Rodolphe Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas.
Rodolphe Thomas
Image illustrative de l'article Rodolphe Thomas
Fonctions
Maire d'Hérouville Saint Clair
19 juin 2001
Groupe politique Modem
Biographie
Date de naissance 8 août 1962 (52 ans)
Lieu de naissance Falaise
Profession Maire d'Hérouville Saint Clair

Artisan commerçant

Rodolphe Thomas est un homme politique français, né le 8 août 1962 à Falaise (Calvados).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Falaise, il emménage en 1966 dans la ville nouvelle d'Hérouville-Saint-Clair avec ses parents qui y ouvrent l'un des premiers commerces de la ville nouvelle, un garage automobile. Titulaire d'un bac G, il reprend le commerce familial en 1993[1].

Après un mandat dans l'opposition au conseil municipal dont il est le benjamin, Rodolphe Thomas crée la surprise en emportant en 2001, le bastion de gauche qu'est traditionnellement Hérouville-Saint-Clair, à la faveur de la division du Parti socialiste local entre Louis Mexandeau et François Geindre, et devient premier vice-président de la Communauté d'agglomération Caen la Mer[2].

L'année suivante, il confirme en enlevant également la deuxième circonscription du Calvados le 16 juin 2002 pour la XIIe législature[2]. Membre du groupe UDF, il siège à la commission des affaires économiques dont il est vice-président du groupe d'études sur l'automobile et sur la contrefaçon. Il est également membre titulaire de la commission supérieure du crédit maritime mutuel[3].

Proche de Jean-Louis Borloo mais fidèle à François Bayrou, il cultive une apparence de jeune premier décontracté et une identité d'élu de terrain, en décalage avec la représentation classique de l'homme politique[4]. Après des débuts difficiles et hésitants, il engage un vaste projet de rénovation urbaine de 150 millions d'euros[5].

Soutien de Nicolas Sarkozy au deuxième tour de élection présidentielle de 2007 quand François Bayrou s'abstient de donner une consigne de vote, il se présente sous l'étiquette majorité présidentielle, et soutenu par le MoDem, aux législatives de 2007, mais perd son siège de parlementaire face à la socialiste Laurence Dumont[6].

Revenu entièrement auprès de François Bayrou, qui dit de lui qu'« il ne cessera jamais de nous étonner »[2], dans un MoDem il est candidat en mars 2008 à sa propre succession à la mairie ainsi qu'aux élections cantonales face à Magali Le François sur le canton de Caen-6. Victorieux aux municipales dès le premier tour avec un score supérieur à 53 %, et simultanément aux cantonales, il est reconduit aussi comme 1re vice-président de l'agglomération de Caen la Mer.

Le 29 juillet 2009, il devient membre du bureau exécutif national du MoDem[7].

Candidat « MoDem / Le Centre pour la France » dans la Deuxième circonscription du Calvados aux législatives de 2012, il met en ballottage la député socialiste sortante, Laurence Dumont, avec 20,65 % des suffrages exprimées au premier tour, contre 45,97 % à sa rivale.

Le 23 mars 2014, il remporte les élections municipales dès le premier tour avec une majorité de 63,83 % des suffrages.

Mandats[modifier | modifier le code]

Député
Conseiller municipal
Conseiller général
Conseiller d'agglomération

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rodolphe Thomas, site officiel
  2. a, b et c Raphaël Fresnais, « Rodolphe Thomas, un politique atypique », Ouest-France, 12 juin 2007
  3. Fiche pour la XIIe législature, site de l'Assemblée nationale
  4. Raphaël Fresnais, « Rodolphe Thomas, un MoDem à suivre », Ouest France, 13 mars 2008
  5. Jean-Pierre Beuve, « À Hérouville, Rodolphe Thomas s'enracine », Ouest France, 16 mars 2008
  6. Législatives 2007 : Résultats de la 2e circonscription du Calvados , Ministère de l'Intérieur, 2007
  7. http://www.mouvementdemocrate.fr/vie-du-modem/bayrou-elargissement-bureau-executif-290709.html

Liens externes[modifier | modifier le code]