Saint-Hilaire-Luc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Hilaire-Luc
Image illustrative de l'article Saint-Hilaire-Luc
Blason de Saint-Hilaire-Luc
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Neuvic
Intercommunalité Communauté de communes des Gorges de la haute Dordogne
Maire
Mandat
Bernard Maupomé
2014-2020
Code postal 19160
Code commune 19210
Démographie
Population
municipale
77 hab. (2011)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 47″ N 2° 12′ 18″ E / 45.3631, 2.205 ()45° 21′ 47″ Nord 2° 12′ 18″ Est / 45.3631, 2.205 ()  
Altitude Min. 398 m – Max. 641 m
Superficie 10,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-Luc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-Luc

Saint-Hilaire-Luc est une commune française rurale de montagne, située dans le département de la Corrèze en région Limousin. La commune fait partie du Massif Central.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Hilaire-Luc est située dans la région d'Ussel et de Neuvic, dans le nord de la Corrèze, à une altitude moyenne de 559 m. Sa superficie est d'environ 11 km2.

Elle est composée de plusieurs hameaux : le Theil, Pers, la Maureille, Junières.

La commune est distante d'environ 10 km du parc naturel régional de Millevaches dans le Limousin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière le Vianon, les ruisseaux du Pont-Aubert, de la Chaussade et du Battut[1].

Transport[modifier | modifier le code]

Le transcorrézien y possédait une gare.

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités sont la culture et la production animale. La commune compte aussi une auberge et une boutique d'antiquités.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après les recherches archéologiques, l'habitat du bourg est ancien. Il faisait partie au XIVe siècle de la châtellenie du Chambon qui a été transmise aux Fontanges à partir du XVIe siècle, comme en témoigne la richesse de l’église où se trouvent les tombeaux des membres de ces deux familles[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Serge Neyrat Apparenté PCF  
mars 2008 en cours Bernard Maupomé[4] Apparenté PCF  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 77 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
333 341 344 361 383 402 401 450 464
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
425 435 414 387 360 340 352 316 340
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
394 314 300 241 232 203 239 145 104
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
100 103 90 91 88 87 79 78 77
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église, datant du XIIe siècle, a été refaite au XIVe siècle. Les seigneurs du château du Chambon apparentés aux papes Clément VI et Grégoire XII ainsi que la famille des Fontanges avaient l'habitude de venir s'y recueillir. Elle a été restaurée. On remarque le porche, les fonds baptismaux et le bénitier du XIIe siècle. À l'intérieur de l'église se trouvent un mobilier du XIIe au XIXe siècles et des statues.

Les statues : une Vierge à l’Enfant en bois polychrome du XVe, le buste de saint Hilaire patron de la paroisse, sainte Anne, un ange adorant du XVIIe, un Christ du Haut Moyen Âge, une Vierge du XIXe.

  • Un mini-musée qui comprend tous les accessoires nécessaires à la fabrication du pain.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Tous les 15-Août, Saint-Hilaire organise sa fête traditionnelle, à côté de l'église : le 14 au soir, avec représentation théâtrale assurée par la troupe du village et repas à la belle étoile, puis le lendemain avec une seconde représentation et des stands d'activités et de dégustation toute la journée.

Association[modifier | modifier le code]

  • L'association Comité des Fêtes et d'Animation, créé en 1984 : elle s'occupe d'organiser des animations culturelles.
  • L'association Les amies de la dentelle aux fuseaux compte environ 12 dentellières[7].
  • L'association Les Amis de Saint-Hilaire-Luc qui a notamment pour objet de conserver et de préserver le patrimoine de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anny Duperey fait partie de l'association Les Amis de la commune dont elle est présidente d'honneur[8].

Divers[modifier | modifier le code]

  • En 1998, la mairie a été lauréate du prix des villages gagnants pour avoir transformé une fermette datant du début du XIXe siècle en auberge ("Auberge de la Marguerite")[9].
  • 3 circuits pédestres à thèmes sont proposés, dont le circuit "Au fil de l'eau"[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]