Nino Frank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frank.

Nino Frank, de son vrai nom Jacques-Henri Frank, né le 27 juin 1904 à Barletta en Italie, mort le 17 août 1988 à Paris, est un écrivain, journaliste et un homme de radio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques-Henri Frank est né le 27 juin 1904 à Barletta en Italie, de parents suisses. Il s’est installé à Paris en 1923 pour fuir le fascisme[1]. Témoin de la vie littéraire et artistique, il s’est tourné avec éclectisme vers le journalisme, la traduction, le cinéma et la radio.

Ami de Pierre Mac Orlan, Max Jacob, Léon-Paul Fargue, André Malraux, Blaise Cendrars, il a fondé avec Georges Ribemont-Dessaignes la revue Bifur en 1929[2].

Il est l'auteur d'essais sur le cinéma et la littérature, ainsi que de volumes de souvenirs. Ses activités à la radio sont diverses et nombreuses, souvent en collaboration avec Paul Gilson, Blaise Cendrars, Albert Rièra et Frédéric Jacques Temple.

Sa rencontre avec Blaise Cendrars en 1928 a été déterminante. Après avoir contribué à la documentation de Rhum, une biographie de Jean Galmot, Frank participera à l'écriture des trois pièces radiophoniques que Cendrars réunit dans Films sans images (1959). Dans ses souvenirs il évoque souvent le poète dont il publiera les Œuvres complètes au Club français du livre (1969-1971)[3].

En 1946, en référence à la collection Série noire fondée l'année précédente par Marcel Duhamel, il crée l'expression film noir pour désigner le genre policier hollywoodien. Ce terme, depuis les années soixante-dix, s'est imposé internationalement pour désigner le cinéma à suspens dramatique produit aux États-Unis dans les années quarante-cinquante.

Il est mort le 17 août 1988 à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Bifur (1929-1931, 8 numéros). Réimpression par Jean-Michel Place, en 2 volumes, Paris, 1976.
  • Petit cinéma sentimental. Préface de Henri Jeanson. Paris, La Nouvelle Édition, 1950.
  • Montmartre ou Les Enfants de la folie. Illustrations de Pierre Mac Orlan. Calmann-Lévy, 1956.
  • Les Années 30, Paris, Horay, 1969.
  • Mémoire brisée. Paris, Calmann-Lévy, 1967.
  • Le Bruit parmi le vent. Paris, Calmann-Lévy, 1968.
  • 10.7.2. et autres portraits. Souvenirs. Maurice Nadeau/Papyrus, 1983.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]