Maruti Suzuki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maruti Suzuki India

alt=Description de l'image Logo-Suzuki.svg.
Création 1909
Forme juridique Publique
Slogan « Way of Life! »
Siège social Drapeau d'Inde Gurgaon (Inde)
Produits Voitures
Site web marutisuzuki.com
Des policiers indiens à côté d'un véhicule Maruti Suzuki

Maruti Suzuki, du groupe Maruti Udyog, est le premier constructeur automobile indien. Fondé en 1981, il est détenu depuis 2002 à 54 % par le constructeur japonais Suzuki, 25 % par l'État indien, et le solde est coté à la Bourse de Bombay. Il emploi 6 900 personnes en 2011.

Il produit localement la gamme Suzuki, ainsi que quelques variantes pour le marché indien. Il détient 54 % de son marché domestique en vendant 561 822 véhicules sous sa marque durant l'exercice 2005-2006. Maruti produit également des modèles destinés à l'exportation, mais sous le label Suzuki (Alto), ou Nissan (Pixo).

Historique[modifier | modifier le code]

Le mercredi 18 juillet 2012, de violentes émeutes touchent l'usine de Manesar située au sud de New Dehli. L'enchaînement des violences a débuté après qu'un contremaître a insulté un ouvrier à propos de sa caste (intouchable)[1]. Les ouvriers en colère se plaignaient aussi de leurs conditions de travail, de leurs salaires et du recours selon eux abusif à l'interim. Le directeur est tué par des employés, des dizaines de personnes sont blessés et des bureaux sont brulé[2]. Sur dénonciation des employeurs, la police indienne a arrêté 145 ouvriers (dont certains n'étaient pas présents au moment des faits), et plusieurs d'entre eux ont été sommés de signer des feuilles en blanc, passés à tabac et torturés. Leurs familles ont également été inquiétées[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Bouissou, « Flambée de violence dans une usine Maruti Suzuki de New Delhi », Le Monde,‎ 20 juillet 2012
  2. Patrick Garcia, « Inde : les ouvriers Maruti-Suzuki tuent un directeur et brûlent leur usine », sur Caradisiac,‎ 20 juillet 2012 (consulté le 24 juillet 2012)
  3. Rapport du 27 septembre 2012 de la People’s Union for Democratic Rights.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]