Stroboscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rebonds d'un ballon capturés au stroboscope à 25 images par seconde.

Un stroboscope est une source de lumière intermittente. Par un dispositif mécanique ou électronique, on produit une alternance de phases lumineuses (flashs) et de phases obscures.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les ancêtres du stroboscope, comme le phénakistiscope de Joseph Plateau, 1836, sont communs avec ceux du cinématographe et de la caméra. Le mot vient du grec « στρόβος » (« strobos », qui signifie « tourbillon ») et « σκοπεῖν » (« skopein », signifiant « regarder, voir »)

Le premier stroboscope électrique est breveté en 1917 par l'ingénieur français Étienne Œhmichen[1]. Peu après, il met au point une caméra capable de saisir 1 000 images par seconde.

Principe et utilisation[modifier | modifier le code]

Le stroboscope permet d'observer des phénomènes périodiques dont la fréquence est trop élevée pour l'œil qui ne perçoit pas la discontinuité : 1/1 seconde, saccades ; 1/24, film continu. Il faut régler la fréquence des flashs sur celle du phénomène qui apparaît alors comme fixe, ou ralenti (en avant ou en arrière) et devient observable. C'est l'« effet stroboscopique », lui-même un cas particulier d'observation d'un mouvement à partir d'images fixes comme dans le cinéma. Ses degrés de liberté (ou paramètres) sont l'intensité de chaque flash, la durée du flash et la période entre deux flashs.

  • Dans le domaine des loisirs : son observation, un temps suffisamment long, en écoutant une musique répétitive, favorise la transe. Il est utilisé dans les boîtes de nuit ;
  • Dans le domaine industriel : les stroboscopes sont principalement utilisés pour le contrôle visuel et les crash tests (simulations d'accidents par les fabricants automobiles).
  • Dans le domaine militaire pour le marquage infra-rouge de cibles.

Initialement composé d'une lampe flash xénon (ou tube à éclair), celle-ci est maintenant de plus en plus remplacée par des diodes électroluminescentes (DEL).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les grands Centraux : Étienne Œhmichen (1884-1955] - Site de Centrale-Histoire (École centrale Paris) [PDF]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]