Shanghaïen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le shanghaïen ( ; hanyu pinyin : shànghǎihuà ; shanghaïen : zanhererau /zɑ̃.'he.ɦɛ.ɦʊ ˨˦˨˩/), parfois appelé dialecte de Shanghai, est une forme dialectale du wu parlé dans la ville de Shanghai. Au sein du groupe linguistique wu, il représente la forme septentrionale. Avec quatorze millions de locuteurs, c'est la forme la plus répandue au sein de ce groupe linguistique.

Le shanghaïen est aussi une langue écrite et bien identifiée, avec seulement deux contrastes tonals (haut et bas), à la différence du mandarin (quatre tons) et du cantonais (neuf tons)[1].

Le dilemme shanghaïen-mandarin[modifier | modifier le code]

L'emploi du shanghaïen n'est pas encouragé dans les écoles, les journaux et les radios, au contraire du mandarin[2]. Des pancartes des universités shanghaïennes rappellent : « Parlez le mandarin ! » Toutefois, on entend souvent du shanghaïen à la radio, ainsi qu'épisodiquement à la télévision - une série appelée Nie Zhai (« la dette du diable ») était jouée en dialecte. Les sous-titres en mandarin sont alors préférés à un doublage. En 2004, une version shanghaïenne de Tom et Jerry a été interdite de diffusion.

En août 2005, des dépêches ont indiqué que le shanghaïen serait enseigné dans les lycées, donnant lieu à une grande controverse. Les partisans de cette réforme plaidaient pour un bénéfice culturel, ses opposants arguant que la réforme encouragerait des discriminations sur les origines des élèves : les Shanghaïens ont une réputation de fierté caricaturale et parfois hautaine de leur propre identité, regardant de haut les Chinois issus d'autres provinces.

En septembre 2005, le gouvernement municipal de Shanghai a lancé un programme d'encouragement du mandarin parlé à Shanghai. Les travailleurs des industries de services seront obligés de répondre exclusivement en mandarin à leurs clients et de passer un test de niveau en mandarin en 2010. Ceux qui auront un mauvais niveau de mandarin ou un accent trop prononcé devront participer à des cours de remise à niveau.

Phonétique-alphabet shanghaïen[modifier | modifier le code]

Ce système est ouvert à tout le monde. (la déclaration c.f.《上海吳語手冊》)

Les consonnes initiales :

  • 1, b, d, g, dj, dz, z, v, m, l, s, f, se prononcent comme en français ou en anglais. Mais « g » est toujours dur, jamais comme j, « s » est toujours sourd, jamais comme z. C'est-à-dire «ge» se prononce «guè», «gue» se prononce «gwè», «lese» se prononce comme «lessè».
  • 2, p, t, k, sont des consonnes sourdes non aspirées comme en français, ce qui est différent de l'anglais ou de l'allemand.
  • 3, Ci, comme « tchi », non aspirée. c'est une façon italienne.
  • 4, h est aspiré comme en anglais ou en allemand.
  • Lorsque le h suit p, t, k, c, (les occlusives), le h indique des consonnes sourdes aspirées. Par exemple : ph, th, kh, ch, correspondent à p, t, k, ch,anglais.
  • Lorsque le h suit les consonnes sonores non occlusives, le h indique des assourdies, il s'agit de l, m, n, v, z : lh, mh, nh, sont les assourdies de l, m, n. Les vh, zh, sont les consonnes spirantes (approximantes) et assourdies de v et z.
  • 5, R est la consonne sonore de h, elle ressemble au R français, mais en plus glottale.
  • 6, gn a même valeur qu'en français et italien, l'assourdie de "gn" est "kn".
  • 7, tz correspond à tz français non aspiré, ts est son homologue aspiré.
  • 8, x se prononce ch en français, comme x en basque, portugais et mandarin.
  • 9, w, y (sauf y si elle suit s et z), sont considérés comme des consonnes sonores, c'est-à-dire: donyan (de même) se prononce don+yan, pas do+nya. Leurs homologues sourdes sont u et i. Les valeurs de Y et I sont différentes, elles correspondent à « j » et « i » hollandaise, de même que w et u.
  • 10, j se prononce selon la façon franco-portugaise. Par contre, dans les syllabes non accentuées, j est souvent mais pas toujours converti comme j en allemand et y en français.
  • 11, ng(Ŋ), égale «ng» en vietnamien, est une n vélaire.
  • 12, l'apostrophe «’» est utilisée pour séparer deux syllabes dans un mot où il existe de l'ambiguïté. Exemple: don'i (d'accord) se prononce don+i, pas do+ni; thi'ngu (cygne) se prononce thi+ngu, pas thin+gu.

Les voyelles :

  • 1, a, o, e, i, u, sont les 5 voyelles les plus fréquentes, elles correspondent aux voyelles espagnoles, japonaises, italiennes et roumaines, e est entre é et è plutôt è ouvert, (sauf e dans les syllabes fermées), o est toujours ouvert (comme «o» dans protocole), u se prononce principalement comme ou en français, sauf s'il suit i, y, j, dj, ch, x, alors il se prononce comme u en français, (c.f. point 5).
  • 2, e se prononce e muet /ə/ dans les syllabes fermées (sauf avec r qui indique un ton).
  • 3, eu, au, comme en français : deux, peu, saut, taux. "au" ou transcrit en "oo" pour plaisir les anglophiles.
  • 4, oe, ressemble /œ/ française dans « œil » et oe allemande dans « goetze » , mais se prononce du fond de la gorge, comme oe en anglais dans «toe, hoe,» mais c'est une voyelle simple (monophtongue).
  • 5, ü(iu et yu) égale u français, mais il y a des difficultés à utiliser ü, car il n'y pas de moyen de lui mettre les accents pour indiquer les tons, alors normalement nous utilisons iu à la place. Dans le cas où iu suit : j, dj, x, ch, gn, y nous utilisons le u simple, car en shanghaïen : djou, jou, gnou, xou(chou), chou(tchou), you n'existent pas.
  • 6, -y est utilisé comme voyelle uniquement quand il suit : S ou Z (inclus tz, ts, dz), cela équivaut à «si» en mandarin, «su» en japonais, et ressemble un peu à l'y en polonais. La voyelle -y est presque silencieuse ou ressemble à Z répétée.

Les consonnes finales :

  • 1, -n a même valeur qu'en français, il indique les voyelles nasales, an, on se prononcent à la française, in comme in dans tchin-tchin, iun(ün) est ü+in. en est un e muet(/ə/) nasale qui ressemble au un français, mais bouche fermée.
  • 2, -q est un k glottal, ressemble aux q arabe, hébreu et mongol. Il indique les voyelles brèves anglaises. Aq, Iq sont a, i, brève, Iuq(Üq), Oq et Eq sont les voyelles brèves de U français, O ouvert, et E muet.
  • 3, -l final n'existe que dans le cas de : el(êl). Ce e est un e muet /ə/.

Les tons :

  • Le shanghaien a seulement deux contrastes tonals : bin et chî, car les tons shanghaïens sont déterminés par les conditions de consonnes sourdes ou sonores et voyelles longues et brèves.
  • Les syllabes avec les voyelles brèves (indiquées par -q) ont un ton qui s'appelle zaq (brève). Les autres sont : bin (naturel ou plat) ou chî (sifflé ou oblique).
  • Avec les consonnes sourdes (y compris les assourdies : lh, mh, nh, kn, nk, vh, zh), les tons sont plus hauts, classés comme les tons féminins (in), les contraires sont les tons masculins (yan).
  • L'importance du ton est limitée dans le shangaïen moderne, surtout dans les voyelles atones. On ne marque que les tons accentués.
  • L'accent ^ pour indiquer le ton chî. Avec une consonne sourde, l'inchî (le ton sifflé féminin), ce ton est un peu plus bas et long que son contraste, l'inbin (le ton naturel féminin); avec une consonne sonore, le yanchî (le ton sifflé masculin), ce ton en langue moderne est déjà confondu avec son contraste : le yanbin (le ton naturel masculin).
  • L'accent aigu « ´ » pour les autres tons, bin ne se présente jamais avec une voyelle brève, zaq se présente toujours avec une voyelle brève(avec –q). Dans un mot avec une seule syllabe on ne marque pas l'accent aigu.
  • Quand il n'est pas possible d'utiliser l'accent (dans le clavier anglais), on emploie "–r" ou "-h" à la place de « ^ ». (maintenant, le clavier espagnol peut marquer ý, ne peut pas faire ŷ, le clavier français-canadien fait le contraire) .

Mots et phrases courants en shanghaien[modifier | modifier le code]

traduction méthode latine IPA
Shanghaien Zânhe rérau zɑ̃'hɛɦɛɦʊ
bonjour nón hô nɔ̃ hɔː
au revoir tzêwe ˈtsɛwɛ
s'il te plaît chîn ʧʰin
merci jâja ʒaja ou ʒaʒa
désolé têveqchi tɛvəˑʧʰi
celui-ci êtzaq ˈɛtsɐʔ
ici êtaq ˈɛtɐʔ
êmitaq ˈɛmitɐʔ
ici géqtaq gɐˑtɐʔ
râlitaq, sâdifan a̤ɺitɐʔ, sadifɑ̃
lequel/laquelle râlitzaq a̤ɺitsɐʔ
quoi sa
qui sâgnin sa ɲin
quand sâzenkuan sazənkuɑ̃
comment nânen, nâna, nânenka nanən, nana, nanənka
combien? Cîdi? ʧidi
oui ê ˈɛ
non véqzy, mmeq, vio vəˑz1, m̩məʔ, viɔ
chez soi Óqlixian oˑɺiʃɑ̃
Où sont les toilettes? Tsŷsuke leqla ralitaq? tsʰ1sɯkɛ ɺɐˑɺɐʔ a̤ɺitɐʔ
Je ne sais pas Ngû veq-xiôteq. ŋɯ vəˑʃɔtə;ʔ
Anglais Ínven ˈinvən
Parlez-vous Anglais? Nón Ínven wêteq kân vá? nɔ̃ ˈinvən wɛtəʔ kãː va
Je t'aime Ngû ê-nón. ŋɯ ɛː nɔ̃
Je t'adore Ngû êmoq-nón. ŋɯ̤ ɛmoʔ nɔ̃
Je t'adore aussi Ngû êmoq sáq nón! ŋɯ ɛmoˑsɐʔ nɔ̃
Je t'aime beaucoup Ngû lô hueúxi nón req! ŋɯ ɺɔː ˈhɯøʃi nɔ̃ ɦəʔ

À la différence du mandarin, le shanghaien a un "oui" (ê) direct comparable au français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour plus d'informations sur le système tonal, voir http://www.zanhei.com/pitch.html
  2. http://blog.chinatells.com/2009/12/3853#more-3853 Shanghai Dialect at the jeapordy of being wiped out

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]