Arkose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple d'utilisation d'arkose pour la construction d'une église en Auvergne.
Meules en arkose en Auvergne.

L'arkose est une roche sédimentaire détritique terrigène composée de quartz (jusqu'à 60 %), de feldspath (au moins 25 %), souvent de quelques micas et d'un ciment composé d'argile (environ 15 %).

Comme tous les grès, l'arkose est une roche détritique riche en quartz mais il a comme originalité d'être un grès grossier, feldspathique. Par ailleurs son liant est argileux, et non calcaire, ce qui augmente sa résistance dans le temps à la pluie.

L'inselberg d'Ayers Rock (Uluru) en Australie est composé d'arkose.

De nombreuses églises romanes d'Auvergne sont en arkose (basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand, église Saint-Austremoine d'Issoire, église Notre-Dame de Saint-Saturnin[1]).

De l'uranium est parfois présent en gisements importants dans des formations de grès arkosiques, par exemple dans le bassin de la rivière Powder aux États-Unis, où il est exploité[2].

Gisement[modifier | modifier le code]

L'arkose se rencontre souvent près des granites et des gneiss car elle provient de leur altération.

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • Ornementation (statuaire)
  • Construction
  • Meules ( réf.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Panneau Les Carrières d'Arkose dans le village de Montpeyroux, vu le 27 juin 2013.
  2. Davis, J. F. (1969). Uranium deposits of the Powder River basin. Rocky Mountain Geology, 8(2 Part 1), 131-141 (résumé).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]