Gibson ES-175

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gibson ES-175
Image illustrative de l'article Gibson ES-175
Gibson ES-175 modèle actuel
Fabricant Gibson
Période 1949 - en cours
Fabrication
Corps caisse creuse
Manche collé
Bois utilisés
Corps érable épicéa érable multiplis
Manche acajou
Touche palissandre
Accastillage
Chevalet palissandre type flottant, Tune-o-matic
Cordier trapèze métallique type Bail
Micros 2 humbuckers
Couleurs disponibles
dégradé « sunburst », naturel « blonde », bordeaux

La Gibson ES-175 est une guitare électrique de la marque américaine Gibson. C'est sans nul doute une des guitares de jazz les plus réputées. Bien qu'il existe de nombreux modèles de guitares de jazz de fabrication actuelle ou du passé, de production de masse ou de luthier, présentant des caractéristiques acoustiques à priori supérieures, l'ES-175 fut une réussite dès sa sortie, et continue d'être une référence en la matière.

C'est à partir de 1949 que la firme Gibson a commencé à produire et commercialiser la ES-175 ; ES pour Electric Spanish et 175 parce que vendue à son lancement 175$ en version standard. Une des caractéristiques notables de cette guitare fut l'introduction dans la forme du corps d'une découpe florentine pointue, plus profonde et facilitant l'accès aux notes aiguës, à la place de l'habituelle découpe vénitienne.

Construction[modifier | modifier le code]

Le corps de la ES-175 est entièrement réalisé en bois laminé, multiplis initialement constitué d'une feuille d'épicéa prise en sandwich entre deux feuilles d'érable puis progressivement remplacé par un multiplis érable-tulipier-érable. La table galbée (archtop) pourvue de deux ouïes étroites en forme de « f », ainsi que le fond sont mis en forme par pressage. Cette technique de fabrication est beaucoup plus économique que le sculptage des tables et des fonds dans du bois massif. Il faut préciser que la moindre souplesse de la table par rapport à l'épicéa massif sculpté, confère à la ES-175 cette sonorité particulière qui a contribué à sa réputation, et réduit quelque peu la tendance au larsen. La table est très réactive à la façon dont le guitariste attaque les cordes.

Le manche collé à la caisse est en acajou d'une seule pièce. Il est pourvu d'un système intégré, le truss rod servant à maintenir sa rectitude. L'accès au truss rod se trouve sous une petite plaque vissée sur la tête du manche. La touche en palissandre, bordée d'un filet (binding) blanc-crème, est munie de repères incrustés en nacre. Leur forme dite « double parallélogramme » est une des marques typiques de Gibson. La jonction du manche et de la caisse est faite au niveau de la 14e case. cette jonction mérite une précision. Dans le cas d'une guitare à table plate (flat top), le manche est généralement fixé à la caisse par un assemblage en queue d'aronde puis la touche est collée sur le manche et l'extrémité de celle-ci directement sur la table. Ici, l'extrémité de la touche est en suspension au-dessus de la table avec une pièce de bois rapportée, collée avant l'assemblage. Ceci libère de l'espace à la table et a une influence sur la sonorité. La touche de la ES-175 est divisée en 19 cases et le diapason est de 24¾ pouces.

Le chevalet de type flottant, maintenu par la simple pression des cordes, est en palissandre. À l'origine ce chevalet était fait de deux pièces de bois et muni d'un dispositif à molettes permettant de régler la hauteur (l'action) des cordes sur le manche. Par la suite la partie supérieure du chevalet a été remplacée par un système, appelé Tune-o-matic, qui permet de faire un réglage très précis de la longueur vibrante de chaque corde (compensation).

Le cordier est un robuste trapèze de type Bail. En 1958, ce cordier a été remplacé par un modèle en forme de « T », couramment appelé cordier zig-zag, puis au début des années 1970 Gibson a remis le cordier d'origine sur les modèles de série. La ES-175 est munie d'une plaque de protection, le pickguard, dont la forme définie à cette époque est devenue un signe distinctif de la marque. Cette plaque est maintenue au-dessus de la table par une vis côté manche (originellement vissée sur le manche par un système complexe, puis directement dans la table) et une petite pièce en forme d'équerre fixée sur le côté de la caisse afin de minimiser le contact avec la table pour ne pas en perturber les vibrations. Les mécaniques sont du type Kluson avec des boutons caractéristiques en forme de « tulipe ».

Les premières ES-175 était équipées d'un seul micro P-90 positionné près du manche et de deux boutons de potentiomètres de réglage, un pour le volume et l'autre pour contrôler la tonalité grave/aiguë du micro. À partir de 1953, Gibson commercialise un modèle ES-175 D avec deux P-90, quatre boutons de réglage et un sélecteur à trois positions permettant de choisir l'un ou l'autre des micros ou les deux combinés. Puis en 1957 les P-90 sont remplacés par des humbuckers. La sortie, une prise Jack, est située sur l'éclisse droite de la guitare à proximité des boutons de réglage.

Comme la plupart des instruments Gibson, la finition des guitares ES-175 est faite avec un vernis nitrocellulosique appliqué en plusieurs couches polies.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la compagnie Gibson participa à l'effort de guerre, et la production d'instrument de musique fut considérablement diminuée. L'heure n'était pas à la création de nouveaux modèles. En 1944, Gibson fut rachetée par CMI (Chicago Musical Instruments). Fin 1945, début 1946 la compagnie reprit pleinement son activité et comme la demande d'instruments était très importante, ceci lui permit de prendre un nouvel essor. En 1948 Ted McCarty fut recruté. Difficile de dire si on lui doit la ES-175, mais ce qui est indéniable c'est qu'on lui doit un certain nombre d'innovations.

La ES-175 à son introduction en 1949 n'était pas à proprement parler « révolutionnaire », mais ses caractéristiques telles que la découpe florentine, la taille de la caisse légèrement réduite et un diapason plus court par rapport aux gros modèles habituels de la marque, des détails cosmétiques et un prix relativement attractif à l'époque, en faisait un instrument qui correspondait bien à l'attente des guitaristes, en particulier les musiciens professionnels, attachés à disposer d'un instrument fiable, et robuste. Elle est en réalité la première guitare de la marque, conçue pour être une guitare électrique.

Depuis sa création en 1949, la ES-175 n'a jamais cessé d'être produite et au cours de sa longue carrière, presque six décennies, elle n'a jamais subi de modifications majeures. Il y a eu l'évolution des micros, un single coil puis deux, et les humbuckers et même une version ES-175 CC avec un micro type Charlie Christian, elle a eu droit a presque toute la panoplie des boutons de réglage Gibson, un bref changement de cordier, donc rien de vraiment important si ce n'est que récemment Gibson a remplacé le contreplacage érable/épicéa/érable constituant le corps par un contreplacage érable/peuplier/érable.

Plusieurs modèles de guitares directement issus de la ES-175 ont été ou sont produits par Gibson. En 1952 c'est la ES-295, une guitare beaucoup plus « Rock 'n Roll » d'aspect avec une peinture intégrale couleur dorée identique à celle utilisée pour une autre icône de la marque, la Les Paul, deux micros P-90 avec capots blanc/crème, un pickguard blanc/crème aussi, avec un décor floral, et un combiné chevalet/cordier inventé par Les Paul, d'une inefficacité redoutable. Ce modèle, utilisé entre autres par Scotty Moore le guitariste d'Elvis Presley, fut abandonné en 1959. Un autre modèle notable est la ES-165 Herb Ellis signature ; en fait une « 175 » avec un seul humbucker près du manche et un cordier '54 T-Trapeze, le tout en finition dorée. La L4-CES est aussi une « 175 » version grand luxe avec une table d'harmonie et un fond en bois massif sculpté.

On ne compte plus le nombre de musiciens célèbres ayant utilisé la ES-175 dans des styles très différents de Joe Pass à Steve Howe, qui a son propre modèle « signature », en passant par Chuck Berry, Bono, Luc Sigui et Pat Metheny.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]