Seconde bataille de Tripoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

32° 54′ 08″ N 13° 11′ 09″ E / 32.90222, 13.18583 ()

Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Première bataille de Tripoli
Bataille de Tripoli
Zones contrôlées par les deux parties lors de la bataille.
Zones contrôlées par les deux parties lors de la bataille.
Informations générales
Date 20 août - 28 août 2011
Lieu Tripoli, Libye
Issue Victoire décisive des rebelles
Belligérants
Drapeau de la Libye Conseil national de transition
Drapeau de l'OTAN Résolution 1973

Drapeau de l'OTAN OTAN

Flag of Libya (1977-2011).svg Jamahiriya arabe libyenne
Commandants
Drapeau de la Libye Mahdi al-Harati
Drapeau de la Libye Abu Oweis[2]
Drapeau de la Libye Abdelhakim Belhadj

Drapeau de l'OTAN Charles Bouchard

Flag of Libya (1977-2011).svg Mouammar Kadhafi
Flag of Libya (1977-2011).svg Saïf al-Islam Kadhafi
Flag of Libya (1977-2011).svg Saadi al-Kadhafi
Flag of Libya (1977-2011).svg Khamis Kadhafi
Flag of Libya (1977-2011).svg Moatassem Kadhafi
Forces en présence
1 000 guérilleros
6 000–7 000 insurgés
autour de la ville[3]
3 000 hommes[4]
Pertes
Drapeau de la Libye Au moins 393 morts[5] Flag of Libya (1977-2011).svg 78 à 100 morts
600 capturés[6]
Guerre civile libyenne
Batailles
1re Benghazi · El Beïda · Derna · 1re Tripoli · Misrata · 1re Zaouïa · Djebel Nefoussa (1re Dehiba · 2e Dehiba · Gharyan) · 1re Brega · 1re Ras Lanouf · 1re Ben Jawad · 2e Ras Lanouf · 2e Brega · 1re Ajdabiya · 2e Benghazi · 2e Ajdabiya · 1re golfe de Syrte · 3e Brega · Al Jawf · Front de Misrata (Zliten · Tawarga · 2e Zaouïa · 4e Brega · Fezzan · Birak) · 5e Brega · 3e Zaouïa · 2e Tripoli · 2e Sebha · 2e golfe de Syrte (Syrte) · Offensive de Bani Walid (Tarhounah - Bani Walid)

Intervention militaire de l’OTAN · Opération Ellamy (Royaume-Uni) · Opération Harmattan (France) · Opération Odyssey Dawn (États-Unis) · Opération Mobile (Canada)


3e Sebha · 3e Benghazi · Attentat d'Al-Srir · 4e Sebha · 4e Benghazi

Coordonnées 32° 54′ 08″ N 13° 11′ 09″ E / 32.9022, 13.1858 ()32° 54′ 08″ Nord 13° 11′ 09″ Est / 32.9022, 13.1858 ()  

La seconde bataille de Tripoli ou opération aube de la sirène est une confrontation pour la prise de la capitale libyenne par les troupes insurgées dans le cadre de la guerre civile libyenne, celles-ci s'opposant aux forces kadhafistes. Cette bataille a commencé au soir du 20 août 2011 avec un soulèvement des citadins, après l'assaut des forces rebelles dans la nuit qui suit elles progressent rapidement du 21 au 24 août, la bataille se concentrant ensuite autour des poches de résistance kadhafistes jusqu'au 27 août, date à laquelle Tripoli semblait entièrement contrôlée par les rebelles.

Les rebelles ont donné à cette attaque le nom de code « opération aube de la sirène » (arabe : عملية فجر عروسة البحر ʼamaliyyat fajr 'arūsat el-baḥr). Le surnom de Tripoli est « la sirène » (arabe : عروسة البحر ʼarūsat el-baḥr, littéralement, « l'épouse de la mer »)[7].

Contexte[modifier | modifier le code]

Situation militaire en Tripolitaine à la veille de la bataille.

Sur le plan militaire, les forces rebelles s'approchent fortement de Tripoli depuis quelques jours : les 13 et 14 août, ils attaquent Gharyan au sud de la capitale, ainsi que Zaouïa et Sorman à l'ouest, menaçant ainsi de couper deux importantes voies d'accès à Tripoli[8] ; le 18 août, les rebelles contrôlent Gharyan, Sabratha, et un axe routier stratégique, privant ainsi Tripoli de sa voie principale d'approvisionnement depuis la Tunisie, ce qui permet à Moustafa Abdel Jalil, chef du Conseil national de transition, de résumer ainsi la situation : « L'étau se resserre autour de Tripoli, depuis les montagnes de l'Ouest, à Sorman, à Zaouïa et sur le flanc est de Tripoli. »[9] ; les 19 et 20 août, les rebelles sont en effet victorieux à l'ouest de Tripoli à Zaouïa, où se trouve la dernière raffinerie pétrolière du pays en état de fonctionnement[10], et à l'est à Zliten[11]. La presse parle alors de Tripoli comme en « état de siège »[12],[13].

Sur le plan politique, le pays est confronté depuis six mois à un état de conflit de pouvoir opposant Mouammar Kadhafi et ses partisans à une insurrection armée issue notamment des villes de Benghazi et de Misrata, cette insurrection étant représentée politiquement par le Conseil national de transition (CNT), organe reconnu par plusieurs pays occidentaux mais pas encore à la veille de la seconde bataille de Tripoli par l'ensemble de la communauté internationale.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Du côté des forces rebelles se trouvent d'une part les combattants des fronts Est et Ouest qui avaient pris les villes autour de Tripoli pour pouvoir lancer l'assaut de la capitale, et d'autre part des combattants de Misrata qui ont rejoint la capitale par la mer le 21 août[14], ainsi que la brigade de Tripoli dite « Katiba Tripoli », un groupe de 500 à 1000 hommes, constitué de bi-nationaux vivant à l'étranger et de Tripolitains qui ont fui leur ville après le soulèvement de Tripoli en février. Cette brigade s'est entraînée spécialement pour cette opération « Sirène »[15]. Ils sont appuyés par des attaques aériennes des forces de l'Otan dans le cadre de l'intervention militaire de 2011 en Libye (voir la carte du déploiement des forces de l'Otan). De plus, des commandos français et britanniques épaulent au sol les forces rebelles[16],[17],[18].

La brigade du 17 février, transportée au Djbel Nefoussa par pont aérien, a été formée et armée au Qatar[19]. Elle est dirigée par l'islamiste Abdelhakim Belhadj.

Du côté loyaliste se trouve d'une part les forces libyennes kadhafistes, c'est-à-dire les unités anciennes de l'armée libyenne qui n'ont pas rejoint la rébellion, mal entraînées et mal équipées car Kadhafi craignait un coup d'État, accompagnées des forces spéciales plus opérationnelles et dirigées par les fils de Kadhafi ; et d'autre part de nouvelles unités constituées spécialement pour réprimer l'insurrection, avec des mercenaires et des soldats de pays amis comme le Tchad[20]. La katiba chargée de la défense de la ville comptait 3 800 hommes dont, selon un proche de Khadafi, seuls 160 ont combattu suite à la « trahison de leur chef »[21].

Front militaire[modifier | modifier le code]

Progression rapide des rebelles[modifier | modifier le code]

Le samedi 20 août 2011, à Tripoli[22], au moment des premiers bombardements de l'OTAN et de l'appel du soir diffusé par haut-parleurs des mosquées, un soulèvement est lancé en soirée dans les banlieues Est de Souq al-Jomaa et Tajoura et dans les quartiers de Fashloum, Fournaj, Sabah, Ghoud al-Shayal, Hanshir and Dahra[23]. Des commandos insurgés venus de Misrata débarquent sur une plage de Tripoli. Un premier groupe 200 hommes aidé par le Commando Hubert puis plusieurs autres groupes entre en action[24]. Cette opération du Service Action de la Direction générale de la sécurité extérieure et du Special Air Service britannique a été menée avec des Qataris et probablement des Emiratis[25] et des premiers coups de feu sont alors entendus dans la capitale[26],[27],[28].

Dans la nuit, l'OTAN continue son bombardement de la ville[29],[30]. Au sol, les combats sont intenses. Les forces rebelles paraissent progresser rapidement.[réf. nécessaire]

Dans l'après-midi du dimanche 21 août 2011, le Conseil national de transition (CNT) annonce que les forces rebelles sont au cœur de la capitale Tripoli et que les loyalistes sont pris en étau entre :

  • une partie des forces rebelles qui est arrivée par la mer, notamment en provenance de l'enclave côtière de Misrata[31] ;
  • une autre partie provient notamment du front du Djebel Nefoussa à 50 kilomètres de Tripoli, où un aérodrome improvisé a été construit[32]. Et ils s'étaient récemment emparées de la ville de Zaouïa (située à 40 km de la capitale)[33]. Les troupes de Abdelhakim Belhadj s'emparent de la caserne Khamis, principal verrou loyaliste de la capitale à l'ouest, et de son important stock d'armes [19].

Dès le lundi 22 août 2011, les rebelles affirment avoir pris possession et contrôler seuls la quasi-totalité de Tripoli (soit 80 à 90 % de la capitale[34]) et ils paradent sur la Place Verte, symbole du pouvoir du « Guide », le Colonel Kadhafi. Ils la renomment Place des Martyrs[35],[36].


On peut considérer comme le point culminant de la progression militaire rapide des rebelles la journée du mardi 23 août 2011 qui est finalement marquée par la prise du quartier général de Kadhafi à Bab al-Azizia, qui est totalement pillé par les forces rebelles[37].

Alors que les rebelles annoncent qu'il ne reste que quatre ou cinq petites poches de résistance loyalistes et que leur victoire est une question d'heures[38], ils sont toujours confrontés à d'importants groupes de combattants loyalistes qui se déplacent dans les rues tripolitaines, ainsi qu'à des snipers postés sur les toits[39].

Suite des combats dans la capitale[modifier | modifier le code]

Le mercredi 24 août 2011, les combats font à nouveau rage à l'intérieur du complexe de Bab al-Azizia : les rebelles qui en avaient pris le contrôle la veille sont maintenant à leurs tour la cible d'incursions des loyalistes et de tirs de l'artillerie. Les soldats kadhafistes seraient notamment basés dans le quartier d'Abou Slim et dans les espaces arborés proche du zoo de Tripoli et du Quartier Général partiellement détruit du Colonel Khadafi[40].

Checkpoint de rebelles, 26 août 2011.

Le jeudi 25 août 2011, les combats persistants, les rebelles tentent d'installer des checkpoints dans la ville de Tripoli et cherchent à capturer les chefs kadhafistes afin de décourager leurs soldats ennemis.[réf. nécessaire] En fin de journée, les insurgés donnent l'assaut du quartier d'Abou Slim, fouillant les habitations pour en chasser les tireurs embusqués[41] ; d'autre part des combats intenses ont lieu avec pour enjeu deux bâtiments contrôlés jusqu'ici par les loyalistes à proximité du complexe de Bab Al-Azizia[42]

Le vendredi 26 août 2011, le quartier d'Abou Salim est passé sous le contrôle des insurgés[43], tandis que les combats se poursuivent dans celui de Ghargour[44].

Le samedi 27 août 2011, l'un des quartiers de la capitale encore aux mains des kadhafistes, celui de Qasr ben Gahchir, situé près de l'aéroport international, tombe selon les rebelles presque entièrement entre leurs mains[45].

Les frappes de l'OTAN à Tripoli cessent le 28 août 2011[46] et les combats s'interrompent (ou du moins s'estompent ?) dans la capitale[réf. nécessaire]. C'est la fin de la bataille de Tripoli.

Guerre médiatique[modifier | modifier le code]

La seconde bataille de Tripoli, entre les rebelles libyens et leurs alliés de l'Otan contre les forces kadhafistes, localisée sur le territoire libyen, se double d'une guerre de communication médiatique de niveau international.

Tandis que les rebelles affirment avancer rapidement dès le premier jour des combats[47],[48] (voir par exemple cette vidéo publiée le 22 août sur le média officiel américain Voice of America), Moussa Ibrahim, le numéro 2 du régime de Kadhafi, affirme sur la chaîne libyenne loyaliste qu'il n'y a eu que quelques troubles provenant de l'extérieur, et qu'ils ont été maîtrisés en une demi-heure[49]. Les chaînes de télévision Al Jazeera du Qatar et Al-Arabiya des Émirats arabes unis, annoncent que la brigade chargée de la garde personnelle de Kadhafi se serait rendue[50]. L'information est aussitôt relayée par les médias occidentaux[51],[52],[53],[54] sans que cette information puisse être confirmée.

Dans le même temps, les habitants de Tripoli auraient reçu sur leurs portables des SMS les engageant à participer à la défense du régime kadhafiste[55]. Hala Misrati, une présentatrice de la chaîne de télévision d'État a déclaré en brandissant théâtralement un pistolet à l'antenne : « Je tuerai ou mourrai[56]. » L'un des fils de Kadhafi avait conclu un discours sur la télévision officielle en affirmant que le régime « n'abandonnerait pas la bataille[57] ». Le mardi 23 août 2011, l'OTAN lance des tracts de propagande sur la ville de Tripoli[58] (voir leur contenu).

Des informations contradictoires circulent sur le sort de Mouammar Kadhafi et de son entourage. Bien que la rébellion annonce la capture de Saïf al-Islam Kadhafi, confirmée par la Cour pénale internationale, puis de deux autres de ses frères[59], ceux-ci sont ensuite vu libres, la rébellion affirmant qu'ils se sont échappés[60]. Saïf Kadhafi dément avoir été capturé et affirme devant les journalistes de l'hôtel Rixos : « je suis là pour balayer les rumeurs » et « nous faisons face à une guerre électronique de désinformation »[61]. En parallèle, des rumeurs circulent sur la position de Kadhafi : par exemple, le 24 août, certains annoncent qu'il a fui au Venezuela[62] alors que le 26 août, l'Élysée affirme que Kadhafi aurait été localisé à Syrte, un des derniers bastions du régime[63].

Des discours de Mouammar Kadhafi sont diffusés tous les jours[64]. En réponse, le CNT met à prix la tête de Mouammar Kadhafi pour 1,7 M $, mort ou vif. Cette somme serait financée par des hommes d'affaires libyens[65]. Les rebelles annoncent que « les membres du cercle rapproché de Kadhafi qui le tueront ou le captureront [auront] l'amnistie garantie par le peuple[66],[67],[68] ».

Alors que dans une conférence de presse Oana Lungescu, la porte-parole de l'OTAN, affirme à deux reprises qu'elle agit uniquement dans le cadre du mandat de l'ONU[69], certains observateurs jugent que le rôle militaire de l'OTAN a dépassé la simple protection des civils, notamment dans le déploiement au sol de forces spéciales et dans l'aide aux rebelles en-dehors de la simple protection des civils[70],[71]. Sur ce dernier point, Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire générale de l'OTAN, répond : « il n’entre pas dans notre mandat de cibler le colonel Kadhafi en tant qu’individu. Mais, naturellement, afin de protéger efficacement la population, nous avons dû frapper les centres de commandement, car ils peuvent être utilisés pour planifier et organiser les attaques contre les civils. J’affirme donc que nous avons conduit nos opérations en stricte application du mandat de l’ONU[72] ».

Certains activistes anti-américains et favorables au régime kadhafiste vont jusqu'à affirmer que des informations qu'ils relaient prouvent que la rébellion est commandée par l'OTAN dans le but d'occuper la Libye et ne représente pas la volonté populaire[73],[74]. Ainsi, ils considèrent les commandos ou les forces spéciales françaises et britanniques présentes aux côtés des insurgés[75], comme une force d'occupation, ce qui violerait la résolution de l'ONU.

Pertes et dégâts[modifier | modifier le code]

Pertes humaines[modifier | modifier le code]

Combattant hospitalisé à Tripoli.

Dans la soirée du 22 août 2011, les pertes dans les deux camps lors de la seconde bataille de Tripoli, selon un officiel libyen, seraient estimées à 376 morts et un millier de blessés[76].

Le même jour, le porte-parole du régime kadhafiste, Moussa Ibrahim, ainsi que des observateurs à Tripoli[réf. à confirmer][77] indiquent, quant à eux, que l'offensive des rebelles aurait fait au moins 1 300 morts et 5 000 blessés dans la capitale[78].

Le 23 août, Moustafa Abdel Jalil, président du Conseil national de transition, indique à la chaîne de télévision France 24 que le bilan non définitif serait selon le CNT de 400 morts et 2 000 blessés en 3 jours[79].

Pertes matérielles[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du samedi 20 août au dimanche 21, l’Otan confirme avoir détruit 22 objectifs militaires au cours d'un intensif et massif bombardement de la région de Tripoli[80] qui a détruit en autres des radars, des véhicules armés et des centres de commandement appartenant aux forces kadhafistes[réf. à confirmer][81]. Ensuite, pendant l'offensive de l'Otan du 20 au 24 août, et selon son journal quotidien, les frappes de ses navires, avions, hélicoptères et drones sur la capitale libyenne ont touché :

Frappes de l'OTAN du 20 au 27 août 2011
Date Missiles et lance-missiles Chars Véhicules Radars Bâtiments
20 août[82] 1 Missile sol-sol
7 Missiles sol-air
2 lance-roquettes multiples
2 technicals
2 véhicules blindé de combat (VBC)
1 Radar 3 Installations militaires
1 installation de stockage militaire
3 nœuds de commandement et de contrôle
21 août[83] 9 Lance-missiles sol-air 1 Char 2 Technicals 2 Radars 3 Installations de commandement et de contrôle
1 installation militaire
23 août[84] 3 missiles sol-air 2 véhicules de combat blindés
2 camions militaires de logistique
1 Radar
24 août[85] 1 lance-roquettes multiple 1 camion militaire de logistique 2 Radars 2 Installations de stockage militaire
25 août[86] 1 missile sol-air
1 lance-missiles sol-air
1 nœud de commandement et de contrôle
26 août[87] 1 lance-missiles sol-sol 2 installations militaires
1 entrepôt militaire
27 août[88] 1 lanceur de missiles sol-air
Total 27 1 11 6 17

Pour le 25 août 2011, l'OTAN annonce dans son communiqué quotidien avoir détruit dans Tripoli et sa périphérie: une installation de commandement et de contrôle, une installation lance missile sol-air, et un lance missile sol-air[89].

Le jeudi 26 août, selon un journaliste d'Euronews, les soldats du Colonel Kadhafi auraient détruit six avions avant de quitter l’aéroport international de Tripoli[90]. Par ailleurs, les forces kadhafistes ne semblent pas avoir communiqué d'inventaire des pertes du côté loyaliste et des pertes infligées aux forces rebelles.

Au 27 août, et après la bataille de Tripoli, l’inventaire provisoire des pertes matérielles du côté de la coalition de l’OTAN, à la suite de ses 22 000 sorties aériennes sur le territoire libyen, au cours de la guerre civile libyenne[72] serait proche de zéro[réf. à confirmer][91].

Situation humanitaire[modifier | modifier le code]

Vendeur d'eau à Tripoli.

En plus d'un manque d'eau courante, l'électricité est erratique. De longues files d'attente se forment pour le pain et l'essence. Le gaz canalisé a même cessé d'atteindre les cuisines des maisons de la ville. Les habitants de Tripoli achètent de l'eau en bouteille et cuisinent sur des fours au charbon[réf. à confirmer][92],[réf. à confirmer][93].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Hôtel Rixos de Tripoli où plus de 30 journalistes ont été bloqués plusieurs jours.

Dès le 22 août, soit peu après le début de la bataille de Tripoli, Nicolas Sarkozy, président de la France (premier pays à avoir légitimé le CNT[94] et le plus important intervenant militaire en terre Libyenne[95]) a initié de concert avec Mahmoud Jibril, une réunion extraordinaire à Paris avec les chefs du CNT. Concernant l'objet de cette réunion, Sarkozy a déclaré: « nous sommes déterminés à nous engager à ses côtés [du CNT][96] ».

Le lendemain mardi 23 août, et après la prise à du quartier général de Kadhafi, la presse française salue aussitôt la fin de son régime. Mais elle s'interroge déjà sur l'avenir incertain de la Libye et de sa capitale, ainsi que sur les capacités du CNT à gérer cet avenir[97]. Néanmoins, l'avancée des forces pro-rebelles dans la capitale libyenne est considérée par nombre de médias occidentaux comme le triomphe du Conseil national de transition libyen et de ses alliés. L'entrée des forces pro-rebelles est alors marquée par des ralliements empressés de plusieurs gouvernements, à l'image de la Tunisie ralliée dès le 21 août[98].

Le 24 août, ce sont l'Éthiopie et le Nigeria[99] qui se rallient à la cause du Conseil national de transition consacré représentant du peuple libyen. À ce jour, c'est une trentaine d'états sur les 193 États membres de l'Organisation des Nations unies qui ont reconnu le CNT comme gouvernement de la Libye.

Le 25 août, le président du CNT, Abdeljalil exprime sa plus profonde gratitude aux pays de l'OTAN participant aux opérations militaires. Il se dit désireux de les récompenser en priorité lors de la reconstruction de la Libye[100]. Dès le 23 août, la porte-parole de l'OTAN avait envisagé un éventuel futur rôle de l'OTAN en Libye[69] mais le 27 août, le secrétaire générale de l'organisation rejette ce rôle[72].

Des représentants de la firme pétrolière italienne ENI s'étaient rendus en Libye dès le 22 août pour discuter des contrats pétroliers et gaziers[101]. L'organisation de la Ligue arabe se rallie alors elle aussi à la cause du CNT et de ses alliés[102]. En cette journée, ce sont 45 pays sur 193 pays du monde qui ont reconnu le Conseil national de transition (CNT) comme instance dirigeante de la rébellion libyenne[103].

Mais le processus de ralliement n'est pas unanime. Ainsi, le 26 août, l'Union africaine décide de ne pas reconnaître le CNT en raisons des combats[104] et des risques d'exactions[105], le président sud-africain Jacob Zuma concluant : « Donc nous ne pouvons pas (...) dire que [ce gouvernement] est légitime pour le moment[106] » tout en proposant un plan de paix d'urgence où un nouveau conseil de transition inclurait des membres kadhafistes[107].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Apps, « Analysis: Libya Rebels Seek To Avoid Tripoli Battle », Reuters,‎ 21 août 2011 (consulté le 21 août 2011)
  2. (en) Thomas Erdbrink, « In Libya, rebels plan for post-Gaddafi era », Washington Post,‎ 19 août 2011 (consulté le 24 août 2011) : « Abu Oweis, the founder and deputy commander of the Qatari-trained Tripoli brigade ».
  3. http://www.strategypage.com/qnd/libya/articles/20110823.aspx
  4. (ar) « باب العزيزية بقبضة ثوار ليبيا », sur aljazeera.net
  5. (en) « Libya fighting Key points », BBC
  6. « Pour les rebelles libyens, la fin de Kadhafi est proche » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lefigaro.fr
  7. (en) « Libyan Rebels in 'Final Push' for Capital », Al Jazeera English (consulté le 21 August 2011)
  8. « Libye : Kadhafi prédit une «fin proche» pour les rebelles, Le Figaro », Le Figaro,‎ 14 août 2011.
  9. « En Libye, les rebelles multiplient les fronts pour affaiblir le régime », Le Monde,‎ 18 août 2011 (consulté le 18 août 2011).
  10. (en) « Fighting fierces 40 miles from Tripoli », CNN,‎ 19 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  11. (en) Chris Stephen, « Zlitan falls to rapid advance by Libyan rebel forces », The Scotsman,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  12. (en) Michael Georgy, « Rebels launch push to consolidate Tripoli siege », Reuters,‎ 17 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  13. (en) « No way out for the colonel », The Economist,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011) : « Muammar Qaddafi’s capital is now a city under siege ».
  14. « Des rebelles de Misrata infiltrés par la mer combattent à Tripoli », Romandie,‎ 21 août 2011 (consulté le 21 août 2011).
  15. «Katiba Tripoli», la brigade chargée de libérer la capitale, Le Figaro,‎ 22 août 2011 (consulté le 24 août 2011)
  16. (en) Eric Schmitt, Elisabeth Bumiller, « August 23, 2011 - Airstrikes More Difficult as War Moves to Tripoli - », The New York Times,‎ 23 août 2011 (consulté le 23 août 2011) : « A NATO military official said Tuesday, for instance, that British and French commandos were on the ground with the rebels in Tripoli offering “fairly extensive” help. ».
  17. Régis Soubrouillard, « Libye : une victoire pleine d'incertitudes », Marianne,‎ 27 août 2011 (consulté le 1er septembre 2011) : « Un responsable militaire de l'OTAN a ainsi déclaré que des commandos britanniques et français étaient sur le terrain avec les rebelles à Tripoli offrant une majeure partie de l’aide au sol. ».
  18. Olivier Auradou, « Libye. Des commandos français et anglais traquent Kadhafi », La Dépêche,‎ 30 août 2011 (consulté le 1er septembre 2011).
  19. a et b Cherif Ouazani, « Libye : le jour se lève sur Tripoli », Jeune Afrique,‎ 30 août 2011 (lire en ligne)
  20. Philippe Leymarie, « Guerre civile en Libye et options militaires », Blogs du Monde diplomatique, publié le 25 février 2011, consulté le 28 février.
  21. Christophe Ayad, « ""Plutôt mourir qu'être jugé par la CPI", m'a dit Kadhafi" », Le Monde,‎ 2 novembre 2011 (consulté le 4 novembre 2011)
  22. Carte interactive de la bataille de Libye
  23. (en) « Libyan fighting reaches streets of Tripoli », Al Jazeera,‎ 21 août 2011 (consulté le 22 août 2011) : « Blasts and gunfire rocked the city after sunset on Saturday, and witnesses reported street protests and fighting in the eastern neighbourhoods of Souq al-Jomaa and Tajoura. Beginning at around 9pm local time, residents also took to the streets in the Fashloum, Fournaj, Sabah, Ghoud al-Shayal, Hanshir and Dahra areas. ».
  24. Jean-Dominique Merchet, « Quand Hubert débarquait à Tripoli... », sur Secret Défense,‎ 10 octobre 2011 (consulté le 24 octobre 2011)
  25. « Premier bilan des actions clandestines », Intelligence Online,‎ 1er septembre 2011 (consulté le 14 septembre 2011)
  26. (en) « Breaking News: Gaddafi and Two of His Sons Have Left Libya », Tripoli Post,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  27. (en) Christian Lowe, « Blasts, sustained gunfire in Tripoli: Reuters witness », Reuters,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  28. (en) « Saturday, August 20, 2011 - 23:11 - Libya », Aljazeera,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  29. « Les rebelles et l'Otan lancent la bataille de Tripoli », Le Monde/Reuters,‎ 21 août 2011 (consulté le 24 août 2011) : « Dimanche, des avions de l'Otan ont bombardé la caserne de Bab al Azizia, le complexe fortifié du colonel libyen dans le centre de Tripoli, rapporte la chaîne Al Djazira. ».
  30. « La bataille de Tripoli a commencé », Libération,‎ 21 août 2011 (consulté le 26 août 2011) : « Peu après 04h00 (02H00 GMT), quatre puissantes explosions ont secoué Tripoli et l'Otan, qui la bombarde quasi-quotidiennement, a annoncé dimanche y avoir détruit samedi 22 objectifs militaires. ».
  31. « Libye. Les rebelles à l'assaut de Tripoli », Le Télégramme,‎ 21 août 2011 (consulté le 29 août 2011) : « 15H50. Des rebelles de Misrata infiltrés par la mer combattent à Tripoli. ».
  32. « Air Libya dans le djebel Nefoussa, les ailes de la liberté », Dailymotion/AFP,‎ 31 juillet 2011 (consulté le 29 août 2011).
  33. L'insurrection libyenne prend Zaouïa, à 50 km de Tripoli
  34. http://www.rfi.fr/afrique/20110822-libye-kadhafi-et-ses-troupes-controlent-encore-10-15-tripoli
  35. « Les rebelles contrôlent la majeure partie de Tripoli », Le Point,‎ 22 août 2011 (consulté le 22 août 2011).
  36. « Libye : les rebelles contrôlent 95 % de Tripoli, Mouammar Kadhafi acculé », Le Post,‎ 22 août 2011 (consulté le 22 août 2011) .
  37. Les rebelles ont pris le QG de Kadhafi - article 7 sur 7 du 23 août 2011
  38. (en) Eric Schmitt, Elisabeth Bumiller, « August 23, 2011 - Airstrikes More Difficult as War Moves to Tripoli - », The New York Times,‎ 23 août 2011 (consulté le 23 août 2011) : « A senior NATO diplomat said that by late Tuesday there were four or five main pockets of resistance from fighters loyal to Col. Muammar el-Qaddafi ».
  39. (en) « Monday, August 22, 2011 - Libya », Al Jazeera,‎ 22 août 2011 (consulté le 22 août 2011).
  40. (en) Martin Chulov, Luke Harding, Julian Borger, « Street fighting rages in Tripoli as Gaddafi loyalists fight rearguard action », The Guardian,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011) : « A day after the rebels had celebrated their capture of the regime's stronghold at Bab al-Aziziya, the compound came under heavy fire from the pro-Gaddafi area of Abu Salim and the woods around the city zoo, which rebels said were « infested » with snipers. ».
  41. « Libye en direct: Les insurgés à l'assaut du quartier d'Abou Salim à Tripoli », 20 Minutes,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011) : « 19h58: Les insurgés à l'assaut du quartier d'Abou Salim à Tripoli […] Les insurgés fouillaient les habitations pour en chasser les tireurs embusqués. ».
  42. (en) « Thursday, August 25, 2011 - 17:00 GMT+3 - Libya », Al Jazeera,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011).
  43. (en) Sunita Rappai, « Libyan rebels control Abu Salim », Reuters,‎ 26 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  44. « Libye en direct, 26 août 2011 », 20minutes,‎ 26 août 2011 (consulté le 29 août 2011) : « 11h24: Les insurgés contrôlent le quartier d'Abou Salim, à Tripoli Le quartier d'Abou Salim, à Tripoli, est désormais sous le contrôle des insurgés, rapporte Al-Jazira. En revanche, les combats se poursuivent à Ghargour et autour du QG de Mouammar Kadhafi. ».
  45. « D'intenses combats se poursuivent en Libye », Le Figaro,‎ 27 août 2011 (consulté le 27 août 2011) : « (...) après avoir chassé les pro-Kadhafi du faubourg de Qasr ben Gahchir, près de l'aéroport de la ville. (...) «Nous contrôlons entièrement l'aéroport, il reste des poches de résistance dans la zone de Qasr ben Ghichir (à deux km de l'aéroport) mais pas beaucoup», selon Bachir al-Taibi, chef des combattants rebelles contrôlant l'aéroport. ».
  46. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 28 août 2011 : aucune frappe répertoriée dans la localité de Tripoli le 28 août.
  47. [1]
  48. [2]
  49. (en) « Libyan fighting reaches streets of Tripoli », Al Jazeera,‎ 20 août 2011 (consulté le 24 août 2011) : « « Sure, there were some armed militants who escaped into some neighbourhoods and there were some scuffles » Ibrahim said. « But we dealt with it within a half hour and it is now calm. » ».
  50. Libye : La garde de Kadhafi s'est rendue, in Le Figaro, 21/08/2011
  51. (en) Hannah Allam, Nancy A. Youssef, « Gadhafi near collapse with capture of son, surrender of guard », Charlotte Observer,‎ 21 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  52. (en) « Flash : Al Arabiya reports Gaddafi presidential guard surrenders to rebels, citing rebel national transitional council », Reuters/Twitter,‎ 21 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  53. « Libye : selon le CNT, Kadhafi se serait réfugié en Algérie », Algérie Soir,‎ 21 août 2011 (consulté le 26 août 2011) : « http://www.algeriesoir.com/algerie-presse/220811-libye-selon-le-cnt-kadhafi-se-serait-refugie-en-algerie.html ».
  54. « Obama : Kadhafi doit renoncer «expressément» au pouvoir », Le Parisien,‎ 22 août 2011 (consulté le 26 août 2011) : « «Une partie de cette force va se rendre, comme s'est rendue la nuit dernière la garde présidentielle», prognostique une «source officielle française», selon l'AFP. ».
  55. (en) « Saturday, August 20, 2011 - 21:48 GMT+3 - Libya », Al Jazeera,‎ 20 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  56. (en) « Hala Misrati, Libya state TV anchor, waves gun on air, is detained (vidéo) », Huffington Post,‎ 22 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  57. [3]
  58. (en) « Tuesday, August 23, 2011 - 02:33 GMT+3 - Libya », Al Jazeera,‎ 23 août 2011 (consulté le 24 août 2011).
  59. Article du Figaro du 22 août 2011
  60. (en) Martin Evans, « Libya rebels: we let Gaddafi son Saif al-Islam escape », Telegraph,‎ 23 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  61. « Saïf Al-Islam, fils de Kadhafi, apparaît libre à Tripoli », Le Monde,‎ 23 août 2011 (consulté le 24 août 2011).
  62. (en) Tap Vann, « Gaddafi escapes to Venezuela », Weekly world news,‎ 24 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  63. « Exclusif. Selon l'Elysée, Kadhafi aurait été localisé à Syrte », Le Parisien,‎ 26 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  64. « Gaddafi releases message as Nato seen supporting operations », Oman Daily Observer,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011).,Ali Abdelatti, Sami Aboudi, « Gaddafi says withdraws from Tripoli compound », Reuters,‎ 23 août 2011 (consulté le 25 août 2011).
  65. La tête de Mouammar Kadhafi, mort ou vif - DNA - Dernières nouvelles d'Algérie
  66. « Kadhafi provocateur en fuite prive les rebelles d'une victoire », LCI/TF1,‎ 25 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  67. (en) « Rebels appeal for Gaddafi capture », BBC,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011) : « Libyan rebels have announced an amnesty for anyone within Col Muammar Gaddafi's "inner circle" who captures or kills him, and a $1.7m reward. ».
  68. (en) « Price on Gaddafi's head as fighting goes on », Al Jazeera,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011) : « In Benghazi, the National Transitional Council (NTC) told a news conference on Wednesday that Libyan businessmen had contributed $1.7m for the cash reward. ».
  69. a et b (en) Oana Lungescu, Roland Lavoie, « Press briefing on Libya », OTAN,‎ 23 août 2011 (consulté le 25 août 2011) : « NATO and our Partners have conducted a highly effective campaign in support of the Libyan people under the mandate of the United Nations Security Council. (...) NATO is committed to our United Nations Security Council commitment, and our mandate is to protect civilians. (...) And I would expect that [the ambassadors wi]ll also want to look at options for a possible NATO role once this conflict is over. »
  70. Gavin Fogg, « Libye: le voile se lève sur le rôle de l'Otan auprès des rebelles », L'Express,‎ 26 août 2011 (consulté le 26 août 2011) : « Pour Shashank Joshi, analyste au Royal United Services Institute de Londres, il s'agit d'une précaution purement oratoire. Ce qu'affirme l'Otan "est totalement absurde", dit-il, "il s'agit d'une fiction nécessaire visant à s'en tenir aux limites de la résolution 1973 de l'ONU et à éviter des difficultés juridiques et politiques", estime-t-il. ».
  71. (de) Leon Stebe, « Die undurchsichtige Rolle der NATO », Tagesschau,‎ 26 août 2011 (consulté le 26 août 2011) : « NATO-Generalsekretär Rasmussen betont immer wieder: Das Militärbündnis hält sich an sein Mandat und greift in Libyen nur von der Luft aus ein. Doch scheint es fast sicher, dass westliche Einheiten auch Rebellen ausbilden - und zwar am Boden. ».
  72. a, b et c « Rasmussen : « Je suis fier de ce que nous, Alliés, avons fait » », Le JDD,‎ 27 août 2011 (consulté le 29 août 2011) : « Q : L’OTAN doit-il jouer un rôle en Libye après la chute de Kadhafi ? R : Non. Nous ne prévoyons pas un rôle de premier plan pour l’OTAN, au contraire. ».
  73. Mohamed Tahar Bensaada, « Les révélations troublantes de l’ancien patron de la DST sur le dossier libyen », Institut tunisien des relations internationales,‎ 23 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  74. Washington planifie une occupation prolongée d'une partie de la Libye/
  75. [4]
  76. (en) « Fighting in Tripoli overnight has left 376 dead on both sides; more than 1,000 injured », Breaking news/Reuters,‎ 23 août 2011 (consulté le 29 août 2011).
  77. « Vidéo Thierry Meyssan en direct », Dailymotion,‎ 22 août 2011 (consulté le 24 août 2011).
  78. (en) « Scenes of joy as Libya rebels enter central Tripoli », BBC,‎ 22 août 2011 (consulté le 25 août 2011) : « Libyan Information Minister Moussa Ibrahim said fighting in the city since noon (10:00 GMT) on Sunday had left 1,300 people dead and 5,000 wounded. There is no confirmation of the figures. ».
  79. (en) « Rebel leader outlines transition timetable », France 24,‎ 25 août 2011 (consulté le 29 août 2011) : « « According to our information, the number of those killed during the operation which has lasted three days is just over 400, with 2,000 wounded,» [Abdeljalil] said, without specifying if he was talking of both sides. ».
  80. « Les rebelles libyens sont entrés dans la capitale Tripoli », RFI,‎ 21 août 2011 (consulté le 29 août 2011) : « Pour l'Otan « le dernier acte du drame libyen » se joue actuellement ».
  81. L’OTAN est à la conquête de Tripoli
  82. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 20 août 2011
  83. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 21 août 2011
  84. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 23 août 2011
  85. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 24 août 2011
  86. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 25 août 2011
  87. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 26 août 2011
  88. (en) « Operational Media Update » [PDF], OTAN,‎ 27 août 2011
  89. Mise à jour: activités de l'OTAN en Libye le 26 août
  90. « Libye: les loyalistes détruisent des avions avant de quitter l’aéroport », Euronews,‎ 26 août 2011 (consulté le 27 août 2011).
  91. Otan: Bilan provisoire
  92. VOA news.
  93. VOA news
  94. PARIS - La France devient le premier pays à reconnaître l'opposition à Kadhafi
  95. Bilan des attaques de l'OTAN en Libye
  96. « Sarkozy convie Mahmoud Jibril du CNT mercredi en France », Le Point,‎ 22 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  97. La presse française salue la fin du régime et s'interroge sur l'avenir de la Libye
  98. « Libye : Tunis reconnaît le CNT », Le Figaro,‎ 21 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  99. (en) « Ethiopia and Nigeria recognize NTC as interim and legitimate authority in Libya, call others to do so », The Ethiopian news agency,‎ 25 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  100. Le CNT favorisera les pays qui l'ont aidé, Le Figaro, 25 août 2011
  101. (en) Svetlana Kovalyova, « ENI leads Libya oil race as Gaddafi nears end », Fox Business/Reuters,‎ 22 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  102. (en) « Arab League Recognizes Libyan Rebel Council », RTT news,‎ 25 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  103. Libye: 45 pays ont reconnu le CNT
  104. Libye: l'UA ne reconnaît pas le CNT
  105. Libye : tortures et exécutions dénoncées par Amnesty International
  106. (en) Kelly McParcland, « Libya’s new government gets the cold shoulder from African Union », National Post,‎ 26 août 2011 (consulté le 26 août 2011) : « “If there is fighting, there is fighting. So we can’t stand here and say this is the legitimate (government) now. The process is fluid. That’s part of what we inform countries – whether there is an authority to recognise,” Zuma said. ».
  107. (en) « AU desists from recognising Libya's NTC », Al Jazeera,‎ 26 août 2011 (consulté le 26 août 2011).

Articles connexes[modifier | modifier le code]