Paul Juon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul JuonPaul Fiodorovitch Juon

Nom de naissance Павел Фёдорович Юон
Naissance
Moscou, Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 68 ans)
Vevey, Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale Compositeur, enseignement
Formation Conservatoire de Moscou
Maîtres Jan Himaly, Sergueï Taneïev, Anton Arenski
Élèves Nikos Skalkottas
Famille Constantin Juon (frère)
Récompenses prix Mendelssohn, prix Beethoven

Paul Fiodorovitch Juon ou Youon (en russe : Павел Фёдорович Юон), né le à Moscou et mort le (à 68 ans) à Vevey, est un compositeur russe, surnommé le « Brahms russe ». Son frère Constantin Juon (ou Youon) est un peintre réputé, demeuré dans son pays natal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît en Russie d'une famille suisse qui s'y était installée pour des raisons professionnelles. En 1889, il entre au Conservatoire de Moscou. Il étudie le violon avec le professeur Jan Himaly et la composition avec Sergueï Taneïev et Anton Arenski. Il est alors le condisciple de Serge Rachmaninov. En 1894, il décide de partir pour Berlin afin de travailler avec Woldemar Bargiel (le demi-frère de Clara Schumann) et de se perfectionner au violon. Il reçoit le prix Mendelssohn de composition en 1896.

Pour subvenir à ses besoins, il accepte un poste de professeur à Bakou mais finit par préférer s'établir à Berlin en 1898 où l'éditeur Robert Lienau publie ses premières œuvres. En 1900, il traduit en allemand les "Etudes pratiques d'harmonie" d'Arensky. C'est pour ce travail qu'il reçoit en 1901 une bourse de la Fondation Liszt. La même année, il publie son propre traité d'Harmonie Pratique (qui sera réédité en 1919) et il traduit la biographie de Tchaikovsky écrite par son frère Modeste. En 1906, Joachim le nomme à la chaire de composition de la Musikhochschule de Berlin où il restera professeur jusqu'en 1934. Il passe la plus grande partie de la guerre comme interprète au centre de détention des prisonniers de guerre de Heiligenbeil en Prusse orientale. Il est admis en 1917 dans le cercle très prisé des « compositeurs allemands » et, en 1919, élu membre de l'Académie des Beaux-Arts de Berlin. Très recherché et apprécié en Europe durant les années 1920, il obtient (avec Josef Haas)le prix Beethoven en 1929.

En 1934, pour des raisons familiales et politiques, il demande sa retraite anticipée. Le régime nazi refuse de la lui verser. Il rejoint alors une partie de sa famille en Suisse à Vevey où il passe les dernières années de son existence. Il meurt en 1940 victime de l'oubli des Russes après la révolution de 1917 et des Allemands du fait du nazisme ainsi que de l'Europe alors en pleine guerre.

En 1998, création de la Société internationale Juon et publication du catalogue thématique de ses oeuvres par Thomas Badrutt. En 2010, 2e édition du catalogue, révisé et complété.

Parmi ses élèves se trouvaient Hans Chemin-Petit, Werner Richard Heymann, Nikos Skalkottas, Henry Jolles, Pantscho Wladigerow, Philipp Jarnach, Heinrich Kaminski, Lauri Ikonen, Max Trapp, Yrjö Kilpinen, Gerhart von Westerman, Hans Moltkau, Giannis Konstantinidis, Wilhelm Guttmann et Stefan Wolpe

Œuvres[modifier | modifier le code]

Piano[modifier | modifier le code]

  • Six pièces pour piano, opus 12
  • Satyre und Nymphen, opus 18 (1901)
  • Petite suite, opus 20 (1902)
  1. Trotzig, Zärtlich
  2. Traurig
  3. Geschwätzig
  4. Lustig
  • Cactus, 7 pièces pour clavier, opus 76 (1923)
  • Cinq compositions, opus 77 (1924)
  1. Idylle
  2. Capriccietto
  3. Canzona
  4. Impromptu
  5. Tanz
  • Quatre pièces pour piano, opus 90 (1933)
  1. Schelmenweise
  2. Besinnlichkeit
  3. Nächtlicher Aufzug
  4. Nordischer Mittsommertag
Quatre mains
  • Tanzrhythmen, opus 14

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

Flûte
  • Sonate pour flûte en fa majeur, opus 78
Violon
  • Sonate pour violon no 1, opus 7
  • Six silhouettes pour 2 violons et piano, opus 9
  • Sonate pour violon no 2, opus 15
  • Trois Bagatelles pour violon et piano, opus 19
  • Quatre pièces pour violon et piano, opus 28
  • Deux petites pièces pour violon et piano, opus 52
  • Sonate pour violon no 3, opus 86
Alto
  • Sonate pour alto no 1 en ré majeur, opus 15 (1901)
Violoncelle
  • Sonate pour violoncelle, opus 54
Trios
  • Trio à clavier no 1 en la mineur, opus 17 (1901)
  • Trio à clavier no 2, opus 39
  • Trio à clavier no 3, opus 60
Quatuors à cordes
  • Quatuor à cordes no 1, opus 5
  • Quatuor à cordes no 2, opus 29
  • Quatuor à cordes no 3, opus 67
Quatuors, Quintettes et Sextuor avec piano
  • Quatuor avec piano no 1 "Rhapsodie" opus 37
  • Quatuor avec piano no 2, opus 50
  • Quintette avec piano no 1, opus 33
  • Quintette avec piano no 2, opus 44
  • Sextuor avec piano, opus 22
Instruments à vent
  • Quintette à vent en si bémol majeur, opus 84 (flûte, hautbois, clarinette, cor et basson)

Concertos[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour violon en si mineur, opus 42 (1909)
  • Konzertstück « Épisodes concertants », opus 45 (1912)
  • Concerto pour violon en la majeur, opus 49 (1912)
  • Mystères pour violoncelle et orchestre, opus 59 (1928)
  • Concerto pour violon en la mineur, opus 88 (1931)
  • Burletta pour violon et orchestre, opus 97 (1940

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Symphonie no 1 en fa dièse mineur, opus 10 (1895)
  • Symphonie no 2 en la majeur, opus 23 (1903)
  • Symphonie de chambre, opus 27 (1905)
  • Wächterweise, Fantaisie sur des thèmes danois populaires, opus 31 (1906)
  • Suite de ballet, d'après Psyché, opus 32a (1910)
  • Aus einem Tagebuch, Esquisses symphoniques, opus 35 (1906)
  • Eine Serenadenmusik, opus 40 (1909)
  • Suite en cinq mouvements pour orchestre, opus 93 (1935)
  • Anmut und Würde, Suite pour orchestre, opus 94 (1938)
  • Rhapsodische Sinfonie, opus 95 (1939)
  • Tanz-Capricen, opus 96 (1940)
  • Sinfonietta capricciosa, opus 98 (1939)
Orchestre à cordes
  • Cinq pièces pour orchestre à cordes, opus 16 (1901)
  • Petite sérénade pour orchestre d'élèves, opus 85 (1928)
  • Petite sérénade pour orchestre d'élèves, opus 87 (1929)
  • Divertimento pour orchestre des élèves, opus 92 (1933)
Musique scénique
  • Das goldene Tempelbuch (1912)
  • Die armseligen Besenbinder (1913)

Vocales[modifier | modifier le code]

  • Deux Lieder, opus 2
  1. Das verlaßene Mägdlein
  2. Das Mädchen
  • Cinq Lieder, opus 13
  1. Klage der Gattin
  2. Erinnerung
  3. Jugend
  4. Wiegenlied
  5. Phantasus
  • Trois Lieder, opus 21
  1. Regen
  2. Märchen
  3. Der einsame Pfeifer
  • Trois Lieder, opus 99
  1. Paradies
  2. Die drei Schwestern
  3. Tröstung
Opéra
  • Aleko (1896)

Orchestration[modifier | modifier le code]

  • Danse hongroise no 4 de J. Brahms, arrangé pour orchestre (1908, Berlin Simrock).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sextuor avec piano op. 22, Quintette avec piano op. 44 - Oliver Triendl (piano), Quatuor Carmina (juin 2009 - CPO 777 507-2)
Historique
  • Octuor (Symphonie de chambre) op. 27 - New Chamber Orchestra : Rae Robertson (piano), Leon Goossens (hautbois), G. W. Anderson (clarinette), A. R. Newton (basson), A. Thonger (cor), Samuel Kutcher (violon), Raymond Jeremy (alto); Cedric Sharpe (violoncelle), Dir. Charles Kreshover (décembre 1929 - 78t National Gramophonic Society [NGS] 144-146)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]