Thierry Sandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sandre.

Thierry Sandre (de son vrai nom Charles Moulié né le à Bayonne - mort en 1950) était un écrivain, poète, essayiste français.

Thierry Sandre était spécialiste de la littérature française du XVIe siècle connu également sous le pseudonyme Jean Dumoulin[1]. Il fut aussi traducteur ou adaptateur de textes grecs, latins ou arabes. Il fut le secrétaire de Pierre Louÿs avant la Première guerre mondiale. Il passa une grande partie de cette guerre en captivité en Allemagne. En 1919, il fut l'un des membres fondateurs de l'Association des écrivains combattants[2]. À partir d'octobre 1921, il participa activement[3] à la publication d'une Anthologie des écrivains morts à la guerre, en cinq volumes[4].

En 1936, il devint Membre du Tiers-Ordre de saint Dominique chez les Dominicains à Paris. Il reprit du service en 1940 et fut à nouveau fait prisonnier, mais relâché en 1941.

Il devint adepte de l'Ordre nouveau Page d'aide sur l'homonymie et en raison des deux livres qu'il publia en 1942 et 1943 il fut inscrit sur la liste des écrivains interdits après la guerre[5]. Il parvint à se réhabiliter et publia encore plusieurs livres en réédition.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Sous le nom Charles Moulié
  • Les Mignardises (1909)
  • En sourdine (1910)
Sous le pseudonyme Thierry Sandre
  • Le Tombeau de Renée Vivien (1910)
  • Les Poésies de Makoko Kangourou (1910) (en collaboration avec Marcel Ormoy)
  • Le Fer et la Flamme (1919)
  • Apologie pour les nouveaux riches (1920)
  • Fleurs du désert (1921)
  • Apologie pour les nouveaux riches (1921)
  • Les Épigrammes de Rufin (1922)
  • Le Livre des baisers (1922)
  • Sulpicia, Tablettes d'une amoureuse (1922)
  • Joachim du Bellay, les amours de Faustine (1923)
  • Mienne (1923)
  • Le Chèvrefeuille (1924) (Prix Goncourt 1924)
  • Panouille (1924)
  • Mousseline (1924)
  • Le Chapitre treize d’Athénée (1924)
  • La Touchante Aventure de Héro et Léandre (1924)
  • L'Histoire merveilleuse de Robert le Diable (1925)
  • Ruffi, les épigrammes d'amour (1925)
  • Le Purgatoire (1925)
  • Cocagne (1926 et 1927)
  • Le Visage de la France : Gascogne, Guyenne, Côte d’Argent, Pyrénées, Béarn, Côte Basque (1927) (en collaboration avec Pierre Benoit).
  • Les Yeux fermés (1928)
  • Monsieur Jules (1932)
  • Le Corsaire Pellot qui courut pour le roi, pour la république et pour l'empereur et qui était Basque (1932)
  • La Chartreuse de Bosserville (1941)
  • Crux, récit scénique de la Passion (1941)
  • I.N.R.I., la vie de Notre Seigneur Jésus Christ (1942)
  • Calendrier du désastre d'après les documents allemands (1942)
  • Lettre sans humour à sa Majesté la reine d'Angleterre (1943)
Sous le pseudonyme Jean Dumoulin
  • Le Pourpre et le Crêpe, 1917

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Antoine Grisoni (collectif), Goncourt, cent ans de littérature, Noêsis, 2003, relié, 211 p. (ISBN 2-91464-547-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Polet, Patrimoine littéraire européen : Index général, De Boeck Université, 2000, p.495.
  2. Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre. France, Allemagne 1914, 1920, Paris, 2006, p.239.
  3. Nicolas Beaupré, op. cit., p.246.
  4. Pierre Henri Simon, Histoire de la littérature française au XXe siècle: 1900-1950, A. Colin, 1963, p.111.
  5. Pierre Assouline, L'épuration des intellectuels, Complexe, 1996, p.161.