National Gallery of Victoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
National Gallery of Victoria
La National Gallery of Victoria vue de l'Eureka Tower.
La National Gallery of Victoria vue de l'Eureka Tower.
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Ville Melbourne
Adresse 180 St Kilda Road, Melbourne, Australie
Coordonnées 37° 49′ 21″ S 144° 58′ 07″ E / -37.822595, 144.96863437° 49′ 21″ Sud 144° 58′ 07″ Est / -37.822595, 144.968634  
Informations générales
Date d’inauguration 1861
Nombre d’œuvres 63 000 (nombre total)
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 1 650 000 (2006/2007)[1]
Site web http://www.ngv.vic.gov.au

Géolocalisation sur la carte : Victoria

(Voir situation sur carte : Victoria)
National Gallery of Victoria
National Gallery of Victoria (NGV).
L'entrée du musée.

La National Gallery of Victoria (en français « Musée national du Victoria ») est un musée d'art situé à Melbourne, en Australie. Créé en 1861, c'est le plus ancien et le plus grand musée d'Australie. La partie principale du musée est située à St Kilda Road, au cœur de la Cité des Arts de Southbank, avec une annexe à Federation Square.

Lors de l'ouverture du musée, le Victoria était une colonie indépendante depuis tout juste dix ans, et la ruée vers l'or, que cet État avait connue, en avait fait la région la plus riche d'Australie, et Melbourne la plus grande ville du pays. Grâce aux dons généreux de riches citoyens, notamment de l'industriel Alfred Felton, la National Gallery put commencer à acheter à l'étranger d'importantes collections d'œuvres de maitres anciens et modernes. Le musée abrite actuellement 63 000 œuvres d'art[1].

L'école des beaux-arts du musée (la National Gallery of Victoria Art School) a été créée en 1867. Elle a été le principal centre de formation artistique universitaire en Australie jusqu'aux environs de 1910[2]. Elle a formé quelques-uns des artistes australiens les plus notables.

Époque d'Heidelberg[modifier | modifier le code]

The Pioneer de Frederick McCubbin (1904).

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l'art local a commencé à se développer, notamment grâce à l'École d'Heidelberg, du nom d'un quartier de la banlieue de Melbourne. La National Gallery se trouva bien placée pour acquérir une excellente collection d'œuvres clés de l'art australien, œuvres qui retracent l'évolution des styles importés d'Europe en un art typiquement australien.

L'une des plus célèbres œuvres du musée est The Pioneer de Frederick McCubbin.

Collection du musée[modifier | modifier le code]

La collection internationale contient, entre autres, des œuvres de Le Bernin, Marco Palmezzano, Rembrandt, Rubens, Jean-Baptiste Tiépolo, Le Tintoret, Paolo Uccello et Paul Véronèse. Dans la collection moderne, le musée a poursuivi son développement dans de nouveaux domaines, devenant un des premiers musées à exposer des textiles, de la mode, des photographies et de l'art aborigène australien. Aujourd'hui, il possède d'importantes collections dans des domaines aussi divers que les maîtres anciens, les vases grecs, les objets égyptiens et la céramique européenne ancienne. Enfin, il possède la gamme la plus avancée et la plus complète d'œuvres d'art en Australie.

Le dernier ajout à la collection est Le Repos durant la fuite en Égypte de Paris Bordone, acheté 3,8 millions de dollars australiens à un collectionneur privé. Deux membres du conseil d'administration du musée, Allan et Maria Myers, en financèrent un tiers. C'est la somme la plus importante payée par ce musée pour l'achat d'un tableau[3].

Appellation « musée national »[modifier | modifier le code]

Le nom du musée, National Gallery of Victoria ou NGV (en français « Musée national du Victoria »), a causé de l'embarras au cours des années, car le Victoria n'est pas, et n'a jamais été, une nation. Il n'est qu'un des États de l'Australie, et il existe bien un Musée national d'Australie (National Gallery of Australia ou NGA) à Canberra. Quelques personnes, dont le président de ce dernier musée, ont réclamé la modification du nom, par exemple en « musée de Melbourne ». Mais la NGV a été fondée quarante années avant la création du Commonwealth d'Australie, alors que le Victoria était encore une colonie britannique autonome. Le nom fait allusion à cette époque où le Victoria était une entité politique distincte. Ce musée fut d'ailleurs fondé plus d'un siècle avant le Musée national de Canberra.

L'ancien Premier ministre Steve Bracks déclara : « Nous n'allons pas rebaptiser le Musée national du Victoria. Il a une longue tradition. Il est le plus grand et le plus beau musée du pays, et c'est l'un des plus grands et des plus beaux musées du monde. »

Ian Potter Centre et NGV International[modifier | modifier le code]

La façade du 180 St Kilda Road.
Le plafond de Leonard French, les salles de conférence et la galerie supérieure.

En 1959, la commande de la création d'un nouveau musée et d'un nouveau centre culturel fut gagnée par le cabinet d'architectes Grounds, Romberg et Boyd. En 1962, Roy Grounds se sépara de ses associés Frederick Romberg et Robin Boyd, et conserva la commande. Il fit les plans du musée du 180 St Kilda Road, appelé maintenant « NGV International ». Le bâtiment fut achevé en décembre 1967[4]. Un de ses éléments les mieux connus est son plafond réalisé par Leonard French. Là se trouve le plus grand vitrail suspendu du monde, projetant sur le sol une lumière multicolore. Roy Grounds fit ensuite les plans du Victorian Arts Centre voisin.

Le musée s'étend maintenant sur deux bâtiments situés à peu de distance l'un de l'autre, au sud du quartier central des affaires. Un nouvel espace, le Ian Potter Centre, dans Federation Square, s'est ouvert en 2003. Il accueille la collection d'art australien. Le bâtiment, conçu par Grounds et situé au sud du Yarra, abrite maintenant la collection internationale. Il a rouvert en décembre 2003, après une rénovation menée par l'architecte Mario Bellini qui dura quatre ans.

La sculpture emblématique Angel de Deborah Halpern fut déplacée pour être restaurée, puis fut réinstallée à Birrarung Marr. La collection australienne comprend une importante quantité d'œuvres données en 2004 par le docteur Joseph Brown, formant la collection Joseph Brown.

Le vol du Picasso[modifier | modifier le code]

Un événement célèbre dans l'histoire du musée fut le vol, en 1986, d'une peinture de Picasso, La Femme qui pleure, perpétré par une personne ou par un groupe de personnes, qui se faisait appeler les Australian Cultural Terrorists, (les « terroristes culturels australiens »). Ce groupe déroba la peinture pour protester contre le médiocre intérêt pour les arts montré, à son avis, par le gouvernement de l'État de l'époque. Il réclama, à titre de rançon, la création d'un prix pour les jeunes artistes. La peinture fut retrouvée une semaine plus tard dans une consigne de gare.

Superproductions[modifier | modifier le code]

L'entrée comporte un « mur d'eau », le premier à Melbourne.

La National Gallery of Victoria organise de grandes expositions, appelées « superproductions » (blockbusters). Commencées avec les impressionnistes en 2004, elles se poursuivirent, durant l'hiver 2005, par une exposition des maîtres de l'École flamande avec, entre autres, une peinture de Vermeer, La Femme en bleu lisant une lettre, prêtée par le Rijksmuseum d'Amsterdam. C'était la première fois qu'une œuvre de Vermeer était exposée en Australie. Toujours en 2004 s'est tenue une exposition consacrée au Caravage.

Les Melbourne Winter Masterpieces[modifier | modifier le code]

Directeurs de la NGV[9][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ngv.vic.gov.au/about/resources/ngv2006_7.pdf
  2. (en) Alan McCulloch et Susan McCulloch, The Encyclopedia of Australian Art, Allen & Unwin,‎ 1994, 3e éd. (ISBN 978-1-86373-315-1), p. 864 (Appendix 8)
  3. NGV Rapport annuel
  4. Louise McO Green, « NGV Women's Association History », National Gallery of Victoria (consulté le 2007-12-22)
  5. « Guggenheim Collection: 1940s to Now », NGV,‎ 2007 (consulté le 2007-10-10)
  6. « Guggenheim leaves Melbourne », Entertainment Depot, Australia,‎ 8 octobre 2007 (consulté le 2007-10-10)
  7. « Art Deco », NGV,‎ 2008 (consulté le 2009-06-10)
  8. « Salvador Dalí », NGV,‎ 2009 (consulté le 2009-06-10)
  9. Alan McCulloch, Susan McCulloch and Emily McCulloch Childs, The New McCulloch's Encyclopedia of Australian Art (4th edition), Aus Art Editions & Miegunyah Press, 2006, p. 458.

Liens externes[modifier | modifier le code]