Note de bas de page

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La note en bas de page (ou note de bas de page) est une forme littéraire, consistant en une ou plusieurs lignes ne figurant pas dans le texte. Elle se place au bas de la page d'un livre (autrefois dans les marges aussi, parfois en fin de chapitre ou en fin de volume). Sa fonction consiste soit à citer une référence, une source, soit à disposer des arguments ailleurs que dans le texte, soit à ajouter un commentaire. Du point de vue typographique, la note en bas de page est composée dans un corps (dimension) inférieur à celui du texte et elle est signalée par un appel de note (renvoi), sous forme d'astérisque, de chiffre ou de lettre.

Historique[modifier | modifier le code]

"Les marges des manuscrits et des premiers livres imprimés de théologie, de droit, de littérature ou de médecine fourmillent de gloses qui, comme la note en bas de page de l'historien, mettent le lecteur en mesure d'effectuer un retour en amont, depuis l'argumentaire achevé jusqu'aux textes qui le fondent et sur la base desquels il se développe. Pierre Lombard, dont les commentaires sur les Psaumes [Magna glossatura in Psalmos, vers 1160] et les épîtres de Paul 'représentent sans doute l'accomplissement de la glose', énumère systématiquement ses sources dans des gloses marginales" (Anthony Grafton, Les origines tragiques de l'érudition, trad., Seuil, 1998, p. 34).

Dès les origines de l’imprimé, trois types distincts de commentaires, avec leurs espaces respectifs, existent :

  • la glose, qui entoure le texte ;
  • la « manchette de hache » qui borde le texte en marge et occupe toute la largeur du bas de page ;
  • les notes infrapaginales (qui occupent l’espace inférieur de la page) et les notes finales (qui occupent l’espace postérieur au texte) (Roger Laufer, « L'espace visuel du livre ancien », Revue française d'Histoire du livre, Nouvelle série, Juillet-août-sept. 1977, no 16 : 569-581, p. 578).

Le Dictionnaire historique et critique (1696-1702) de Pierre Bayle fourmille de notes en bas de page.

Edward Gibbon fit de la note en bas de page une véritable forme littéraire, dans son Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain (en anglais) (1776-1788, 6 vol.).

L'historien Leopold von Ranke, dans son Histoires des peuples romans et germains (en allemand) (1824) rendit la note en bas de page indispensable dans tout travail historique, érudit, objectif.

L'insertion[modifier | modifier le code]

Règles en typographie[modifier | modifier le code]

Exemple : "Les notes en bas de page seront utilisées pour rajouter des informations ou des commentaires personnels et devront être rédigées en Bodoni MT (ou Times New Roman), police 10, interligne simple. Elles répondent à une numérotation continue pour la totalité de l’article. Les références infrapaginales seront au contraire situées dans le corps de l’article, en fin de citation, entre parenthèses. Dans ce dernier cas, il faut indiquer l’auteur, la date, le volume (s’il y en a plusieurs) et la page renvoyant à une bibliographie située à la fin du texte. Ex. «Le tableau, quiconque l’écrit, il n’existe que dans le récit que j’en donne» (Barthes 1969: p. 140)" (Interfrancophonies. Revue des littétatures de l'Europe Unie) [1].

Règles en informatique[modifier | modifier le code]

Exemple [2] : "Notice sur l'insertion des notes de bas de page et de fin de document dans Word

  • Méthode d’insertion
  • Modes d'affichage
  • Résolution des problèmes liés aux notes de bas de page

Méthode d’insertion

  • Placez le curseur dans le texte, à l’endroit où vous souhaitez insérer l’appel de note.
  • Ouvrez le menu Insertion/Référence/Note de bas de page…"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anthony Grafton, Les origines tragiques de l'érudition. Une histoire de la note en bas de page, trad., Seuil, 1998.
  • Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Seuil, 1979.
  • Histoire de l'édition française, 4 vol., sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier, 1982, Paris : Éditions Promodis.
  • Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie Nationale (1975), Imprimerie Nationale, 3° éd., 2002, p. 128-130.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]