Stojko Vranković

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stojan Vranković Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la Croatie Croatie
Naissance 22 janvier 1964 (50 ans)
Drniš (République fédérative socialiste de Yougoslavie)
Taille 2,18 m (7 2)
Poids 118 kg (260 lb)
Situation en club
Poste Pivot
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1985-1989
1989-1990
1990-1992
1992-1996
1996-1997
1997-1999
1999-2001
2001-2002
KK Zadar
Aris Salonique
Celtics de Boston
Panathinaïkos
Timberwolves du Minnesota
Clippers de Los Angeles
Fortitudo Bologne
Cibona Zagreb
Sélection en équipe nationale **
1985-1992
1992-1996
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Drapeau : Croatie Croatie

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Stojan "Stojko" Vranković, né le 22 janvier 1964 à Drniš, est un joueur croate de basket-ball. Il évolue durant sa carrière au poste de pivot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vranković noue contact avec le basket-ball grâce a son extraordinaire taille pour un garçon de son âge[1]. Son premier club est le DOSK, principal club de sa vile natale, Drniš[2]. En 1981, et grâce aux gestions de Josko Novac et Bozo Milicevic, il signe au KK Zadar où il participe pour la première fois en un match de Prva Liga, première division yougoslave, en 1981-82[3].

Vranković évolue dans les équipes jeunes de Yougoslavie, à Katerini lors des Championnats d'Europe cadets 1981, quatre matchs disputés pour un total de 2 points sur la compétition[4] et à Dimitrograd en 1982 pour les championnats d'Europe juniors, 3 matchs et un total de 8 points[5]. L'année suivante, il n'est pas retenu pour le championnat du monde juniors disputé à Palma de Mallorca[6]. L'entraîneur de Zadar Giusseppe Giergia en profite pour faire progresser les jeunes prometteurs de son club, Darkho Pahlic, Drazenko Blazevic et Vranković[7].

Vranković fait ses réels débuts en tant que professionnel en 1983-84. Malgré un temps de jeu réduit, mais en constante évolution, le joueur est convoqué pour représenter la Yougoslavie aux Jeux des Balkans de 1984[8]. Son rôle au sein de son club se confirme en 1985, quand il devient titulaire d'une équipe qui atteint les demi-finales de la ligue[9], ce que lui permet de participer avec les plavi, surnom de la sélection yougoslave, au Championnat d'Europe[10].

En 1986, Vlado Djurovic devient l'entraîneur du KK Zadar, et Vranković atteint son meilleur niveau la saison où le Zadar gagne le titre de champion de Yougoslavie en battant l'équipe favorite, le Cibona Zagreb[11]. La même année, Vranković participe au mondial. Il joue lors des dix rencontres que disputent sa sélection, pour un total de 28 points[12].

Considéré comme l'un des meilleurs espoirs européens au poste de pivot, poste dominé en Europe par Arvydas Sabonis[13], il ne répond pas tout à fait aux attentes, à cause de fautes de concentration et d'un manque d'intensité dans les matchs[14]. Vrankovic, qui est un excellent rebondeur et est très dangereux dans le jeu proche du panier, se spécialise alors comme un pivot défensif, laissant sa position de pivot titulaire dans la sélection yougoslave à Vlade Divac[15]. Lors de sa dernière saison en Yougoslavie, son association avec Arijan Komazec permet à Zadar d'arriver en demi-finale en Coupe Korać[16].

Après des rumeurs qui l'annoncent au Real Madrid ou chez les Celtics de Boston, Vranković signe avec le club grec de l'Aris Salonique, club avec lequel il dispute le Final Four de la Coupe d’Europe des clubs champions à Saragosse en 1990, défaite contre le FC Barcelone puis le CSP Limoges avec à chaque fois 13 points de Vranković[17] et gagne le championnat grec, en étant consacré comme l'un des meilleurs joueurs de type défensif du continent[18]. Ces qualités sont suffisamment convaincantes pour le voir rejoindre les Celtics de Boston en 1990. Malgré son talent, son immaturité technique et son inadaptation au championnat américain l'empêchent d'avoir un temps de jeu conséquent[19] : il dispute 31 rencontres de saison régulière lors de la première saison, avec des statistiques de 1,9 point, 1,6 rebond en 5,4 minutes puis 19 rencontres en 1991-1992 avec 1,9 point, 1,5 rebond en 5,8 minutes. En 1992 il quitte la ligue américaine pour signer avec le Panathinaïkos, ou il retrouve deux de ses anciens coéquipiers, Komazec et Níkos Gális[20]. Cela lui permet de participer aux Jeux Olympiques de 1992, où il gagne l'argent pour la première participation de la Croatie.

En Grèce, Vranković gagne en stabilité et le Panathinaïkos gagne la Coupe de Grèce lors de sa première saison[21]. En 1996, l'équipe gagne la Coupe d'Europe de clubs contre le FC Barcelone. Il s'avère particulièrement décisif lors de cette finale en contrant le dernier tir à la dernière seconde des catalans après un spectaculaire sprint. Malgré les réclamations des joueurs du FC Barcelone qui dénoncent l'illégalité du contre, le ballon ayant préalablement touché la planche avant le contre de Vranković[22], l'équipe grecque est finalement déclarée vainqueur et Vranković est le héros des supporters grecs malgré le fait qu'il n'avait réussi aucun point durant le match[23].

À 32 ans, Vranković tente de nouveau sa chance en NBA. Avec une offre financière qu'aucune équipe européenne ne peut égaler, il rejoint les Timberwolves du Minnesota en 1996[24], avec une influence plus importante que chez les Celtics, avec 14,5 minutes par match, 53 matchs disputés dont 35 dans le cinq de départ, pour des statistiques de 3,4 points, 3,2 rebonds, 1,3 contre. Lors de la saison suivante, il rejoint les Clippers de Los Angeles, jouant 65 rencontres dont 38 en tant que titulaire, obtenant 3 points, 4 rebonds et 1 contre en 15,3 minutes[25]. Lors la saison 1998-99, saison débutée en retard en raison d'un lock-out, il ne joue plus que deux matchs avec les Clippers, finissant ainsi sa carrière américaine[26].

En juillet 1999, à 36 ans, les principaux clubs européens se battent pour le signer. C'est finalement le club italien du PAF Bologne qu'il rejoint, gagnant la ligue pour la première fois de l'histoire du club[27]. Lors de la saison 2001-2002, Vranković quitte le basket-ball professionnel après des problèmes avec son dos qui l’empêchent de jouer la moindre partie avec le Cibona Zagreb, sa dernière équipe[28].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hinojo 2011, p. 161
  2. Hinojo 2011, p. 161
  3. Hinojo 2011, p. 161
  4. (en) « 1981 European Championship for Cadets - 8 - Stojan Vrankovic », sur fiba.com
  5. (en) « 1981 European Championship for Junior - 11 - Stojan Vrankovic », sur fiba.com
  6. Hinojo 2011, p. 161
  7. Hinojo 2011, p. 161
  8. Hinojo 2011, p. 161
  9. Hinojo 2011, p. 161
  10. Hinojo 2011, p. 161
  11. Hinojo 2011, p. 161-162
  12. (en) « 1986 World Championship for Men - 11 - Stojan Vrankovic », sur fiba.com
  13. Hinojo 2011, p. 162
  14. Hinojo 2011, p. 162
  15. Hinojo 2011, p. 162
  16. Hinojo 2011, p. 162
  17. (en) « Final Four, Boxscore 1990 », sur euroleague.net
  18. Hinojo 2011, p. 162
  19. Hinojo 2011, p. 162-163
  20. Hinojo 2011, p. 163
  21. Hinojo 2011, p. 163
  22. En basket-ball, un contre est valide si le ballon est dans sa phase ascendante et s'il est n'est pas effectué après avoir touché la planche.
  23. Hinojo 2011, p. 163
  24. Hinojo 2011, p. 163-166
  25. Hinojo 2011, p. 166
  26. Hinojo 2011, p. 166
  27. Hinojo 2011, p. 166
  28. Hinojo 2011, p. 166

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Juanan Hinojo, Sueños Robados - el baloncesto yugoslavo, Arroyomolinos (Madrid), Ediciones JC, coll. « Baloncesto para leer »,‎ 2011, 510 p. (ISBN 978-84-95121-60-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]