Clásico RCN 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clásico RCN 2017 Cycling (road) pictogram.svg
Généralités
Course57e Clásico RCN
Étapes10
Dates22 septembre – 1 octobre 2017
Distance1 564,5 km
PaysCOL Colombie
Lieu de départMarsella
Lieu d'arrivéeGuacarí
Équipes20
Partants183
Arrivants144
Vitesse moyenne41,33 km/h
Résultats
VainqueurCOL Juan Pablo Suárez (EPM)
DeuxièmeESP Óscar Sevilla (Medellín–Inder)
TroisièmeCOL Danny Osorio (Aguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín)
Meilleur grimpeurCOL Rafael Montiel (Aguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín)
Meilleur sprinteurCOL Cristhian Talero (Movistar Team América)
Meilleur jeuneCOL Edwin Arango (Sundark Arawak - Vive La Dorada)
RégularitéCOL Javier Gómez (Boyacá es Para Vivirla)
Meilleur au combinéESP Óscar Sevilla (Medellín–Inder)
FugaCOL Rafael Montiel (Aguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín)
Meilleure équipeCOL Bicicletas Strongman
◀ 20162018 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Clásico RCN 2017 est la cinquante-septième édition du Clásico RCN. Elle se dispute du 22 septembre au 1er octobre 2017, en Colombie.

Pour trois secondes, Juan Pablo Suárez s'impose devant le vainqueur sortant Óscar Sevilla[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Équipes participantes[modifier | modifier le code]

Équipes[2] Principaux engagés[2]
Medellín - Éxito Óscar Sevilla, Cristhian Montoya, Weimar Roldán
Movistar Team América Alexander Gil, Álvaro Duarte, Jaime Castañeda, Carlos Mario Ramírez, Cristian Talero, Edwin Sánchez, Stiber Ortiz
Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín Danny Osorio, Carlos Julián Quintero, Rafael Montiel, Alejandro Serna
Coldeportes - Zenú - Claro Alex Cano, Luis Felipe Laverde, Miguel Ángel Rubiano, Dalivier Ospina, Germán Chaves
Manzana Postobón Juan Pablo Villegas, Carlos Chía, Jhojan García, Bernardo Suaza, Hernán Parra, Kevin Cano
GW Shimano - Chaoyang - Envía Alexis Camacho, Robinson Chalapud, Walter Pedraza, Jhonatan Ospina, Yeison Reyes
Bicicletas Strongman - Formesan Camilo Gómez, Omar Mendoza, Aristóbulo Cala, Jonathan Caicedo, William Muñoz, Steven Calderón, Carlos Becerra
EPM Juan Pablo Suárez, Fabio Duarte, Freddy Montaña, Diego Ochoa, Edwin Carvajal, Brayan Sánchez, Jairo Salas, Harold Tejada
SuperGIROS José Serpa, Luis Alfredo Martínez, Félix Barón, Didier Chaparro
Bakano Daniel Avellaneda
Lotería de Boyacá - Boyacá es Para Vivirla Cayetano Sarmiento, Heiner Parra, Javier Gómez, Adrián Bustamante
Sogamoso ciudad incluyente - IRDS Albeiro Rabón
JB Ropa Deportiva - Farbe Kevin Sepúlveda
EBSA Empresa de Energía de Boyacá Óscar Rivera, Wilson Marentes, Cristian Tamayo
Tolima - Carnaval del Pollo - Sheffy Diego Quintero, Yerzon Sánchez
Agencia Nacional de Seguridad Vial - 4WD Rent a Car Miguel Ángel Reyes
Aguardiente Néctar - 4WD Rent a Car - IMRD Chía Wilmar Castro
Sundark Arawak - Vive La Dorada Norberto Wilches, Edwin Arango, Santiago Ordoñez, Camilo Basante
Primero Villa de Leyva Fernando Jiménez
FF AA Fuerzas Armadas - Alcaldía de Firavitoba Jair Avella, John Fredy Ávila

Les étapes[modifier | modifier le code]

Wikidata-logo S.svgÉtapeDateVilles étapestypeDistance (km)Vainqueur d'étapeLeader du classement général
1re étape 22 sept.MarsellaPereira
étape vallonnée
125,2COL Jairo SalasCOL Jairo Salas
2e étape 23 sept.Santa Rosa de CabalLa Pintada
étape vallonnée
124COL Javier Gómez COL Javier Gómez
3e étape 24 sept.El Carmen de ViboralLa Dorada
étape vallonnée
216COL Javier Gómez COL Javier Gómez
4e étape 25 sept.La DoradaAlbán
étape de montagne
128,8ECU Jonathan CaicedoECU Jonathan Caicedo
5e étape 26 sept.TocancipáSogamoso
étape de plaine
171,1COL Weimar RoldánECU Jonathan Caicedo
6e étape 27 sept.PaipaCajicá
étape vallonnée
227,1COL Luis Felipe LaverdeCOL Wilson Marentes
7e étape 28 sept.FusagasugáIbagué
étape vallonnée
170,5ESP Óscar SevillaCOL Wilson Marentes
8e étape 29 sept.IbaguéManizales
étape de montagne
192,8COL Heiner ParraCOL Juan Pablo Suárez
9e étape 30 sept.ManizalesTuluá
étape de plaine
188,8COL Jaime CastañedaCOL Juan Pablo Suárez
10e étape 1 oct.BugaGuacarí
contre-la-montre individuel
20,2COL Carlos Ramírez COL Juan Pablo Suárez

Récit de la course[modifier | modifier le code]

1re étape[modifier | modifier le code]

Jairo Salas remporte l'étape et s'empare du même coup du maillot de leader.

Le premier jour de compétition se déroule dans le département de Risaralda. Le peloton prend le départ de Marsella passe une première fois dans Pereira, rejoint La Virginia pour y effectuer un circuit à parcourir cinq fois puis revenir dans la capitale départementale où est jugée l'arrivée. Deux cols, dont un de deuxième catégorie situé à vingt kilomètres de l'arrivée, deux sprints spéciaux et trois étapes volantes (toutes placées sur le circuit de La Virginia) jalonnent les 125,2 km du parcours.

Luis Alfredo Martínez et Cristian Talero sont chargés d'animer le début d'étape en s'échappant dans la descente du premier col, où Óscar Sevilla passe en tête[3]. Martínez remporte deux des trois étapes volantes et se vêt du maillot de leader de ce classement annexe[4]. L'écart est contrôlé par la formation Bicicletas Strongman qui l'empêche de dépasser min 30 s. Même si John Fredy Ávila s'unit aux fugueurs, l'échappée est neutralisée sur la route du retour vers Pereira. Robinson Chalapud affiche ses prétentions et passe en tête au sommet du col de deuxième catégorie (et prend la tête du trophée des grimpeurs). Malgré plusieurs tentatives d'échappée, le peloton, plusieurs fois morcelé le long de l'étape, se reforme pour une arrivée groupée. Jairo Salas y prend le meilleur sur Óscar Sevilla et Jaime Castañeda.

Salas remercie son coéquipier Edwin Carvajal pour l'aide qu'il lui a apporté lors de l'emballage final. Cette victoire d'étape le dédommage de tous les ennuis de santé qui l'ont perturbé lors du précédent Tour de Colombie[5],[3].

2e étape[modifier | modifier le code]

Javier Gómez s'impose au sprint et prend la tête du classement général.

Les coureurs partent de Santa Rosa de Cabal, dans le département de Risaralda, pour rejoindre, initialement Itagüí, dans l'área metropolitana de Medellín[6]. L'étape se déroule principalement dans le département de Caldas, et s'achève finalement à La Pintada, municipalité limitrophe du département d'Antioquia. L'itinéraire original est amputé d'une centaine de kilomètres en raison de l'impossibilité de franchir le pont de Bolombolo (es)[7]. Deux sprints spéciaux et deux étapes volantes sont prévus lors des 124 km du jour[4].

À La Felisa[N 1], une première passe d'armes pour le titre voit Óscar Sevilla, Aristóbulo Cala et les principaux favoris tenter une échappée. Rapidement, les Manzana Postobón et les membres du Team Movistar y mettent un terme. Wilson Marentes, Cayetano Sarmiento et Alejandro Serna prennent alors les devants mais ne comptent au maximum qu'un peu plus d'une minute d'avance sur le peloton. Celui-ci les absorbe et arrive groupé. La photo-finish doit départager Cristian Tamayo, Jhonatan Ospina et Javier Gómez. Ce dernier s'impose alors que dans un premier temps Tamayo avait été déclaré vainqueur[8]. Gómez, grâce aux secondes de bonifications glanées dans une étape volante et à l'arrivée, prend la tête de la course[6].

Javier Gómez dédicace sa victoire à son coéquipier Cristian Sierra, décédé lors d'une sortie d'entraînement le 7 septembre[7]. Son directeur sportif Oliverio Cárdenas se satisfait que le travail réalisé par son équipe pour que le peloton arrive groupé soit récompensé[9].

3e étape[modifier | modifier le code]

Javier Gómez remporte sa seconde victoire d'étape et consolide sa position en tête du classement général.

Les compétiteurs prennent le départ de El Carmen de Viboral dans le département d'Antioquia pour atteindre La Dorada (département de Caldas), après 216 km d'effort. Trois étapes volantes, deux sprints spéciaux et trois cols (tous trois dans les cent premiers kilomètres) pimentent le programme du jour[10].

Près de dix tentatives d'échappées échouent dans la journée. Même si Cristhian Montoya, Edwin Carvajal et Miguel Ángel Reyes trouvent l'ouverture et obtiennent jusqu'à min 5 s d'avance. Ces derniers passent les deux derniers cols de l'étape (de deuxième catégorie) en tête[11]. Montoya en profite pour s'emparer du commandement au trophée du meilleur grimpeur[12]. Une fois les trois fugueurs neutralisés et un autre essai de douze coureurs annihilée, Yerson Sánchez et Camilo Basante tentent leur chance. Et bien qu'ils obtiennent min 15 s d'avantage, ils sont absorbés par le peloton à dix kilomètres de l'arrivée[11]. Dans les deux cent derniers mètres, une chute élimine du sprint pour la victoire Cristian Tamayo et Óscar Sevilla. Javier Gómez profite de la confusion pour franchir la ligne avec quelques longueurs d'avance sur Jairo Salas et Dalivier Ospina[13].

4e étape[modifier | modifier le code]

Jonathan Caicedo s'impose dans la première étape de montagne et se vêt du maillot de leader.

L'étape du jour mène les coureurs dans trois départements. Ils prennent le départ à La Dorada, municipalité de Caldas d'où ils rejoignent le département du Tolima et terminent la journée à Albán, dans le Cundinamarca. L'arrivée est jugée au terme de l'ascension d'un col, classé en hors-catégorie. Deux étapes volantes, deux sprints spéciaux et deux cols de première catégorie sont également à relever sur le parcours[12]. De fortes dénivellations attendent les participants. En 128,8 km, ils passent de 190 mètres d'altitude, au départ à 2 135 mètres sur la ligne d'arrivée. La dernière ascension, longue de 28,7 km, fait passer les concurrents de 875 mètres à 2 135 mètres[14].

Dès les premiers kilomètres de l'étape, une fugue de vingt-sept coureurs se développe. Elle obtient jusqu'à min 10 s d'avantage. Le peloton contrôlé par l'équipe Lotería de Boyacá du leader Javier Gómez ne semble pas s'en intéresser. Dans le premier col de la journée, l'échappée perd des éléments tandis que Brayan Sánchez passe en tête au sommet. Dans la deuxième difficulté du jour, alors que l'écart est encore de min 20 s, Jonathan Caicedo s'extrait du peloton des favoris pour partir en chasse des éclaireurs. Tandis que Sánchez récidive en passant en première position en haut du col. Soutenu par ses équipiers, placés judicieusement dans l'échappée par leur directeur sportif, Caicedo reprend un à un les fugueurs. À six kilomètres de l'arrivée, il se retrouve en tête, avec le dernier de ceux-ci Hernán Parra, 42 s devant le groupe des leaders, emmené par Óscar Sevilla et où se trouve Aristóbulo Cala, Miguel Ángel Rubiano ou encore Omar Mendoza. Alors qu'à cet instant, Javier Gómez perd min 30 s. Bien que rejoint par Juan Pablo Suárez et Alexis Camacho, Jonathan Caicedo les devance sur la ligne d'arrivée menant à bien son échappée[15], [16]. Sevilla arrive avec 29 s de retard, en compagnie de six hommes. Outre Javier Gómez qui rétrograde dans la hiérarchie, les grand battus du jour sont José Serpa, Camilo Gómez, Robinson Chalapud, Alexander Gil et à un degré moindre Fabio Duarte et Alex Cano[17].

Malgré la perte de son maillot, Javier Gómez reste satisfait de ce qu'il a accompli[16]. Dans une étape difficile, avec beaucoup d'ascension et une descente dangereuse, Jonathan Caicedo a eu la chance de rejoindre l'échappée matinale, il remercie ses équipiers William Muñoz et Steven Calderón pour leur aide fondamentale dans sa victoire[18].

5e étape[modifier | modifier le code]

Weimar Roldán remporte le sprint massif et Jonathan Caicedo conserve le maillot de leader de la compétition.

L'étape, longue de 171,1 km, conduit les concurrents de Tocancipá à Sogamoso et relie le département de Cundinamarca à celui de Boyacá. Trois sprints spéciaux, trois étapes volantes et deux cols de troisième catégorie sont au programme[17].

La journée se caractérise par le nombre de tentatives d'échappée, toutes annihilés par l'équipe Bicicletas Strongman du leader Caicedo et par d'autres formations intéressées par une arrivée groupée. Miguel Ángel Rubiano (sixième du classement général) prend part à l'une d'entre elles et reste leader virtuel de la course pendant de longues minutes[19], [20]. Auparavant, lors de la première étape volante, Juan Pablo Suárez terminait troisième, ce qui lui permettait de revenir à une seconde de Caicedo au classement général. Puis dans le premier col du jour, Brayan Sánchez glane un point et prend la tête du trophée des grimpeurs[21]. À 62 km de l'arrivée, deux Boyacenses Diego Ochoa et Cayetano Sarmiento ont min 20 s d'avance sur le peloton. Ils sont rejoints par seize hommes mais le regroupement général s'effectue à quatre kilomètres de l'arrivée. Lors du sprint, une chute sévère envoie à l'hôpital Jhonatan Ospina alors que Weimar Roldán s'impose facilement[19], [20]. Roldán profite d'une faute d'inattention de Carlos Chía, pour le devancer[22] tandis que Javier Gómez termine troisième[21].

Bien que la saison lui paraît longue[19], Weimar Roldán s'est senti bien tout au long de la journée et a pu concrétiser au contraire des jours précédents. Même si sa roue arrière est touchée dans la chute d'Ospina, il réussit à ne pas tomber et lance le sprint de loin[23], [24].

6e étape[modifier | modifier le code]

Une échappée va à son terme. Luis Felipe Laverde gagne l'étape et Wilson Marentes prend la tête du classement général.

Dans le sens inverse de la veille, les participants quittent le département de Boyacá pour celui de Cundinamarca. Le parcours joint Paipa à Cajicá et est jalonné de trois cols de deuxième catégorie, de trois étapes volantes et de trois sprints spéciaux sur une distance de 227,1 km[21]. En réalité, l'itinéraire est proche de 240 km avec la modification de parcours au passage de la capitale boyacense Tunja[25].

Les tentatives d'échappée se multiplient mais sont neutralisées, dans un premier temps, par l'équipe Bicicletas Strongman du leader Jonathan Caicedo. Puis celle-ci laisse partir quinze hommes, au 39e km. Ils obtiennent jusqu'à neuf minutes d'avantage. Cristian Talero en profite pour s'adjuger les deux dernières étapes volantes du jour et prendre le commandement de ce classement annexe. Le peloton accélère et se rapproche des fugitifs. Au passage du dernier col de la journée, le groupe des favoris passe avec un retard de min 45 s. Devant Rafael Montiel et Germán Chaves se sont détachés dans l'ascension mais sont rejoints par cinq hommes. De sept coureurs, il se retrouvent à quatre (Chaves, Laverde, Marentes et Montiel) pour se disputer la victoire d'étape. À l'arrivée, Luis Felipe Laverde dispose dans l'ordre de Marentes, Chaves et Montiel. Le peloton rejoint la ligne min 36 s plus tard, permettant à Wilson Marentes de s'emparer de la tête du classement général, après l'étape la plus longue de l'épreuve[26].

Luis Felipe Laverde déclare à l'arrivée que son équipe avait besoin d'une victoire pour faire baisser le stress et l'anxiété, et que par bonheur c'est ce qu'il obtint[27]. À trois dans l'échappée, Wilson Marentes remercie ses deux coéquipiers pour leur travail qui lui a permis d'endosser le maillot de leader et qu'il compte conserver le plus possible[28].

7e étape[modifier | modifier le code]

Óscar Sevilla remporte l'étape au sprint tandis que Wilson Marentes conserve son bien.

Le Clásico RCN fête au Cundinamarca les trente ans de la victoire de Luis Herrera dans le Tour d'Espagne en partant de sa ville natale Fusagasugá, dans laquelle les coureurs effectuent cinq tours de circuit[29]. Puis ils prennent la direction du département du Tolima et sa capitale Ibagué, terme de la journée. Lors des 170,5 km du parcours, trois étapes volantes et trois sprints spéciaux sont à disputer[30].

Sur le circuit dans Fusagasugá, Hernán Parra chute et doit se retirer. Tandis que José Serpa réalise une bonne partie des cinq tours en solitaire, il est rejoint sur la route de Melgar. Ce dernier intègre toutefois l'échappée de six, qui obtient jusqu'à min 46 s d'avance. À 28 km de l'arrivée, seuls José Serpa, Stiber Ortiz, Álvaro Duarte et Yerson Sánchez restent en tête. À 12 km du terme, José Serpa, Didier Chaparro et Félix Barón, tous trois de l'équipe SuperGIROS, avec Harold Tejada tentent le tout pour le tout ; Chaparro échouant dans les derniers hectomètres. Le sprint massif est inévitable et voit la victoire d'Óscar Sevilla devant Javier Gómez et Juan Pablo Suárez[31].

À l'arrivée, Óscar Sevilla se dit content de sa victoire et de son bon classement général. Il a pu battre Javier Gómez revenant fort et bien décidé à gagner[32].

8e étape[modifier | modifier le code]

Heiner Parra mène à bien une échappée au long cours et Juan Pablo Suárez s'approprie le commandement de la compétition.

Les coureurs empruntent les routes de quatre départements et joignent leurs capitales. Ils partent d'Ibagué, Tolima, pour rejoindre Armenia, dans le Quindío, passe à Pereira (Risaralda) pour arriver à Manizales, capitale du département de Caldas. Durant les 192,8 km du jour, trois étapes volantes, deux sprints spéciaux et, surtout, sept ascensions attendent les participants[33].
Cette étape est considérée comme l'étape reine. La veille, les observateurs font d'Óscar Sevilla, le favori à sa propre succession. Lui, par contre, déclare n'avoir pu s'entraîner comme il devrait et reste dans l'expectative quant à ses possibilités de l'emporter. Il voit comme principal adversaire Juan Pablo Suárez. Il cite également Jonathan Caicedo et son équipe Bicicletas Strongman. Pour Sevilla, l'étape semble très difficile, tout peut s'y passer. Il se doit de courir intelligemment[32]. L'étape paraît décisive pour l'attribution du titre avec son profil "casse-pattes". Selon la presse, la lecture de l'altimétrie s'avère terrifiant. Sept[N 2] ascensions sont au programme dont deux hors-catégorie : le fameux col de La Línea culminant à 3 105 mètres au-dessus du niveau de la mer et l'alto de Chipre, à l'arrivée à Manizales[34].

Quarante-neuf coureurs prennent les devants dès le départ. Carlos Julián Quintero passe en tête les deux premiers cols. Mais c'est l'alto de La Línea qui opère la première sélection chez les fugueurs. Germán Chaves et Fernando Jiménez passent les premiers au sommet, suivi de Miguel Ángel Reyes à 58 s. Reyes devient ainsi le nouveau leader virtuel de la compétition, car le peloton des favoris, au sein duquel se trouvent Óscar Sevilla et Wilson Marentes, passe avec un retard de min 42 s. À quarante kilomètres de l'arrivée, les fugitifs comptent encore min 35 s d'avance. Au passage à la dernière étape volante, située vingt kilomètres plus loin, le groupe d'éclaireurs est réduit à treize unités[35]. Dans la dernière ascension, accompagnée par la pluie, Jhojan García et Heiner Parra contrent une attaque de Walter Pedraza. Parra se défait de García, son dernier contradicteur pour s'imposer cinq secondes devant celui-ci et dix-huit devant Carlos Becerra. Miguel Ángel Reyes paye ses efforts des montées précédentes pour échouer dans sa quête du maillot de leader de l'épreuve. Il se fait même coiffer, pour la huitième place, par Juan Pablo Suárez qui arrive avec un retard de min 18 s. Six secondes plus tard Óscar Sevilla en finit tandis que Jonathan Caicedo en débourse vingt-sept de plus. Wilson Marentes n'a pu suivre le rythme. Il perd quasiment dix minutes sur le vainqueur du jour et sort du Top 25 au classement général. L'autre grand battu est Miguel Ángel Rubiano qui perd vingt-huit minutes. Au classement général, Suárez prend la tête devant Sevilla à vingt-sept secondes (ce dernier progresse cependant dans la hiérarchie de trois places[36]). Caicedo suit à trente-huit secondes et Danny Osorio est à cinquante-trois. Quant à Heiner Parra, il passe de la vingt-troisième à la septième place. Enfin, Germán Chaves déloge Brayan Sánchez du commandement du classement de la montagne[37], [38].

Heiner Parra signe là, la troisième victoire d'étape pour l'équipe Lotería de Boyacá. Il remercie pour leur travail ses équipiers Cayetano Sarmiento et Adrián Bustamante, présents dans l'échappée, qui lui ont fait confiance et permis de gagner. Lors de l'ascension de l'alto de La Línea, il subit une crevaison. En lui donnant sa roue, Bustamante a sacrifié ses propres chances[39]. Le nouveau leader du classement général, Juan Pablo Suárez déclare que « ce fut une étape inédite, très dure. Je crois que le rêve serait de conserver le maillot jaune jusqu'au bout et je vais tout donner pour pouvoir offrir la victoire à mon équipe[36]. » Les différences qu'il a établi ne sont pas rédhibitoires au point de ne pas devoir se battre jusqu'à la dernière étape en contre-la-montre. Car malgré l'enchaînement de difficultés proposé, l'étape n'a pas condamné le suspense de la compétition et laissé des écarts mesurés entre les premiers du classement général[40].

9e étape[modifier | modifier le code]

Jaime Castañeda gagne l'étape tandis que Juan Pablo Suárez conserve sa place en haut de la hiérarchie.

Les coureurs partent de Manizales, capitale du département de Caldas pour rejoindre Tuluá dans celui de Valle del Cauca. Ils effectuent également en milieu d'étape plus de cinquante kilomètres en territoire risaraldense[41]. À la différence de la profusion de difficultés altimétriques proposée la veille, seul un col de troisième catégorie est au programme des 188,8 km de la journée (ainsi que trois sprints spéciaux et trois étapes volantes)[38].

Douze hommes prennent les devants aux alentours de Villamaría. Ils prennent jusqu'à cinq minutes d'avance. Après les efforts consentis la veille, le peloton semble peu disposé à engager la poursuite. Ce qui permet aux échappés de s'expliquer entre eux pour la victoire d'étape. Jaime Castañeda dispose dans l'ordre de Bernardo Suaza et de Carlos Julián Quintero[42]. Dans les différents classements, aucun changement n'est à constater si ce n'est une modification au trophée du meilleur grimpeur. Le jury des commissaires révise le classement au passage au sommet de l'alto de La Línea, la veille. Fernando Jiménez devance finalement Germán Chaves. Pour Chaves, la perte des quatre points alloués a pour conséquence de placer Rafael Montiel en tête de ce classement annexe[43].

Jaime Castañeda a récupéré de tout ce qu'il a enduré ces deux dernières saisons. Cette victoire le récompense. Óscar Sevilla déclare que même si tout le monde le donne favori, il va falloir quand même disputer le contre-la-montre du lendemain. Il respecte le leader Juan Pablo Suárez qui tient, là, l'opportunité de sa vie de gagner une grande course[44]. Alors que Suárez assure bien se débrouiller dans l'exercice du contre-la-montre. Il se sent tranquille et garantit qu'il se donnera à 100 % pour garder le maillot de leader[45].

10e étape[modifier | modifier le code]

Carlos Mario Ramírez dispose de la concurrence dans le contre-la-montre terminal alors que Juan Pablo Suárez remporte la 57e édition du Clásico RCN.

La dernière étape, un contre-la-montre individuel, se dispute entièrement dans le département de Valle del Cauca, entre Buga et Guacarí. Les 20,2 km du parcours sont rigoureusement plat[46]. Les coureurs partent de minute en minute à l'exception des quinze meilleurs au classement général qui, eux, partent de deux en deux minutes. Le premier départ est prévu à 8h30, heure locale.

Le septième concurrent à partir, Santiago Ordoñez est le premier à effectuer le parcours en moins de vingt-cinq minutes. Son "chrono" est supplanté quelques secondes plus tard par Cristian Tamayo qui réalise 24 min 24 s. Moins de treize minutes après ce dernier, Edwin Sánchez descend en-dessous des vingt-quatre minutes, en réussissant 23 min 42 s (ce qui lui permet de finir à la sixième place). Le 44e partant Carlos Mario Ramírez réalise 23 min 6 s. Il voit les quatre-vingt dix-neuf derniers concurrents échouer à améliorer son temps. Ramírez, double champion national espoir de la spécialité, s'impose avec seulement trois secondes d'avance sur José Serpa et vingt-huit sur Fabio Duarte. Pour la lutte pour le titre, Óscar Sevilla effectue le parcours en 23 min 48 s, vingt-quatre secondes plus vite que Juan Pablo Suárez. Cependant il manque trois secondes au Colombo-espagnol pour conserver son titre. Danny Osorio, quant à lui, monte sur la dernière marche du podium, comme en 2014. Il subtilise la troisième place à Jonathan Caicedo pour six secondes. Grâce à leur temps réalisé lors de ce dernier effort en solitaire, Omar Mendoza, Alex Cano et Fabio Duarte intègrent le Top ten[47], [1], [43].

Classements finals[modifier | modifier le code]

Classement général final[modifier | modifier le code]

144 coureurs terminent l'épreuve[1].

Wikidata-logo S.svgClassement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erJuan Pablo Suárez maillot jaune de leader du classement généralCOL ColombieEPM37 h 51 min 11 s
2eÓscar Sevilla maillot mondrian de leader du classement du combinéESP EspagneMedellín–Inder+ 3 s
3eDanny Osorio COL ColombieAguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín+ 1 min 12 s
4eJonathan Caicedo ECU ÉquateurBicicletas Strongman+ 1 min 18 s
5eMiguel Ángel Reyes COL ColombieAgencia Nacional de Seguridad Vial+ 1 min 31 s
6eEdwin Arango maillot bleu de leader du classement du meilleur jeuneCOL ColombieSundark Arawak - Vive La Dorada+ 1 min 40 s
7eOmar Mendoza COL ColombieBicicletas Strongman+ 1 min 46 s
8eAlex Cano COL ColombieColdeportes-Zenú+ 1 min 52 s
9eFreddy Montaña COL ColombieEPM+ 2 min 26 s
10eFabio Duarte COL ColombieEPM+ 2 min 28 s


Classements annexes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Bicicletas Strongman - Formesan Drapeau de la Colombie Colombie en 113 h 35 min 23 s
2e EPM Drapeau de la Colombie Colombie + min 40 s
3e GW Shimano - Chaoyang - Envía Drapeau de la Colombie Colombie + min 15 s

Classement de la montagne[modifier | modifier le code]

Classement de la montagne
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Rafael Montiel Leader du classement de la montagne Drapeau de la Colombie Colombie Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín 32 points
2e Carlos Julián Quintero Drapeau de la Colombie Colombie Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín 32 pts
3e Germán Chaves Drapeau de la Colombie Colombie Coldeportes - Zenú - Claro 32 pts

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Edwin Arango Leader du classement du meilleur jeune Drapeau de la Colombie Colombie Sundark Arawak - Vive La Dorada en 37 h 52 min 51 s
2e Kevin Cano Drapeau de la Colombie Colombie Manzana Postobón + min 28 s
3e Yeison Reyes Drapeau de la Colombie Colombie GW Shimano - Chaoyang - Envía + min 44 s

Classement de la régularité[modifier | modifier le code]

Classement de la régularité
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Javier Gómez Leader du classement de la régularité Drapeau de la Colombie Colombie Lotería de Boyacá - Boyacá es Para Vivirla 65 points
2e Óscar Sevilla Leader du classement du combiné Drapeau de la Colombie Colombie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Medellín - Éxito 49 pts
3e Jairo Salas Drapeau de la Colombie Colombie EPM 40 pts

Classement des étapes volantes[modifier | modifier le code]

Classement des étapes volantes
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Cristian Talero Jersey polkadot.svg Leader du classement des sprints Drapeau de la Colombie Colombie Movistar Team América 17 points
2e Luis Alfredo Martínez Drapeau de la Colombie Colombie SuperGIROS 12 pts
3e Miguel Ángel Reyes Drapeau de la Colombie Colombie Agencia Nacional de Seguridad Vial - 4WD Rent a Car 8 pts

Classement des sprints spéciaux[modifier | modifier le code]

Classement des sprints spéciaux
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Cristian Talero Leader du classement des sprints Jersey polkadot.svg Drapeau de la Colombie Colombie Movistar Team América 18 points
2e Stiber Ortiz Drapeau de la Colombie Colombie Movistar Team América 10 pts
3e Carlos Julián Quintero Drapeau de la Colombie Colombie Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín 7 pts

Classement combiné[modifier | modifier le code]

Classement combiné
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Óscar Sevilla Leader du classement du combiné Drapeau de la Colombie Colombie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Medellín - Éxito 21 points
2e Juan Pablo Suárez Leader du classement général Drapeau de la Colombie Colombie EPM 27 pts
3e Miguel Ángel Reyes Drapeau de la Colombie Colombie Agencia Nacional de Seguridad Vial - 4WD Rent a Car 41 pts

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Étapes
Vainqueur
Classement général
Jersey yellow.svg
Classement des moins
de 23 ans
Jersey blue.svg
Classement de la montagne
Jersey white.svg
Classement de la régularité
Jersey green.svg
Classement des étapes volantes
Jersey polkadot.svg
Classement des sprints spéciaux
Jersey light blue.svg
Classement par équipes
Jersey yellow number.svg
1re étape[4] Jairo Salas Jairo Salas Wilson Cardona Robinson Chalapud Jairo Salas Luis Alfredo Martínez Yecid Sierra Lotería de Boyacá - Boyacá es Para Vivirla
2e étape[10] Javier Gómez Javier Gómez Adrián Bustamante Javier Gómez Cristian Talero
3e étape[12] Javier Gómez Mateo García Cristhian Montoya
4e étape[17] Jonathan Caicedo Jonathan Caicedo Edwin Arango Jonathan Caicedo Bicicletas Strongman
5e étape[21] Weimar Roldán Brayan Sánchez
6e étape[30] Luis Felipe Laverde Wilson Marentes Cristian Talero
7e étape[33] Óscar Sevilla
8e étape[38] Heiner Parra Juan Pablo Suárez Germán Chaves
9e étape[43] Jaime Castañeda Rafael Montiel
10e étape[1] Carlos Mario Ramírez
Classements finals Juan Pablo Suárez Edwin Arango Rafael Montiel Javier Gómez Cristian Talero Cristian Talero Bicicletas Strongman

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Agglomération de la municipalité de La Merced.
  2. Sept difficultés répertoriées dans le bulletin du jury des commissaires, publié la veille et non six.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (es) « Les classements de la dixième étape et les différents classements finals », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 1er octobre 2017)
  2. a et b (es) « 57 Clásico RCN Manzana Postobón 2017 - Lista de inscritos », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 10 octobre 2017)
  3. a et b (es) « Clásico RCN, Et.1: Jairo Cano primer líder », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 24 septembre 2017)
  4. a b et c (es) « Les différents classements de la première étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2017)
  5. (es) « Clásico RCN: Jairo Salas, más rápido que Oscar Sevilla y es el primer líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 24 septembre 2017)
  6. a et b (es) « Clásico RCN: Javier Gómez ganó en La Pintada y es nuevo líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 24 septembre 2017)
  7. a et b (es) « Javier Gómez, nuevo líder del Clásico RCN tras ganar la segunda etapa », sur www.elespectador.com, (consulté le 24 septembre 2017)
  8. (es) « Javier Gómez, ganó por partida doble: etapa y liderato », sur www.clasicorcn.co, (consulté le 25 septembre 2017)
  9. (es) « Etapa y liderato del Clásico RCN para Javier Gómez », sur www.eltiempo.com, (consulté le 25 septembre 2017)
  10. a et b (es) « Les différents classements de la deuxième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2017)
  11. a et b (es) « Clásico RCN: Javier Gómez ganó en la Dorada y sigue vestido de amarillo », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 26 septembre 2017)
  12. a b et c (es) « Les différents classements de la troisième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2017)
  13. (es) « Clásico RCN, Et.3: Javier Gómez más líder y repite victoria », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 26 septembre 2017)
  14. (es) « ETAPA 4 La Dorada - Alban Lunes 25 de septiembre 128.8 Km cf Itinerario », sur www.clasicorcn.co (consulté le 27 septembre 2017)
  15. (es) « Clásico RCN: El ecuatoriano Jonathan Caicedo coronó en Albán y es el nuevo líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 27 septembre 2017)
  16. a et b (es) « Jhonatan Caicedo, logró jornada redonda en el Clásico RCN », sur www.clasicorcn.co, (consulté le 27 septembre 2017)
  17. a b et c (es) « Les différents classements de la quatrième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2017)
  18. (es) « Moñona de Caicedo en el Clásico RCN », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 27 septembre 2017)
  19. a b et c (es) « Weimar Roldán demostró en Sogamoso, que es uno de los mejores embaladores en Colombia », sur www.clasicorcn.co, (consulté le 28 septembre 2017)
  20. a et b (es) « Clásico RCN: Weimar Roldán fue el vencedor en Sogamoso. Jonathan Caicedo sigue vestido de amarillo », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 27 septembre 2017)
  21. a b c et d (es) « Les différents classements de la cinquième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2017)
  22. (es) « Ciclista paisa se recupera tras aparatosa caída en el Clásico RCN, voir la vidéo », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 3 octobre 2017)
  23. (es) « Roldán da segundo triunfo a Antioquia en el Clásico RCN », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 28 septembre 2017)
  24. (es) « Clásico RCN, Et.5: Weimar Roldán fue el más rápido en Sogamoso », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 28 septembre 2017)
  25. (es) « La disciplina mantiene vigente a Luis Felipe Laverde », sur www.clasicorcn.co, (consulté le 2 octobre 2017)
  26. (es) « Wilson Marentes, nuevo líder del Clásico RCN. Luis Felipe Laverde, ganador en Cajicá », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 2 octobre 2017)
  27. (es) « La disciplina mantiene vigente a Luis Felipe Laverde », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 2 octobre 2017)
  28. (es) « Clásico RCN, Et.6: el día afortunado para la fuga », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 2 octobre 2017)
  29. (es) « Fusagasugá y el Clásico RCN le rindieron homenaje a Lucho Herrera », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 3 octobre 2017)
  30. a et b (es) « Les différents classements de la sixième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2017)
  31. (es) « Clásico RCN: Oscar Sevilla se impuso en Ibagué y Wilson Marentes se mantiene líder en la antesala de etapa reina », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 3 octobre 2017)
  32. a et b (es) « Clásico RCN. “Mañana estoy de cumpleaños y espero que nos vaya bien en la complicada etapa reina”: Oscar Sevilla », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 4 octobre 2017)
  33. a et b (es) « Les différents classements de la septième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 30 septembre 2017)
  34. (es) « Etapa de terror en el Clásico », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 4 octobre 2017)
  35. (es) « Clásico RCN: Heiner Parra ‘cantó pasodoble’ en Manizales y Juan Pablo Suárez es el nuevo líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 7 octobre 2017)
  36. a et b (es) « Heiner Parra se impuso en la etapa reina del clásico RCN », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 7 octobre 2017)
  37. (es) Win Sports, « Diffusion des cinq derniers kilomètres de la huitième de l'étape. », sur www.youtube.com, (consulté le 7 octobre 2017)
  38. a b et c (es) « Les différents classements de la huitième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 30 septembre 2017)
  39. (es) « Clásico RCN. “Estoy muy contento por haber podido culminar en Manizales con la victoria”: Heiner Parra », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 7 octobre 2017)
  40. (es) « El suspenso del Clásico RCN será hasta el final », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 7 octobre 2017)
  41. (es) « ETAPA 9 Manizales - Tuluá Sábado 30 de septiembre 188.8 Km cf Itinerario », sur www.clasicorcn.co (consulté le 8 octobre 2017)
  42. (es) « Clásico RCN: Jaime Castañeda ganó en Tuluá. Juan Pablo Suárez es líder a falta de la CRI final », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 8 octobre 2017)
  43. a b et c (es) « Les différents classements de la neuvième étape et le bulletin du jury des commissaires », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 1er octobre 2017)
  44. (es) « Suárez siguió de líder del RCN y Castañeda ganó en Buga », sur www.eltiempo.com, (consulté le 8 octobre 2017)
  45. (es) « La contrarreloj individual definirá al campeón del Clásico RCN », sur www.elespectador.com, (consulté le 8 octobre 2017)
  46. (es) « ETAPA 10 Buga - Guacarí Domingoo 1 de octubre 20.2 Km cf Altimetría », sur www.clasicorcn.co (consulté le 8 octobre 2017)
  47. (es) « Clásico RCN: Carlos Mario Ramírez se impuso en la CRI. Por tres segundos campeón Juan Pablo Suárez », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 8 octobre 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]