Tim Howard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Howard.
Tim Howard
TimHoward USMNT 20060511.jpg
Howard en équipe nationale
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Angleterre Everton
Numéro 24
Biographie
Nom Timothy Matthew Howard
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 6 mars 1979 (1979-03-06) (35 ans)
Lieu North Brunswick (New Jersey)
Taille 1,91 m (6 3)
Poste Gardien de but
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1997-1998 Drapeau : États-Unis North Jersey Imperials 016 (0)
1998-2003 Drapeau : États-Unis MetroStars 088 (0)
2003-2006 Drapeau : Angleterre Manchester United 077 (0)
2006- Drapeau : Angleterre Everton 331 (1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2002- Drapeau : États-Unis États-Unis 096 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 28 janvier 2014

Tim Howard est un footballeur américain né le 6 mars 1979 à North Brunswick Township dans le New Jersey. Premier Américain à jouer pour Manchester United, Howard est atteint du syndrome Gilles de la Tourette depuis son enfance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Howard a commencé sa carrière de footballeur juste après le lycée en jouant aux North Jersey Imperials. Il est alors repéré par les MetroStars de New York à 19 ans et rejoint ainsi la MLS, d'abord en tant que doublure de Tony Meola puis en tant que titulaire à partir de 2001. Bien qu'évoluant dans un club peu enclin à défendre, Howard s'illustre dans ses buts et est élu Gardien de l'année de MLS en 2001 et fait partie du « onze idéal » de la MLS pour les saisons 2001 et 2002.

Ses performances traversent l'Atlantique et Manchester le fait signer en 2003, au départ en tant que troisième gardien derrière Fabien Barthez et Roy Carroll. Les bourdes répétées des deux gardiens mancuniens poussèrent Alex Ferguson à titulariser Tim Howard. Ses débuts avec les Red Devils furent réussis, Howard arrêtant le tir au but décisif contre Arsenal pour remporter le Charity Shield. Cependant, plus tard dans la saison, Carroll fut préféré à Howard suite à l'élimination en Ligue des champions. Après une période de repos, Howard a repris sa position de titulaire et a joué la finale 2004 de la FA Cup, devenant le premier Américain a remporter le prestigieux trophée. Howard a été l'unique joueur de Manchester United à figurer dans le « onze idéal » de la Premier League à la fin de la saison.

Lors de sa deuxième année à Manchester United, Howard a partagé le poste de gardien avec Roy Carroll, car les multiples erreurs commises par les deux joueurs ont rendu le choix impossible pour sir Alex Ferguson. À la fin de la saison, Howard a signé un nouveau contrat qui court jusqu'en 2009. En été 2005, Manchester United a libéré Ricardo et Carroll, les deux gardiens en concurrence avec Howard, mais a embauché l'expérimenté Edwin van der Sar. En 2006, Tim signe à Everton, club de première division anglaise, où il devint titulaire indiscutable.

En sélection américaine, Howard ne comptait que 16 capes à 27 ans, la première remontant au 10 mars 2002 contre l'Équateur, car il avait été barré par les deux gardiens évoluant en Premier League et très expérimentés Kasey Keller et Brad Friedel.

Il contribue au bon parcours d'Everton lors de la saison 2008-2009, où le club de Liverpool se classe 5e de la Premier League derrière le Big Four et atteint la finale de la FA cup, perdue 2-1 contre Chelsea. Lors de la demi-finale de cette dernière compétition, Everton affronte Manchester United, l'ancien club de Tim Howard. Le score est nul et vierge après prolongations, et Howard stoppe les tentatives de Rio Ferdinand et de Dimitar Berbatov aux tirs au but et qualifie son équipe pour la finale (4-2 aux tirs au but).

C'est fort de cette belle saison que le sélectionneur des États-Unis le retient pour disputer la Coupe des confédérations 2009 en Afrique du Sud. Tim Howard sera le gardien titulaire lors de la compétition. Après deux défaites initiales (1-3 contre l'Italie et 0-3 contre le Brésil), les États-Unis battent l'Égypte 3-0 et se qualifient in-extremis pour les demi-finales, à la faveur de la défaite de l'Italie contre le Brésil sur le score de 3-0. Les États-Unis affrontent en demi-finale l'Espagne, alors 1re au classement FIFA et qui reste sur une série de 15 victoires consécutives et 33 matches sans défaite, et qui sort d'une phase de poule où elle n'a encaissé qu'un but. Les chiffres font peur et le duel parait déséquilibré, mais contre toute attente, les États-Unis s'imposent 2-0 grâce notamment à un Tim Howard en état de grâce et qui écœure les attaquants espagnols par des arrêts de très grande classe. En finale, les États-Unis retrouveront le Brésil qui les avait défait quelques jours plus tôt en phase de poule. Alors qu'ils menaient 2-0 à la mi-temps, les États-Unis seront complètement dépassés en seconde période, et s'inclineront finalement 3 buts à 2. Tim Howard sera élu meilleur gardien de la compétition.

Le 4 janvier 2012, il devient le quatrième gardien de l'histoire de la Premier League à marquer un but, après Peter Schmeichel, Paul Robinson et son compatriote Brad Friedel, à l'occasion d'une partie contre Bolton durant laquelle il marque un but de sa propre surface de réparation[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'incroyable but de Tim Howard », France Football, 5 janvier 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :