Selam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reconstitution du visage de Selam.

Selam (DIK-1/1) est le surnom donné à un fossile d'hominidé de l'espèce Australopithecus afarensis, dont le squelette est découvert en décembre 2000 à Dikika dans l'Afar en Éthiopie.

Description[modifier | modifier le code]

Selam (qui signifie « paix » en amharique) est une petite fille décédée à un âge estimé à 3 ans. L'une des particularités de Selam est l'état et le nombre des fragments trouvés : le crâne est quasiment complet ainsi que le torse et les scapulas et d'importantes parties des jambes ont également été mises au jour.

L'étude des couches volcaniques qui recouvraient le fossile a permis d'évaluer son âge : Selam aurait vécu il y a environ 3,31 à 3,35 millions d'années et est de ce fait le plus ancien squelette d'enfant hominidé trouvé à ce jour.

Découverte[modifier | modifier le code]

Le crâne de Selam

Selam est découverte le 10 décembre 2000 par le paléoanthropologue éthiopien Zeresenay Alemseged de l'Institut Max Planck d'anthropologie, près du village de Hadar sur la colline de Dikika 1, située au sud de la rivière Awash. Cette zone du nord-est de l'Éthiopie est riche en fossiles en tous genres. Le site où est découvert Selam se trouve à quatre kilomètres du lieu où Lucy a été découverte 26 ans plus tôt, ce qui a amené la presse à surnommer Selam « le bébé de Lucy » (bien qu'elle soit plus vieille que cette dernière d'environ 120 000 ans).

Le crâne est la première partie du squelette qui a été découverte. Le squelette se trouvait alors dans une gangue de sédiments (grès) et qui a demandé un travail de dégagement de plus de cinq années, encore inachevé lors de l'annonce de la découverte.

La bonne préservation du squelette est expliquée par le fait que le corps a rapidement été recouvert de sédiments lors d'une inondation, ce qui a permis sa conservation pendant plus de 3 millions d'années. On ignore si Selam était déjà morte au moment de l'inondation.

Sa découverte est annoncée le 20 septembre 2006 par le Scientific American[1] et sa description publiée le lendemain dans Nature[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Le squelette permet de confirmer les connaissances déjà acquises à propos des australopithèques concernant leur mode de locomotion bipède toutefois chaloupée et ne leur permettant pas de courir debout, ainsi que le fait qu'ils se déplaçaient dans les arbres. Ce mode de locomotion était bien adapté au milieu de l'époque, qui mêlait des marais (où des fossiles de crocodiles et d'hippopotames sont découverts) avec des forêts et des prairies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lucy's Baby - An extraordinary new human fossil comes to light. Une traduction de l'article est publié dans l'édition du mois de février 2007 de Pour la Science (Le bébé de Lucy)
  2. Alemseged, Z., Spoor, F., Kimbel, W.H., Bobe, R., Geraads, D., Reed, D. et Wynn, J.G. (2006) « A juvenile early hominin skeleton from Dikika, Ethiopia », Nature, vol. 443, pp. 296-301 (résumé en anglais).