Premier principe de la thermodynamique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Premier principe.

Selon le premier principe de la thermodynamique, lors de toute transformation, il y a conservation de l'énergie.

Dans le cas des systèmes thermodynamiques fermés, il s'énonce de la manière suivante :

« Au cours d'une transformation quelconque d'un système fermé, la variation de son énergie est égale à la quantité d'énergie échangée avec le milieu extérieur, sous forme d'énergie thermique (anciennement nommée chaleur) et de travail. »

Expression dans le cas d'un système quelconque[modifier | modifier le code]

La variation de l'énergie d'un système qui subit une transformation peut s'exprimer selon la relation suivante:

\Delta E = \Delta U + \Delta Ec + \Delta Ep= W + Q \,
  • \Delta E \, est la somme des différentes variations d'énergie du système.
  • \Delta U \, est la variation de l'énergie interne du système; c'est-à-dire son énergie propre correspondant aux énergies cinétiques et potentielles microscopiques, des particules qui le constituent.
  • \Delta Ec \, est la variation de l'énergie cinétique à l'échelle macroscopique (mouvement du système dans un référentiel donné).
  • \Delta Ep \, est la variation de l'énergie potentielle à l'échelle macroscopique, du système en interaction avec des champs gravitationnels ou électro-magnétiques.
  • W \, est la partie de l'énergie qui correspond au travail échangé avec le milieu extérieur. Le travail n'est pas une fonction d'état mais un mode de transfert ordonné d'énergie entre le milieu extérieur et le système.
  • Q \, est la quantité d'énergie transférée sous la forme de chaleur par trois processus d'échange thermique : conduction thermique, convection, rayonnement. Cette énergie thermique n'est pas non plus une fonction d'état mais un mode de transfert d'énergie microscopique désordonné. C'est en quelque sorte un transfert d'agitation thermique, qui est par nature désordonnée, entre le système et le milieu extérieur.

En clair, pour que l'énergie d'un système varie, il faut qu'il y ait un échange d'énergie entre celui-ci et le milieu extérieur, que ce soit sous la forme de travail et (ou) d’énergie thermique (chaleur).

Cas des systèmes thermodynamiques[modifier | modifier le code]

  • Lorsque les systèmes sont au repos à l'échelle macroscopique, ce qui est en général le cas pour les transformations thermodynamiques affectant des systèmes physico-chimiques, les énergies cinétique  Ec~ et potentielle Ep~ restent constantes et seule l'énergie interne U~ du système varie (par exemple : un réacteur chimique, un calorimètre…).
    Le premier principe s'écrit alors :
    \Delta E = \Delta U = W + Q ~
  • Il existe plusieurs sortes de transfert ordonné d'énergie : travail des forces de pression, W_{fp}~ ; travail électrique fourni lors d'une réaction électrochimique de pile ou par rayonnement, W^'~.
    Le travail induit par les forces de pression correspond à la forme de travail la plus courante rencontrée en thermodynamique classique, il s'exprime sous la forme différentielle suivante :
    \delta W_{fp} = - p_{ext} dV \,
    Le signe moins (-) tient compte du fait que lors d'une détente il y a augmentation de volume ( dV > 0 ) et le système fournit dans ce cas, du travail au milieu extérieur. Ce travail est compté négativement pour le système, d'après la règle des signes.
    p_{ext} \, étant la pression du milieu extérieur,
    dV \, étant une variation infinitésimale de volume du système qui correspond sur un plan mathématique à la différentielle du volume.
  • Expression différentielle du premier principe
    dU = \delta Q - pdV + \delta W^'~

Remarque : Les expressions \delta W~ et \delta Q ~, employées pour exprimer les formes différentielles du travail et de l'énergie thermique, signifient que ces grandeurs ne sont pas des fonctions d'état et donc que leur différentielle n'est pas exacte et que leur part respective dépend du chemin suivi c'est-à-dire de la manière dont la transformation s'opère..

Différence entre travail et chaleur[modifier | modifier le code]

Travail[modifier | modifier le code]

Le travail est un transfert ordonné d'énergie entre un système et le milieu extérieur.

  • Considérons un ensemble cylindre, piston, lequel est à la base de l’obtention de travail mécanique par action de la chaleur. À l’échelle microscopique les chocs des particules de gaz sur le piston définissent la pression exercée sur celui-ci à l’échelle macroscopique. Chaque choc contribue au déplacement, concerté avec les autres chocs, du piston dans la même direction. Il y a addition des forces induites par chaque choc et c’est pourquoi le transfert d’énergie est considéré comme ordonné.
  • Si l’on considère maintenant le travail électrique. Il est dû au déplacement des électrons dans un conducteur sous l’influence d’un champ électrique. Ici encore l’ensemble des électrons se déplace dans la même direction et les effets s’additionnent au niveau macroscopique.

Chaleur[modifier | modifier le code]

La chaleur est un transfert désordonné d’énergie entre le système et le milieu extérieur.

La chaleur est un transfert d’agitation thermique. L’agitation des particules se propage au gré des chocs dans toutes les directions, de façon désordonnée. C’est pour cette raison que l’on ne peut jamais transformer intégralement de l’énergie thermique en travail alors que l’inverse est possible (ex: travail électrique transformé en chaleur par effet Joule dans un radiateur électrique). On dit encore que la montée en température se traduit par une dégradation de l’énergie.

Ce transfert thermique, appelé chaleur, s'effectue du système le plus chaud vers le plus froid. Celui dont les particules sont statistiquement les plus agitées, va transmettre son agitation thermique au gré des chocs plus ou moins énergétiques, au milieu extérieur ou au système statistiquement le moins agité, c’est-à-dire le plus froid. Cette constatation intuitive est formalisée par le second principe de la thermodynamique.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le travail et la chaleur ne sont pas des fonctions d’état. Leur quantité, mise en jeu au cours d’une transformation, dépend de la façon dont on procède.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]