René Quinton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quinton.

René Quinton

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

René Quinton en 1908

Naissance 15 décembre 1866
Chaumes-en-Brie (Seine-et-Marne)
Décès 9 juillet 1925 (à 58 ans)
Grasse (Alpes-Maritimes)
Nationalité Drapeau de France Français
Profession

René Quinton, né le 15 décembre 1866 à Chaumes-en-Brie et mort le 9 juillet 1925 à Grasse, est un naturaliste, physiologiste et biologiste français. Autodidacte, il élabora une théorie sur l’origine et la nature marine des organismes vivants.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Quinton est né le 15 décembre 1866 dans la ville de Chaumes-en-Brie (Seine-et-Marne), fils de Marie Amyot et de Paul Quinton, médecin et maire de Chaumes.

Il fait ses études au lycée Chaptal à Paris, où il passe ses baccalauréats de sciences et de lettres. Son père le voit polytechnicien ou docteur en médecine (lui-même est issu d’une lignée de médecins). Finalement, René Quinton préfère se consacrer à la littérature. Il écrit pendant de longues années romans et pièces de théâtre, avec Flaubert pour modèle. À 22 ans, il entreprend des voyages dans les pays méditerranéens et étudie au Muséum d’histoire naturelle la géologie, la paléontologie et la biologie.

En 1895, alors âgé de 29 ans, René Quinton émet, en observant une vipère, une première théorie sur la température des organismes vivants, qui deviendra la loi de constance thermique. Sa démarche de recherche rigoureuse conduit de nombreux scientifiques à s’intéresser à ses hypothèses. Étienne-Jules Marey, président de l’Académie des sciences, se passionne pour ses travaux et lui ouvre les portes de son laboratoire au Collège de France et la voie de l’expérimentation. L’intérêt de ce savant célèbre et respecté lui apporte la considération et la crédibilité que sa jeunesse et son parcours d’autodidacte lui amputent ; Quinton lui dédie quelques années plus tard son ouvrage de référence, L’Eau de mer, milieu organique (1905).

Quinton poursuit ses études de biologie en reprenant le concept de milieu intérieur, élaboré quelques décennies auparavant par Claude Bernard et en le rebaptisant « milieu vital ». Il émet l’hypothèse que le liquide dans lequel baignent les cellules est identique au liquide marin originel. Cette théorie, sans doute la plus importante de son œuvre, se verra confirmée par une série d’expériences et aura en son époque un retentissement thérapeutique, philosophique et politique considérable, en France et à l’étranger[réf. nécessaire]. À une époque on l’on pensait que seule une petite quantité des corps atomiques connus composait la matière vivante, Quinton soutient que l’on y retrouve l’ensemble des éléments présents dans l’eau de mer, et fait figure de précurseur en accordant une importance majeure à ces éléments présents en quantité minime dans l’organisme, les oligo-éléments. Quinton élabore ensuite une troisième loi, dite de constance osmotique, qui traduit la tendance de la matière vivante à conserver la concentration saline des origines, et émet l’hypothèse d’une quatrième loi, dite de constance lumineuse, qui traduirait la capacité des organismes phosphorescents à produire de la lumière pour maintenir la haute activité cellulaire de certaines espèces.

En 1897, le traitement marin commence dans de nombreux hôpitaux parisiens[Lesquels ?]. Le 26 mars 1907, Quinton ouvre à Paris le premier « dispensaire marin », rue de l'Arrivée. Son succès considérable (300 injections par jour) conduit à la création d’autres dispensaires, à Paris et bientôt dans de nombreuses villes de France et de l’étranger. La princesse Hélène, sœur du roi Édouard VII du Royaume-Uni, vient visiter et observer le travail effectué en dispensaire afin de diriger en personne celui qu’elle compte créer à Londres[1].

René Quinton est alors célèbre et populaire dans toute la France, mais également hors des frontières. Ses travaux sont repris et discutés dans différents domaines, notamment en politique (la gauche comme la droite y trouvent des justifications idéologiques) et en philosophie (dans le domaine de l’évolutionnisme, les théories du savant offrirent un point de vue nouveau qui rencontra l’hostilité des darwinistes).[réf. nécessaire]

Il s’intéressa par la suite à l’aéronautique, domaine dans lequel il est également un pionnier. Il fonde et préside la Ligue nationale aérienne, qui réunit des personnalités comme Henry Deutsch de la Meurthe, Paul Painlevé ou encore Ernest Archdeacon[2]. Sa passion pour le sujet le conduit à sensibiliser l’opinion publique et à convertir industriels et personnalités politiques au rêve aérien. La ligue crée la première école de pilotage au monde à Juvisy, dirigée par Ferdinand Ferber.

En 1914, René Quinton a 48 ans. Capitaine de réserve dans l’artillerie, il est mobilisé dès le mois d’août. Pendant quatre années, ses travaux sont mis de côté. Il est promu chef d'escadron puis lieutenant-colonel d'artillerie de réserve. Chevalier de la Légion d'honneur depuis 1913, il est promu officier en 1917 puis commandeur en 1921[3]. Blessé à plusieurs reprises, il est cité sept fois, portant ainsi la croix de guerre avec cinq palmes et deux étoiles. Ses faits d’armes lui valent les éloges du Maréchal Foch : « Officier de la plus rare intrépidité dont il est impossible d’énumérer les actes de bravoure… S’est affirmé comme un excellent commandant de groupe, ayant la plus grande autorité et sachant obtenir de son personnel le rendement maximum[2]. » Il est aussi chevalier de l'Ordre de Léopold de Belgique[3].

René Quinton meurt le 9 juillet 1925 à Grasse, à l’âge de 58 ans, d’un arrêt cardiaque. Lors de ses funérailles, de nombreux inconnus qu’il a soignés se mêlent aux personnalités du monde scientifique, politique et littéraire[Lesquelles ?].

L’œuvre de René Quinton, dont le succès fut fulgurant de son vivant, est rapidement tombée dans un oubli relatif. Sa méthode thérapeutique reste largement pratiquée en France et à l’étranger[4], dans le cadre des médecines dites « non conventionnelles ».

Œuvre[modifier | modifier le code]

Introduction à la théorie marine[modifier | modifier le code]

« La cellule vit dans l’organisme animal comme le poisson dans les eaux, elle se trouve dans un véritable aquarium à l’intérieur de notre corps. Mais là où les travaux de Quinton parachevaient ceux de Claude Bernard, c’est en démontrant la nature de ce milieu intérieur, en prouvant qu’il était littéralement de l’eau de mer, que cet aquarium était donc un aquarium marin, où continuent à vivre, dans les conditions des origines, les colonies cellulaires. » (André Mahé)

René Quinton découvrit par une série d’expériences que le milieu intérieur, c’est-à-dire l’ensemble des composants liquidiens extracellulaires (et notamment le liquide interstitiel dans lequel « baignent » les cellules), tend, dans sa composition chimique et biologique, à s’approcher de celui de l’eau de mer dans laquelle est apparue la vie. Il existerait donc une constante de cette composition à travers les âges, qui pourrait traduire le caractère optimal de ce liquide marin pour une activité cellulaire maximale. René Quinton préféra le terme « milieu vital » à celui de « milieu intérieur ».

Loi de constance thermique[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

C’est lorsqu’une vipère, animal à sang froid, se glissa transie par le froid automnal dans le salon familial, que René Quinton ébaucha la première de ses théories de la constance. Léthargique, le serpent recouvra rapidement son activité sous l’effet de la chaleur ambiante. Le savant eut alors l’idée qu’il devait exister une température optimale, pour laquelle l’activité vitale cellulaire pourrait s’exprimer de manière maximale. En approfondissant sa pensée par des recherches, il se rend compte que les reptiles ont apparu à une époque où la température du globe était élevée et constante, leur caractère poïkilotherme semblant alors adapté à une température extérieure appropriée au fonctionnement cellulaire. Il émet alors l’hypothèse qu’avec le refroidissement progressif du globe terrestre à partir de ses pôles, de nouveaux animaux ont développé un pouvoir calorifique qui permet d’augmenter et de réguler la température de l’organisme face à ces nouvelles conditions environnementales plus hostiles. Ses expériences lui montrent que, pour n’importe quel type de cellule animale, la vie est impossible au-dessus de 44 °C ou 45 °C. Il estima donc que la vie animale n’est apparue dans les mers que lorsque leur température s’est abaissée à ce niveau. Il constate d’autre part que cette température est celle où tout type de cellule animale voit réaliser son activité optimum (y compris donc les organismes animaux dont la température est inférieure). Enfin, il constate la concordance entre phylogénie et température chez les organismes animaux : les plus récents sont ceux dont la température s’approche des 44 °C optimaux. Au cours des âges, de nouvelles espèces se créent à partir d’anciennes, capables, par combustion, d’augmenter sensiblement leur température afin de lutter contre le refroidissement de l’environnement.

« L’observation des températures spécifiques montrera qu’elles échelonnent justement les espèces selon l’ordre de leur apparition, les plus anciennement apparues (Monotrèmes, Marsupiaux, Edentés, etc.), à température spécifique très basse [exemples : températures spécifiques. Ornithorynque (Monotrème), 25 °C ; Echidné (Monotrème), 30,7 °C ; Sarigue (Marsupial), 33 °C ; Aï (Edenté), 31 °C ; Tatou (Edenté), 34 °Cetc.], – Les espèces les plus récentes, à température spécifique déjà plus élevées [Mammifère de presque tous les ordres de la classe, mais limités comme habitat aux régions chaudes de la Terre, températures spécifique 33 °C à 37 °C environ ; exemples : Hippopotame, 35,3 °C ; Myopotame, 35,5 °C ; Vampire, 35,5 °C ; Eléphant, 35,9 °Cetc. – Premiers Oiseaux, Ratites, Aptéryx, 37 °C ; – Primates : Homme, 37,2 °C], – les dernières apparues enfin, aux températures spécifiques les plus hautes, en même temps qu’à l’habitat le plus froid [Mammifères carnivores et ruminants, 39 à 41 °C ; Oiseaux Carinates, 40 à 44 °C][5]. »

Loi de constance thermique[modifier | modifier le code]

« En face du refroidissement du globe, la vie apparue à l’état de cellule par une température déterminée tend à maintenir pour son haut fonctionnement cellulaire, chez des organismes indéfiniment suscités à cet effet, cette température des origines. »

Loi de constance marine[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite de ses théories concernant la constance thermique, Quinton se dit que si les dernières espèces d’oiseaux présentent une condition thermique semblable à celle des origines, alors il se pourrait que le liquide du milieu intérieur, dans sa composition chimique, soit lui aussi identique à celui des origines, c’est-à-dire l’eau de mer. L’analyse chimique lui permet de confirmer ses hypothèses : le liquide de notre milieu intérieur est semblable à celui de l’eau de mer à la seule exception de la concentration saline. Un doute plane cependant sur la présence dans le milieu intérieur de l’ensemble des éléments atomiques de l’eau de mer à des doses infinitésimales (Quinton n’avait alors pu répertorier formellement que 17 des 92 éléments connus). À cette époque, il est admis que l’organisme animal ne possède pas plus d’une quinzaine d’éléments constitutifs. René Quinton soutient alors le contraire et accorde même une importance primordiale à ces éléments :

« Le fait que la plupart de ces corps ne s’y trouvent qu’à l’état impondérable ou à peine pondérable n’importe aucunement, au point de vue qui nous occupe. On n’est nullement en droit de dire qu’un élément, si faible soit sa proportion, ne joue qu’un rôle de second ordre dans une dissolution[6]. »

En 1897, dans le laboratoire de physiologie pathologique de Marey au Collège de France, Quinton cherche à confirmer expérimentalement sa théorie. Il souhaite substituer le milieu intérieur d’un chien par de l’eau de mer ramenée à l’isotonie (concentration saline supposée des origines)[7]. Le chien de 10 kg est vidé par saignée de 485 g de son sang (jusqu’à tarissement) sans précautions d’asepsie. Le réflexe cornéen est aussitôt aboli. Une injection de 532 cm3 d’eau de mer[8] à 23 °C est effectuée en 11 minutes. L’animal détaché présente un abattement considérable. Le taux de globules rouges chute de plus de moitié, celui d’hémoglobine de plus d’un tiers. Trois jours après la saignée, l’animal présente une tristesse et un abattement extrêmes, l’état apparaît comme grave, la fièvre prend. Au quatrième jour, les taux de globules rouges, de globules blancs et d’hémoglobine remontent considérablement, l’animal se remet à manger. Le rétablissement est ensuite rapide. Au huitième jour, l’exubérance devient exagérée. Cet excès de vivacité s’accentue encore les jours suivants. Le chien, baptisé Sodium, vécut encore cinq ans après l’expérience avant de mourir par accident.

André Mahé souligne que la « survitalité », toujours retrouvée dans les expériences du même type, laisse à penser que l’organisme trouve dans l’eau de mer, un apport vitalement supérieur au milieu intérieur dont on l’a soustrait[9].

Une autre expérience de Quinton consista à injecter directement de l’eau de mer dans l’organisme pour voir comment celui-ci gérait un apport excessif. Le biologiste injecta ainsi en 12 heures 6,6 kg d’eau de mer à un chien de 10 kg. Les reins ont filtré sans aucun problème un volume d’eau 60 fois supérieur à l’habitude (10 kg d’urine en 12 heures). Cette expérience fut reprise par le docteur Hallion, membre de l’Académie de médecine, qui administra en 11 h 40, 10,4 kg d’eau de mer à un chien de 10 kg (soit 104 % de son poids). Le déroulement de l’expérience se déroule sans aucun trouble et le chien présente le lendemain un comportement « remarquablement vif et gai ». Quinton cherche alors à injecter brutalement (en 90 minutes) 3,5 kg d’eau de mer à un chien de 5 kg. L’animal présente alors des troubles fonctionnels, un ralentissement cardiaque, une abolition du réflexe cornéen. Mais, au onzième jour, l’animal rétabli de lui-même présente la même gaieté et la même exubérance constatées lors des expériences précédentes.

Pour terminer de prouver expérimentalement sa théorie marine, René Quinton cherche à tester la survie d’un globule blanc en milieu marin. Cette cellule, réputée fragile, ne survit dans aucun milieu artificiel : les liquides de l’organisme sont les seuls à pouvoir les maintenir en vie. Il constate alors, en diluant les globules blancs de nombreux organismes animaux dans de l’eau de mer, que l’ensemble de ces cellules présentent tous les signes d’une vie normale dans le liquide marin.

Loi de constance marine[modifier | modifier le code]

« La vie animale, apparue à l’état de cellule dans les mers, tend à maintenir, pour son haut fonctionnement cellulaire, à travers la série zoologique, les cellules constitutives des organismes dans le milieu marin des origines. »

Loi de constance osmotique[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Quinton a montré que les espèces les plus récentes dans l’échelle de l’évolution et celles qui présentaient une activité cellulaire des plus intenses étaient celles dont la constitution et les conditions thermiques du milieu intérieur étaient au plus proche de celles de l’eau de mer des origines. Il existe cependant une différence importante : la concentration saline. Le milieu intérieur de l’oiseau présente une concentration de 7,2 g de chlorure de sodium pour 1000, alors que l’eau de mer actuelle présente une concentration de 33 g pour 1000. Quinton croit que la vie animale est apparue lorsque la mer présentait une concentration de 7 à 8 g pour 1000. En conséquence, plus les organismes animaux sont proches de la concentration saline actuelle, plus ils sont anciens (et ont subi les variations environnementales). Aujourd’hui, rien ne permet d’affirmer scientifiquement que la concentration saline des mers a augmenté durant ces 600 derniers millions d’années[10]. L’analyse des sédiments montre qu’elle n’a pas changé ces derniers 200 millions d’années[11]

Loi de constance osmotique[modifier | modifier le code]

« La vie animale, apparue à l’état de cellule dans des mers d’une concentration saline déterminée, a tendu à maintenir, pour son haut fonctionnement cellulaire, à travers la série zoologique, cette concentration des origines. »

Loi de constance générale[modifier | modifier le code]

La loi de constance générale, qui est une synthèse des trois lois qui la précèdent (lois de constance thermique, marine et osmotique) s’énonce ainsi par René Quinton :

« En face des variations de tout ordre que peuvent subir, au cours des âges, ses différents habitats, la vie animale, apparue à l’état de cellule dans des conditions physiques et chimiques déterminées, tend à maintenir, pour son haut fonctionnement cellulaire, à travers la série zoologique, ces conditions des origines. »

Portée philosophique[modifier | modifier le code]

L’essentiel de l’impact philosophique qu’ont eu les théories de René Quinton est synthétisé par la loi de constance générale.

La publication, en 1904, de L’Eau de mer, milieu organique est largement commentée dans la presse du monde entier, beaucoup de journalistes voyant en René Quinton un « Darwin français »[12].

Les théories de Quinton semblent d’abord s’opposer à celles de Lamarck et de Darwin. Alors que le transformisme traduit la variation de la vie au cours des âges, dans un rapport de soumission ou de domination de l’environnement dans un cadre strictement évolutionniste, les théories de René Quinton traduisent la constance essentielle de la vie, la variation animale ayant pour but de protéger cette constance vitale des variations du monde extérieur. Henri Bergson déclare cependant dans son Évolution créatrice que les deux conceptions ne sont pas inconciliables[13]. Elles peuvent même être complémentaires comme le synthétisa Albert Dastre : « Darwin nous apprend que l’obéissance à la loi d’adaptation régit les formes animales. Quinton nous apprend que la résistance à l’adaptation régit la vie animale[14]. »

Thérapeutique[modifier | modifier le code]

Introduction[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, René Quinton commence à pratiquer sa méthode thérapeutique dans les hôpitaux parisiens, avant de créer des « dispensaires marins ».

La thérapie par le « plasma marin de Quinton » est l’aboutissement pratique des théories et des expériences du biologiste. Le plasma de Quinton n’est pas considéré comme un médicament au sens classique du terme.

L'Intransigeant écrit au début du XXe siècle : « Les travaux de Pasteur apportent une conception de la maladie. Ceux de Quinton nous apportent une conception de la santé. Qu’est-ce qu’un sérum de Pasteur ? C’est un sérum particulier à une maladie et contre cette maladie, un sérum qui attaque un microbe donné et aucun autre. Qu’est-ce que l’eau de mer ? C’est un sérum qui n’attaque aucun microbe particulier, sinon qu’il donne à la cellule organique la force pour lutter contre tous les microbes. »

Le plasma marin apporte au corps les éléments essentiels à l’activité cellulaire et renforce les défenses immunitaires. Dans une vision absolue, la méthode vise à remplacer, comme pour un aquarium, l’« eau polluée » du milieu intérieur par de l’eau marine saine, particulièrement adaptée à la physiologie cellulaire.

Historique et indications[modifier | modifier le code]

La thérapie par le plasma de Quinton reste historiquement associée aux fléaux sanitaires du début du XXe siècle, particulièrement dans le domaine pédiatrique : choléra infantile (toxicose), athrepsie, maladies gastro-intestinales…

Dans la première moitié du XXe siècle, de nombreuses études sont menées sur le sujet, notamment par les docteurs Macé[15], Potocki et Jarricot[16], ce dernier se consacrant essentiellement à la pédiatrie.

Plus récemment, les expériences de Quinton sur l’animal ont été refaites avec le même succès en 1969 par les docteurs Boudrias et Reynaud du centre de recherche Delalande[17] et en 1974, par une équipe de l’université de Ténérife.

Le plasma de Quinton figurait dans le dictionnaire Vidal jusqu’en 1975 avec pour indications[18] :

  • Nourrissons : Gastro-entérites, Toxicose, Athrepsie, Anorexie, Eczéma, Traitement prénatal, Prématurés ;
  • Adultes : Anémie, Asthénie, Surmenage, Troubles de la sénescence, Vomissements de la grossesse, Gastro-entérites, Constipation, Dysenteries, Colibacillurie, Tuberculose pulmonaire et externe, Sclérose en plaques ;
  • Gynécologie : infections et congestions utéro-vaginales ;
  • Ophtalmologie-O.R.L. : Coryzas, Rhinites, Sinusites, Aérosols ;
  • Dermatologie : Eczéma, Urticaire, Psoriasis, Prurigo. Lichen, Dermites infectées. Allergies ;
  • Reconstitution de la masse sanguine. Brûlures ;
  • Réanimation. Alimentation artificielle ;
  • Modification favorable du terrain ;
  • Solvant des antibiotiques.

Les indications du dictionnaire Vidal reflètent l’essentiel des résultats obtenus par le sérum de Quinton, d’un point de vue historique. Cependant, de nombreux médecins pratiquant la thérapie marine prétendent que les indications sont considérablement variées[19]. Le manque d’études sur le sujet a tendance à marginaliser cette thérapie, tant du point de vue théorique que pratique.

Le sérum de Quinton présente également un intérêt dans le domaine sportif. Le professeur Marc François Paya, de l’université de Montpellier, a montré en 1998, que l’administration d’eau de mer hypertonique buvable chez des coureurs cyclistes apporte une amélioration significative des performances sportives[20].

Préparation et administration[modifier | modifier le code]

La préparation du plasma de Quinton respecte un protocole strict, qui n’est pas réalisé par tous les laboratoires fournissant de l’eau de mer. Dans ce protocole, l’eau est prélevée à 10 mètres de profondeur dans des zones de vortex, ramenée à l’isotonie et préparée en milieu stérile sans élévation de température et sans contact métallique ni procédé électrique, afin de conserver son caractère de « milieu vivant ».

Il existe deux formes de plasma de Quinton, administrées en fonction des pathologies. La forme hypertonique est trois fois plus concentrée en minéraux et oligo-éléments que la forme isotonique, dont la concentration est identique à celle du plasma sanguin humain.

L’essentiel de l’administration de plasma Quinton se fait par ampoule buvable. Il existe également une forme pulvérisable pour les affections dermatologiques.

La forme injectable, bien qu’ayant eu d’importants résultats, a perdu en France son autorisation de mise sur le marché en 1982. Cette décision fit suite à l’apparition d’effets secondaires chez un patient à qui l’on a injecté de l’eau de mer dont on ne connaît ni la marque, ni le site d’injection, ni les raisons d’administration[21].

Héritage[modifier | modifier le code]

André Mahé fait remarquer les destins inversés de Louis Pasteur et de René Quinton. Le premier eut une grande difficulté à convaincre la science de ses idées, mais finit par passer à la postérité alors que le second connut un succès immédiatement fulgurant, mais tomba rapidement dans un oubli relatif, tant dans le domaine des sciences théoriques (anthropologie, biologie) que pratiques (médecine).

Il n'a jamais été montré que le plasma marin de Quinton possède des bénéfices médicaux supérieurs à ceux d'une simple solution physiologique, ce qui peut expliquer l'abandon de son utilisation.

Actuellement, la thérapie marine est utilisée le plus souvent dans le cadre dit des « médecines naturelles ». De nombreux médecins en France et à l’étranger intègrent le plasma de Quinton dans leur protocole thérapeutique[19].

La nature philosophique des conceptions de René Quinton semble elle aussi être tombée dans l’indifférence voire dans l’oubli après son importante, mais courte influence au début du XXe siècle.

Il existe actuellement plusieurs livres consacrés à René Quinton et à sa thérapie marine. André Mahé, son plus célèbre commentateur, publia en 1962 Le Secret de nos origines, un livre retraçant la vie, mais surtout l’œuvre et la démarche du savant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Mahé, Le Secret de nos origines, p. 108.
  2. a et b Biographie de Laure Schneiter et Philippe Poisson-Quinton
  3. a et b « Notice no LH/2251/23 », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. Jean-Claude Rodet et Maxence Layet, Quinton : Le sérum de la vie
  5. René Quinton, L’Eau de mer, milieu organique, p. 435.
  6. André Mahé, Le Secret de nos origines, p. 56.
  7. René Quinton, L’Eau de mer, milieu organique, p. 170.
  8. Comprendre « eau de mer ramenée à l’isotonie ».
  9. André Mahé, Le Secret de nos origines, p. 41.
  10. EduSCOL : Pourquoi la mer est-elle salée ?
  11. 250 réponses aux questions du marin curieux.
  12. André Mahé, Le Secret de nos origines, p. 76-77.
  13. Henri Bergson, L’Évolution créatrice / Wikisource
  14. André Mahé, Le Secret de nos origines, p. 82.
  15. Olivier Macé et René Quinton, Le Plasma marin en injection sous-cutanée dans les gastro-entérites infantiles, 1912 / Olivier Macé et René Quinton, Le Plasma de Quinton en sous-cutané prénatal (Extrait de Jean Jarricot, Le Dispensaire Marin, 1924).
  16. Jean Jarricot, Le Dispensaire marin (1921) / Méthode marine (1921) / Le Plasma de Quinton en thérapeutique des nourrissons (1924) / Origines marines de la vie et pédiatrie (1938)…
  17. B. Pourrias et G. Raynod, Essai de l’eau de mer isotonique sur un état de choc hémorragique.
  18. dictionnaire VIDAL quinton eau de mer Dictionnaire Vidal, 1975.
  19. a et b Jean-Claude Rodet et Maxence Layet, Quinton : Le sérum de la vie.
  20. Dr Marc François Paya, L’Eau de mer hypertonique dans l’entraînement des athlètes. Expérience avec l’eau de mer hypertonique sur des cyclistes (1998).
  21. Problématique des injections de Quinton-Isotonic

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Quinton, L’Eau de mer, milieu organique (Masson, 1904, nouvelle édition en 1912)
  • Jean Jarricot, Le Dispensaire marin (Masson, 1921)
  • André Mahé, Le Secret de nos origines (Le Courrier du livre, 1962, rééditions ultérieures)
  • Jean-Claude Rodet et Maxence Layet, Quinton : Le Sérum de la vie (Le Courrier du livre, 2008)
  • Jean-Claude Secondé, Quinton, la cure d'eau de mer (Chariot d'or, 2011)
  • Pierre Lance, Savants Maudits, Chercheurs Exclus
  • (es) Francisco Martin, Beber agua de mar. Teniendo en cuenta las leyes del Dr Hamer sobre la autocuración, Ediciones Obelisco, 2012 (OCLC 828333739)

Liens externes[modifier | modifier le code]