Safia Otokoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Otokoré.
Safia Otokoré en 2009.

Safia Otokoré, née Safia Ibrahim le 17 octobre 1969 à Djibouti (alors dans le Territoire français des Afars et des Issas), est une femme politique française, membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Safia Otokoré est la quatrième d'une fratrie de dix enfants, dans une famille originaire de Somalie[1],[2]. Comme la majorité des fillettes de son pays, elle a été victime de mutilations génitales féminines (excision et infibulation)[3].

Elle obtient le baccalauréat et une bourse canadienne pour étudier à l’université au Sénégal[4]. Elle rencontre le footballeur Didier Otokoré qu'elle rejoint en France en 1993. Ils ont deux enfants avant de se séparer.

À Auxerre, Safia Otokoré crée l'« Association pour mieux connaître l’Afrique » (AMCA), devenue « Aider et mieux connaître l’Afrique ». Elle est professeure d’éducation physique et sportive.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Safia Otokoré adhère au Parti socialiste en 1999. Elle fait partie en 2006-2007 de l'équipe de campagne présidentielle de Ségolène Royal, chargée de l'animation des comités de soutiens « Désirs d'avenir ». En novembre 2008, elle soutient Pierre Moscovici lors du congrès de Reims, et participe avec lui ensuite au groupe « Besoin de Gauche » du PS. Elle est alors membre du Bureau national du Parti socialiste où elle ne siège plus à partir de 2012.

En 2011, elle fait partie de l'équipe de campagne de François Hollande lors des primaires socialistes. En 2012, elle est nommée conseillère du ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, chargée de la communication[5].

En septembre 2013, elle quitte le ministère de l'Économie et des Finances [6] pour l'Agence française de développement où elle coordonne depuis le 16 septembre 2013 les projets consacrés aux droits des femmes[7].

Candidatures et mandats électoraux[modifier | modifier le code]

Safia Otokoré est élue en mars 2001 maire-adjointe de la ville d'Auxerre. Elle est démise de ses fonctions en 2005 par le maire Guy Ferez pour « son absentéisme et des problèmes de comportement »[8].

En mars 2004, elle est élue conseillère régionale de Bourgogne[9] et devient vice-présidente de l'institution. Elle est réélue conseillère régionale en 2010 où elle devient deuxième vice-présidente et siège à la commission sport, développement à l'international et lutte contre les discriminations[10].

En 2007, Safia Otokoré est candidate socialiste dans la 11e circonscription des Yvelines. Elle obtient 27 % des voix au premier tour, et 48,25 % au second tour contre Jean-Michel Fourgous[11].

Élue au conseil municipal d'Élancourt, dans les Yvelines, en 2008, Safia Otokoré démissionne de ce mandat en septembre 2009.

En 2011, elle sollicite l'investiture pour les élections législatives de 2012 dans la troisième circonscription de la Côte-d'Or[12] ,[13], mais les militants du Parti socialiste lui préfèrent Kheira Bouziane. Safia Otokoré annonce maintenir sa candidature[14],[15], puis y renonce faute d'obtenir un soutien des instances nationales[16].

En 2014, elle se présente à l'élection municipale à Genlis, sur la liste du maire sortant Noël Bernard (PRG). La liste est battue par la liste UMP de Vincent Dancourt et Otokoré n'est pas élue au conseil municipal[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Bondard, "Safia Otokoré, l’indomptable", La Vie, 3 mars 2005
  2. Elise Karlin, "Safia Otokoré, "jumelle" et conseillère dévouée de Pierre Moscovici", L'Express, 6 octobre 2012.
  3. Son autobiographie.[réf. insuffisante]
  4. Alexis Billebault, "Safia Ibrahim-Otokoré, une djiboutienne candidate aux régionales en France", Jeune Afrique, 18 février 2010
  5. Nomination au cabinet du ministère de l'économie et des finances.
  6. http://www.auxerretv.com/content/index.php?post/2013/09/15/Safia-Otokor%C3%A9-quitte-Bercy
  7. Raphaëlle Bacqué, « Safia Otokoré, "sœur" autoproclamée de Pierre Moscovici », Le Monde,‎ 14 septembre 2013
  8. Discrimination politique: la désillusion de Safia Otokoré, France 2 (journal de 20h), 20 octobre 2005.
  9. Conseil régional de Bourgogne
  10. Site du Conseil régional de Bourgogne.
  11. Résultats des élections législatives de 2007 dans la 11e circonscription des Yvelines, Site du ministère de l'intérieur
  12. Cyril Bignault, "Un siège très convoité…", Le Bien public (Dijon), 26 octobre 2011
  13. Francis Ziegelmeyer, "S. Otokoré : « J’ai une envie »", Le Bien public (Dijon), 27 octobre 2011,
  14. « Safia Otokoré se présente en dissidence aux législatives », sur Europe 1 (Le Lab),‎ 9 mai 2012.
  15. "3e circonscription : ça bouge à gauche", Le Bien public (Dijon), 11 mai 2012
  16. «Safia Otokoré renonce pour les législatives», Le Bien public (Dijon), 10 mai 2012
  17. Amandine Chauve, « Genlis : Safia Otokoré 17e sur la liste de Noël Bernard », GazetteInfo,‎ 21 janvier 2014
  18. Résultats du 1er tour pour la commune Genlis

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • avec Pauline Guéna, Safia, un conte de fées républicain, Robert Laffont, 2005, ISBN 2290353000

Sur les autres projets Wikimedia :