Patrick E. Connor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le général Patrick Edward Connor

Patrick Edward Connor (Comté de Kerry, Irlande, 17 mars 1820 – Salt Lake City 17 décembre 1891) fut un général de l'armée américaine pendant les guerres indiennes de la Conquête de l'Ouest.

Patrick E. Connor était un immigrant qui s'enrôla dans l'Armée dès son arrivée sur le sol américain. Il devint lors de la guerre du Mexique, capitaine d'une compagnie de volontaires qui mérita la distinction pour ses actes de bravoure[1].. Il effectua ensuite une carrière dans la politique et les affaires en Californie, où il s'était installé, devenant un des chefs de la milice de l'État. Lorsque la guerre de Sécession éclata, le gouverneur Downey le nomma colonel du 3e régiment de volontaires de Californie.

Les soldats qui servaient en Idaho ne se sont pas battus contre la Confédération, mais surveillaient le trafic le long de la Piste de l'Oregon et protégeaient les voies de communication entre l'ouest et l'est des États-Unis. Fort Boise, sur le site de Boise, la future capitale de l'Idaho, fut construit durant cette période à cause d'attaques qui visaient les voyageurs sur la piste.

Dans ce qui ne deviendra qu'en 1863 le Territoire de l'Idaho, de l’or fut découvert dans les montagnes du nord, dès le 28 juillet 1862, attirant de nombreux prospecteurs. Plusieurs incidents se produisirent à l’automne 1862. Un jeune indien fut injustement pendu pour le vol d’un cheval. Deux jeunes hommes furent assassinés en représailles alors qu’ils ramassaient du bois.

En 1862, les Shoshones et les Bannocks, conduits par les chefs Bear hunter et Pasheco attaquent les caravanes de pionniers qui arrivent de plus en plus nombreuses en empruntant la piste de l'Oregon. ils sont accusés de piller les colonies de mormons au nord du Grand Lac Salé de l'Utah, mormons eux-mêmes soupçonnés de sympathies pour la cause sudiste[1].

Dans le Territoire de l'Idaho, lorsque quatre guerriers Shoshone furent fusillés et jetés dans la Bear River et plusieurs mineurs tués en représailles par les indiens, le colonel Patrick E. Connor, avec ses volontaires de Californie, obtint la permission de préparer une expédition en territoire Shoshone en janvier 1863. Ce fut le massacre de Bear River, du 23 janvier 1863.

Le colonel patrick E. Connor qui commande le 3e régiment de volontaires de Californie conduit alors 300 hommes en Utah. Le 29 janvier, il décide de donner l'assaut au camp d'hiver du chef Bannock, Bear hunter, retranché dans un ravin de la Bear river. Les soldats chargent dans une neige épaisse mais sont repoussés par les tireurs en embuscade. Ensuite, 224 indiens, dont de nombreuses femmes et enfants, furent acculés au fond d'un ravin, leurs cadavres s'entassant sur 2 mètres de haut, tandis qu'on comptait 21 morts et 12 blessés chez les soldats. Plus d'une centaine de femmes et enfants furent faits prisonniers. Le chef Bear hunter, pris vivant, est torturé par jeu puis tué par un soldat qui lui enfonça dans les oreilles une baïonnette rougie au feu. Connor gagnera ses galons de général lors de cette bataille[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]