Tata Nano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tata Nano
Tata Nano

Marque Drapeau de l'Inde Tata Motors
Années de production 2008 -
Classe mini-citadine
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Inde Gujarat
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Essence
0.6 35 ch
Cylindrée 624 cm3
Puissance maximale 33/35/38 ch
Couple maximal 48/51 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 600 à 635 kg
Vitesse maximale 110/105 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 29.78 s
Consommation mixte 3.85/3.94 L/100 km
Émission de CO2 101/92.7 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline, 5 portes
Suspensions MacPherson
Dimensions
Longueur 3 100 mm
Largeur 1 500 mm
Hauteur 1 600 mm

La Tata Nano est une automobile citadine créée par Tata Motors. Le modèle a été dévoilé le 10 janvier 2008 lors du 9e salon de New Delhi Expo Auto, en Inde. Un des premiers enjeux de la Nano était de répondre de façon adaptée aux besoins du marché local en produisant une voiture accessible au plus grand nombre. Dans un second temps, l’objectif de Tata Motors est de s’implanter sur le marché international, notamment dans des pays comme la Chine, avec une voiture qui aurait les qualités de ses rivales à un prix défiant toute concurrence.

La Tata Nano[1] de série (sans chauffage, ni ventilation, ni radio, ni direction assistée) est présentée comme la voiture neuve au prix le plus modique du monde, avec un prix de 100 000 INR (hors taxes), soit approximativement 1 560 € ou 2 000 $US.

Actuellement dotée d'une boîte de vitesses à quatre rapports, elle sera prochainement équipée en option d'une transmission CVT.

Modèles[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie en Inde, la Nano existe en trois modèles :

  • Modèle de base, sans options ; pas d'habillage intérieur ;
  • CX : Habillage intérieur, climatisation, vitres teintées ;
  • LX : En plus des options de la CX, ce modèle est équipé de vitres avant à ouverture électrique, de pare-soleil, de pare-chocs de la couleur de la carrosserie, d’un système de verrouillage central et de phares anti-brouillard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le concept[modifier | modifier le code]

Le concept de la Nano revient à l’industriel indien Ratan Tata. Observant les deux-roues qui circulent dans les rues de Kolkata, transportant jusqu'à quatre personnes, des familles entières, Ratan se demande comment concilier les exigences de sécurité avec les possibilités financières de ces familles[2]. Ratan Tata pense alors à un modèle qui combinerait la légèreté et le prix d’un scooter avec la stabilité d’une quatre-roues mais ne réussit pas à intéresser l’Association des fabricants de pièces automobiles, l’ACMA (Automotive Component Manufacturers' Association) à son idée[2]. En 1998, Chrysler expérimente avec un prototype, la Chrysler CCV (en), destiné aux pays émergents, qui utilise des matériaux de synthèse, plus légers, mais qui ne sera pas commercialisé. En Inde, la Maruti 800, sortie en 1984, devient une des voitures les plus populaires sur le marché national, donnant aux constructeurs indiens une idée de ce qu’attendent les consommateurs.

Le concept de la Nano va désormais s’articuler autour de ces trois objectifs : garantir la sécurité des passagers, maintenir le prix accessible au plus grand nombre, trouver une formule qui assure la popularité du véhicule[2].

Les innovations[modifier | modifier le code]

Tata Motors collabore avec Bosch pour concevoir un moteur à la fois puissant, mais plus simple que celui des voitures qui sont alors commercialisées. Le nombre d’essuie-glace est réduit à un. La taille réduite des roues, plus légères, plus économiques en termes de pneus, élimine la nécessité de la direction assistée ; les roues motrices sont légèrement plus larges que les roues avant pour assurer une tenue de route correcte dans les virages[3]. La carrosserie de métal doit combiner légèreté pour le coût et rigidité pour la sécurité[3]. Pour augmenter la place dans l’habitacle, les ingénieurs installent le moteur à l’arrière ; il sera accessible en repoussant les sièges des passagers[3].

Les difficultés de production[modifier | modifier le code]

La production de 250 000 exemplaires par an dans un premier temps puis de 500 000/an est prévue dans l'usine de Singur, État du Bengale occidental. Cependant, l'hostilité des paysans dont les terres ont été réquisitionnées pour la construction de l'usine, mouvement qui bénéficie du soutien de Mamata Banerjee, leader de l'opposition au parti au pouvoir, a décidé les dirigeants de Tata Motors à arrêter le chantier. L'entreprise a investi 350 millions de dollars dans l'aventure. Ces événements pourraient retarder la livraison des nanos, prévue pour octobre 2008 [4],[5],[6]. Au début du mois d'octobre 2008, Tata Motors prend la décision de délocaliser l'usine au Gujarat[7].

Les aléas qui affectent l’ensemble de l'économie mondiale en 2008 provoquent des inquiétudes sur la capacité de Tata à tenir ses promesses. Le prix symbolique annoncé de 100 000 roupies lors du lancement est menacé lors de la hausse du cours des matières premières en 2008, de même que pour tous les produits manufacturés[8]. En juin 2008, Hyundai abandonne l'idée d'une voiture bon marché, laissant Renault-Nissan et Bajaj Auto, qui avaient conclu un accord en mai 2008, comme seuls concurrents possibles de la Tata Nano sur le marché indien[8]. La baisse des cours des matières premières éloigne cette menace, mais la crise de 2008 a touché l’entreprise, qui a perdu 58,5 millions de dollars au cours du dernier trimestre de l’année[9]. De plus Tata Motors s'est endettée en juin 2008 pour racheter Jaguar et Land Rover à Ford[10]. Le succès de la Nano représente un gros enjeu pour la compagnie, qui annonce la sortie du véhicule avec sept mois de retard pour le 23 mars 2009[9],[10].

En 2009, Tata Motors ne dispose que d’une unité de production à Pantnagar (Uttaranchal) près de New Dehli. L’usine, qui produisait des camionnettes, a dû être reconvertie[11], les installations dédiées à la voiture dans le Gujarat étant encore en construction[10] ; elle doit revoir la production à la baisse. La compagnie estime pouvoir livrer 50 000 véhicules au lieu des 250 000 initialement prévus[9]. Le journal Le Monde estime que les retards de production ont joué en faveur des concurrents, Maruti ou Bajaj, qui préparent une riposte[9]. Le magazine libéral britannique The Economist note qu’aux sept mois de retard sur les dates annoncées, il faut ajouter un nouveau délai avant que les clients ne puissent passer commande et plusieurs mois d’attente avant que le véhicule ne leur soit livré[10]. Seuls les 100 000 premiers acheteurs pourront bénéficier du tarif annoncé de 1 lakh, et si les commandes dépassent ce chiffre, ils seront tirés au sort[12]. Pour les autres acheteurs, le prix de base en mars 2009 est de 123 360 roupies.

Le 23 avril 2009, Tata Motors a annoncé qu’un modèle européen pourrait sortir dans les deux années suivantes et qu’un modèle américain pourrait voir le jour avant trois ans, destiné à une clientèle jeune, à la recherche d’un véhicule bon marché[12].

Réactions[modifier | modifier le code]

La voiture[modifier | modifier le code]

La voiture est bien accueillie par les médias et le public indiens[12] : « Nano's real and cool » titre The Times of India, notant que l’attente du public est maintenant récompensée par ce véhicule « esthétique, spacieux, doté de quatre sièges, économique, assez puissant et agréable à conduire. Et en plus, il est incroyablement bon marché »[13]. La revue spécialisée Zigwheels annonce : « elle est enfin là, tant pis pour les sceptiques [14]» avant de faire un compte rendu positif de ses performances. Le courrier des lecteurs insiste à la fois sur l’intérêt de la Nano comme véhicule urbain, sur ses prouesses technologiques mais aussi sur l’importance pour l’Inde de produire une voiture qui fait entrer l’industrie automobile nationale sur la scène internationale[14]. Même écho positif chez le magazine Overdrive[2].

L’impact environnemental[modifier | modifier le code]

Du côté écologiste, les remarques sont plus mitigées. Miser sur la voiture privée, c'est renoncer à développer les transports en commun et adopter un modèle qui a déjà démontré ses dangers dans les pays occidentaux : ralentissement de la circulation dans les grandes villes et pollution accrue, un « cauchemar » pour le prix Nobel Rajendra Kumar Pachauri qui préside le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat[15]. Est-ce que la Nano est capable de tenir ses promesses en matière d’environnement[16] ? Quel impact pourrait avoir le « transport privé de masse » sur la planète lorsqu’un des pays les plus peuplés du monde comme l’Inde adopte le modèle consumériste occidental[16] ?

L’avenir commercial[modifier | modifier le code]

Les experts notent également que la crise de 2008 a créé une conjoncture favorable au marché de l’occasion, et que les acheteurs potentiels pourraient se tourner vers des modèles de seconde main plus luxueux si Tata Motors ne pouvait suffire à alimenter la demande[2].

Les avis sont partagés sur l’avenir de la Nano sur le marché international[17]. Les uns notent que Tata a su s’adapter à un marché émergent que la plupart des constructeurs actuels méconnaissent[17] et que l’Inde possède des atouts uniques : savoir-faire hautement compétitif, main-d’œuvre bon marché, environnement multiple qui lui permet de tester les véhicules dans toutes les conditions possibles, marché intérieur suffisamment important pour espérer amortir les investissements[17]. Chez les constructeurs automobiles, la sortie de la Nano est perçue comme un défi. Bajaj Auto, Chrysler, Renault-Nissan, Toyota Motor avaient déjà annoncé qu’ils travaillaient à un nouveau modèle de voiture économique. Skoda décide d’avancer la sortie d’un nouveau modèle de petite voiture[18].

Version européenne[modifier | modifier le code]

La version européenne de la Tata Nano est dévoilée au Salon de Genève 2009. Elle est mieux équipée sur le plan du confort et de la sécurité (Crash Tests EuroNCAP) que la version destinée aux marchés émergents. En particulier, elle respecte la norme européenne d'émission Euro. Son coût est estimé à 5000 €[19] et sa commercialisation est prévue pour 2010-2011.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Les « voitures pour tous »[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de Nano a sans doute été choisi en référence à la petite taille de la voiture.
  2. a, b, c, d et e (en) « Tata Nano special, part II - The Dream », Overdrive,‎ 2009 (lire en ligne)
  3. a, b et c (en) « Tata Nano special, part III - The Innovations », http://www.overdrive.in/story-articles-articles/tata_nano_the_innovations-11262-1.html,‎ 2009
  4. La Nouvelle République, 04/09/2008, «  Tata arrête le chantier de l'usine de l'auto la moins chère du monde ».
  5. BBC News : 23 août 2008, The head of the opposition party in the Indian state of West Bengal has called for an indefinite siege of the factory building the world's cheapest car (Le chef de l'opposition de l'état indien du Bengale occidental appelle à un siège illimité autour du chantier de construction de l'usine de la voiture la moins chère du monde).
  6. Le Monde, 5 septembre 2008, Les paysans indiens poussent Tata à retarder la fabrication de la Nano.
  7. International Herald Tribune, 8 octobre 2008, (en) "Tata finds a new home for Nano factory" ( « Tata trouve un nouveau gîte pour l'usine Nano »)
  8. a et b The New York Times, 5 août 2008, « Tata Nano Could Be Too Cheap to Succeed » (La Tata Nano pourrait être trop bon marché pour être rentable)
  9. a, b, c et d « L'indien Tata lance enfin la Nano, la voiture la moins chère du monde », Le Monde,‎ 23 mars 2009 (lire en ligne)
  10. a, b, c et d (en) « The world's cheapest car is set to go on sale », The Economist,‎ mars 2009 (lire en ligne)
  11. Interview de Ratan Tata par Forbes magazine, Naazneen Karmali, « Delivering On A Promise: Tata Rolls Out The Nano-langue=en », Forbes,‎ 24 mars 2009
  12. a, b et c (en) Randeep ramesh, « Tata Nano: World's cheapest car is India's answer for cash-strapped drivers », The Guardian, Mumbai,‎ 24 mars 2009
  13. [..] good looking, spacious, seats four, frugal, decently powerful and fun to drive. Plus, it’s incredibly cheap (en) « Nano's real and cool », The Times Of India,‎ 24 mars 2009
  14. a et b Adil Jal Darukhanawala, « Tata Nano First Drive » (consulté le 24 mars 2009)
  15. (en) Salil Panchal, « No-frills nano could take years to delivery », Motoring,‎ 24 mars 2009 (lire en ligne)
  16. a et b (en) George Monbiot, « Is the world's cheapest car on the road to ruin? », The Guardian,‎ 24 mars 2009
  17. a, b et c (en) Swati Prasad, « India's Nano to challenge global auto industry », Zednet news,‎ 23 mars 2009.
  18. (en) « Skoda advances small car launch », Times of India,‎ 26 mars 2009 (lire en ligne)
  19. [1] 27 février 2009, site du CCFA, Tata lancera la Nano le 23 mars 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]