Nicolas Colombel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombel.

Nicolas Colombel

Nom de naissance Nicolas Colombel
Naissance 1644
Sotteville-lès-Rouen
Décès
Paris
Nationalité Royaume de France
Activités Artiste peintre
Maîtres Pierre de Sève
Mouvement artistique Classique
Influencé par Nicolas Poussin-Charles Le Brun-L'Albane-Pierre Mignard
Hagar et Ismael dans le désert de Nicolas Colombel

Nicolas Colombel, né en 1644 à Sotteville-lès-Rouen et décédé à Paris, le , âgé de 73 ans, est un artiste peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Colombel ayant fait connaître fort jeune ses dispositions pour la peinture, il fut envoyé les cultiver en 1725, pendant quelque temps dans l’atelier de Pierre de Sève[1]. Il entreprit le voyage de Rome en dehors de l'Académie de France, et son nom figure en 1678 dans le registre du recensement de la paroisse de San Lorenzo in Lucina.

En 1680 il peint un petit tableau : Narcisse se mirant dans l'eau d'un style très différent de ce qu'il produira plus tard.

À Rome il y étudia Raphaël, le Poussin et le Dominiquin. En 1682, il envoya en France Jésus Christ chassant les marchands du Temple, Jésus Christ guérissant les deux aveugles de Jéricho, Le Christ et la Femme adultère et La Madeleine devant le Christ. Ces œuvres dans la continuité de Poussin, donnèrent une grande idée de ses talents.

En 1684 il devient membre de l'illustre Congrégation des Virtuosi al Pantheon qui regroupait les artistes et érudits les plus célèbres de ce temps. Admis en 1686 à l'Académie de Saint-Luc de Rome qu'il fréquente jusqu'en 1689. Il entretenait de solides liens avec la communauté française de Rome et gardait un contact étroit avec ses commanditaires en France.

Pour des raisons que l'on ignore, il rentre en France entre Pâques 1691 et le date de son agrément à l'Académie royale de peinture, présenté par Mignard avec lequel il se lia d'amitié. Son tableau de réception était les Amours de Mars et de Rhéa pour lequel il fut reçu le .

Il devint professeur adjoint de l'Académie, le et professeur le tout comme Nicolas de Largillière.Louis XIV le chargea de décorer plusieurs des appartements de Versailles et de Meudon. Il fut influencé par le travail de Nicolas Poussin et de Charles Le Brun, mais également par L'Albane. Il fit des portraits dans l'esprit de Pierre Mignard et de François de Troy.

Il a fait quantité de portraits historiés. Il a aussi composé une Sainte Cécile. Le palais de Sanssouci a également un tableau de lui.

Ses tableaux se distinguent par la grande précision de son trait, la finesse et la belle couleur claire sans tirer vers le fade de son pinceau, une savante observation des règles de la perspective. Ses bleus profonds donnent un rendu de porcelaine dans l'esprit de Giovanni Battista Salvi. Excellent paysagiste, il ornait ses fonds d'architecture.

Peu indulgent pour les ouvrages de ses confrères, il comparait certains copistes de tableaux à des eunuques parce que, disait-il, « les uns et les autres sont également incapables d’aucune production ». Il se vit de son vivant, jugé à son tour avec plus de partialité que de justice. Il ne manquait pas non plus d’humour : le fils parvenu d’un maréchal-ferrant lui ayant demandé de peindre un plafond, il affecta de prendre pour sujet la Chute de Phaëton où les chevaux renversés montraient tous les fers de leurs pieds. Modérément goûté du maître de maison, le projet resta à l'état d’esquisse.

Le musée des beaux-arts de Rouen présentera une exposition de ses œuvres en 2012-2013.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Dessins, aquarelles[modifier | modifier le code]

  • 1708 - Académie d'homme assis tenant un arc ettirant une flèche en l'air , pierre noire, rehauts de craie blanche sur papier chamois, dim; h: 54,5 cm × l: 37,1 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts.
  • s. d. - Étude pour le Saint-Hyacinthe sauvant des ennemis, la statue de la Vierge , pierre noire, rehauts de craie blanche sur papier beige, dim; h: 36,1 cm × l: 25,7 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, donation Mathias Polakovits.
  • s. d. - Jésus et la Cananéenne, Lavis brun sur trait crayon noir, plume et encre brune, partiellement gouaché, dim; h: 13,5 cm × l: 20 cm ( Vente Millon et Associés le 30/11/2011, lot n°105) collection Rogers avec son cachet en bas à droite L624.
Attribution 
  • s. d. - La femme qui toucha les vêtements de Jésus, plume, encre brune, lavis brun sur trait de crayon noir, esquisse au dos au crayon, dim; h: 19 cm × l: 13,5 cm ( vente France Millon et Associés, 2012, lot n°23)

Peintures[modifier | modifier le code]

  • 1680 ca - Narcisse se mirant dans l'eau, hst, Sbg, peint avant 1680 ( Salisbury, Wilton House)
  • 1682 av - Hagar et Ismael dans le désert, Budapest, Magyar Szépmüvészeti Múzeum
  • 1682-1686 ca - Moïse défendant les filles de Jéthro, Stanford (Californie), Iris & B. Gerald Cantor Center for Visual Arts
  • 1682 - Jésus Christ chassant les marchands du Temple, Saint-Louis (Missouri), Saint-Louis Art museum
  • 1682 - Jésus Christ guérissant les deux aveugles de Jéricho, Saint-Louis (Missouri), Saint-Louis Art museum
  • 1682 - La Madeleine devant le Christ, hst, dim; h: × l: (Musée de Baroda, Inde)
  • 1682 - Le Christ et la femme adultère,hst, h:124 cm × l:172,5 cm, Rouen, musée des beaux-arts
  • 1686-1694 - Saint-Hyacinthe sauvant la statue de la Vierge des ennemis du nom chrétien, hst, dim; h: 239 cm × l: 174 cm Pris, Musée du Louvre.
  • 1687-1688 - Saint Dominique présente au Christ les saints de l'Ordre dominicain, hst, dim; h: 400 cm × l: 246 cm, Grenoble, musée de Grenoble, attribué par Gilles Chomer en 2000.
  • 1690 - Portrait de Philippe Emmanuel de Coulanges en habit de carnaval, hst, dim; h: 38 cm × l: 33 cm, Paris Musée Carnavalet
  • 1691 - Portrait de Guillaume Egon de Fürstemberg, hst, dim; h: × l:
  • 1694 - Mars et de Rhéa Sylvia, Paris, Musée du Louvre
  • 1694 - Mars et Rhea Sylvia,hst, dim; h: 145 cm × l:173 cm Paris, École nationale supérieure des beaux-arts
  • 1694 ap - Sainte Cécile, hst, dim; h: 43 cm× l: 33 cm, Rouen, musée des beaux-arts.
  • 1697 - Portrait de Madame Janucci de Roland sous les traits de Diane, hst, dim; h: × l:
  • 1698 - La Toilette de Vénus,hst, dim; h: × l: (vente France 2009, lot n°26)
  • 1698 - Portrait d'une femme sous les traits de Diane au retour de la chasse , hs cuivre, datée et signée en bas à gauche sur le carquois, dim; h: 65,7 cm × l: 81,1 cm, Salon de 1699 ? Londres, Galerie Matthiesen.
  • 1699 ca - Psyché abandonnée par l'Amour; hst, salon de 1699?, dim; h: 118 cm × l: 148 cm, USA, collection particulière.
  • 1699 - La course d'Hippomène et Atalante, hst, dim; h:125 cm × l: 138 cm, Salon de 1699, Vaduz, Lichtenstein, Vienne Autriche collection du Prince de Litchtenstein.
  • 1704 - Fabius Maximus
  • s. d. - Vénus et Cupidon accompagnés des Trois Grâces , hst, dim; h: 115 cm × l:148 cm (vente Sotheby's Royaume-Uni, 2008, lot n°75)
  • s. d. - 4 portrait de Philippe de Coulanges, cousin de Mme de Sévigné
  • s. d. - Moïse sauvé des eaux, réalisé pour le cabinet de Madame de Maintenon au Château de Meudon (œuvre disparue)
  • s. d. - Jésus Christ chez le Pharisien
  • s. d. - Jésus Christ et la samaritaine, Salzbourg
  • s. d. - Orphée jouant de la lyre
  • s. d. - Flore, Auxerre, musée Saint-Germain
  • s. d. - Saint Hyacinthe sauvant la statue de la Vierge des ennemis du nom chrétien, Paris, musée du Louvre.
  • s. d. - Bacchanales autour de la statue de Bacchus, hst, dim; h: 118 cm × l: 160 cm, Suisse collection particulière
  • s. d. - Portrait d'une femme sous les traits d'une source, hst, dim; h: 60 cm × l: 74,5 cm, Paris, collection Motais de Narbonne
  • s. d. - Amour couronné par angelot, hst, dim; h :30 cm × l: 55 cm
  • s. d. - Moïse déposé sur le Nil, hst, dim; h: 72,7 cm × l: 97,8 cm (Vente Sotheby's New York, lot n°85, 2011)
  • s. d. - Mars et Vénus dans un paysage classique entourés d'amours, hst, dim, h: 121 cm × l: 170 cm(vente Féréol Bonnemaison les 15, 16, 17 juillet 1802, vente France 2010, lot n°18)
Attribution 
  • s. d. - Le Triomphe d'Amphitrite, hscuivre, dim; h: 39 cm × l: 49,5 cm (vente France le 12 juin 2009, lot n°33)
  • s. d. - Le Christ et la samaritaine au puits , hst, dim; h: × l: (vente France 2002, lot n° 3)
  • s. d. - Bacchus et Ariane, ( vente France 2001, lot n° 10)
  • s. d. - Alexandre et la famille de Dariuss, (vente France, 2000, lot n°16)
  • s. d. - La Sainte Famille avec St Jean et St Anne, hst, (vente France, 1995, lot n° 165)
  • s. d. - l'Adoration des Mages , hst, dim; h: × l: (vente Royaume-Uni , 1993, lot n° 74)
  • s. d. - Clytie, hst, dim; h:103 cm X l: 81 cm, attribué par Guillaume Kazerouni (Musée d'Art et d'Histoire d'Auxerre)
  • s. d. - Saint-Bruno, hst, dim; h: × l: (Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon)

Gravures, lithographies[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1699 - Salon : il présente 7 œuvres: La Course d'Hippomène et Atalante - Psyché abandonnée par l'Amour  ? - Portrait d'une femme sous les traits de Diane revenant de la chasse -
  • 1704 - Salon : 12 œuvres : Fabius Maximus

Expositions, galeries[modifier | modifier le code]

Posthumes 
  • Musée des beaux-arts de Rouen : Nicolas Colombel, l'idéal et la grâce, du 9 novembre 2012 jusqu'au 24 février 2013, commissaires de l'exposition : Karen Chastagnol et Diederik Bakhuÿs conservateur du musée.

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de Sotteville-lès-Rouen porte son nom.

Critique[modifier | modifier le code]

Antoine Joseph Dezallier d'Argenville en 1752 : «  Ses dessin sont très terminés, surtout ses études d'après l'antique; elles sont faites sur du papier bleu, au crayon de pierre noire relevé de blanc de craye: les hachures en sont si fines qu'elles paraissent estompées, avec un trait très délié et un crayon peu moelleux »[2]. Les dessins sur papier bleu disparurent.

Musées, monuments[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Théodore-Éloi Lebreton, Biographie rouennaise : recueil de notices biographiques et bibliographiques sur les personnages célèbres nés à Rouen qui se sont rendus célèbres ou qui se sont distingués à des titres différents, Rouen, Le Brument,‎ 1865 (OCLC 31033533)
  • (en) Anthony Blunt, Two Drawings by Nicolas Colombel, New York, The Master Drawings Association,‎ 1980 (OCLC 25614234)
  • Dubois de Saint-Gelais, Nicolas Colombel, biographie
  • Karen Chastagnol, Nicolas Colombel, peintre ressuscité du Grand Siècle, L'Objet d'Art, L'Estampille n°486, janvier 2013, p. 36-43.
  • Dictionnaire Bénézit
  • Dictionnaire Artprice
  • Anthony Blunt Nicolas Colombel dans Revue de l'Art, 1970
  • Collectif, Karen Chastagnol, Nicolas Colombel coéditions, Nicolas Chaudun, Musée des beaux-arts de Rouen, 224. p., 2012, (ISBN 9782350391472)
  • Ddier Rykner, Nicolas Colombel dans La Tribune de l'Art du 8 janvier 2013.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dubois de Saint-Gelais, cité par Karen Chastagnol, commissaire de l'exposition du Musée des beaux-arts de Rouen et auteur du Catalogue Raisonné de Nicolas Colombel
  2. Antoine Joseph Dezallier d'Argenville, Abrégé de la vie des plus fameux peintres, avec leurs portraits gravés en taille-douce, les indications de leurs principaux ouvrages, quelques réflexions sur leurs caractères, et la manière de connoître les desseins des grands maîtres Par M*** de l'Académie royale de Montpellier (3 volumes, 1745-1752). Nouvelle édition, revue et corrigée et augmentée de la vie de plusieurs peintres (4 volumes, 1762)