Réanimation cardio-pulmonaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RCP et RCR.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la technique de secourisme. Pour la discipline médicale, voir réanimation.
Entraînement à la réanimation cardio-pulmonaire sur un mannequin

La réanimation cardio-pulmonaire (RCP), ou réanimation cardio-respiratoire (RCR) — en anglais : Cardio-pulmonary resuscitation (CPR) — est un ensemble de manœuvres destinées à assurer une oxygénation des organes lorsque la victime a cessé de respirer et est en état d'inconscience.

En effet, lorsque la circulation du sang s'arrête, les organes, dont le cerveau et le cœur lui-même, ne sont plus alimentés en oxygène et commencent à mourir : des lésions cérébrales apparaissent dès la troisième minute, et les chances de survie deviennent quasiment nulles après huit minutes d'arrêt circulatoire[1]. Le fait d'oxygéner artificiellement le sang et de le faire circuler permet d'éviter ou de ralentir cette dégradation, et donc d'accroître les chances de survie.

Description sommaire[modifier | modifier le code]

La réanimation cardio-pulmonaire est l'association de

Le concept a été inventé par Peter Safar, à qui l'on doit l'acronyme en anglais ABC :

  • A pour airway, libération des voies aériennes ;
  • B pour breathing, ventilation artificielle ;
  • C pour circulation, assurer la circulation du sang par le massage cardiaque externe.

La réanimation cardio-pulmonaire doit se pratiquer sur toute personne en état de mort apparente, c'est-à-dire :

  • inconsciente : la personne ne bouge pas spontanément, elle ne réagit pas au toucher ni à la parole ;
  • et qui ne respire pas : après libération des voies aériennes ainsi que l'élévation du menton (dégrafage des vêtements pouvant gêner la respiration, mise en bascule prudente de la tête), on ne voit aucun mouvement respiratoire et on ne sent pas d'air sortir par le nez ou la bouche.

À moins d'y avoir été formé, il ne faut pas chercher à prendre le pouls de la victime[2]. Cette opération n'est fiable que si elle est réalisée par une personne entraînée et retarde d'autant la réanimation. Les cas d'arrêt respiratoire sans arrêt cardiaque sont rares et ne sont que temporaires. La conduite à adopter, pour le grand public, est la réanimation.

Les cas typiques de mort apparente sont la mort subite (la personne s'écroule sans raison apparente), la noyade et le choc électrique. Il peut aussi y avoir une origine traumatique autre, comme une asphyxie, une chute de hauteur ou un accident de la circulation. La mort apparente peut être aussi due à une perte de sang importante (il faut alors d'abord stopper l'hémorragie).

Dans tous les cas, la priorité reste la protection. Le sauveteur doit repérer et éliminer tout danger, par exemple l'appareil électrique dans le cas de la victime électrocutée.

Dans le cas d'un adulte qui s'effondre sans raison, et lorsqu'on est seul (sauveteur isolé), la priorité est l'arrivée des secours, il faut donc alerter les secours avant de commencer la RCP. Celle-ci améliore les chances de survie en attendant les secours.

Lorsque la victime est un enfant de moins de huit ans, si aucun témoin n'est disponible, on pratique la RCP deux minutes avant d'aller alerter les secours car l'apport rapide d'oxygène aux cellules peut améliorer l'état de la personne. Au contraire, dans la cas de l'arrêt spontané chez l'adulte, seule une défibrillation rapide et une intervention rapide des secours permet de sauver la personne.

Si un témoin est présent, le sauveteur lui demande d'alerter les secours et d'apporter un défibrillateur (DSA), puis commence immédiatement la réanimation.

Principes de la réanimation cardio-respiratoire[modifier | modifier le code]

La réanimation cardio-respiratoire fait intervenir deux mécanismes.

Oxygénation du sang[modifier | modifier le code]

Le sang sert entre autres à transporter l'oxygène vers les organes, leur permettant de fonctionner (la respiration cellulaire leur fournit de l'énergie). La respiration s'étant arrêtée, il faut la suppléer par la ventilation artificielle.

La ventilation artificielle consiste à envoyer de l'air dans les poumons de la victime. On pratique une ventilation dite « à pression positive »  : on souffle (avec sa bouche ou avec un dispositif) de l'air, la pression de l'air fait gonfler les poumons. Là, les échanges gazeux se produisent, et la victime expire passivement (le poids de la poitrine et des viscères appuient sur les poumons, qui se dégonflent).

Lorsque l'on pratique la ventilation artificielle sans matériel (bouche-à-bouche, bouche-à-nez, bouche-à-bouche-et-nez sur le nourrisson), on envoie un air qui, bien qu'étant expiré après respiration du sauveteur, est encore assez proche de l'air que l'on respire (il contient 16 % de dioxygène) : en effet, une partie de l'air provient de la « tuyauterie » (bronches, trachée, bouche) et est similaire à l'air respiré, et l'air provenant des poumons, s'il est appauvri en dioxygène, en contient encore. Mais le fait de pratiquer des compressions thoraciques permet de mettre en mouvement la colonne d'air de la trachée et de ventiler un air à 21 % d'O2, ce qui pourrait suffire.

Lorsque l'on utilise un ballon insufflateur (avec un masque ou un embout buccal), on envoie de l'air pur (21 % de dioxygène). Si on branche une bouteille de dioxygène médical, on augmente encore la fraction inspirée de dioxygène (FiO2), et l'on peut aller jusqu'à insuffler du dioxygène pur lorsque l'on utilise un ballon de réserve.

L'air que l'on insuffle passe vers les poumons, mais aussi vers l'estomac. Celui-ci se gonfle au fur-et-à-mesure, et si jamais il se dégonfle, il risque d'entraîner avec lui son contenu acide (suc gastrique) qui vont venir détériorer les poumons (syndrome de Mendelson) et compromettre gravement la survie de la victime. Il faut donc souffler sans excès, régulièrement sur deux secondes, et s'arrêter dès que l'on voit la poitrine se soulever.

Il n'est pas certain que la mise en route d'une ventilation artificielle, du moins en dehors d'un milieu de réanimation, soit totalement profitable au patient en arrêt cardio-circulatoire, car la réalisation de celle-ci se fait parfois aux dépens du temps consacré au massage cardiaque. Les méthodes de réanimation par massage seul (sans ventilation) semblent avoir au moins d'aussi bons résultats que la technique habituelle associant massage et ventilation[3], et apparaissent dans les recommandations américaines publiées en 2008[4]. Cependant, chez le sujet jeune (moins de 20 ans) ou lorsque la prise en charge de l'arrêt est tardive, la mise en route d'une ventilation pourrait conserver des bénéfices[5].

Circulation sanguine[modifier | modifier le code]

Le sang au niveau des poumons ayant été oxygéné, il faut ensuite le faire circuler dans le reste du corps. Ceci se fait grâce aux compressions thoraciques, appelées aussi massage cardiaque externe. Cela consiste à appuyer sur le milieu du thorax afin de comprimer la poitrine :

  • sur l'adulte et l'enfant de plus de huit ans, le sternum doit descendre de 4 à 5 cm ;
  • sur l'enfant entre un et huit ans, le sternum doit descendre de 1/3 à 1/2 de l'épaisseur du thorax (la R.C.P. se fait avec une main) ;
  • sur le nourrisson de moins d'un an, le sternum doit descendre de 1/3 à 1/2 de l'épaisseur du thorax (la R.C.P. se fait avec deux doigts).

En comprimant la poitrine, on comprime les vaisseaux sanguins ce qui chasse le sang vers le reste du corps (comme une éponge). On a longtemps cru que l'on comprimait le cœur ; il semble qu'il soit situé trop profondément, et qu'il ne joue qu'un rôle de régulation du sens de circulation par ses valves.

Pour que la compression thoracique soit efficace, il faut que la victime soit sur un plan dur ; en particulier, si la victime est allongée sur un lit, il faut la déposer à terre avant de commencer les manœuvres de réanimation.

La position des mains est importante si l'on veut avoir des compressions efficaces en minimisant les risques de fracture des côtes (notez que ce risque de fracture est négligeable par rapport au risque de décès si l'on ne fait rien).

Il faut aussi s'attacher à faire des compressions régulières, à laisser la poitrine reprendre sa forme initiale entre deux compressions, et à ce que le temps de relâchement soit égal au temps de compression. En effet, le relâchement de la poitrine permet le retour veineux, capital pour la bonne circulation.

Le rythme de massage doit être suffisant pour faire circuler le sang, mais pas trop rapide sinon la circulation n'est pas efficace (on crée des turbulences qui s'opposent à l'écoulement du sang). Le rapport compressions/insufflations a changé au fur et à mesure des études. Depuis 2005, il est recommandé à tout sauveteur seul d'alterner 30 compressions et 2 insufflations. Le rythme des compressions doit être comprise entre 100 et 120 par minute.

Afin d'adopter un rythme régulier et de respecter l'égalité temps de compression/temps de relâchement, et pour être sûr de bien faire le bon nombre de compressions successives, il est conseillé de compter à voix haute, sous la forme

chiffre (durant la compression) - et (durant le relâchement)

ainsi, on comptera à voix haute

« un-et-deux-et-trois-…–et–vingt-neuf–et–trente »

Cas particulier : femme enceinte[modifier | modifier le code]

Dans le cas d'une femme visiblement enceinte, il convient de surélever le flanc ou la fesse droite pour améliorer le retour veineux, en libérant la veine cave inférieure du poids du fœtus[6]. Cela peut se faire en mettant un linge plié sous la fesse droite. On peut aussi laisser la victime strictement plat-dos et demander à une personne de pousser le fœtus vers la gauche.

Défibrillation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Défibrillateur automatique.

Lorsque l'arrêt cardiaque est dû à une fibrillation ventriculaire (le cœur bat de manière désorganisée), cas majoritaire de la mort subite de l'adulte, le seul espoir de sauver la victime consiste à défibriller le cœur, c'est-à-dire à resynchroniser le cœur par un choc électrique. Ceci peut se faire par un non-médecin avec un défibrillateur automatique externe, ou par un médecin avec un défibrillateur manuel.

Pratique de la RCP[modifier | modifier le code]

Chronologie : la chronologie suivante part du principe que la personne est en arrêt circulatoire. Si ce n'est pas le cas, un des éléments du bilan nous le dira, il ne faut alors pas faire de réanimation cardio-pulmonaire.

  1. protection
  2. bilan : reconnaître l'arrêt cardio-circulatoire ; appeler « À l'aide ! » dès la constatation de l'inconscience, et à chaque étape du bilan ;
  3. alerte : envoyer quelqu'un prévenir les secours, où si l'on est isolé, aller prévenir soi-même les secours
  4. envoyer quelqu'un chercher un défibrillateur automatique externe s'il y en a un de disponible (ne pas y aller soi-même car la réanimation est prioritaire sauf si l'accès si un DEA est à moins 10 minutes de vous) ; le mettre en œuvre dès que possible ;
  5. réanimation cardio-pulmonaire
    1. faire 30 compressions thoraciques en comptant à voix haute « un–et–deux–et–...–et–vingt-neuf–et–trente » (ce qui permet de donner un rythme efficace de 100 à 120 compressions par minutes) ;
    2. Si le sauveteur sait réaliser le bouche à bouche[2], faire 2 insufflations de 2 à 3 secondes stoppées dès que la poitrine se soulève. Ne pas oublier que seul, le fait de changer de position fatigue et ne permet pas d'assurer un massage cardiaque efficace très longtemps, or c'est bien les compressions thoraciques qu'il faut privilégier afin de permettre une perfusion des tissus nobles avec l'oxygène qui reste dissous dans le sang (en attendant les secours).
    3. continuer l'alternance de compressions thoraciques et d'insufflations jusqu'à l'arrivée des secours.
  6. dès qu'un défibrillateur est disponible, il faut le mettre en place sur la victime (soit par vous même, soit par l'autre sauveteur dans ce dernier cas n’arrêtez pas la RCP), en suivant les instructions vocales. Le défibrillateur donne en effet des instructions à haute voix - mais uniquement si ses électrodes ont été posées sur le thorax dénudé de la victime: il demande alors de pratiquer la réanimation lorsque c'est utile. Il est fait pour être très simple d'emploi, il ne faut donc pas hésiter à le mettre en place sur la victime même si l'on n'y a pas été formé.

On effectue ainsi un cycle de RCP en environ 24 secondes, soit cinq cycles en 2 minutes (donc 75 compressions et 5 ventilations artificielles par minute en moyenne).

Tous les 5 cycles (donc toutes les 2 minutes) ou après chaque "Choc non recommandé" du DSA les secouristes contrôlent l'absence de pouls. Si la victime a un pouls, le secouriste contrôle la reprise d'une respiration spontanée supérieure à 6 respirations/minute. Si elle respire, la victime est tournée en position latérale de sécurité. Si elle ne respire pas les secouristes effectuent 10 insufflations avant de refaire un contrôle du pouls et de la respiration. Après un choc effectué par le DSA, les secouristes effectuent 5 cycles de RCP avant de contrôler le pouls.

Cas particuliers
Dans le cas d'un enfant (c'est-à-dire avant le début de la puberté), comme la cause de l'arrêt est probablement respiratoire, on pratique 5 insufflations avant de commencer les compressions thoraciques.

Les compressions thoraciques pratiquées lors de la réanimation cardio-pulmonaire, de par leur effet mécanique sur les poumons, assurent une ventilation minimale. Le massage cardiaque, sans bouche-à-bouche, semble aussi efficace, si ce n'est plus efficace que le massage cardiaque avec bouche-à-bouche, du moins chez l'adulte[7]. Ce dernier n'est donc plus enseigné dans les formations courtes à destination du grand public [2].

L'arrivée de la défibrillation en pré-hospitalier a ajouté un D à l'acronyme mnémotechnique de Safar qui devient donc ABCD : airways, breath, circulation, defibrillation.

Il existe une technique de réanimation à un seul secouriste en utilisant le ballon insufflateur, ce qui permet de bénéficier de l'apport en oxygène et de libérer un secouriste. Dans ce cas, le secouriste se place à la tête et effectue les compressions de cette position, en se penchant au-dessus du visage. L'efficacité de cette manœuvre est cependant sujette à caution et n'est pas enseignée ni appliquée en France[8].

Planches descriptives[modifier | modifier le code]

Historique des procédures[modifier | modifier le code]

Les procédures ont varié au cours du temps, en raison des progrès de la médecine (évolution des connaissances, évolution du traitement médical). Elles ont fait l'objet de recommandations faite par des sociétés savantes internationales :

  • entre 1991 et 2000 :
    • un sauveteur seul alternait 15 compressions thoraciques et 2 insufflations sur un adulte ou un enfant de plus de 8 ans ; les compressions se faisaient au rythme de 60 par minute,
    • pour un nourrisson, il effectuait 4 insufflations initiales (2 lors du bilan, puis 2 après le passage de l'alerte) et alternait 5 compressions thoraciques et 1 insufflation,
    • un sauveteur isolé et sans moyen d'appel pratiquait la RCP durant une minute avant d'appeler les secours,
    • deux sauveteurs ou secouristes alternaient 5 compressions et 1 insufflation, sur un adulte comme sur un nourrisson,
  • en 2000 :
    • on abandonne le terme « massage cardiaque » pour « compression thoracique »,
    • les rythmes de compression sont unifiés, 100 par minute quel que soit l'âge,
    • on ne fait plus que 2 insufflations initiales sur le nourrisson,
    • un sauveteur isolé et sans moyen d'appel passe désormais l'alerte immédiatement, sauf dans le cas d'un enfant de moins de huit ans, ou dans le cas d'une noyade ou d'une intoxication où l'alerte est passée après une minute de RCP,
    • à deux secouristes, on garde l'alternance 15:2,
  • en 2005 :
    • on abandonne la distinction entre un et plusieurs secouristes pour la RCP de l'adulte,
    • on passe à 30 compressions thoraciques alternées avec 2 insufflations en commençant par les compressions thoraciques,
    • on admet que le défibrillateur est un maillon indispensable de la chaîne de survie[9],
  • en 2010[10],[11] :
    • les insufflations ne sont plus systématiquement recommandées.

La RCP médicale[modifier | modifier le code]

La réanimation cardiopulmonaire spécialisée (RCPS) par une équipe médicale ou paramédicale est le dernier maillon de la chaîne de survie avant admission à l'hôpital. Dans le cas idéal, les gestes spécialisés sont pratiqués dans les dix minutes qui suivent l'arrêt cardiaque, après la défibrillation.

La victime est intubée (connexion d'un respirateur artificiel aux voies respiratoires du patient par l'intermédiaire d'un tuyau que l'on glisse dans la trachée). Une voie d'abord veineuse est mise en place, soit périphérique (veines du bras) soit centrale (veine jugulaire, sous-clavière ou fémorale en cas d'impossibilité d'abord périphérique), tout en poursuivant les compressions thoraciques, y compris lors des insufflations : l'étanchéité du ballonnet de la sonde d'intubation empêche le dioxygène de ressortir lors des compressions.

Un capnomètre est mis en place : il mesure la quantité de dioxyde de carbone expiré, c'est-à-dire l'efficacité de la réanimation. En effet, si le patient expire du CO2, c'est que le dioxygène est bien arrivé aux cellules, et que les cellules l'ont consommé, donc qu'elles vivent.

On lui associe également l'administration de médicaments : adrénaline ou équivalents, isoprénaline si le cœur est trop lent, liquides de remplissage vasculaire ou d'alcalinisation suivant les cas. L'intérêt de l'administration systématique de médicaments reste cependant discuté : à très court terme, ils semblent améliorer la survie mais ce n'est plus apparent à moyen terme, tant en termes de survie que de séquelles[12]. Le défibrillateur du Samu peut être couplé à un stimulateur cardiaque externe si le cœur est trop lent.

Sur une femme manifestement enceinte, si le fœtus est potentiellement viable mais que la réanimation est inefficace, il faut envisager une césarienne d'urgence[6]

Par ailleurs, des études évaluent l'intérêt d'appliquer d'autres traitements préhospitaliers, sans que ces traitements constituent pour l'instant des standards :

  • injection de vasopressine[13] : les muscles qui contrôlent l'ouverture des vaisseaux sanguins n'étant plus oxygénés, ils se relâchent (vasodilatation), ce qui augmente le volume du système vasculaire et gêne la bonne circulation du sang lors des manœuvres de réanimation et en cas de reprise de l'activité cardiaque (collapsus cardiovasculaire) ; l'utilisation de médicaments vasopresseurs (c'est-à-dire faisant remonter la pression du sang) permet d'améliorer la circulation du sang et donc d'augmenter les chances de survie sans séquelle. Les résultats avec la vasopressine se sont révélés être décevants[14] ;
  • massage cardiaque interne (MCI) par mini-thoracotomie[15] : cette technique consiste à pratiquer une incision sur la poitrine, au 4e espace intercostal gauche, et à y introduire un dispositif qui se déploie à l'intérieur comme un parapluie contre le péricarde ; il permet de presser directement sur le cœur, et pour certains modèles de pratiquer une défibrillation interne ; ce système permet d'avoir une meilleure efficacité circulatoire, mais présente des risques d'hémorragie et d'infection.

La pratique française veut que le patient ne soit transporté qu'à partir du moment où la situation hémodynamique est à peu près stable (pouls présent avec une pression artérielle existante). La réanimation cardio-pulmonaire est donc poursuivie sur place jusqu'à échec (on n'arrive pas à réanimer le patient et celui-ci est déclaré décédé) ou succès. C'est la méthode dite du stay and play (« rester et jouer », c'est-à-dire agir sur place). Cela diffère avec les pratiques américaines qui préconisent le transport le plus rapidement possible vers un centre spécialisé, quel que soit l'état du patient. C'est la méthode du scoop and run (charger et courir). Cette différence s'explique en partie par l'absence de médicalisation des premiers secours, fonctionnant sur des paramedics, des secouristes paramédicaux pouvant faire des gestes infirmiers et médicaux (intubation, pose d'une voie veineuse et administration de médicaments) sur protocole.

Si de nombreuses études scientifiques ont montré l'intérêt de la RCP par un témoin et d'une défibrillation précoce (dans les 8 minutes suivant l'arrêt cardiaque) sur la survie, l'intérêt de la pratique de soins médicaux sur place est moins évident en ce qui concerne les taux de survie. Cependant, outre le fait que cela soulage les services d'urgence hospitaliers, les équipes médicales (ou paramédicales) formées aux soins pré-hospitaliers avancés de maintien des fonctions vitales (SAMFV), peuvent prendre en charge les infarctus en cours de formation, et l'on enregistre alors une nette amélioration en termes de survie[16].

La durée d'une réanimation, sans reprise d'un rythme cardiaque, est largement empirique. Elle ne dépasse cependant guère trente minutes[17].

La RCP en situation de combat[modifier | modifier le code]

Photo d'une séance d'entraînement à la réanimation cardiopulmonaire
Entraînement à la réanimation cardio-pulmonaire sur un mannequin.

La doctrine française, inspirée par le Tactical combat casualty care américain[18] (TCCC) et le Battlefield advanced trauma life support britannique (BATLS), est la suivante[19].

En situation de combat, on distingue typiquement trois lieux :

  • le lieu exposé au feu ;
  • le « nid de blessé », présentant une protection (par exemple un pan de mur) ;
  • le point de regroupement et d'évacuation ;

et trois types d'intervenants :

  • le combattant, ayant une formation minimale en secourisme ;
  • l'auxiliaire sanitaire ;
  • le professionnel de santé : infirmier ou médecin militaire.

On considère que sous le feu, il est dangereux pour le sauveteur, et inutile pour le blessé, de pratiquer une réanimation cardio-pulmonaire. Au nid de blessé, on ne considère que les arrêts cardiaques survenus secondairement (la victime respire encore lorsqu'elle arrive) ; son traitement spécifique, hors compressions thoraciques et ventilation, est du ressort de l'auxiliaire de santé ou du professionnel de santé. En raison du contexte traumatique, l'arrêt cardiaque est souvent dû :

Là encore, on estime « [qu'en] fonction des circonstances et des délais d’évacuation, il faut savoir économiser ses moyens devant des situations désespérées. »

Résultats[modifier | modifier le code]

le but de la réanimation cardio-pulmonaire est de sauver des vies, mais aussi de réduire, autant que possible, les séquelles neurologiques.

Le temps écoulé entre la survenue de l'arrêt cardiaque et la prise en charge de celui-ci (massage cardiaque externe) est appelé communément « no-flow » (absence de débit). Celui entre le début de la prise en charge et le retour à une circulation sanguine spontanée (permettant l'arrêt du massage) est appelé « low flow » (débit faible). Le pronostic dépend naturellement de ces deux paramètres.

la proportion de personnes sortant vivantes de l'hôpital après un arrêt cardio-circulatoire n'excède pas 15% mais peut atteindre un tiers des patients si la cause de l'arrêt est un trouble du rythme ventriculaire[20]. Le pronostic, vital aussi bien que fonctionnel dépend également de la durée de la réanimation nécessaire pour retrouver un débit cardiaque spontané (« low flow ») : si, réalisée dans des conditions optimales, elle excède un quart d'heure, les chances de récupérations sont très faibles[21]. Chez l'enfant, la probabilité de récupération est cependant supérieure, même en cas de massage cardiaque prolongé[22].

Méthodes périmées ou discutées[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la prise en charge médicale, il a été proposé de pratiquer une thrombolyse systématique[23],[24] : la présence d'un caillot de sang dans les artères est une des principales causes de l'arrêt cardiaque (infarctus du myocarde et embolie pulmonaire) et par ailleurs l'arrêt cardiaque s'accompagne de la formation de caillots minuscules dans le cerveau (microthrombi cérébraux), qui, en gênant une bonne oxygénation de certaines parties du cerveau lors des manœuvres de réanimation et en cas de reprise d'une activité cardiaque, vont entraîner des souffrances neurologiques. Le but de la thrombolyse (ou fibrinolyse) est de détruire ces caillots et donc d'améliorer les chances de survie sans séquelle.

Ce traitement ne fait toutefois pas l'unanimité en raison des risques d'hémorragie (la thrombolyse s'oppose à la coagulation du sang), notamment, lors des compressions thoraciques, il peut se produire des fractures des côtes qui peuvent provoquer des saignements ; la thrombolyse est par ailleurs contre-indiquée dans certains cas comme la dissection de l'aorte (fissuration de l'artère aorte) ou un accident vasculaire cérébral hémorragique comme la rupture d'anévrisme. Elle n'a pas prouvé son efficacité[25].

L'association de la ventilation artificielle avec les compressions thoraciques est apparue relativement récemment (sans doute dans les années 1960). D'autres méthodes existaient auparavant, qui étaient peu efficaces, voir totalement inefficaces ou même nuisibles[réf. souhaitée].

La légende urbaine de la toux salvatrice[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En cardiologie, on demande parfois aux patients de tousser afin de réguler le rythme cardiaque ; en effet, la toux provoque une augmentation de la pression de l'air dans les poumons, qui appuie sur les vaisseaux sanguins parcourant les poumons et provoque donc un pic de pression artérielle.

Partant de là, certains ont proposé de tousser lorsque l'on « sent arriver » l'arrêt cardiaque. Cette idée a été reprise et largement diffusée, notamment par l'Internet et est devenu une légende urbaine.

Ce geste est en effet totalement inutile car d'une part on ne sent pas arriver l'arrêt cardiaque, lorsqu'il survient, l'inconscience est immédiate, aucun muscle ne peut agir, on ne peut pas tousser. Et lorsque l'on ressent des signes pouvant laisser penser à un infarctus du myocarde, les seuls gestes utiles sont d'appeler à l'aide et faire prévenir les secours, et de s'allonger par terre ou s'asseoir contre un mur. En particulier, si l'on conduit un véhicule, il faut absolument se garer au plus vite, en sécurité, et si possible à proximité d'autres personnes qui auront ainsi la possibilité de prévenir les secours (112 en Europe) si l'on devient incapable d'appeler soi-même. Il faut aussi déverrouiller les serrures afin que les secours n'aient pas à forcer les portes du véhicule.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. à température « normale » (20 °C) ; les basses températures protègent le cerveau et augmentent les chances de survie, ainsi, en cas de noyade ou d'hypothermie, il est possible de récupérer une victime malgré un arrêt circulatoire de plusieurs dizaines de minutes (notion de « mort apparente »)
  2. a, b, c et d Recommandations relatives à l’initiation du grand public à la prise en charge de l'arrêt cardiaque et à l'utilisation de défibrillateurs automatisés externes, [http://www.interieur.gouv.fr/content/download/36642/277086/file/AC_grand_public_VF.pdf Ministére Français de l'intérieur, Consulté le 13/12/2013
  3. (en) SOS-KANTO study group, Cardiopulmonary resuscitation by bystanders with chest compression only (SOS-KANTO): an observational study, Lancet 2007; 369:920-926
  4. (en) Sayre MR, Berg RA, Cave DM, Page RL, Potts J, White RD, AHA Science Advisory : Hands-only (compression-only) cardiopulmonary resuscitation: A call to action for bystander response to adults who experience out-of-hospital sudden cardiac arrest, Circulation, 2008;117:2162-2167
  5. (en) Ogawa T, Akahane M, Koike S. et al. Outcomes of chest compression only CPR versus conventional CPR conducted by lay people in patients with out of hospital cardiopulmonary arrest witnessed by bystanders: nationwide population based observational study, BMJ, 2011;342:c7106
  6. a et b Arrêt cardiaque chez la femme enceinte, P. Rault - Adrénaline112.org, mars 1999
  7. (en) Hüpfl M, Selig HF, Nagele P, Chest-compression-only versus standard cardiopulmonary resuscitation: a meta-analysis, Lancet, 2010;376:1552-1557
  8. (en) Over-the-head cardiopulmonary resuscitation improves efficacy in basic life support performed by professional medical personnel with a single rescuer: a simulation study., M. Hupfl, A. Duma, T. Uray, C. Maier, N. Fiegl, N. Bogner, P. Nagele, Université de Vienne (Autriche)
  9. Table ronde sous la présidence de M. le sénateur Alex Turk, P Carli, P Goldstein, P Kacet, JP Rifler Lille 2006
  10. (en) Nolan JP, Hazinski MF, Billi JE et al. 2010 International consensus on cardiopulmonary resuscitation and emergency cardiovascular care science with treatment recommendations, Resuscitation,2010;81:e1-e25
  11. (en) Field JM, Hazinski MF, Sayre MR et al. 2010 American Heart Association guidelines for cardiopulmonary resuscitation and emergency cardiovascular care, Circulation, 2010;122(suppl 3):S640-56
  12. (en) Olasveengen TM, Sunde K, Brunborg C, Thowsen J, Steen PA, Wik L, Intravenous drug administration during out-of-hospital cardiac arrest, a randomized trial, JAMA. 2009;302:2222-2229
  13. (en) New England Journal of Medicine, vol.350, no 2, p. 105-113 & édito p. 179-180 [1]
  14. (en) Gueugniaud PY, David JS, Chanzy E et al. Vasopressin and epinephrine vs. epinephrine alone in cardiopulmonary resuscitation, N Eng J Med, 2008;359:21-30
  15. H. Coadou, R. Antonescu, B. Chaybany, R. Joly, P. Goldstein (Samu de Lille Nord), Massage cardiaque interne (MCI) extra-hospitalier par mini-thoracotomie, communication au congrès Urgence de la SFMU 2001 [2]
  16. Contrairement aux soins avancés de maintien des fonctions vitales (SAMFV), la RCR et la défibrillation rapide permettent d'augmenter le taux de survie à une crise cardiaque, R. Vezina, 13 août 2004, hôpital d'Ottawa
  17. (en) Goldberger ZD, Chan PS, Berg RA. et al. for the American Heart Association Get With The Guidelines—Resuscitation (formerly the National Registry of Cardiopulmonary Resuscitation) Investigators. Duration of resuscitation efforts and survival after in-hospital cardiac arrest: an observational study, Lancet 2012
  18. (en) U.S. Army Tactical Combat Casualty Care Handbook - Public Intelligence, 22 août 2010
  19. Enseignement du sauvetage au combat (SC) - Service de santé des armées (France), École du Val-de-Grâce [PDF]
  20. Aufderheide TP, Yannopoulos D, Lick CJ et al. Implementing the 2005 American Heart Association Guidelines improves outcomes after out-of-hospital cardiac arrest, Heart Rhythm, 2010;7:1357–1362
  21. Reynolds JC, Frisch A, Rittenberger JC, Callaway CW, Duration of resuscitation efforts and functional outcome after out-of-hospital cardiac arrest: when should we change to novel therapies?, Circulation, 2013;128:2488–2494
  22. Matos RI, Watson RS, Nadkarni VM et al. Duration of cardiopulmonary resuscitation and illness category impact survival and neurologic outcomes for in-hospital pediatric cardiac arrests, Circulation, 2013;127:442–451
  23. Étude Troica (thrombolysis in cardiac arrest)
  24. (en) Böttiger BW, Bode C, Kern S. et al. Efficacy and safety of thrombolytic therapy after initially unsuccessful cardiopulmonary resuscitation: a prospective clinical trial, Lancet, 2001;357:1583-1585
  25. (en) Böttiger BW, M.D., Arntz HR, Chamberlain DA. Thrombolysis during resuscitation for out-of-hospital cardiac arrest, N Eng J Med, 2008;359:2651-2662
    V. Bargoin. Déception pour TROICA : la fibrinolyse n'améliore pas le pronostic de l'arrêt cardiaque, 7 septembre 2006, theHeart.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dr Ian Stiell. New England Journal of Medicine, 12 août 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]