Ratan Tata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ratan Tata

Ratan N. Tata (né le à Bombay, Inde) est le patron du conglomérat indien Tata, propriété de la famille Tata. Il est le fils de Soonoo Tata et Naval Hormusji Tata (ce dernier s'est ensuite remarié à la française Simone Dunoyer née en France et élevée en Suisse).

Après des études d'architecture à l'université Cornell, il s'installe quelque temps aux États-Unis. En 1991, le patron charismatique Jehangir Tata (1904-1993), fondateur d'Air India, lui laisse la responsabilité de la direction du conglomérat, mais sa légitimité est contestée. Il a un caractère réservé et, au début, ses rapports avec les différentes filiales sont difficiles, de plus il n'est propriétaire que de 1 % du groupe.

Il réorganise les 80 sociétés de son conglomérat en 7 secteurs d'activité — ingénierie, matériaux, énergie, chimie, biens de consommation, NTIC, services. Il fait prendre à son groupe le virage du high-tech et des télécoms. En 2000, Il rachète aussi le fabricant britannique de thé Tetley qu'il intègre dans Tata Tea qui devient ainsi le leader mondial sur ce créneau.

En 2006, il signe des accords commerciaux et industriels avec le groupe italien Fiat — Tata va distribuer en Inde les voitures Fiat — et entre dans son conseil d'administration.

En 1995, tous finissent par reconnaître les qualités et les performances de ce grand leader. Même le magazine Forbes l'a élu businessman de l'année en 2005.

En 2008, il lance la voiture la moins chère du monde son nom est Nano et elle coûte 1691,87€. Pendant la même période, il rachète au groupe automobile américain Ford (en importante difficulté financière) Jaguar et Land Rover qu'il intègre dans Tata Motors[1].

Le , Ratan Tata, qui a 75 ans, abandonne la direction du groupe Tata ; son successeur est Cyrus Mistry[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jaguar et Land Rover cédés à Tata, Challenges.fr, 27 mars 2008
  2. « Ratan Tata to retire tomorrow, Cyrus Mistry to succeed him », The Times of India, 27 décembre 2012 [1] Consulté le 28 décembre 2012.