Opération Odyssey Dawn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet avion F-15E Strike Eagle du 48th Fighter Wing fut perdu accidentellement durant l'opération Odyssey Dawn le 22 mars 2011.

L'opération Odyssey Dawn est la contribution américaine à l'intervention militaire de 2011 en Libye dans le cadre de la guerre civile libyenne dans le but de faire respecter la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Forces navales en présence[modifier | modifier le code]

Navire amiral de la Sixième flotte des États-Unis USS Mount Whitney, commandant les opérations navales (Odyssey Dawn)[1] ; le groupe amphibie de l'USS Kearsarge est sur zone et doit être relevé dans les jours suivants par celui du USS Bataan parti le 23 mars de Norfolk[2]; 2 sous-marins nucléaires d'attaque USS Providence et USS Scranton de la classe Los Angeles ; le sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière USS Florida (SSGN-728) de la classe Ohio.

Historique de l'opération[modifier | modifier le code]

La base aérienne libyenne de Ghardabiya après le bombardement des B-2 le 20 mars 2011.

Depuis le début de l'opération, la marine libyenne reste au port ou limite ses activités à des patrouilles de garde-côtes[3]. Cependant le 29 mars 2011, trois petits bâtiments tirant sur des navires de commerce dans le port de Misrata, dont vraisemblablement un patrouilleur de type PV30-LS[4], sont mis hors d'usage ou détruits par un P-3 Orion de l'US Navy et des A-10 de l'USAF[5]. Elle a tenté de miner le port de Misrata avec plusieurs vedettes rapides dans la nuit du 28 au 29 avril, ce qui a conduit la frégate Courbet à effectuer, officiellement, des tirs de semonce ; une vedette est coulée et le reste du groupe a fait demi-tour mais plusieurs mines ont été trouvées sur zone[6].

Une vingtaine d'objectifs composés de nœuds de communication stratégiques et de systèmes de défense anti-aérienne libyens sont frappés à l'aide de 124 missiles de croisière BGM-109 Tomahawk[7] tirés à partir de SSGN, de SNA et de destroyers de classe Arleigh Burke américains et d'un SNA britanniques[1].

Trois bombardiers américains B-2 lâchent quarante bombes ou quarante-cinq JDAM sur l'aéroport de Ghardabiya à 15 km au sud de Syrte le 20 mars[8].

Le 31 mars, l'OTAN prend le commandement de l'opération (« Unified Protector »).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]