Microcosmos : Le Peuple de l'herbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Le Peuple de l'Herbe.

Microcosmos :
Le Peuple de l’Herbe

Réalisation Claude Nuridsany
Marie Pérennou
Pays d’origine Drapeau de la France France, Drapeau de la Suisse Suisse, Drapeau de l'Italie Italie
Genre Documentaire
Sortie 1996
Durée 75 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Microcosmos : Le Peuple de l'herbe est un film français de 1996 consacré aux insectes. Ce n'est pas un documentaire (d'ailleurs il n'y a aucun commentaire) mais plutôt une sorte de « conte naturel » cinématographique. Il est filmé à l'aide de caméras macro spécialement créées pour l'occasion.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Les « acteurs » du film sont, par ordre d'apparition à l'écran :

.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Avant même de commencer le tournage, il a été nécessaire d'inventer des outils sur mesure pour filmer les « personnages » du film, les insectes, comme sont filmés les acteurs dans les films de fiction : pouvoir accompagner leurs actions avec des travellings, mouvements de grue et autres panoramiques, de façon à leur donner la stature de véritables protagonistes. Après deux ans d'efforts, un « motion control » (robot commandant à distance tous les mouvements de caméra) révolutionnaire a pu être enfin opérationnel. Une grosse caméra 35 mm guidée du bout des doigts avec une précision au dixième de millimètre et sans vibrations. Cette machine de 300 kilos fut accrochée au plafond en béton du studio de prises de vues construit spécialement pour le film dans un petit village du Causse Comtal. Plus des trois quarts du film ont été ainsi filmés en studio, mais un studio situé en plein champ dans une prairie de l'Aveyron. Presque chaque scène du film est un mélange de plans tournés en extérieur, tout autour du studio et de plans effectués à l'aide du « motion control ».

L'univers sonore du film, très élaboré, est un mélange entre des sons réels, captés sur le terrain avec des microphones spéciaux, et des sons créés par le « sound designer » et monteur son Laurent Quaglio, lors du montage du film, après discussion avec les réalisateurs. Bruno Coulais, compositeur de la musique, a travaillé en concertation étroite avec le monteur son de telle sorte que, souvent, on ne sait pas si les sons entendus sont dus à des instruments de musique ou aux insectes.

Présenté hors compétition à Cannes, Microcosmos en est ressorti avec les honneurs du Prix Vulcain de l'Artiste Technicien de la Commission supérieure technique de l'image et du son. Il a reçu un bel accueil en Allemagne, en Suisse, en Belgique, au Japon, en Corée du Sud et même aux États-Unis. En France, le film, vu en salle par 3 500 000 spectateurs, glana cinq prix aux Césars 1997 : photographie, montage, son, musique et producteur.

Microcosmos a nécessité deux ans d'écriture pour le scénario, deux ans de préparation, trois ans de tournage et neuf mois de montage et mixage.

Claude Nuridsany et Marie Pérennou, les réalisateurs de Microcosmos, ont ensuite réalisé Genesis (sorti en 2004), un « conte naturel » dans lequel un griot raconte la création du monde, la naissance de l'univers, la formation de la Terre, l'apparition de la vie, la sortie de l'eau, la conquête du « paradis terrestre ». Ils tournent ensuite La Clé des champs (sorti en 2011).

En juillet 1997, le film est édité en DVD par les éditions Montparnasse. Cela constitue avec Les Enfants de Lumière la première commercialisation en Europe de film en DVD[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Un livre de photographies tirées du film a été édité aux Éditions de la Martinière en 1996 (ISBN 978-2732422473).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Micropolis, parc à thème consacré à l'entomologie situé en Aveyron, inspiré par le succès du film

Liens externes[modifier | modifier le code]