Karrimat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tous les karrimats sont enroulables. Ils s'attachent horizontalement sur le sac à dos du randonneur ou du campeur. Le karrimat est un symbole de ces pratiques de plein air.

Un karrimat aussi appelé tapis de sol ou matelas de camping est un petit matelas très peu épais en matière synthétique.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le terme de « karrimat » désigne le produit commercialisé par le fabricant anglais KARRIMOR au début des années 1980.

L'appellation « tapis de sol » (ou éventuellement « matelas de sol ») constitue un pléonasme. Le nom de « carrémat », aussi orthographié « Carré'mat » est également utilisé. Il est fait de l'association de « carré » et de « matelas ». En effet, la forme des carrémats est très géométrique, rectangulaire d'un format bien défini.


Utilisation[modifier | modifier le code]

Le carrémat a une double vocation : isolation thermique et confort. Il se substitue au matelas d'un lit pour les activités nécessitant de dormir en extérieur. La plupart du temps, il est utilisé pour le camping ou le bivouac lors de longues randonnées s'étalant sur plusieurs jours. Le carrémat doit donc conserver la chaleur du dormeur tout en lui procurant un certain confort. Il se place entre le sac de couchage et le sol de la tente ou le sol.

Ces tapis peuvent être également utilisés pour la pratique d'activités au sol telles que le yoga.

Constitution[modifier | modifier le code]

Il existe deux grand types de tapis de sol:

  1. Les tapis de sols de camping sont composés dans tous les cas d'une mousse, pour ses capacité d'isolation et pour sa souplesse (confort). La mousse est une matière synthétique légère et peu dense (moins de 70kg par mètre cube), souvent remplie de micro bulles d'air. L'air, de par sa faible conductivité thermique est responsable de l'isolation offerte par le tapis de sol. La capacité isolante (R value) diffère selon les mousses utilisées et l'épaisseur de celle-ci, allant de 5 mm à 15 mm. L'épaisseur du tapis de sol est proportionnelle à son isolation. Pour l'augmenter, de nombreux constructeurs ajoutent une feuille d'aluminium afin de refléter les rayons infrarouges issus de la chaleur corporelle. Les modèles haut de gamme travaillent la forme du carrémat pour créer des petites cavités en forme de carton à œufs ou de rainures pour emprisonner de l'air entre le sac de couchage et la matière isolante, augmentant ainsi encore davantage la retenue de chaleur.
  2. Les tapis de sol gonflables/autogonflants (et les matelas pneumatiques) ont les mêmes buts que les modèles traditionnels, mais leur constitution diffère radicalement. Il s'agit de tapis en matière synthétique qu'on gonfle par l'intermédiaire d'une valve ou qui se remplissent tout seuls. Le volume d'air emprisonné crée une épaisseur variant entre 10 mm et 40 mm, offrant une isolation allant jusqu'au double des carrémats en mousse. Il existe des matelas gonflables dont l'épaisseur peut dépasser les dix centimètres, mais en raison de leur poids et de leur volume, il ne sont pas suffisamment transportables pour entrer dans l'appellation carrémat. L'épaisseur étant proportionnelle au volume d'air insufflé (jusqu'à un certain seuil), le confort est considérablement augmenté. Enfin, le volume du tapis dégonflé est restreint même si le poids est comparable.

Tout porte à croire qu'un carrémat autogonflant est la meilleure solution au vu de sa supériorité en termes de poids, d'isolation, de confort et de volume, mais sa fragilité rend son utilisation risquée en bivouac où des cailloux pointus, des aiguilles de pin, ou des rebuts métalliques peuvent les crever. Une crevaison supprime totalement l'isolation et le confort. Par ailleurs, les solutions gonflables sont une solution intéressante pour leur capacité isolante permettant de dormir sur des sols enneigés, mais l'humidité de l'air insufflé peut condenser et réduire sensiblement le potentiel isolant. L'humidité et la condensation dans les alvéoles peuvent être source de développement bactérien altérant l'objet. Enfin, le prix joue en la défaveur des autogonflants.

Un dernier point diffère selon les carrémats : leur accroche au sol. Bien qu'il soit préférable de dormir sur un sol plat, certaines situations ne le permettent pas, et le carrémat incliné peut glisser par manque d'adhérence. Les carrémats autogonflants, dont l'enveloppe utilise des matériaux synthétiques lisses sont plus sensibles à la pente que leurs homologues en mousse, dont les aspérités accrochent le sol notamment grâce à l'élasticité des matériaux. Cette remarque est également valable pour le dormeur dans son sac de couchage, glissant au fil de la nuit à cause de ses mouvements sur son tapis de sol. Fort de ce constat, certains constructeurs intègrent des microreliefs antidérapants pour maintenir à la fois le dormeur sur le carrémat et le carrémat sur le sol.

Contraintes d'utilisation[modifier | modifier le code]

  • Lorsqu'ils restent longtemps en position roulée, ils gardent le pli et ont tendance à s'enrouler tout seuls une fois dépliés ; et la mousse qui les compose peut se briser si les matelas sont enroulés dans le sens contraire à celui habituel.
  • Ils sont très légers et résistent à tous les chocs auxquels ils sont exposés.
  • N'absorbent pas l'humidité en raison de la composition de la mousse (EVA : Ethylene vinyl acetate, un copolymère thermoplastique) à cellules fermées.
  • Ne craignent pas les perçages accidentels par des aiguilles de pin, clous ou pierres pointues.
  • Les matières synthétiques peuvent dégager des odeurs et c'est le cas des carrémats neufs restant longtemps dans un milieu clos ou chaud, une tente par exemple.


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]