiliennes et sept internationales[62]. Lors de la première étape, elle confirme son rang, en plaçant cinq de ses six coureurs dans l'échappée victorieuse, qui prend plus de deux minutes au peloton[63]. Dans la troisième étape, la plus montagneuse, les EPM-UNE construisent une stratégie qui ne laissent que trois coureurs avec eux. Dans la descente du dernier col, Juan Pablo Suárez s'échappe et remporte l'étape avec 22 secondes d'avance sur ces compagnons d'échappée. Suárez devance Castañeda et Beltran pour un triplé et s'empare du maillot de leader. Ses cinq coéquipiers se situent entre la 3e et la 11e place du classement général[64]. Pendant la quatrième étape, les Colombiens vont accentuer leur domination. Les six membres de la formation ne vont garder avec eux que huit concurrents lors de ce parcours accidenté, laissant les autres (et notamment le dauphin de Juan Pablo, Rafael Andriato) à plus de dix minutes. À l'arrivée, ils sont quatre aux quatre premières places du classement général, les deux derniers se situant entre la 6e et la 9e place[65]. Suárez et l'équipe EPM-UNE remportent les classements individuel et par équipes du Tour de Rio, le lendemain[66].

À la mi-août, Báez s'adjuge la Clásica del Club Deportivo Boyacá, victoire qu'il consolide en gagnant le contre-la-montre final[67]. Puis à la fin du mois, l'équipe voyage aux États-Unis, pour disputer le USA Pro Cycling Challenge (ou Tour du Colorado), une épreuve de l'UCI America Tour, particulièrement relevé puisque les trois premiers du Tour de France 2011 et pas moins de huit équipes de l'élite mondiale (ou UCI ProTeams) sont présentes. La formation place quatre coureurs dans les 25 premiers du classement général final[68]. Rafael Infantino termine sixième (grâce à sa troisième place dans la 3e étape[69], un contre-la-montre en côte), Juan Pablo Suárez, lui, finit quatorzième. Jaime Castañeda échoue à la deuxième place de la 5e étape, alors que Walter Pedraza, porteur du maillot rouge de leader du classement de la montagne, pendant quatre étapes, en est dépossédé le dernier jour par Rafael Montiel. L'équipe termine, également, troisième au classement par équipes. Au mois de septembre, Mauricio Ortega redevient compétitif et remporte pour la seconde fois consécutivement la Clásica Trepadores a Santa Elena, une course de côte, où il finit seul les dix derniers kilomètres d'ascension concrétisant la supériorité des EPM-UNE[70].

L'équipe remporte l'UCI America Tour 2011 par équipes, en prenant la tête du classement lors de la dernière mise à jour du 30 septembre[71].

Une saison 2012 décevante[modifier | modifier le code]

La fin de l'année 2011 et le début de la suivante est à l'image de la saison 2011, puis les résultats au Tour de Colombie, comme dans les épreuves hors des frontières, sont franchement décevants. Cela se traduit par une descente dans la hiérarchie continentale à l'issue de la saison.

Début de saison remarquable[modifier | modifier le code]

Le jour même, l'équipe prend le départ du Clásico RCN, la course la plus importante du calendrier national après le Tour de Colombie. Après avoir subi la domination de Sergio Henao, Rafael Infantino prend le dessus et remporte les trois dernières étapes, le classement du meilleur grimpeur et le classement général final[72]. Tandis que sa formation s'adjuge le classement par équipes, avec une demi-heure d'avance sur leurs suivants[72]. Les EPM-UNE sont quatre dans les dix premiers à l'arrivée (dont deux sur le podium)[72]. De plus, Javier Gómez, membre de l'équipe des moins de 23 ans, gagne la première étape[73].

En novembre, Stíber Ortiz remporte, pour la seconde année consécutive le Clásico El Colombiano, en gagnant la dernière étape[74]. Puis, l'équipe termine l'année 2011 en se rendant au Panama, pour disputer la Vuelta a Chiriquí. La formation y remporte quatre étapes, deux grâce à Stíber Ortiz et une chacun pour Jaime Castañeda et Edwin Carvajal. De plus, ce dernier remporte le Grand Prix de la montagne. Par contre, le meilleur d'entre eux, Róbigzon Oyola ne termine qu'à la cinquième place du classement général.

La formation perd Juan Pablo Suárez, son meilleur élément au classement de l'UCI America Tour 2011 et redémarre avec le statut d'équipe continentale. Elle commence la compétition en 2012 par la Vuelta a la Independencia Nacional, en République dominicaine, du 19 au 27 février[75]. Avec une équipe composée de jeunes éléments, elle place trois coureurs dans les quatre premiers du classement général laissant, toutefois, la victoire finale à Ismael Sánchez. Robigzon Oyola termine deuxième, à 1'31" du vainqueur. Par contre, elle s'impose dans le classement par équipes, dans le classement des moins de 23 ans (par l'intermédiaire d'Edward Beltrán) et gagne la 9e étape grâce à Jaime Vergara[76].

Les EPM-UNE commencent leur année en Colombie par la Vuelta al Valle del Cauca[75], le 29 février. Les éléments les plus expérimentés sont alignés et Giovanny Báez remporte la course[77], grâce à sa victoire dans l'étape reine, la veille de l'arrivée[78]. Après des résultats mitigés à la Clásica del Club Deportivo Boyacá[79], l'équipe dispute une autre course du calendrier national, la Clásica de Fusagasugá, à la mi-mars. Les hommes de Raúl Mesa dominent totalement l'épreuve, ils remportent les trois étapes et le classement général grâce à Rafael Infantino[80]. L'épreuve suivante du calendrier cycliste colombien est la Clásica de Anapoima. Báez remporte le contre-la-montre inaugural où pas moins de 281 coureurs participaient[81]. Malgré de nombreuses tentatives de déstabilisation, lors des deux étapes suivantes, l'équipe contrôle la course et s'impose au classement général individuel et par équipes[82].

Périple en Espagne[modifier | modifier le code]

Les bons résultats de la formation pendant leur périple en Espagne, lors du printemps 2011, lui permettent d'être invitée à nouveau à disputer les six mêmes épreuves. Toutefois, le GP Llodio et la Vuelta a la Comunidad de Madrid sont annulés pour des problèmes budgétaires liés à la crise que traverse l'économie espagnole[83]. Les Colombiens pourront, quand même, participer à une cinquième épreuve en Espagne, la Vuelta a Madrid, un temps menacée. Le 8 avril, ils disputent leur première course ibérique, la Klasika Primavera. Dès que la route s'élève, les coureurs de l'équipe se montrent. Mais à l'arrivée, seul, Giovanni Báez est dans le peloton qui sprinte pour la neuvième place, derrière les échappés, il termine finalement 22e[84].

L'épreuve suivante est le Tour de Castille-et-León. Walter Pedraza s'échappe le premier jour, avec trois autres coureurs, mais ne peut empêcher le retour du peloton, à trois kilomètres de l'arrivée[85]. Le lendemain, il est de nouveau dans l'échappée matinale[86]. Même si le groupe est rattrapé avant les cinquante derniers kilomètres, Pedraza, en passant en premier les trois premières difficultés du jour, s'empare des commandes du classement provisoire de la montagne[87]. Bien qu'il rate l'échappée décisive pour le classement général final, Iván Parra fausse compagnie au peloton pour terminer avec cinq minutes d'avance sur lui[88]. Le dernier jour, le classement du meilleur grimpeur devient l'objectif de l'équipe. Pedraza se glisse dans un groupe d'une vingtaine de coureurs[89]. Il franchit en tête les deux premiers cols et s'assure, ainsi, la victoire finale dans le classement de la montagne, devant son coéquipier Oyola[90]. Infantino, également dans ce groupe, chute, lourdement, dans la descente du deuxième col. Il se casse le radius du bras gauche. Son indisponibilité est estimée à cinq semaines et il retourne prématurément en Colombie[89]. Parra finit sixième de l'étape dans un petit groupe d'échappés, ce qui lui permet de terminer l'épreuve à la onzième place et premier de sa formation.

À la même date, deux autres sélections EPM - UNE disputent des compétitions, l'une en Équateur et l'autre en Colombie[91]. À la Vuelta al Tolima, les résultats sont faibles (pas de victoire d'étapes, une 7e place au classement général individuel et une 2e place au classement général par équipes)[92]. À la Clásica Panavial de Tulcán, Ramiro Rincón gagne la septième étape[93] et Javier Gómez remporte la dernière[94]. Rincón termine premier de l'équipe à la cinquième place finale[94]. Et deux coureurs de la catégorie espoir montent sur le podium pour le classement des étapes volantes que Gómez s'adjuge et pour le classement du meilleur grimpeur que Salvador Moreno s'octroie[95].

Jaime Vergara est appelé, en Espagne, pour suppléer Infantino et il débute avec ses coéquipiers au Tour de La Rioja, le 22 avril[96]. Lors de cette course, Camilo Suárez s'échappe et passe en tête les deux premiers cols, ce qui lui permet de remporter le classement de la montagne[97]. Puis deux coureurs russes s'échappent (un seul résistera et gagnera l'épreuve, Evgeny Shalunov). Giovanni Báez attaque dans le dernier col pour tenter de le rejoindre. Mais dans la descente, il doit accepter le retour de deux coureurs qui le battent au sprint pour la deuxième place. Báez termine quatrième[98]. Pedraza et Colorado terminent dans un petit groupe de dix coureurs qui se disputent la cinquième place[97]. Les EPM - UNE finissent, également, troisième du classement par équipes[97].

Au Tour des Asturies, lors de la première étape, seuls Báez et Parra arrivent dans le peloton de 21 cyclistes à 29 secondes du vainqueur, Alejandro Marque[99]. Dans le premier secteur de la deuxième étape, Pedraza rejoint quatre échappés dans la seule ascension de la journée. Ils résistent au retour du peloton mais Jesús Herrada lâche Pedraza, peu après avoir contré une attaque d'Antonio Piedra[100]. Il finit troisième de l'étape. La deuxième demi-étape est un contre-la-montre, où Giovanni Báez et Camilo Suárez terminent à moins d'une minute du vainqueur Ion Izagirre[101]. La Subida al Naranco, qui fait office de dernière étape du Tour des Asturies 2012, voit Walter Pedraza s'imposer dans le classement du meilleur grimpeur[102]. Giovanni Báez finit septième de l'étape[103], ce qui lui permet de s'immiscer dans le Top 10 de la Vuelta a Asturias (il se classe neuvième[104]).

Les coureurs terminent leur mois de compétition, en Espagne, par le Tour de la communauté de Madrid. L'épreuve est réduite à deux étapes. Le premier jour, ils effectuent un contre-la-montre de 7,8 km. Quatre coureurs terminent dans la même minute que le vainqueur Jonathan Castroviejo. Robigzon Oyola réussit le meilleur temps de l'équipe[105]. Membres de la fugue matinale, Iván Parra, Francisco Colorado[106] et Mauricio Ortega remportent les honneurs pour la formation colombienne. Parra et Colorado, en finissant sixième et huitième de la seconde étape, terminent dans les dix premiers du classement général final de la course. Tandis qu'Ortega s'adjuge le titre de meilleur grimpeur[107].

Bien que les EPM - UNE aient remporté quatre trophées du meilleur grimpeur (sur cinq épreuves disputées), le bilan reste moins élogieux que lors de leur précédente visite dans la péninsule ibérique. Cette année, aucun coureur n'a terminé sur le podium d'un classement général, ni obtenu de victoire d'étape. Les résultats des coureurs lors des cinq épreuves disputées en Espagne rapportent à l'équipe, seulement 68 points au classement de l'UCI Europe Tour 2012[108].

Printemps - été 2012[modifier | modifier le code]

Après avoir fait l'impasse sur la Vuelta a Cundinamarca[109], l'équipe se présente au départ de l'épreuve la plus importante du calendrier national colombien, dans la catégorie Espoir, la Vuelta de la Juventud (le Tour de Colombie des moins de 23 ans). Javier Gómez remporte la première étape, disposant du peloton au sprint[110]. Tandis que Salvador Moreno s'impose en solitaire lors de la troisième, après avoir lâché ses compagnons d'échappée[111]. Mais bien que la formation remporte le classement par équipes et Moreno, le trophée du meilleur grimpeur, la sixième place d'Edward Beltrán[112] (premier des EPM - UNE) paraît une contre-performance.

Une sélection participe au Tour du Guatemala pour défendre le titre obtenu par Giovanni Báez, à la fin 2010. Lors de la deuxième étape, Ramiro Rincón fait partie d'un groupe d'échappés qui se dispute la victoire, en prenant une minute d'avance sur le peloton[113]. Le lendemain, il s'enfuit dans l'ascension finale avec son coéquipier Fredy Piamonte. Piamonte remporte l'étape et Rincón revêt le maillot de leader[114]. Malgré une perte de temps importante (min 46 s) sur Álder Torres, vainqueur du contre-la-montre de la quatrième étape[115], Rincón ne sera pas inquiété et remporte cette 52e édition, avec min 26 s d'avance sur Piamonte[116]. Les EPM - UNE dominent les débats, notamment la septième étape où quatre des leurs, dans une échappée de six, terminent avec six minutes d'avance, sur le reste des prétendants[117]. Óscar Rivera remporte cette étape[117] comme Isaac Bolívar[118] et Javier Gómez[119] l'avaient fait les deux jours précédents. Cette domination se conclut par quatre hommes dans le "Top 10", le trophée du meilleur grimpeur et le titre par équipes[116].

Pendant trois mois l'équipe ne remportera pas de victoires. Elle vit même un Tour de Colombie dans l'anonymat le plus complet, bien en deçà des objectifs initiaux. Une semaine plus tard, Giovanni Báez emmène une sélection de l'équipe en Chine, disputer le Tour du lac Qinghai. Avec trois de ses coéquipiers, il est présent dans la bonne échappée durant la troisième étape[120]. Ce qui permet à Báez de monter sur le podium final[121]; Francisco Colorado, terminant quant à lui, troisième du classement des meilleurs grimpeurs[122]. En août, une partie de l'effectif part aux États-Unis disputer le Tour de l'Utah et l'USA Pro Cycling Challenge[123]. Dans l'Utah, les résultats sont médiocres alors qu'au Colorado, la formation échoue de peu. C'est tout d'abord, Rafael Infantino qui est repris à moins de deux kilomètres de l'arrivée, dans la deuxième étape[124]. Ensuite, c'est Francisco Colorado qui termine deuxième du trophée du meilleur grimpeur, à trois points seulement de Jens Voigt[125]. Et enfin c'est Ramiro Rincón qui glisse de la cinquième place au quinzième rang final, à l'issue du dernier contre-la-montre, rigoureusement plat[126].

À la fin du mois, l'équipe EPM - UNE remporte sa quatrième course par étapes du calendrier national. Mauricio Ortega gagne la Vuelta a Santander[127] devant trois de ses coéquipiers[128]. C'est une victoire sans partage puisque la formation s'adjuge également le classement par équipes, les classements de la régularité et de la montagne, par l'intermédiaire d'Edwin Carvajal, le classement des moins de 23 ans, grâce à Salvador Moreno[128] et deux étapes (par Carvajal[129] et Ortega[130]). La semaine suivante, la cinquième course revient, également, à Mauricio Ortega qui s'adjuge la Vuelta Nacional Marco Fidel Suárez. Il assortit cette victoire du trophée du meilleur grimpeur et du classement combiné[131].

Au mois de septembre, la formation dispute les courses du calendrier avec principalement des coureurs de moins de 23 ans. Ainsi les résultats sont insignifiants à la Vuelta a Boyacá[132]. Tandis que Javier Gómez remporte la première étape de la Clásica el Carmen de Viboral[133]. Deux jours plus tard, il termine deuxième du classement général (qu'il assortit du classement du meilleur espoir et du trophée par équipes)[134].

Ayant remporté la plupart de ses succès dans les courses nationales l'équipe EPM - UNE perd son titre et termine huitième de l'UCI America Tour 2012. Son meilleur élément au classement individuel, Ramiro Rincón, finit vingt-neuvième.

Automne 2012[modifier | modifier le code]

Au mois de novembre, les EPM - UNE sont alignés au départ de la Vuelta al Mundo Maya, au Guatemala. Cette nouvelle épreuve est inscrite au calendrier UCI America Tour 2013. La formation domine la course. Elle remporte le classement par équipes, tout en plaçant quatre hommes dans les sept premiers. Giovanni Báez gagne le classement général, tout en remportant la cinquième étape. Freddy Piamonte, troisième au général, s'impose comme le meilleur grimpeur de la compétition et Edward Beltrán dispose de la concurrence, dans le classement des moins de 23 ans[135]. À la même date, une autre partie de l'effectif est au Panama, pour disputer la Vuelta a Chiriquí. Elle subit la loi de leur principal contradicteur, une autre formation colombienne, Formesan-Bogotá Humana-Pinturas Bler. Malgré les victoires de Javier Gómez dans la deuxième étape et de Camilo Castiblanco dans la dernière[136], le meilleur coureur au classement final est Salvador Moreno, troisième, vainqueur des classements des moins de 23 ans et de la montagne[136]. Le leader désigné, Rafael Infantino, après avoir été proche de la tête, termine quatrième.

Saison 2013[modifier | modifier le code]

Malgré les défections d'hommes d'envergure tels que Rafael Infantino ou Mauricio Ortega, l'arrivée d'Óscar Sevilla permet à la formation de réaliser un printemps exceptionnel. Non seulement les EPM -UNE remportent six courses à étapes sur les sept qu'ils disputent, mais ils s'imposent dans le championnat de Colombie, par l'intermédiaire de Walter Pedraza et, surtout, Sevilla s'adjuge le Tour de Colombie, au début de l'été. Le reste de la saison est moins brillant mais reste excellent. La formation gagne encore quatre autres courses à étapes, dont deux à l'étranger, le Tour de Rio, épreuve de l'UCI America Tour 2013 et la Vuelta al Mundo Maya.

Saison 2014[modifier | modifier le code]

À l'image de la saison précédente, Óscar Sevilla et sa formation dominent toujours le cyclisme colombien. L'équipe EPM-UNE-Área Metropolitana remporte huit courses par étapes du calendrier national (dont six par l'intermédiaire de Sevilla). Le Colombo-espagnol conserve son titre dans le Tour de Colombie, seule épreuve de l'UCI America Tour 2014 sur le territoire colombien. Il s'adjuge, en outre, le Tour de Rio, autre course de l'UCI America Tour et son coéquipier Róbigzon Oyola gagne, en fin d'année, la Vuelta a Chiriquí, épreuve la plus importante du calendrier panaméen.

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

Classements UCI[modifier | modifier le code]

L'équipe participe aux épreuves des circuits continentaux et principalement les courses du calendrier de l'UCI America Tour. Le tableau ci-dessous présente les classements de l'équipe sur les circuits, ainsi que son meilleur coureur au classement individuel[137].

UCI America Tour

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2007 10e Drapeau : Colombie Santiago Botero (8e)
2008 - -
2009 - -
2010 3e Drapeau : Colombie Juan Pablo Suárez (18e)
2011 1er Drapeau : Colombie Juan Pablo Suárez (5e)
2012 8e Drapeau : Colombie Ramiro Rincón (29e)
2013 5e Drapeau : Espagne Óscar Sevilla (9e)
2014 - Drapeau : Espagne Óscar Sevilla (2e)

UCI Asia Tour

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2012 36e Drapeau : Colombie Giovanni Báez (65e)

UCI Europe Tour

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2010 89e Drapeau : Colombie Edward Beltrán (385e)
2011 59e Drapeau : Colombie Juan Pablo Suárez (124e)
2012 94e Drapeau : Colombie Giovanni Báez (437e)

EPM-UNE-Área Metropolitana en 2015[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

Victoires[modifier | modifier le code]

Date Course Pays Classe Vainqueur
23/02/2015 2e étape de la Vuelta a la Independencia Nacional Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 07 2.2 Drapeau : Colombie Jaime Castañeda
27/02/2015 6e étape de la Vuelta a la Independencia Nacional Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 07 2.2 Drapeau : Colombie Jaime Castañeda
01/03/2015 Classement général de la Vuelta a la Independencia Nacional Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 07 2.2 Drapeau : Colombie Róbigzon Oyola

Saisons précédentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les différentes équipes professionnelles de Raúl Mesa », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 4 novembre 2013)
  2. (es) « EPM compra totalidad de Orbitel », sur www.laneros.com (consulté le 11 mai 2011)
  3. « Le classement final des groupes sportifs de troisième division », sur uci.ch (consulté le 20 mai 2012)
  4. « 05 Orbitel 2001 », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 18 avril 2011)
  5. (es) « EPM compra a minoritarios en Orbitel », sur www.gobiernoelectronico.org (consulté le 18 avril 2011)
  6. (es) « Botero le dio el sí a Orbitel », sur www.elpais.com.co (consulté le 18 avril 2011)
  7. (es) « Equipo EPM-UNE será Continental en el 2010 », sur www.eltiempo.com (consulté le 11 octobre 2011)
  8. (es) « Clásico RCN: Iván Casas ganó en San Gil. Marlon Pérez mantuvo el liderato. », sur www.revistamundociclistico.com,‎ 1er octobre 2010 (consulté le 1 décembre 2012)
  9. (es) « Mauricio Ortega campeón de la II Clásica de Envigado », sur www.nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 30 novembre 2012)
  10. a et b (es) « Juan Pablo Suárez asumió el liderato de la vuelta a Guatemala », sur www.eltiempo.com (consulté le 25 avril 2011)
  11. a et b (es) « Juan Pablo Suárez se mantiene en el liderato de la vuelta a Guatemala », sur www.eltiempo.com (consulté le 25 avril 2011)
  12. a et b (es) « Triplete del EPM-UNE en la cronoescalada de la Vuelta a Guatemala », sur www.biciciclismo.com (consulté le 15 mai 2011)
  13. (es) « Vuelta Guatemala Etapa 8 : José Contreras gana etapa 8 y Juan Pablo Suárez es líder », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 15 mai 2011)
  14. a et b (es) « Colombia sentenció el título de la 51 Vuelta a Guatemala », sur www.eltiempo.com (consulté le 15 mai 2011)
  15. (es) « Sobresaliente balance del EPM-UNE en la Vuelta a Guatemala », sur www.biciciclismo.com (consulté le 8 mai 2011)
  16. (es) « Jorge Martínez campeón élite de la Clásica de Marinilla. Jonathan Millán hizo lo propio en la Sub 23 », sur www.revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 30 novembre 2012)
  17. (es) « Weimar Roldán y Stever Ortiz con los primeros lugares de la ruta en el Clásico El Colombiano », sur www.habicicletas.com,‎ (consulté le 30 novembre 2012)
  18. (es) « Freddy Piamonte campeón de la Vuelta a Chiriquí », sur www.revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 30 novembre 2012)
  19. (es) « Jaime Castañeda gana la prueba de apertura de Antioquia », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 7 mai 2012)
  20. (es) « Rafael Infantino resulta ganador de la sexta etapa », sur www.ciclismo.com.do (consulté le 8 mai 2011)
  21. (es) « Jaime Castañeda conquista Séptima etapa Vuelta Ciclística », sur www.ciclismo.com.do (consulté le 25 avril 2011)
  22. (es) « Venezolanos arrasan con Edición XXXII Vuelta Ciclística », sur www.ciclismo.com.do (consulté le 25 avril 2011)
  23. a, b et c (es) « Les résultats officiels de la 8e et dernière étape de la Vuelta a la Independencia Nacional », sur www.ciclismototal.net (consulté le 25 avril 2011)
  24. a, b et c « EPM - UNE en 2011 », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 7 mai 2012)
  25. (es) « Sevilla de Gob. de Antioquia, gran campeón en la Clásica del Café », sur www.nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 7 mai 2012)
  26. (es) « El EPM-UNE colombiano viajó a España para disputar seis carreras », sur www.biciciclismo.com (consulté le 11 octobre 2011)
  27. « Hivert tient sa revanche », sur www.velo101.com (consulté le 10 octobre 2011)
  28. (es) « Le classement officiel de la Klasika Primavera 2011 », sur www.scamorebieta.com (consulté le 15 mai 2011)
  29. (es) « Ciclista Iván Parra estará dos días más en cuidados intensivos », sur www.eltiempo.com (consulté le 25 avril 2011)
  30. a et b (es) « Les différents classements officiels du Tour de Castille-et-León 2011 », sur www.edosof.com (consulté le 30 août 2012)
  31. (es) « Les résultats officiels de la 3e étape du Tour de Castille-et-León 2011 », sur www.edosof.com (consulté le 30 août 2012)
  32. (es) « Les résultats officiels de la 4e étape du Tour de Castille-et-León 2011 », sur www.edosof.com (consulté le 30 août 2012)
  33. (es) « Stiver Ortíz ganó en solitario y es el primer líder en la Clásica de Tulcán en Ecuador », sur nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 5 mai 2012)
  34. (es) « El local Jorge Montenegro ganó la CRI y es nuevo líder en Tulcán », sur nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 5 mai 2012)
  35. (es) « Ecuatoriano Montenegro bicampeón en Tulcán », sur nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 5 mai 2012)
  36. (es) « EPM - UNE sigue dominando en Tulcán », sur nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 5 mai 2012)
  37. (es) « EPM-UNE este sábado y domingo en Llodio y La Rioja », sur www.revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 6 mai 2012)
  38. (es) « Santiago Pérez vencedor del G.P. de Llodio, con gran protagonismo de Epm – Une », sur nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 6 mai 2012)
  39. (es) « Le classement officiel du Tour de La Rioja », sur www.edosof.com (consulté le 15 mai 2011)
  40. (es) « Juan Pablo Suárez y Giovanny Báez, en el podio de la Vuelta a La Rioja », sur www.eltiempo.com (consulté le 31 juillet 2011)
  41. (es) « Les différents classements annexes du Tour de La Rioja », sur www.edosof.com (consulté le 25 avril 2011)
  42. (es) « Santi Pérez: «Estoy bien y no renuncio a nada en Asturias» », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 8 mai 2011)
  43. (es) « Oyarzun: «Pasamontes llega bien; favorito es Santi Pérez» », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 8 mai 2011)
  44. « Schumacher ne voulait pas freiner », sur www.velo101.com (consulté le 8 mai 2011)
  45. (es) « Schumacher sigue líder tras ganar la crono de la segunda etapa », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 8 mai 2011)
  46. « Moreno champion de l'extrême », sur www.velo101.com (consulté le 8 mai 2011)
  47. (es) « Le classement général officiel du Tour des Asturies 2011 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 15 mai 2011)
  48. (es) « Le classement officiel du meilleur grimpeur du Tour des Asturies 2011 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 8 mai 2011)
  49. (es) « Le classement par équipes officiel du Tour des Asturies 2011 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 8 mai 2011)
  50. (es) « Les différents classements annexes du Tour de la communauté de Madrid », sur www.edosof.com (consulté le 15 mai 2011)
  51. (es) « Le classement officiel du Tour de la communauté de Madrid », sur www.edosof.com (consulté le 15 mai 2011)
  52. (en) « Le classement de l'UCI Europe Tour au 25 mai 2011 », sur www.uci.com (consulté le 30 avril 2012)
  53. (es) « Le classement final de la Vuelta a Antioquia 2011 », sur docs.google.com (consulté le 6 février 2012)
  54. (es) « Campeón de Vuelta a Colombia, encabeza nómina Epm – Une, para el giro nacional. », sur nuestrociclismo.com (consulté le 11 octobre 2011)
  55. (es) « “El objetivo en la Vuelta es que el equipo gane el titulo”: Juan Pablo Suárez », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 2 août 2011)
  56. (es) « “Quiero estar en el podio final en Medellín”: Giovanni Báez », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 2 février 2012)
  57. a, b et c (es) « Les différents classements finals du Tour de Colombie 2011 », sur docs.google.com (consulté le 13 septembre 2011)
  58. (es) « Pedraza ganó en Pereira y Parra es nuevo líder de la Vuelta a Colombia », sur www.eltiempo.com (consulté le 5 août 2011)
  59. (es) « Gran paso de la Gobernación de Antioquia hacia el título », sur www.eltiempo.com (consulté le 13 septembre 2011)
  60. (es) « Les différents classements de la douzième et pénultième étape du Tour de Colombie 2011 », sur docs.google.com (consulté le 13 septembre 2011)
  61. (es) « Clásica de Marinilla: Stíver Ortíz campeón, Jairo Salas se impuso en el circuito final », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 2 février 2012)
  62. « Tour de Rio - Le reportage (1/6) », sur www.velo101.com (consulté le 14 août 2011)
  63. « Tour de Rio - Le reportage (2/6) », sur www.velo101.com (consulté le 14 août 2011)
  64. « Tour de Rio - Le reportage (4/6) », sur www.velo101.com (consulté le 14 août 2011)
  65. « Tour de Rio - Le reportage (5/6) », sur www.velo101.com (consulté le 14 août 2011)
  66. « Tour de Rio - Le reportage (6/6) », sur www.velo101.com (consulté le 14 août 2011)
  67. (es) « Giovanni Báez ganó la CRI y se coronó campeón de la Clásica del Club Deportivo Boyacá », sur www.biciciclismo.com,‎ (consulté le 5 mai 2012)
  68. (en) « Le classement général final du USA Procycling Challenge », sur www.usaprocyclingchallenge.com (consulté le 7 février 2012)
  69. (es) « Infantino fue tercero en la cronómetro del USA Pro Cycling Challenge », sur www.eltiempo.com (consulté le 29 août 2011)
  70. (es) « Mauricio Ortega bicampeón de la Clásica Trepadores a Santa Elena », sur www.nuestrociclismo.com (consulté le 7 mai 2012)
  71. « Le classement par équipes de l'UCI America Tour 2011 », sur www.uciamericatour.com (consulté le 30 avril 2012)
  72. a, b et c (es) « Les différents classements finals du Clásico RCN 2011 », sur docs.google.com (consulté le 2 février 2012)
  73. (es) « Les classements de la première étape du Clásico RCN 2011 », sur docs.google.com (consulté le 2 février 2012)
  74. (es) « Stíver Ortíz bicampeón del Clásico El Colombiano », sur nuestrociclismo.com,‎ (consulté le 7 mai 2012)
  75. a et b (es) « Epm-Une inicia la temporada en República Dominicana », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 2 février 2012)
  76. (es) « Les différents classements finals de la Vuelta a la Independencia Nacional 2012 », sur ciclismo.com.do (consulté le 12 septembre 2013)
  77. (es) « Giovanni Báez ganó la Vuelta al Valle », sur www.elespectador.com (consulté le 5 mars 2012)
  78. (es) « Giovanni Báez es nuevo líder de la 'Vuelta al Valle' », sur www.elpais.com.co (consulté le 5 mars 2012)
  79. (es) « Les résultats de la dernière étape et du classement général final de la Clásica del Club Deportivo Boyacá », sur docs.google.com (consulté le 19 mars 2012)
  80. (es) « Clásica de Fusagasugá: Rafael Infantino ganó la CRI y se coronó campeón », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 19 mars 2012)
  81. (es) « Giovanni Báez, primer líder en Anapoima », sur www.elespectador.com,‎ (consulté le 24 décembre 2012)
  82. (es) « Báez (EPM-UNE) gana la Clásica de Anapoima, Sevilla, 2º », sur www.biciciclismo.com,‎ (consulté le 24 décembre 2012)
  83. (es) « EPM – Une hará su estreno en España en la Clásica de Primavera », sur nuestrociclismo.com (consulté le 14 mars 2012)
  84. (es) « Valverde y Movistar se exhiben en la “Klásika”, Báez el mejor de Epm, cf Informe Equipo Epm », sur nuestrociclismo.com (consulté le 18 avril 2012)
  85. « Jour de chance pour Cardoso », sur www.velo101.com (consulté le 28 avril 2012)
  86. « Les favoris ont parlé », sur www.velo101.com (consulté le 28 avril 2012)
  87. (es) « Les classements officiels de la deuxième étape du Tour de Castille-et-León 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 28 avril 2012)
  88. (es) « Pedraza comanda la montaña en Castilla y León », sur nuestrociclismo.com (consulté le 29 avril 2012)
  89. a et b (es) « Walter Pedraza campeón de la montaña en Castilla y León », sur nuestrociclismo.com (consulté le 28 avril 2012)
  90. (es) « Les classements officiels du Tour de Castille-et-León 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 28 avril 2012)
  91. (es) « Equipo Continental Epm –Une pedalea por el mundo », sur nuestrociclismo.com (consulté le 1 mai 2012)
  92. (es) « Les différents classements de la Vuelta al Tolima », sur docs.google.com (consulté le 11 mai 2012)
  93. (es) « Vuelta a Tulcán: Colombianos dominan la carrera ecuatoriana. Ramiro Rincón se lleva la 7ª etapa. Freddy Montaña un día más de líder », sur revistamundociclistico.com (consulté le 11 mai 2012)
  94. a et b (es) « Vuelta a Tulcán: Javier Gómez gana la última etapa. Oscar Soliz se consagró campeón de la competencia. Freddy Montaña fue 2º en la general », sur revistamundociclistico.com (consulté le 11 mai 2012)
  95. (es) « Les classements annexes de la Clásica Panavial de Tulcán 2012 », sur www.fidesciclismo.com (consulté le 12 mai 2012)
  96. (es) « Jaime Vergara llega a España a completar la escuadra del Epm-Une », sur nuestrociclismo.com (consulté le 29 avril 2012)
  97. a, b et c (es) « Les différents classements du Tour de La Rioja 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 23 avril 2012)
  98. (es) « Camilo Suárez campeón de la montaña en La Rioja », sur nuestrociclismo.com (consulté le 23 avril 2012)
  99. (es) « Parra y Báez (Epm-Une), en el pelotón de los elegidos en Asturias », sur www.biciciclismo.com (consulté le 29 avril 2012)
  100. (es) « Jesús Herrada gana en Avilés y se estrena en profesionales: “Me he acordado de Xavi Tondo” », sur www.biciciclismo.com (consulté le 29 avril 2012)
  101. (es) « Le classement officiel du second secteur de la deuxième étape du Tour des Asturies 2012 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 8 mai 2012)
  102. (es) « Le classement officiel du meilleur grimpeur du Tour des Asturies 2012 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 30 avril 2012)
  103. (es) « Le classement officiel de la troisième étape du Tour des Asturies 2012 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 30 avril 2012)
  104. (es) « Le classement officiel du Tour des Asturies 2012 », sur www.lavueltaasturias.com (consulté le 30 avril 2012)
  105. (es) « Vuelta a la Comunidad de Madrid: Jonathan Castroviejo fue el más rápido en la CRI. Nairo Quintana el mejor colombiano en la casilla 22 », sur revistamundociclistico.com (consulté le 7 mai 2012)
  106. (es) « Nairo Quintana 2º en la Vuelta a Madrid, y Ortega campeón de la Montaña, cf Ortega campeón de la Montaña », sur nuestrociclismo.com (consulté le 8 mai 2012)
  107. (es) « Vuelta a la Comunidad de Madrid: Otra gran exhibición de Nairo Quintana, fue 2º en la general. Ivan Parra 8º. Mauricio Ortega gana la montaña », sur revistamundociclistico.com (consulté le 8 mai 2012)
  108. (en) « Le classement de l'UCI Europe Tour au 25 mai 2012 », sur www.uci.com (consulté le 10 juin 2012)
  109. (es) « La liste officielle des engagés de la Vuelta a Cundinamarca 2012 », sur docs.google.com (consulté le 14 mai 2012)
  110. (es) « Vuelta de la Juventud "Supérate": Javier Gómez ganó la etapa en Pereira y es el primer líder », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 14 mai 2012)
  111. (es) « Vuelta de la Juventud ¨Supérate¨: Salvador Moreno ganó la tercera etapa, Hernández Bohórquez mantuvo el liderato », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le 14 mai 2012)
  112. (es) « Les différents classements de la Vuelta de la Juventud 2012 », sur docs.google.com (consulté le 19 mai 2012)
  113. (es) « Vuelta a Guatemala: Ramiro Rincón ya es 3º en la general. Edward Beltrán domina la montaña y el Epm-Une es líder en la clasificación por equipos », sur revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 13 mai 2013)
  114. (es) « Colombia se lleva todo: Piamonte gana la etapa; Rincón nuevo líder », sur prensalibre.com,‎ (consulté le 13 mai 2013)
  115. (es) « Vuelta a Guatemala: Alder Torres gana la CRI en Santa Lucia. Ramiro Rincón sigue dominando ampliamente la competencia », sur revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 13 mai 2013)
  116. a et b (es) « Les résultats officiels du Tour du Guatemala 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 14 mai 2013)
  117. a et b (es) « Vuelta Guatemala: Ramiro Rincón a 90 kilómetros del título final. Oscar Rivera vencedor de la jornada », sur revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 13 mai 2013)
  118. (es) « Les résultats officiels de la cinquième étape du Tour du Guatemala 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 14 mai 2013)
  119. (es) « Les résultats officiels de la sixième étape du Tour du Guatemala 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 14 mai 2013)
  120. (en) « Le classement officiel de la troisième étape du Tour du lac Qinghai 2012, cf p.42 », sur www.tdql.cn (consulté le 2 janvier 2013)
  121. (en) « Le classement général final du Tour du lac Qinghai 2012, cf p.214 », sur www.tdql.cn (consulté le 2 janvier 2013)
  122. (en) « Le classement final du meilleur grimpeur du Tour du lac Qinghai 2012, cf p.218 », sur www.tdql.cn (consulté le 2 janvier 2013)
  123. (es) « Epm-une confirma su nómina para Tour de Utah y Tour de Colorado », sur www.ciclismodecolombia.com,‎ (consulté le 1 février 2013)
  124. « Van Garderen devant la cavalerie », sur www.velo101.com,‎ (consulté le 31 décembre 2012)
  125. (en) « Le classement final du meilleur grimpeur de l'USA Pro Cycling Challenge 2012, cf p.96 », sur www.usaprocyclingchallenge.com (consulté le 31 décembre 2012)
  126. (en) « Le classement général final de l'USA Pro Cycling Challenge 2012, cf p.92 », sur www.usaprocyclingchallenge.com (consulté le 31 décembre 2012)
  127. (es) « Título inédito para Mauricio Ortega y Epm –Une en Vuelta a Santander », sur nuestrociclismo.com (consulté le 30 août 2012)
  128. a et b (es) « Les différents classements officiels de la Vuelta a Santander 2012 », sur docs.google.com (consulté le 30 août 2012)
  129. (es) « Les classements officiels de la deuxième étape de la Vuelta a Santander 2012 », sur docs.google.com (consulté le 30 août 2012)
  130. (es) « Les classements officiels de la troisième étape de la Vuelta a Santander 2012 », sur docs.google.com (consulté le 30 août 2012)
  131. (es) « Vuelta a Marco Fidel Suárez; Mauricio Ortega campeón, Weimar Roldán ganó el circuito de cierre », sur www.ciclismodecolombia.com,‎ (consulté le 24 décembre 2012)
  132. (es) « Les classements officiels de la Vuelta a Boyacá 2012 », sur docs.google.com (consulté le 26 décembre 2012)
  133. (es) « Clásica Carmen de Viboral: Javier Gómez del Epm-Une gana la 1ª etapa y comanda la general de la competencia », sur revistamundociclistico.com,‎ (consulté le 26 décembre 2012)
  134. (es) « Les classements officiels de la Clásica Carmen de Viboral 2012 », sur docs.google.com (consulté le 26 décembre 2012)
  135. (es) « Les différents classements de la Vuelta al Mundo Maya 2012 », sur www.edosof.com (consulté le 27 novembre 2012)
  136. a et b (es) « Oscar Sevilla también fue campeón en Chiriquí (Panamá) », sur nuestrociclismo.com (consulté le 29 novembre 2012)
  137. Classements UCI 2008 et années précédentes, sur le site de l'UCI
  138. (es) « El colombiano Jaime Castañeda, campeón en el Tour de Gravataí (Brasil) », sur www.eltiempo.com (consulté le 3 novembre 2010)
  139. a, b et c (es) « Stíber Ortiz campeón del Tour de Santa Catarina », sur globedia.com (consulté le 28 octobre 2010)
  140. (es) « Vuelta a Colombia : Castañeda se lleva la segunda etapa y Sevilla se pone líder », sur www.esciclismo.com (consulté le 15 août 2010)
  141. (es) « Vuelta a Colombia : Javier González gana en Medellín y Sergio Henao virtual campeón », sur www.esciclismo.com (consulté le 15 août 2010)
  142. (es) « Le classement général individuel officiel du Tour du Guatemala 2010 », sur www.edosof.com (consulté le 8 mai 2011)
  143. Javier González quitte l'équipe le 31 août 2011
  144. (es) « Les résultats officiels de la 6e étape A de la Vuelta a la Independencia Nacional », sur www.ciclismo.com.do (consulté le 25 avril 2011)
  145. (es) « Les résultats officiels de la 7e étape de la Vuelta a la Independencia Nacional », sur www.ciclismo.com.do (consulté le 25 avril 2011)

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]