Pay as you drive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le concept Pay as you drive (Payd), ou « Payez selon votre conduite », est un type d'assurance automobile permettant une tarification de l’assurance selon l’utilisation réelle du véhicule : un logiciel de géolocalisation de type GPS relié à un téléphone portable embarqué dans la voiture des assurés volontaires. L’assureur récolte alors les informations liées aux dates, aux horaires de circulation et au déplacement des véhicules. La tarification est établie en fonction de l’utilisation de chaque client.

Ceci diffère de l'assurance traditionnelle, qui elle tente de différencier et récompenser les « bons » conducteurs en leur accordant des primes plus basses avec un système de bonus-malus par exemple. Cependant, la différenciation traditionnelle est un reflet de l'histoire passée, plutôt qu'une évaluation d'un comportement actuel ; cela signifie qu'il se déroule un certain temps avant que les changements dans les habitudes de conduite (prudentes ou « téméraires ») n'influent sur les primes d'assurance.

Concept du PAYD[modifier | modifier le code]

La forme la plus simple de tarification compte simplement le nombre de kilomètres parcouru. Cependant, le concept général de Pay As You Drive peut comprendre tout régime où les frais d'assurance ne dépendent pas seulement du nombre de km, mais également comment, où et quand les assurés conduisent. Pay as you drive (PAYD) signifie que la prime d'assurance est calculée dynamiquement.

Il existe plusieurs types possibles de mesure de l'utilisation d'un véhicule :

  • La mesure par le compteur du nombre de kilomètres parcourus
  • La mesure du nombre de minutes d'utilisation, enregistrée par un module indépendant du véhicule de transmission de données via le téléphone portable.
  • D'autres données peuvent recueillies, y compris la vitesse et l'heure de circulation, en plus de distance et du temps parcouru.

Au delà d'une simple tarification en fonction du nombre de kilomètre parcourus, il est possible d'introduire des variations selon le type de conduite ou de l'identité du conducteur. Il est possible d'ajouter d'autres items, comme une prime de risque supplémentaire si quelqu'un roule trop longtemps sans une pause, utilisent leur téléphone mobile pendant la conduite, ou se déplace à une vitesse excessive.

Les avantages potentiels présentés en faveur de ce système : impacts économiques et environnementaux[modifier | modifier le code]

  • Sur le plan économique, la tarification de l'assurance en fonction de l'utilisation peut être considérée comme une forme de service.
  • Elle peut être promue principalement comme un moyen d'encourager les gens à moins utiliser leur voiture.
  • Elle permet d'obtenir des avantages commerciaux accordés par les compagnie d'assurance grâce à une meilleure harmonisation de l'assurance en relation avec les risques réels (pour ces compagnies, il s'agit d'une amélioration de la segmentation de la clientèle).
  • Le PAYD permet d'avoir plus de choix pour les consommateurs sur le type d'assurance automobile disponibles à l'achat.
  • Les avantages sociaux : pour l'accessibilité à une assurance abordable pour les jeunes conducteurs - plutôt que de payer pour ses pairs irresponsables, avec ce type d'assurance des conducteurs jeunes paient pour leur façon de conduire.
  • Plus d'incitation à changer les habitudes de conduite ou descendre les routes, laissant les routes plus sûres, les conducteurs à risque payant plus cher, de par leur utilisation.
  • Une amélioration à la fois de la sécurité personnelle et de la sécurité du véhicule : la technologie GPS pourrait être utilisée pour retrouver la trace du véhicule suite à un accident, de panne ou de vol. La même technologie GPS peut souvent être utilisée pour fournir d'autres avantages pour les consommateurs en dehors de l'assurance, par exemple, navigation par satellite[1].

Les inconvénients[modifier | modifier le code]

Par définition, quel que soit le système de tarification, l'assurance est payée d'avance pour permettre la prise en charge des sinistres qui surviendront à l'avenir.

Inévitablement la prédiction des risques comporte une imprécision sur chaque critère :

Par exemple, un système tarifaire basé sur le nombre de km ne peut pas faire de distinction entre les distances parcourues sur autoroute, en ville, dans une rue, ou à la campagne. Pour minimiser cette imprécision les primes sont donc aménagées en fonction de la zone principale de circulation.

Un système de mesure télématique peut surfacturer un conducteur qui accélère, mais qui pourtant conduit d'une manière tout à fait sécuritaire, et sous-estimer un conducteur plus lent mais qui change brutalement de voies, ou des conducteurs conduisant de manière négligente ou simplement inattentifs.

Quant aux systèmes d'utilisation par GPS assurant un suivi en continu des véhicules, ils peuvent constituer une violation inacceptable de la vie privée[2],[3].

Développement selon les pays[modifier | modifier le code]

France

En 2005, le système « Pay as you drive » souhaité par des sociétés comme Aviva a été rejeté par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), Les arguments de la Cnil sont les suivants : les assureurs veulent récolter trop d’informations, notamment la vitesse, une traçabilité disproportionnée par rapport à la baisse de la prime et les assureurs n’ont pas le droit d'établir un fichier des infractions. La CNIL considère que le PAYD appelle le plus de précautions ou de réserves en termes d'informatique et de libertés[4]. La situation a commencé à évoluer en France malgré les vétos opposés par la CNIL avec l’expérimentation qu'a lancée AXA ; cette formule d'assurance existe seulement depuis 2009 et permet à l'assuré de payer en fonction du nombre de kilomètres réellement parcourus.

Union européenne

La filiale d’Aviva (Norwich Union) a implanté le système en Grande-Bretagne en septembre 2006 après une phase d’expérimentation qui a duré 3 ans ; une réduction est accordée aux clients acceptant d’embarquer un boîtier qui enregistre le nombre de kilomètres parcourus, le lieu d’utilisation du véhicule, sauf la vitesse. A la souscription, le conducteur sont informés que conduire en journée pendant la semaine revient dix fois moins cher que de conduire le samedi soir. Le succès commerciale n'a pas été au RDV Norwich Union a maintenant cessé leur produit PAYD au Royaume-Uni, annonçant aux utilisateurs actuels auront leurs contrats résiliés. La raison invoquée a été le manque de demande pour le service[5].

Le PAYD connaît un développement parmi les plus avancés sur le marché italien où cette formule est proposée par des assureurs majeurs en auto (Generali, Unipol, Sara, AXA,...) : le boîtier leur permet de dresser un profil du conducteur, cerner son style de conduite, localiser une voiture volée et limiter les fraudes[6].

Le PAYD fait également des débuts encourageants en Irlande et aux Pays-Bas, c’est même le gouvernement qui presse les assureurs à l’adopter.

Monde

Les Pouvoirs publics s’apprêtent également à le rendre obligatoire dans les Émirats arabes unis, avec pour ambition d’en équiper 700.000 véhicules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]