Province de Kénitra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kénitra
Drapeau de Kénitra
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Gharb-Chrarda-Beni Hssen
Municipalité(s) Kénitra, Souk El Arbaa et Mehdia[1]
Chef-lieu Kénitra
Gouverneur Ahmed El Moussaoui[2]
Démographie
Population 1 167 301 hab. (2004)
Densité 359 hab./km2
Géographie
Superficie 325 300 ha = 3 253 km2
Localisation
Localisation de Kénitra

La province de Kénitra (en arabe : القنيطرة) est une subdivision à dominante rurale de la région marocaine de Gharb-Chrarda-Beni Hssen. Elle tire son nom de son chef-lieu, Kénitra.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province de Kénitra est située sur la côte atlantique, au nord de Rabat.

Sa superficie, initialement de 4 745 km², est de 3 253 km² depuis la création de la province de Sidi Slimane, en 2009, à partir de son territoire.

Démographie de la province[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1994 2004 2007
979 210 1 167 301 1 222 663
1994, 2004 : recensement officiel ; 2007 : calculation.


Villes de la province[modifier | modifier le code]

Commune Population en 1994 Population en 2004
Kénitra 291 688 359 142
Ben Mansour 42 661 51 874
Souk el Arbaâ 37 190 43 392
Beni Malik 36 269 43 282
Ameur Seflia 36 187 41 093
Sidi Mohamed Lahmar 30 112 36 125
Arbaoua 25 260 29 645
Mograne 24 263 26 966
Mnasra 23 914 29 354
Bahhara Oulad Ayad 22 178 27 488
Souk Tlet el Gharb 21 152 22 416
Lalla Mimouna 19 843 24 833

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Décret no 2-09-320 du 17 joumada II 1430 (11 juin 2009) modifiant et complétant le décret no 2-08-520 du 28 chaoual 1429 (28 octobre 2008) fixant la liste des cercles, des caïdats et des communes urbaines et rurales du Royaume ainsi que le nombre de conseillers à élire dans chaque commune », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5744,‎ 18 juin 2009, p. 1023 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  2. MAP, « Activités royales : S.M. le Roi Mohammed VI nomme plusieurs walis et gouverneurs », Le Matin,‎ 26 novembre 2010 (lire en ligne)