Brancardage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En premiers secours, le brancardage est le transport d'une personne sur un brancard. La mise sur le brancard en elle-même est appelée relevage lorsque la personne se blesse hors milieu hospitalier (voie publique, domicile, lieu public, lieu de travail...), et « translation » en milieu hospitalier (passage du lit au brancard).

Le brancardage doit être soigneux afin d'éviter les mouvements brusques et chocs qui pourraient aggraver l'état de la victime. S'il s'agit d'un brancard sur roues, le brancardage peut être fait par une ou deux personnes selon l'état du patient (nécessité de porter du matériel, d'effectuer une surveillance pendant le transport). S'il s'agit d'un brancard porté, le brancardage se fait en général à trois ou quatre équipiers, exceptionnellement à deux.

En milieu hospitalier, le but du brancardage est en général d'amener un patient d'un service vers un autre, ou vers une salle d'examen. Hors milieu hospitalier, le but est d'amener la victime vers une structure de soins si celle-ci est proche (hôpital de campagne, poste de secours préventif) ou vers le véhicule d'évacuation (ambulance, hélicoptère).

Principes généraux[modifier | modifier le code]

Le responsable du brancardage doit d'abord effectuer une reconnaissance afin de s'assurer que le passage est libre, et de choisir l'itinéraire en fonction des difficultés du terrain (portes étroites, terrain accidenté, obstacles à franchir).

Les mouvements doivent être coordonnés afin d'éviter la chute ou le renversement du brancard, des mouvements brusques ou la blessure d'un des équipiers. Le chef d'équipe se place donc à l'arrière du brancard, ce qui permet de surveiller la victime et les équipiers, et donne des ordres afin de synchroniser les mouvements.

Certains principes de base diffèrent selon les pays, ils sont exposés ci-après.

École belge[modifier | modifier le code]

Pour la sécurité, on brancarde (Cours de la Croix-Rouge de Belgique, Aide Médicale Urgente et services médicaux de l'armée) toujours les pieds en avant. Le mouvement en sens inverse peut créer un malaise chez le patient, de plus, les équipiers les plus à même de trébucher sur le terrain sont ceux de l'avant, donc de faire tomber la tête la première. Quant à la surveillance du patient de par sa position, l'équipier arrière à une très bonne vue en restant dans le sens de la marche, contrairement à l'équipier avant qui doit quasiment regarder par dessus son épaule.

Exceptions à cette règle : entrée dans un local, le passage de porte se fait alors tête en avant.

Cette technique est désormais employée en dehors de Belgique.

École française[modifier | modifier le code]

En général, on brancarde tête en avant  : cela permet aux brancardiers de voir le visage du patient et donc de le surveiller, et cela permet au patient de voir un visage plutôt qu'un couloir ou l'environnement de l'accident  par ailleurs, au niveau symbolique, le brancardage les pieds devant évoque le transport des morts. Toutefois, pour des raisons pratiques, on peut avoir à transporter les pieds en avant (notamment s'il faut assurer une ventilation artificielle).

Brancardage manuel[modifier | modifier le code]

Montée et descente des escaliers[modifier | modifier le code]

Passage d'une porte étroite[modifier | modifier le code]

Passage d'un obstacle[modifier | modifier le code]

Franchissement d'un fossé[modifier | modifier le code]

Abord d'une pente importante[modifier | modifier le code]

Franchissement d'un passage bas[modifier | modifier le code]

Chargement dans un véhicule[modifier | modifier le code]