Sac de couchage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bivouac sans tente, dans une dépression neigeuse creusée pour accueillir un sac de couchage adapté aux températures hivernales.

Un sac de couchage est un sac garni de matière isolante dans lequel on se glisse pour dormir et pour lutter contre les intempéries et le froid. Le principe du sac de couchage consiste à emprisonner dans son enveloppe une quantité importante d'air qui va jouer un rôle d'isolant, permettant au corps de conserver sa chaleur. Ce n'est pas le duvet ou les fibres contenus dans le sac qui constituent l'isolant, mais l'air qu'ils emprisonnent grâce à leur « gonflant ».

Le sac de couchage est un matériel très utilisé dans certaines activités sportives en extérieur tel que le camping, le bivouac, la spéléologie ou encore la randonnée pédestre. Un sac de couchage se distingue d'un autre par sa taille, sa capacité isolante, son poids et son volume une fois compressé.

Historique[modifier | modifier le code]

Le sac de couchage a longtemps été utilisé par les militaires et les explorateurs ; la population civile n'ayant guère l'utilité de tels dispositifs avant la démocratisation des congés payés. Ce sont en effet dans un premier temps les armées qui utilisaient des couvertures de multiples épaisseurs (jusqu'à 5) mises en rouleau[1]. On les arrangeait de manière à trouver du confort pour dormir. Un modèle précurseur des sacs de couchages modernes a été vendu par correspondance par le Royal Welsh Warehouse de Pryce Pryce-Jones en[2].

Les premiers sacs de couchage tels qu'on les connaît de nos jours sont apparus dans les années 1930 pour les besoins d'amateurs d'alpinisme principalement[1].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'armée américaine fournissait les soldats de certaines unités de sac de couchage dont les caractéristiques demeurent inchangées ; légèreté mais robustesse, petit volume et capacité isolante optimale[1]. Le modèle utilisés pour les troupes de montagnes était composé d'un mélange de plume et de duvet sous le format "momie". Par ailleurs, il était employé avec un sur-sac et même parfois avec un matelas pneumatique. En 1944, le sac de couchage destiné à l'infanterie, toujours sous le même format, était rembourré de laine et matelassé de couverture. Son format était de 84" de long par 28" pour au maximum de sa largeur. L'armée en commanda plus de 3 millions[1]. Un autre modèle, le M-1949 fut produit à partir de 1949 et fut employé lors de la guerre du Viêt Nam. Il fut remplacé dans les années 1970 par un nouveau système sensiblement proche du M-1949, mais étaient déclinés en deux modèles de même taille (2m10 par 85 cm). Ces deux modèles étaient "Intermédiate Cold Weather (ICW)", adapté aux temps moyennement froid, aux climat tempéré, et l"Extreme Cold Weather (ECW)" destiné lui aux conditions plus rudes.

  • ICW : températures jusqu'à -15 °C, couche extérieur en coton hydrofuge, garnissage en fibres synthétiques, 3,4 kilos.
  • ECW : températures jusqu'à : -25 °C, couche extérieure en coton hydrofuge, garnissage en duvet (60 %) et synthétique (40 %), 3,1 kilos.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les sac de couchage sont même utilisés dans les stations spatiales pour éviter la dérive des cosmonautes.

Le sac de couchage est utilisé par plusieurs catégorie de personnes. Les campeurs trouvent en lui un confort optimal pour un faible encombrement. Ils l'utilisent conjointement avec soit un carrémat, soit un lit de camp. Les amateur de bivouac ou de raids l'utilisent fréquemment à même le sol. Le sac de couchage est également un matériel essentiel dans de nombreuses forces armées. En effet, si l'hébergement permanent offre un confort acceptable pour les soldats, la situation est toute différente lors d'exercices ou d'opérations. Le sac de couchage permet donc d'apporter un confort relatif et une isolation thermique ou face aux intempéries.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Concept et formes de sac[modifier | modifier le code]

De nouveau types de sac sont apparus à la fin des années 2000. Ceux-ci permettent une liberté de mouvement très importante.

Le concept tient en son nom ; il s'agit d'un sac pour coucher. De ce fait, il doit épouser la forme du corps humain en laissant toutefois une marge nécessaire pour la ventilation, ou la liberté de mouvement. Tout sac de couchage se caractérise par la présence d'une ouverture laissant la tête à l'extérieur de celui-ci, et généralement d'une capuche intégrée pour offrir protection et confort de la même manière que pour le reste du corps. Cette capuche est ajustable par des tendeurs. Est également présente sur bon nombre de modèles une fermeture éclair latérale qui permet un accès plus aisé au sac en lui-même. L'extérieur du sac offre une résistance à l'humidité et aux agressions extérieures.

Un sac de couchage se plie sur la longueur et s'enroule avec soin pour enlever l'air présent, puis se range dans un sac dont la taille varie, mais ne dépassant généralement pas 12 litres. Toutefois, cette pratique est déconseillée par certains spécialistes, puisque les pliures prennent place régulièrement au même endroit, détériorant ainsi le garnissage[3]. La forme d'un sac de couchage joue un rôle important dans sa performance en plus d'en déterminer le confort et le volume.

  • Le sac momie est reconnu pour sa légèreté et sa capacité de garder la chaleur. Épousant les formes du corps, il réduit la perte de chaleur et offre un meilleur rapport chaleur-poids qu'un sac plus large. Toutefois, certaines personnes le trouvent trop confinant.
  • Le sac baril a troqué le rendement thermique pour plus d'espace. Il n'est pas doté d'un capuchon, il est légèrement en pointe et il a un style ovale aux pieds. Il est aussi un peu plus volumineux et lourd que le sac momie.
  • Le sac rectangulaire n'est pas très populaire auprès des voyageurs en grande nature car, outre sa faible isolation, il est volumineux et lourd. Ample et peu dispendieux, il est surtout utile par températures chaudes.
  • Le Quilt ou Top Bag est utilisé chez les personnes qui cherchent à limiter le poids de leur sac. La zone isolante (duvet ou synthétique) en contact avec le sol est remplacée par le matelas de randonnée qui est aussi isolant. Le sac est ainsi plus léger et l'isolation reste correcte.

Taille, poids et volume[modifier | modifier le code]

La taille des sacs de couchage varie selon les modèles. Certains sont adaptés aux faibles mensurations des enfants, alors que d'autres profitent aux adultes même de taille non fréquente (2 m30)[4].

Isolation[modifier | modifier le code]

Capacités isolantes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Isolation vestimentaire.

La capacité isolante du sac de couchage est un facteur primordial qui définit son cadre d'utilisation. Un sac de couchage est vendu avec 3 températures de références ; T° Confort, T° Limite, et T° Extrême. Si les sacs de couchage les plus performants au monde affichent des températures extrêmes en deçà de -50 °C[5], la gamme grand public s'étend entre +10 °C et -10 °C.

Cette isolation se fait par la présence d'air la plus importante possible dans la mousse du sac et ses alvéoles[6]. En effet, l'air est un isolant, et ne transmet donc que peu la chaleur, que ce soit le froid vers le sac de couchage, ou la chaleur contenue à l'intérieur de celui-ci vers l'extérieur. Inversement, un sac de couchage humide ou mouillé, outre son inconfort, perdra beaucoup de sa capacité isolante. Le corps humain peut contribuer à l'humidification du sac puisqu'il élimine entre un quart[7] et un tiers[8] de litre d'eau par nuit. Il est donc nécessaire, a fortiori par temps chaud, que le sac puisse respirer pour avoir un capacité isolante optimale.

Matériaux d'isolation[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Duvet (plumage) et Fibre synthétique.

Deux types d'isolant sont majoritairement utilisés dans la garniture et donc l'isolation des sacs de couchage : le duvet et les synthétiques. Ces deux types d'isolant ont des qualités très distinctes avec chacun leurs avantages et inconvénients.

Le duvet est une matière naturelle constituée de très petites plumes. Il offre un volume très important composé d'une grande majorité d'air, ce qui lui confère un capacité isolante importante. La rapport poids/isolation est de ce fait important. Ce volume compressible -bien que parfois hétérogène- est à l'origine du confort procuré. On attribue au duvet une meilleure durabilité. Cependant, l'humidité lui fait perdre une partie de ses performances thermiques, et s'avère plus difficile à sécher que d'autres matériaux. Aussi, le duvet à le désavantage d'être plus cher que la matière synthétique dont la production en usine se fait en grands volumes.

La fibre synthétique offre un prix très accessible grâce à un production industrielle. Elles offrent un pouvoir isolant et un résistance variable selon leurs composition, mais ont pour avantage principal l'imperméabilité, et donc, l'assurance d'un isolation stable. En revanche, la qualités des matériaux variant énormément, certaines matières offriront un durabilité moindre. En outre, les mousses synthétiques sont généralement moins compressibles que le duvet, et plus lourdes pour un confort équivalent.

Entretien[modifier | modifier le code]

Un sac de couchage se nettoie pour la même raison qu'un lit se change ; le corps humain transpire, imprègne des odeurs, et introduit de la saleté avec le temps. L'humidité peut conduire à la prolifération de bactéries ou de moisissures. Ces phénomènes entrainent une détérioration du matériau. La paroi extérieure du sac prend également de la poussière, de la terre ou divers micro-éléments qui peuvent conduire à un vieillissement du textile. Ainsi, que ce soit par hygiène ou par maintenance, il est préférable de maintenir un sac de couchage propre. Plusieurs opération sont possibles. La plus simple consiste à aérer le sac de couchage pour évacuer une partie de l'humidité intérieure générée par le corps humain qui rejette jusqu'à un tiers de litre d'eau par nuit[8]. Ainsi, on gagne en durabilité et on évite l'imprégnation d'odeurs. Pour une maintenance plus complète, il est possible d'avoir recours au lavage, que ce soit à la main ou à la machine à laver en respectant les prescriptions données par la marque, mais cette technique est à éviter autant que possible pour les duvets[8]. En effet, outre le fait que la plupart des machine à laver ne supportent pas la charge nécessaire, un risque d'hétérogénéisation de l'isolant existe, et le temps de séchage du sac s'étale au delà de deux jours, même en faisant usage d'un sèche-linge[8]. Pour les matières synthétiques, l'usage de machine à laver est moins délicat, mais en amoindrissant la quantité de savon utilisé, et en laissant de côté l'adoucissant. Le temps de séchage une fois fermement essoré avoisine 24h[8]. Il existe entre autres des nettoyants spécialement optimisés qui conservent les propriétés isolantes au maximum, tout en protégeant l'enveloppe extérieure du sac[9].

Principaux constructeurs et vendeurs[modifier | modifier le code]

On constate que les concepteurs des sacs de couchages ont un domaine de vente plus ou moins large, allant du sport spécifique (randonnée, sport de montagne, ...) au généraliste tel que Décathlon en France. Par ailleurs, ce matériel est fréquemment vendu en grande surface, surtout à l'approche des grandes vacances. Ceci peut s'expliquer par la fonction d'objet central dans les loisirs en extérieurs peu coûteux ou démocratisés (camping, rando, ...) et leur fonction utilitaire.

Généralistes dans le sport[10] Spécialistes du sac de couchage[10]
  • Lafuma
  • Quechua
  • Millet
  • Marmot
  • Helsport
  • Mountain
  • Mammut
  • The North Face
  • Nordisk
  • Ajungilak
  • Carinthia
  • Valandré
  • RAB
  • Triple Zéro
  • Lestra Sport
  • Yeti
  • Freetime
  • Husky
  • Grüezi bag 

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « U.S. Military Sleeping Bags », sur www.olive-drab.com (consulté le jeudi 18 février 2010)
  2. (en) Euklisia rug
  3. Grégory Rohart, « Entretien d’un sac de couchage », sur www.i-trekkings.net,‎ 30 juillet 2009 (consulté le vendredi 27 août 2010)
  4. « Sac de couchage froid camouflage (cam ce) », sur .arcadis-toe.com (consulté le Mercredi 20 janvier 2009)
  5. « Hispar 1200 Down Sleeping Bag », sur phdesigns.co.uk (consulté le mercredi 20 janvier 2010)
  6. Hajk, Catalogue année 2000 op. cit. p. 52
  7. Hajk, catalogue année 2000 op. cit. p. 53
  8. a, b, c, d et e « Conseils pour l'entretien des sacs de couchage », sur www.mammut.ch (consulté le vendredi 27 août 2010)
  9. « Down Wash », sur /www.toko.ch (consulté le vendredi 27 août 2010)
  10. a et b Vincent, « Sacs de couchage, 13 marques à la loupe. Fabricants et modèles. », sur www.journaldutrek.com,‎ 20 décembre 2007 (consulté le dimanche 4 juillet 2010)