Reyran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reyran
Le Reyran à Fréjus
Le Reyran à Fréjus
Caractéristiques
Longueur 26,8 km [1]
Bassin ?
Bassin collecteur Argens
Débit moyen variable m3/s
Régime Pluvial océanique
Cours
· Localisation source Bagnols-en-Forêt
· Coordonnées 43° 33′ 02″ N 6° 41′ 55″ E / 43.5506, 6.6986 (Source - Reyran)  
Confluence Argens
· Coordonnées 43° 24′ 38″ N 6° 44′ 02″ E / 43.4105, 6.7338 (Confluence - Reyran)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Var
Régions traversées PACA

Sources : SANDRE, Géoportail

Le Reyran est un torrent du département du Var et un affluent de l'Argens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Reyran est un torrent éphémère de moins de 25 km de long[1] qui prend sa source à Bagnols-en-Forêt dans le Var, à 12 km de Fréjus.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Il ne coule que trois mois par an et est à sec le reste de l'année. Son débit est très irrégulier. Le débit annuel est de 22,70 millions de m3 et une fois tous les 30 ans le débit n'atteint que 15,75 millions de m3. Le débit est le plus élevé durant les mois de décembre, janvier et avril. Le débit est parfois nul durant juillet et août. Pendant ces mois estivaux, le lit de la rivière peut présenter une série de mares isolées qui diminuent en taille de jour en jour. Le lit du Reyran est fait de gros sable et galets jusqu'à 30–40 cm. Leur lithologie est celle des roches avoisinantes : grès, gneiss, pegmatite, roches volcaniques.

Aménagements[modifier | modifier le code]

La partie amont de la vallée du Reyran devint temporairement un lac après la mise en service du barrage de Malpasset en 1954. Depuis la dramatique rupture de cet ouvrage le 2 décembre 1959, la rivière a repris son état naturel mais reste barrée par la partie basse des ruines de la voûte du barrage, qu'elle traverse toujours grâce à l'évacuateur de fond circulaire, dont la vanne est laissée ouverte en permanence. À l'aval du barrage et jusqu'au delà du pont de l'autoroute A8 La Provençale, la vallée et le lit même du cours d'eau sont encore aujourd'hui encombrés par les vestiges de la catastrophe : énormes blocs de béton issus de la voûte du barrage roulés par les flots, dont certains peuvent atteindre un poids de l'ordre de 600 tonnes, morceaux de piles du pont autoroutier qui était en construction le jour de la catastrophe, soufflés par l'onde de rupture et qui fut reconstruit à l'identique au même endroit.

Le Reyran est canalisé dans la traversée de la ville de Fréjus. Un canal en béton a été aménagé après la rupture du barrage. Ce sont là des mesures préventives de la ville contre les risques d'inondation. Le Reyran ne cause pas d'inondation de plaine, comme l'Argens, mais plutôt des crues torrentielles exceptionnelles et du ruissellement urbain, comme la Garonne et la Valescure pour la commune voisine de Saint-Raphaël. Une crue de ce type survenue en 2012 a ainsi détruit le passage à gué en béton situé juste à l'aval du pont autoroutier, à proximité de l'ancien hameau de Malpasset ravagé en 1959.

Le Reyran traverse Fréjus du nord au sud et va se jeter dans l'Argens au niveau de la Base Nature.

Les principaux affluent du Reyran sont le Reyrannet et Le Gonfaron.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Brochure sur les risques majeurs de la ville de Fréjus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - le Reyran (Y5320500) » (consulté le 12 mars 2013)