Annotation (documentation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'annotation de texte à fins de documentation est la pratique consistant à ajouter une note à un texte. Historiquement, l'annotation textuelle se fit tout d'abord sous forme de Marginalia. Cet article s'intéresse aux annotations manuscrites ainsi qu'informatiques, incluant l'annotation textuelle en ligne. Pour l'annotation d'objets web voir Web annotation (en).

Historique[modifier | modifier le code]

L'annotation textuelle est sûrement aussi vieille que l'écriture sur des supports permettant la production de nouvelle copies à moindre coût. Cela devint une activité prédominante autour de 1000 EC par la pratique des Commentaires talmudiques, et des traités de rhétorique arabe.

Annotation textuelle sur système informatique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980 et 1990, un certain nombre d'outils d'annotation autonomes ou client-server furent développés pour les bibliothèques, les offices de brevet et la gestion de textes législatifs. Leur conception poussa les chercheurs à produire des taxonomies de formulaire d'annotation[1]. La recherche en annotation textuelle avança alors sur plusieurs fronts, aux centres de recherche de Xerox à Palo Alto et à Grenoble, au centre de recherche d'Hitachi (en particulier pour l'annotation de brevet), et en relation avec la construction de la Bibliothèque Nationale de France entre 1989 et 1995[2] à l'Institut de Recherche en Informatique de Toulouse et au sein de l'entreprise AIS (Advanced Innovation Systems).

De plus, des fonctionnalités d'annotation sont présentes dans les logiciels de traitement de texte depuis bien longtemps, par le biais de remarques en ligne, affichées par des fenêtres surgissantes, des notes de bas de page ou de fin de document, mais ce n'est que récemment que des fonctionnalités d'affichage d'annotations sous forme de marginalias sont apparues dans OpenOffice.org/LibreOffice Writer ou Microsoft Word.

Systèmes d'annotation textuelle en ligne[modifier | modifier le code]

Les systèmes d'annotation textuelle en ligne permettent de charger leurs textes en ligne, de manière à permettre aux utilisateurs de produire des notes de marge, avec fil de discussion à l'aide d'un simple navigateur web[3]. Un précurseur parmi ces outils fut Stet (en), le système mis en place pour rassembler les commentaires sur les brouillons de la version 3 de la Licence publique générale GNU. Ce système nécessitait un travail de préparation des textes à soumettre aux commentaires, et son architecture logicielle ne le rendait pas simple à transformer en service web où chaque utilisateur puisse charger un texte pour le proposer aux annotations. Le système « co-ment » utilise une interface d'annotation proche de celle de Stet, mais s'appuie sur une implémentation entièrement nouvelle, basée sur Django/Python côté serveur et AJAX/jQuery côté client. Les deux systèmes sont disponibles sous la licence Affero GPL.

Les outils modernes d'annotation en ligne sont des logiciels collaboratifs, incluant des fonctionnalités d'édition de texte et de gestion des versions, en plus des interfaces d'annotation et commentaire. Ils peuvent être vus comme l'inverse des wikis, ici l'annotation et le commentaire est une première approche à l'édition du texte, qui reste possible sur demande, alors que les wikis proposent d'abord l'édition du texte lui-même puis une page de discussion en arrière plan.

Des outils spécialisés d'annotation de texte existent dans différents contexte comme la publication scientifique, où ils jouent un rôle dans la gestion des références ou des corrections post-publication. Le journal en ligne PLoS-One publié par la Public Library of Science a développé son propre service web, où scientifiques et publique peuvent commenter les articles publiés. Les annotations sont affichées sous la forme de fenêtre surgissantes, ancrées au texte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marshall, Catherine C.: Annotation: from paper books to the digital library, Proceedings of the ACM Digital Libraries '97 Conference, Philadelphia, PA.
  2. Virbel, Jacques, Reading and managing texts on the Bibliothèque de France station, The digital word: text-based computing in the humanities book contents, MIT Press 1993, Cambridge, USA, pp 31-51.
  3. Aigrain, Philippe, Environnement et outils pour un nouvel espace public : À travers les outils d'annotation et commentaires sur les textes, conférence à l'Atelier Internet, École Normale Supérieure, Paris, 11 février 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]