Rupteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Télérupteur.
Un rupteur, avec à gauche le contact, et au milieu l'ergot actionné par une came, pour ouvrir/fermer le contact

Le rupteur (jadis nommé vis platinées) est un élément de l'allumage du moteur à allumage commandé, qui coupe périodiquement le courant du primaire de la bobine d'induction afin de déclencher une forte tension électrique au secondaire de la bobine d'induction, permettant de déclencher une étincelle dans la bougie alimentée par le Delco.

Description[modifier | modifier le code]

Le rupteur est fixé sur une platine, et il est déclenché par une came, qui agit sur le linguet porte-contact isolant et son ressort. Le contact fixe est sur un support réglable, qui porte également un condensateur (qui diminue l'étincelle qui se produit au niveau du rupteur, diminuant son usure)[1].

La came tournant à une vitesse égale à un tour par cycle du moteur provoquera donc un nombre d'ouvertures égal au nombre d'explosions (dépendant du nombre de cylindres) d'un cycle.

Dans le cas des moteurs à plusieurs cylindres, il peut y avoir un seul rupteur, qui distribue les étincelles aux cylindres par une tête d'allumeur (technologie habituelle sur les voitures), ou plusieurs rupteurs associés à autant de bobines (ex : sur les V6, V8...).

Il peut y avoir un ou plusieurs rupteurs sur un moteur (un par bobine).

Les moteurs modernes n'utilisent plus de rupteurs qui ont été remplacés par un allumage électronique plus précis, souvent associé à une bobine par bougie (bobine crayon).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'écartement des vis platinées nécessitait un réglage régulier, l'usure étant due aux étincelles produites, et entraînait leur remplacement périodique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]