Ankérite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ankérite
Catégorie V : carbonates et nitrates[1]
Ankérite sur quartz Huaron Pérou

Ankérite sur quartz Huaron Pérou
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute Ca(Fe,Mg,Mn)(CO3)2
Identification
Masse formulaire 206,39 uma
Couleur blanc à jaune-brun,
gris rougeâtre
Classe cristalline et groupe d'espace rhomboédrique ;R\bar3
Système cristallin trigonal
Réseau de Bravais rhomboédrique
Macle fréquentes sur le pinacoïde {0001}, macles sur les prismes trigonal {10\bar10} et hexagonal {11\bar20}, macles lamellaires sur le rhomboèdre {02\bar21}
Clivage parfait à {1011}
Cassure conchoïdale
Habitus cristaux, masses grenues à compactes
Faciès cristaux rhomboédriques, plus rarement prismatiques, tabulaires ou pseudo-octaédriques
Échelle de Mohs 3,5 - 4
Trait blanc
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction ω=1,69-1,75 ε=1,51-1,55
Biréfringence Δ=0,180-0,200 ;
uniaxe négatif
Fluorescence ultraviolet oui et luminescente
Transparence Translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 2,9 - 3,1
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'ankérite est une espèce minérale de la famille des carbonates de formule Ca(Fe,Mg,Mn)(CO3)2 avec des traces de césium et de lanthane.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Wilhelm von Haidinger en 1825, et nommée d'après le minéralogiste Matthias Joseph Anker (1771-1843) de Styrie, en Autriche[2].

Topotype[modifier | modifier le code]

Erzberg, Eisenerz, Styrie, Autriche.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 4.83, c = 16.167, Z = 3 ; V = 326.63
  • Densité calculée = 3,15

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

L'ankérite fait partie du groupe de la dolomite, elle forme une série avec elle, mais également avec la Kutnohorite.

Groupe de la dolomite[modifier | modifier le code]

Le groupe de la dolomite est composé de minéraux de formule générale AB(CO3)2A peut être une atome de calcium, de baryum et ou de strontium. B peut être le fer, le magnésium, le zinc et ou le manganèse. Avec la même structure cristalline.

Les borates nordenskoldine et tusionite sont isostructuraux aux minéraux du groupe de la dolomite.

Gîtologie[modifier | modifier le code]

L'ankérite peut résulter de l'hydrothermalisme ou de la recristallisation métamorphique de roches sédimentaires riches en fer. On la trouve fréquemment comme gangue minérale associée à de l'or de l'argent et différents sulfures.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Dolomite et Sidérite.

Synonymie[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Mangano-ankérite : Variété d'ankérite riche en manganèse présente dans l'Arizona aux États-Unis [4].
  • Nickel-ankérite : Variété d'ankérite riche en nickel présente dans l'État de Washington aux États-Unis [5]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Algérie
Mine d'Ouenza (Djebel Ouenza), Ouenza, Province de Tébessa[6]
  • Autriche
Styrian Erzberg, Eisenerz, Styrie (topotype)
  • Belgique
La Mallieue, Engis, Province de Liège[7]
  • Canada
Carrière Poudrette, Mont Saint-Hilaire, Rouville Co., Montérégie, Québec[8]
  • France
Tunnel de Lioran, Le Lioran, Cantal, Auvergne[9]
Mine de Salsigne, Salsigne, Mas-Cabardès, Carcassonne, Aude, Languedoc-Roussillon[10]
Goutasson, Couledoux, Haute-Garonne, Midi-Pyrénées[11]
  • Pérou
Mines de Huraon, District de San Jose de Huayllay, Cerro de Pasco, Province Daniel Alcides Carrión[12]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

  • Les cristaux sont plus bruns que ceux de la dolomite.
  • Soluble à froid avec une lente effervescence dans l'acide chlorhydrique dilué.
  • Crépite dans la flamme et brunit.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. MINER Database von Jacques Lapaire - Minéraux et étymologie
  3. Breithaupt, A. (1830) Ubersicht des Mineral-System’s. Freiberg: 20.
  4. Anthony, J.W., et al (1995), Mineralogy of Arizona, 3rd.ed.: 113, 353; Peterson, N.P. (1962), Geology and ore deposits of the Globe-Miami district, AZ, USGS PP 342: 74, 131.
  5. Metal Mines of Washington-Preliminary Report; Derkey, Joseph, Lasmanis
  6. Bouzenoune, A., and Lécolle, P. (1997): Petrographic and geochemical arguments for hydrothermal formation of the Ouenza siderite deposit (NE Algeria). Mineralium Deposita 32, 189-196
  7. H. Kucha et al., European Journal of Mineralogy, 1996, Vol. 8, N°1, pp. 93-102.
  8. Horváth, L and Gault, R.A. (1990), The mineralogy of Mont Saint-Hilaire Quebec. Mineralogical Record: 21: 284-359.
  9. Vernay R. (2005), Le tunnel du Lioran (Cantal), Le Cahier des Micromonteurs, n°88, pp: 14-15.
  10. Le Règne Minéral, Hors série (3), 36-54
  11. Descouens D. (1983), Une chlorite rare, dans la Haute-Garonne : la cookéite, Monde & Minéraux N°54 pp:31.
  12. Rocks & Mins.: 22:321-322