Étienne Œhmichen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Étienne Edmond Œhmichen (prononciation : [ømiʃɛn]), né à Châlons-sur-Marne le et mort à Paris le , est un ingénieur et biologiste français. Il est considéré comme l'un des pionniers du stroboscope, de l'invention de l'hélicoptère - dont il établit le premier record homologué par la FAI en 1924 - et l'un des précurseurs de la biomécanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Œhmichen est le fils du colonel Frédéric Edmond Œhmichen (25e régiment d'artillerie, qui dirigera l’École d'application de l'artillerie de Châlons à partir de 1891[1]) et de Jeanne Marie Paira (fille de pasteur). La mort de son père en 1892 oblige sa mère à partir l'année suivante pour Lyon, où l'un des oncles d'Étienne lui fait cadeau d'un vol en ballon captif à l'exposition internationale de 1894 de Lyon, ce qui le marque profondément. La famille s'installe ensuite dans le pays de Montbéliard en 1897. Étienne Œhmichen y entame ses études qu'il poursuit à Paris où il est diplômé de l'École centrale en 1908. Il s'intéresse notamment à l’aérodynamique, à la cinématographie, à la zoologie ou encore à la paléontologie.

Il débute dès 1909 comme directeur-adjoint du Service électrique de la Société alsacienne de constructions mécaniques à Belfort. Deux ans plus tard il entre comme sous-directeur chez Peugeot à Beaulieu-Valentigney. Il y met au point une dynamo d'éclairage pour automobiles ainsi qu'un système de démarrage des moteurs à explosion dit Peugeot-Oehmichen et dépose pas moins de douze brevets avec Peugeot entre 1912 et 1914[2].

Quand vient la Première Guerre mondiale, il est mobilisé dans l'artillerie avant d'être appelé avec rang de capitaine auprès du général Estienne pour résoudre le problème du manque de puissance des gros chars d'assauts. Il développe le « char Peugeot », équipé d'un nouveau type de suspension, d'une transmission électrique et qui se dirige par la différence de vitesse entre les deux chenilles indépendantes, mais qui reste à l'état de prototype[3]. A cette occasion, il applique la stroboscopie pour examiner les moteurs et crée un appareillage - déposé le 3 mars 1917 avec la SA des Automobiles et Cycles Peugeot - d'où dérivent les stroboscopes électriques puis électroniques[4]. Par la suite, il lui vient l'idée d'appliquer cette technique, combinée à la radiologie, à l'étude du vol des oiseaux et des insectes[5], des travaux qu'il décrit dans Nos maîtres les oiseaux, publié en 1920.

Ses recherches se concentrent alors sur le développement des hélicoptères. Le , il effectue à Arbouans (pays de Montbéliard, Doubs) le premier kilomètre en circuit fermé en hélicoptère avec son quadrirotor no 2 à décollage et atterrissage à la verticale, sur un terrain propriété des usines Peugeot. Les quatre rotors à axe vertical se répartissaient par deux de chaque côté du fuselage tandis que cinq petites hélices assuraient la stabilité horizontale, complétées par une hélice de direction et deux hélices de propulsion alimentées par un moteur Rhône de 88 kW[6]. C'est le premier record homologué pour un « hélicoptère » par la Fédération aéronautique internationale[7]. Il développe en tout sept appareils jusqu'en 1937.

Pionnier de la biomécanique[8], il se voit confier la chaire d’aérolocomotion mécanique et biologique au Collège de France à partir de 1939, qu'il occupe jusqu'à sa mort qui survient à Paris le 10 juillet 1956. Il est inhumé à Arbouans, lieu de son vol historique.

Travaux[modifier | modifier le code]

La dynamo[modifier | modifier le code]

Après son passage à la Société alsacienne de constructions mécaniques de Belfort, il crée son atelier Oehmichen-Peugeot, en association avec Peugeot, à Valentigney, où il invente notamment une dynamo d'éclairage pour automobiles, en remplacement des phares à acétylène des premières voitures[2].

Le char d'assaut[modifier | modifier le code]

Il collabore à la mise au point des premiers chars de combat produits par Peugeot comme assistant technique du général Jean-Baptiste Eugène Estienne.

Hélicoptères[modifier | modifier le code]

Œhmichen no 2, en 1923.
Hélicostat (appareil no 6) exposé au Musée de l'air et de l'espace du Bourget
  • 1921 : il approfondit ses théories sur le vol ascensionnel et met au point ses prototypes, financés par Peugeot. Aux commandes de son appareil doté de deux grandes hélices de sustentation et d'un ballonnet Zodiac allongé gonflé à l'hydrogène assurant sa stabilité, il effectue un vol pendant 1 minute, à 10 mètres de hauteur, ce sont les prémisses de l'hélicostat[9]...
  • 1924 : le 4 mai, avec son deuxième prototype, il réalise un vol d'1 km en circuit fermé triangulaire[9] sur le terrain d'Arbouans (aujourd'hui aérodrome de Montbéliard). L'appareil comporte en tout douze hélices (quatre rotors de sustentation et huit hélices de direction). Le vol lui permet de recevoir une subvention de 90 000 francs du Service technique de l'aéronautique (STAé)[10],[11] lui permettant de rembourser Peugeot. La même année, il réalise un vol stationnaire de trois minutes, puis un autre avec deux passagers[12].
  • 1928 : il réalise un hélicoptère comportant un système breveté d'autostabilisation. Cet appareil, doté d'un seul rotor horizontal de sustentation et de deux rotors de queue disposés de part et d'autre du rotor principal[13], donnera de piètres résultats.
  • Années 1930 : son no 6 vole en 1935. Les marchés de l'État s'interrompent, Œhmichen avec le no 7, n'ayant pas satisfait aux exigences du STAé. Œhmichen continue de déposer des brevets, principalement sur des appareils munis de ballons dont les constructeurs modernes ont pu ensuite s'inspirer. Il poursuit ses recherches sur l'hélicostat, mêlant les techniques de voilure tournante et du dirigeable, sans parvenir à convaincre les responsables de l'aéronautique. Dans sa conférence du 20 mai 1937 à l'Institut colonial français, il précise son attachement à l'hélicostat qui est selon lui la seule solution qui puisse assurer la sécurité aérienne.

Les appareils, tel qu'Œhmichen les a nommés[14] :

  • Le premier appareil, muni de son ballonnet, est appelé « Hélicoptère Œhmichen no 1 ».
  • L'appareil no 2, dépourvu de ballon, est nommé « Hélicoptère Œhmichen, no 2 », construit en 1922, il fait un premier vol au point fixe de cinq minutes en juin 1923, puis réalise le vol de 1924 qui le rendra célèbre.
  • Le troisième, un hélicoptère doté d'un rotor principal et de deux rotors anticouple, est appelé « no 3 ».
  • L'appareil no 6, muni d'un ballonnet de 100 m³ gonflé à l’air froid légèrement sous pression qui ne soulevait que son propre poids, est visible au Musée de l'air et de l'espace du Bourget[9].
  • L'appareil no 7, nommé « Hélicoptère Œhmichen, no 7 » reçoit un ballon allongé gonflé d'air.

Œhmichen disait modestement : « Je ne suis pas l'inventeur de l'hélicoptère. Le seul, c'est Léonard de Vinci, lorsqu'il dessina sa machine volante à aile tournante, en 1486. »

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Il s’intéresse aussi à l'électricité et la lumière ce qui l'amène à créer le premier stroboscope électrique (breveté en 1917[15]) et une caméra capable de saisir 1 000 images en une seconde. De même, son intérêt pour l’air lui permettra de concevoir le canon à air comprimé.

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • À Châlons-en-Champagne, le lycée général, technologique et professionnel[18] et une rue portent son nom.
  • Une école primaire et une rue à Valentigney.
  • Une rue à Reims, à Montbéliard, à Audincourt, une avenue à Étupes.
  • L'Association pour la commémoration du centenaire d’Étienne Œhmichen a fêté en 1984 le centenaire de sa naissance et a publié à cette occasion un document de 15 pages [présentation en ligne].
  • Un timbre à la mémoire d'Étienne Œhmichen a été émis en France en 1957 (30 F - Ref Y&T 1098).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Nos maîtres les oiseaux, étude sur le vol animal et la récupération de l'énergie dans les fluides, éditions Dunod, 1920
  • Mécanismes naturels et Technique Humaine : Mécanismes naturels et technique humaine. I/ La sécurité aérienne animaux et machines, éditions Hermann et Cie, 1938. La fin du livre est illustrée des appareils no 1 à 7.
  • Propulseurs et amortisseurs de chocs chez les animaux, éditions Hermann et Cie, 1938
  • Essai sur la dynamique des Ichthyosauriens Longipinnati et particulièrement d'Ichthyosaurus Burgundiae, éditions Masson, 1939
  • Un fond d'archives est déposé au Collège de France[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice nécrologique du colonel Frédéric Edmond Œhmichen - La vie rémoise
  2. a et b Alain Frèrejean, Les Peugeot : deux siècles d'aventure, éd. Flammarion, 2006, p. 116
  3. Yves Cohen, Organiser à l'aube du taylorisme : la pratique d'Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, éd. Presses Univiversitaires de Franche-Comté, 2001, pp. 216-218
  4. Pierre Bron et Philip L. Condax, The photographic flash: a concise illustrated history, éd. Bron Elektronic, 1998, pp. 98-101
  5. Edmond Blanc, L'aviation des temps modernes, éd. Larousse, 1953, p. 434
  6. Daniel Parrochia, L'homme volant: philosophie de l'aéronautique et des techniques de navigation, éd. Champ Vallon, 2003, p. 139
  7. Florian Ion Petrescu et Relly Victoria Petrescu, The Aviation History, éd. Books on Demand, 2012, p. 73
  8. Couverture Yves Cohen et Jean-Marc Drouin, Les amateurs de sciences et de techniques, éd. Société française d'histoire des sciences et des techniques, 1989, p. 114
  9. a, b et c Œhmichen no 6 - Site officiel du Musée de l'air et de l'espace
  10. (en) Œhmichen helicopter - All the World's Helicopters and Rotorcraft
  11. (en) John M. Seddon et Simon Newman, Basic Helicopter Aerodynamics, John Wiley and Sons, 2011, page 4 [lire en ligne]
  12. Étienne Oehmichen Flying Machine - Flickr [image]
  13. Hélicoptère Œhmichen no 3 - Je sais tout, 1930 [image]
  14. ils sont décrits dans la collection Actualités scientifiques et Industrielles no 584 publié sous sa direction en 1938 chez Hermann et Cie, Editeurs.
  15. Les grands Centraux : Étienne Œhmichen (1884-1955] - Site de Centrale-Histoire (École centrale Paris) [PDF]
  16. République française : Ministère de la guerre - Base Léonore
  17. Légion d'honneur - Base Léonore
  18. Site des lycées Étienne Œhmichen
  19. Oehmichen, Étienne - Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Puissance 29, magazine de la communauté d'agglomération du pays de Montbéliard
  • Elmond Bland (ingénieur de Centrale, capitaine aviateur), Toute l'Aviation, édité par La société parisienne d'Édition 1930-1931, préface de Laurent Eynac

Filmographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]