Visegrád

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Visegrad.
Visegrád
Forteresse de Visegrád
Forteresse de Visegrád
Blason de Visegrád
(Voir carte Hongrie administrative)
Visegrád
(Voir carte Hongrie topographique)
Visegrád
Administration
Pays Drapeau de la Hongrie Hongrie
Comitat
(megye)
FLAG-Pest-megye.svg Pest
(Hongrie centrale)
District
(járás)
Szentendre
Rang Ville
Bourgmestre
(polgármester)
Abonyi Géza (Indépendant)
(2010-2014)
Code postal 2025
Indicatif téléphonique (+36) 26
Démographie
Population 1 859 hab. (1er janv. 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 05″ N 18° 58′ 25″ E / 47.78483, 18.9736747° 47′ 05″ Nord 18° 58′ 25″ Est / 47.78483, 18.97367  
Superficie 3 327 ha = 33,27 km2
Divers
Collectivités des minorités Allemands (1er janv. 2011)
Identités ethniques
(nemzetiségi kötődés)
Hongrois 93,8 %, Grecs 0,2 %, Polonais 0,5 %, Allemands 9,0 %, Slovaques 0,3 %, Ukrainiens 0,2 % (2001)
Religions catholiques 76,2 %, grecs-catholiques 0,7 %, réformés 7,8 %, évangéliques 1,5 %, juifs 0,3 %, autres confessions 0,5 %, sans religion 3,3 % (2001)
Liens
Site web www.visegrad.hu
Sources
Office central de statistiques (KSH)
Élections municipales 2010

Visegrád [ˈviʃɛɡɾaːd] (slave vise « haut », grad « ville » : la « ville haute ») est une ville de Hongrie située sur le Danube.

On peut considérer le camp militaire de la colline de Sibrik comme l'ancêtre romain (Pone Navata) de la ville de Visegrád. Le bastion, construit et habité par les slaves, cependant peu peuplé et abandonné ensuite, a été occupé peu après par les forces militaires de Géza dans les années 970. En 1009, la première source écrite mentionne ce chef-lieu fondé par saint Étienne. Le système de fortification a été érigé après l'invasion des Mongols autour de 1250-1260 par Béla IV et sa femme, la reine Marie.

Charles Robert de Hongrie déplace sa cour à Visegrád en 1323 et y construit un palais royal. En 1335, les rois de Pologne, de Bohême et de Hongrie y signent une alliance.

Au cours du siècle suivant, Matthias Corvin agrandit le palais, ajoutant des éléments de renaissance italienne à cette construction gothique tardive. En 1483, un ambassadeur du Vatican parle de Visegrád à Rome en le surnommant « le paradis sur terre ». Le palais sert de résidence de campagne aux rois hongrois jusqu'à l'invasion turque en 1544.

À la suite de guerres successives aux XVIe et XVIIe siècles et de l'occupation turque, le château de Visegrád tombe en ruines qui furent décrites en 1587 par un voyageur, Reinhold Lubenau. L'ancienne ville retrouve vie en tant que village de colons allemands aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Au milieu du XIXe siècle, on porte à nouveau attention au potentiel de Visegrád et à son environnement approprié pour en faire un lieu de villégiature. Suite à l'initiative de Joseph Viktorin, prêtre, le Parlement hongrois vote la décision de rénover le château en 1871.

János Schulek commence les fouilles du palais en 1934, dont la reconstruction est toujours à l'état de projet.

En 1991, les chefs d'État tchécoslovaque, polonais et hongrois, à la suite de la chute du régime soviétique, choisissent le lieu historique de la rencontre de 1335 pour signer un traité de coopération. Ces trois pays, devenus quatre suite à la scission de la Slovaquie et de la République tchèque, forment alors le groupe de Visegrád, une alliance économique qui marque leurs efforts d'intégration avant leur entrée dans l'Union européenne.

Notes et références[modifier | modifier le code]